15/06/2012

La banlieue, c'est top délire!.

Banlieues.jpg.

On est les jeunes et on vous emmerde!.

 

Principalement à la suite de troubles, brulages non pas de culottes mais de poubelles, voitures, bus...et ceci surtout en période de beau temps (plus agréable pour traîner en rue), quelques reportages sont consacrés à ce que les journalistes appellent le "malaise des banlieues" avec en conclusion l'inévitable analyse des "experts" ponctués par les déclarations toujours fermes presque guerrières de tels ou tels responsables politiques dont l'indignation fluctue en fonction des dégâts produits mais surtout de la couverture des chaînes de télévision présentes.

Moi, Kevin, fils de banlieue

Français 17 ans et vivant seul avec ma mère depuis que mon père, qui la battait souvent pour un oui ou pour un non et au minimum chaque fois qu'en début de mois, après avoir touché son salaire (rectification: son chômage), elle osait lui reprocher d'en avoir bu le tiers avec des copains jusqu'au petit matin avec pour conséquence que la vie de la famille s'en trouvait plus difficile encore.
Alors au bout d'un certain temps, il en a eu marre et est parti avec une de ses copines de beuveries occasionnelles me laissant dès mes 13 ans avec ma mère qui se crut obligée d'exercer une autorité nouvelle, notamment à cause de mes absences répétées à l'école (trop nuls, les profs).
Ce qui se passa plus ou moins bien jusqu'à ce que, gagnant en force et en amis, je pus lui montrer que, quelques gifles et serrements de poings bien placés, force était à moi..!.
Enfin, dans l'ensemble, tant qu'elle est là pour laver mes fringues, me faire à manger et ranger ma chambre (au départ, c'était la sienne mais vu qu'elle est seule, je lui laisse le convertible dans le salon), j'avoue qu'ainsi, elle ne me pompe pas trop l'air et que ma vie est assez chouette.

D'autant que dans la cité, ce ne sont pas les filles qui manquent même si le nombre de greluches faciles diminue car comme le dit mon pote Omar, on ne touche pas celles qui sont dignes de foi (traduisez: les voilées dont ce bout de tissu assure bien plus une protection sexuelle et physique qu'une simple appartenance à une foi ou à une communauté ).
Une de mes dernières: Cindy souvent provocante en petit top et jupe courte était vraiment super bonne à baiser jusqu'au jour où "amoureuse" elle me collait tellement que je commençais à perdre la liberté...de m'en faire d'autres!.
C'est alors que quelques copains m'ont donné l'idée, qu'après lui avoir fait boire pas mal d'alcool, de la leur prêter pendant que moi, je filme la scène avec mon iphone (ben oui, on a les moyens, nous!).
Fallait la voir, même si au début elle faisait semblant de refuser comme au fil des mecs qui l'enfournaient et qui, très vite, ne lui faisaient pas boire que de l'alcool..., elle avait fini par se laisser faire presque comme si elle en redemandait.
Et comme le lendemain, elle prétendait ne se souvenir de rien, on lui a montré la vidéo avec menace de la balancer sur le Net ce qui lui a fait si peur qu'au lieu de louer la vidéo on a fini par profiter de cette bouche à pipes à notre aise jusqu'à ce qu'on s'en lasse et qu'on refile cette pute contre quelques billets à des "clients" parfois même locataires du même immeuble.

Oh, la belle vie...

Grâce à cette conne de Cindy, j'ai pu trouver une bonne place dans la bande d'Omar qui contrôle déjà deux immeubles de la cité avec son auto entreprise de trafics en tout genre mais surtout centrée sur la drogue facile à dealer et qui, pour de petites quantités faciles à cacher notamment chez ma mère ou d'autres apparts complices ou contraints de l'être, rapportent un max de blé.
Un jour prochain, je tournerai moi aussi dans les quartiers au volant de ma "béhèm" et toutes les salopes non voilées qui ne demanderont qu'à devenir ma meuf du mois avant que je les jette ou offre à d'autres caïds.

Cette vie serait peinarde si d'autres quartiers ne nous provoquaient pas constamment en bagarre au couteau ou, et ce surtout depuis que les immigrés de l'Est s'en mêlent, Kalachnikov à l'appui.
Alors on investit, nous aussi, pour notre protection parce qu'on ne va quand même pas appeler les flics sauf pour leur balancer toutes sortes de projectiles jusqu'à ce qu'ils détalent à toute vitesse.
Merde quoi, on est chez nous dans ce pays merveilleux qui nous protège de tous ceux qui estiment devoir nous remettre dans le droit chemin alors qu'il n'y a rien à nous offrir vu que déjà on a pas le moindre diplôme et que de toute manière, pourquoi travailler au smic alors qu'on se le fait en 2 jours.
De plus, on a bien compris que si on vient nous faire chier, il n'y a qu'à foutre le bordel et les autorités détestant ce spectacle du désordre calment bien vite les ardeurs de certains flics sans compter que, nous aussi, on sait où ils et elles habitent...

Conclusion

Au fil du temps, on ne peut que constater que ces trafiquants modernes ont conclu un semblant de pacte avec les autorités, sorte de modus vivendi, par lequel le pouvoir qui a bien trop peur que l'on vienne perturber quelques beaux quartiers aux alentours, préfère confiner la "racaille" plutôt que de les voir se déployer au sein des villes avec de temps à autre une action "coup de poing" à peu près inefficace et qui ne surprend plus personne.

Pour dérider un peu tous les pisse-vinaigre qui sont péniblement arrivés au bout de cet article et qui n'y ont vu qu'un cliché évidemment raciste et xénophobe et non le vécu de centaines de personnes qui subissent la loi du plus petit nombre, disons avec humour que si pour Séguéla, ne pas avoir de Rolex à 50ans est un échec, pour ces gars-là..., c'est ne pas avoir de Kalach à 20ans qui en est un!. 

 

Merci à Kevin, Omar, Mouloud et tous et toutes les autres pour le témoignage dont le compte-rendu est plus dans l'esprit que dans la lettre tant certains ont parfois l'impression de ne plus faire partie de la même nation.

Qu'on ne s'y trompe pas, tout acte isolé, toute violence insuffisamment réprimandée au départ par peur de "stigmatisation" finit par se banaliser et en l'occurrence, les femmes en sont et seront les principales victimes.
Et non seulement, ces femmes sont conditionnées par une partie de la population qui se prévaut d'un "respect" religieux pour imposer ou conseiller "vigoureusement" un vêtement, une attitude mais aussi, et ceci est nettement plus troublant, par l'adaptation progressive de l'ensemble de la population qui se voit contrainte de suivre (subir) des règlements discriminants sur l'apparence vestimentaire des femmes, musulmanes ou non.
A titre d'exemples:
Longueur des jupes à l'école, horaires différents pour les piscines en fonction du sexe, nombre de boutons de chemisier ouvert en tournoi de jeux d'échecs!, port du voile autorisé aux prochains J.O..

Mais ne dit-on pas que la diversité culturelle contribue à la richesse...de ceux et celles qui n'en ont pas!.

 

Article sur ce sujet: Droit de cité, Cités de non-droit. Cliquez  ICI

Article écrit par Pol et Mick.

 

 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : societe, cités, violence, jeunes | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/03/2010

Femmes: Je vous aime un peu, beaucoup...

Femme.

 

 

L'avenir de l'homme n'est plus la femme.

.

En effet, dans une société essentiellement régie par les hommes et leurs lois économiques, politiques mais aussi sociétales et malheureusement de plus en plus religieuses, la place des femmes tend, après une période durant laquelle le mouvement féministe aura eu le mérite de faire passer quelques ajustements indispensables quant à l'égalité de droits entre hommes et femmes, à se réduire drastiquement au rôle peu enviable pour beaucoup de maîtresse de maison attachée au service d'entretien du logement, des enfants et du compagnon.

Si, pour une majorité de femmes, cette vie peut offrir un certain "confort" lorsque celle-ci est choisie et pleinement assumée, qu'en est-il, pour d'autres moins favorisées, de ce retour à des valeurs passéistes allant d'une minoration des perspectives d'épanouissement en ce que, sitôt la maternité atteinte, leur environnement se limite à la superficie de l'appartement et que toutes sorties soient sujettes à réprimandes généralement initiée par un complexe d'infériorité qui se cache derrière une jalousie maladive quand celles-ci ne sont tout simplement pas interdites ou encore accompagnées d'un "grand frère" sans parler de divers accoutrements fortement conseillés qui font actuellement polémique sous peine de se voir affublées de toutes sortes de quolibets et qualificatifs dévalorisants éructés par ceux-là mêmes dont le qi ne dépasse jamais le q...!.

Le pouvoir du sexe faible battu...en brèche.

.

Un tel mouvement de recul au détriment des femmes se vérifie également dans ce discours appuyé de vertus accordés au lait maternel et d'allaitement à la demande en toutes heures, tous lieux et tant que l'enfant le réclame sans (presque) de limite d'âge et qui, de fait, culpabilise la mère qui aurait l'audace de ne pas y adhérer.

Autre pression légitimisée que celle qui veut que pour veiller au bon développement des enfants, la femme mette entre parenthèses sa vie sociale et qu'une pause-carrière provisoire à caractère souvent définitif soit prise par celle dont le nouveau "métier" est d'élever les enfants pendant que le compagnon continue sans le moindre changement sa vie d'avant quelquefois agrémentée de maîtresses car il estime que celle qui partage sa vie et accessoirement subvienne à tous ses besoins de "mâle dominant" mais incapable de la moindre tâche ménagère ait tendance à trop participer aux jeux d'enfants plutôt qu'aux jeux sexuels si nécessaires à sa libido.

Une libéralisation des moeurs doublée d'une accessibilité facile à toutes choses sans le moindre effort cache aussi, volontairement ou non, une recrudescence de violences à l'égard des femmes non seulement intra-conjugales d'hommes très souvent limités intellectuellement et pour lesquels les coups et brimades sont le seul langage qu'ils maîtrisent et qui quelquefois peuvent conduire aux meurtres erronément dits passionnels! mais aussi aux violences infligées à la mère par des enfants qui, soit reproduisent ce qu'ils voient intra muros, soit "victimes" de la société permissive à l'égard de l'enfant-roi ne supportent plus la moindre réprimande d'où et de qui elle vienne hormis celle imposée par la force généralement masculine du foyer.

Un phénomène de violence que les autorités aiment à qualifier de sentiment d'insécurité sauf que lorsque les filles de certains quartiers (pour l'instant) ne se plient pas aux règles vestimentaires et de bonne? conduite auto-proclamée par des hommes souvent très jeunes, elles finissent comme jouet au sein de viols en groupes dans des caves ou cages d'escalier ou sont les victimes d'un chantage à l'image (photos osées mais privées faites par "amour" pour le copain) qui finit sur le réseau internet ou sur les gsm des comparses à satisfaire sous peine de rétorsion.

Français, vous êtes les meilleurs...quoique!.

.

Etonnant que cette auto-satisfaction presque phallique que le constat abondamment mis en avant de ce que les français soient les champions de la natalité européenne.

Déjà que dans la formulation, il serait plus juste de dire que ce sont les françaises qui sont les meilleures pour autant qu'on ne s'écarte pas trop du règne animal car, constatation oblige, la courbe de la natalité s'inverse au plus un pays se développe économiquement et que l'instruction de ses habitants progresse comme on peut le vérifier notamment dans les pays qui passent du statut de sous-développés à émergents.

Une exception française de plus...

De plus, le discours vert toujours si virulent lorsqu'il s'agit de stigmatiser certains de nos comportements affreusement consuméristes ferait bien de se méfier d'un retour à la nature qui confinerait la femme dans ce rôle de "poule pondeuse" soi-disant indispensable au maintien d'un équilibre financier des retraites et accessoirement seule capable de veiller au bon entretien de la maison et de ses occupants en bonne ménagère de moins ou de plus de cinquante ans! relativisant de fait son utilité économique et dont l'emploi ne serait juste que complémentaire ce qui induirait, de facto, que l'évincer du circuit du travail résoudrait en partie la montée du chômage.

Par ailleurs, si écologiquement réduire le taux de CO2 est certainement louable pourquoi persiste t-on à occulter (ne plus dire: se voiler la face) qu'une hausse considérable du nombre d'humains sur une terre dont les ressources alimentaires et la superficie ne sont pas extensibles, conduira soit à des conflits économiques entre populations affamées, soit à l'extinction par surpopulation de la race humaine.

De même, le sujet de la mort effrayant tout être humain alors que celle-ci est inéluctable tant il est assuré que toute chose vivante a une fin, l'incinération plutôt que l'enterrement devrait être fortement conseillé tant par gain d'espace que par souci écologique de préservation de la nature et de la qualité, ne fût-ce que du sous-sol et de ses nappes phréatiques.

CONCLUSION

.

Etant entendu que, malheureusement pour les femmes, les violences faites à leur encontre ne sont pas l'apanage ni d'un seul pays ou continent, ni d'une seule culture voire religion, il n'en reste qu'en certains lieux ou auprès d'une certaine catégorie de personnes dites défavorisées intellectuellement, culturellement ou économiquement, ces violences sont plus "habituelles".

De tous côtés, nos sociétés multi-culturelles censées s'enrichir de ses diversités offrent visiblement une belle opportunité  pour tous les extrémismes qui ont fort bien intégrés! que droits et devoirs ne sont plus du même poids sur la balance démocratique de nos sociétés vieillissantes et à ce titre, il résultera que, prise dans le tourbillon de pressions multipolaires, le rôle de la femme ne soit que trop peu pris en compte...au grand dam des hommes!.

 

Article de Pol & Mick

 

INFO-Commentaires:

Vous avez lu cet article et vous voulez y contribuer par un commentaire et/ou un vote: Rendez-vous sur le site AGORAVOX qui a publié cet article en cliquant  ICI

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : violence, femmes, societe, comportements | |  Facebook | | | | Pin it! |

05/11/2007

Violence: Jeunes "attitude"?.

Jeunes attitude

                         


.

.

.

  

ROULEZ JEUNESSE...

Combien de temps encore pourra t'on encore faire croire à une population sur-informée? que la violence principalement des jeunes voire des très jeunes n'est rien d'autre qu'un épiphénomène dû à l'ostentatoire et malsaine surabondance de biens de consommation produits par nos sociétés occidentales tellement dépravées....

Statistiquement, on précisera que le seul fait que les faits graves mis en évidence ne concernent qu'une minorité de ces jeunes ne justifie aucunement ces déchaînements à l'égard de biens et de personnes de tous âges dont le seul défaut était de se trouver au mauvais moment sur le chemin, un hall de gare ou dans la cage d'escalier d'un groupe le plus souvent en recherche parait-il de distractions...

Bien évidemment, il se trouvera toujours l'un ou l'autre "bienveillant" pour assurer que le problème trouve son origine dans une marginalisation provoquée par la condition sociale ou l'appartenance "ethnique" et que la non-intégration aux obligations de la vie en société bien souvent inversément proportionnelle à leurs droits excusent en grande partie leurs comportements.

CONFLIT DE GENERATIONS.

Cependant, il faut bien reconnaître que la génération des "baby boomers" à l'origine et aux commandes de la totalité de ce qui est maintenant disponible sur Terre est souvent incapable de comprendre le langage écrit ou parlé par une frange non négligeable de sa progéniture, heureusement à l'abri du moindre diplôme, tant celui-ci est exempt de toute syntaxe ou orthographe le rendant plus virtuel encore que l'existence même de Dieu ou d'Allah.

De même, on ne peut reprocher à ces enfants, encagoulés portant blousons et casquettes vissées comme une extension du crâne si souvent agacés par un professeur tentant d'interrompre! leurs conversations/sms, de ne pas grâce à cet accoutrement codé nous permettre de réduire la facture énergétique en diminuant les thermostats des radiateurs et comment ne pas les remercier de relancer ci et là le commerce lorsqu'il s'agit de renouveler les outils informatiques scolaires régulièrement volés ainsi que les nombreux équipements urbains quelquefois si chargés de tags qu'ils en devenaient de toute manière illisibles pour les usagers.

Par un raisonnement équivalent, on se doit de reconnaître que leurs fugaces et divers passages scolaires leurs ont très vite appris les bases d'un capitalisme ultra!-libéral consistant à prendre ce dont ils ont besoin à des prix imbattables pour les consommer immédiatement, à charge pour les parents en difficultés de régler les frais administratifs pour vols ainsi que la défense éventuelle devant la police ou les tribunaux.

Les plus érudits auront tôt fait d'assimiler les principes de gestion qui les propulseront aux titres de managers de bonheurs rapides plus prosaïquement appelés: dealers de drogues.

Quoique dans ce domaine aussi, il faut bien se garder de leur attribuer la faute lorsqu'en fait, la génération précédente, fière de sa démonstration de dangerosité du vulgaire tabac a, dans un élan de générosité humaine, dépénalisé certaines drogues leur permettant à coup sûr d'accéder au paradis perdu.

AU SECOURS, MAMAN BOBO...

Et lorsque l'on vous expliquera qu'il ne s'agit en fait que d'appels au secours d'une génération pour qui la parole en dessous d'un certain nombre de décibels est inaudible, il ne vous restera plus qu'à excuser votre rejeton de vous saturer acoustiquement votre environnement avec ce qui jusqu'alors vous semblait,à tort, vous appartenir et ce, plus particulièrement dans le cas de familles mono-parentales dans lesquelles le "chef" de famille est une mère à emplois précaires et qui, insultée dans son immeuble voire dans le quartier se retrouve humiliée par ceux-là mêmes qu'elle avait emmenés pour fuir la violence conjugale.

Nous est-il si difficile de comprendre la jouissance, pour ces mal-aimés et si injustement déconsidérés, d'une diffusion d'un moment bien mérité de vedettariat sur YouTube voire sur certains blogs si pauvres en contenu, lorsqu'au moyen d'un gsm, ils filment tant les gifles ou crachats adressés aux passants incrédules et apeurés que l'agonie d'une personne victime de la violence des coups assénés.

Là encore, nous n'aurons pas trop de difficultés à trouver la cause dans la diffusion télévisuelle de dessins animés par trop violents (il est vrai que les images de certains Mickey sont insoutenables) surtout pour des esprits aussi développés mais néanmoins incapables de la moindre analyse critique ainsi que de la nécessaire et plus élémentaire distance intellectuelle.

Quand on vous disait qu'il ne s'agissait là que d'une infime partie de la jeunesse souvent confinée et peu habituée aux grands déplacements, cela devrait suffire à vous rassurer...

Pour autant, il ne faudrait pas que l'image de la jeunesse soit écornée et ternie par cette minorité mal-agissante et une grande vigilance des jeunes sera la meilleure arme anti propagande à l'encontre de ces trublions.

Conclusion

Dans nos classes multi-intégrées, l'exemple à suivre venant rarement des plus motivés, tant ils sont marginalisés voire victimes d'agression et de chantages, il n'est pas anormal, quoique d'aucuns feignent de s'en étonner, de constater la baisse du niveau global d'un enseignement prodigué par des professeurs souvent confrontés d'un côté à la violence des enfants et de leurs parents et d'un autre au quota de réussite voulu par les autorités déterminant les subsides futurs.

Croire que cet état de choses puisse s'améliorer est un leurre tant nos sociétés ont sombrés dans la culture de l'excuse, du repentir et du sentiment que si quelqu'un a commis une faute c'est moins lui le coupable que l'environnement familial, social et culturel dans lequel il évoluait.
Ainsi d'aménagements particuliers en accompagnements personnalisés, l'affadissement des normes générales de qualité est programmé et conduisent à ce que ce ne soit plus le plus grand nombre qui bénéficie de l'opportunité de monter dans le "fameux" ascenseur social mais que seule une élite sur-protégée puisse conserver les leviers de la connaissance et...du pouvoir!.

 

 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : societe, faits divers, violence, infos, actualite | |  Facebook | | | | Pin it! |