15/01/2018

Nouveau monde: Retour vers le passé.

Société, Politique, Hommes, Femmes, .

.

MIEUX AVANT?: Nostalgie ou constat.

 

Paradoxal de constater à quel point les dérives en matière de restriction des libertés individuelles, malgré les dénégations politiques qui se pensent guides d'un nouveau monde plus ouvert, ne sont qu'une régression progressive des droits et des espaces de tolérance acquis principalement au cours de la deuxième moitié du XXè siècle, connue aussi pour les innovations technologiques et divers conforts de vie conçus par la génération des Baby Boomers qui, maintenant devenus les Papy Boomers ne peuvent que constater ces reculs auxquels les générations seront confrontés.

Serait-ce par propagande idéologique que ces béats du "Politiquement correct" sont à ce point aveuglés au point de faire semblant de ne s'apercevoir d'aucuns reculs tant en droits qu'en devoirs pour la majorité des citoyens?.

 

LES RELIGIONS, cet opium légal.

 

S'il existait bien un domaine pour lequel on pouvait espérer qu'une diffusion plus large de l'information, des connaissances aurait permis aux hommes de ne plus être en capacité de se servir des religions qui ne sont toujours, au commencement, que des sectes fondées par un petit groupe d'individus probablement plus instruits que leurs congénères mais qui, au fil du temps, ont réussi à installer une légende, une croyance destinée à étendre l'influence, à récolter de l'argent mais aussi à conditionner et à instrumentaliser les plus faibles, les plus "fidèles" jusqu'à leur faire commettre au nom de dieux imaginaires les pires actes, les guerres les plus barbares.
Au lieu que la mondialisation des sources de la connaissance ait réussi à replacer, enfin, les religions au seul cercle privé et pratiquées au sein de lieux appropriés à l'exercice de chaque culte, ces croyances connaissent un formidable regain de popularité.

Notamment, et ne soyons pas comme la plupart des Bisounours qui s'imaginent parler au nom de tous, la religion musulmane dont le double jeu conscient ou non avec la propagande islamiste aura permis d'entretenir une confusion entre terrorisme et discrimination avec pour effet immédiat que les pays occidentaux dont les dirigeants s'efforcent de masquer leurs propres responsabilités dans l'émergence de foyers islamo-terroristes se sont montrés laxistes à outrance jusqu'à tordre le "vivre ensemble" en accordant à une seule communauté des privilèges intitulés accommodements raisonnables dont les femmes et pas que les musulmanes sont les premières victimes tout en combattant l'islamisme dit musulman avec ce quiproquo permanent, malsain entre les bons musulmans, eux-mêmes victimes des mauvais musulmans qui... détournaient la foi!.
Pour ne pas fustiger la communauté la plus revendicatrice que tout le monde a reconnu sans même la nommer, d'autres en arrivent, après les seins à cacher dont l'article parlera ci-dessous, à cacher les saints et croix d'une autre religion concurrente (Crèches municipales ou Croix du Sacré-Coeur à la RATP) quitte, par contre, à faire admettre, sans quoi on aura droit au procès en discrimination raciste, qu'ils puissent y avoir des prières de rue, des plages horaires et locaux en entreprises privées et publiques pour leur propre pratique cultuelle!.

Egalité Hommes-Femmes... Femmes-Hommes!.

S'il y a bien un domaine où l'évolution, pour ne pas dire révolution, les reculs en matière de droits sont déjà visibles et ne présagent rien de bon dans un avenir proche, c'est celui qui codifie le rapport entre hommes et femmes.
Entre les droits progressivement acquis lors de la deuxième moitié du XXè siécle qui permettaient aux femmes de pouvoir, entre autres avancées, signer, acheter, se déplacer sans l'aval d'un homme, de pouvoir s'habiller comme elles le voulaient, avorter quitte à en choquer certains qui, du temps des Baby Boomers, n'étaient pas majoritairement influents car perçus comme de vieux réfractaires ou des adorateurs de bigoteries diverses décadents et les temps actuels où, hormis la confusion provocatrice d'avoir inventé des genres nouveaux, la pression sociale dont on notera la concomitance avec le retour en force des communautarismes  essentiellement religieux et, objectivement, en particulier celui de la revendication musulmane à plus de respect non pas aux lois pour tous et toutes mais bien à la soumission au Coran voire à ce qu'il est supposé dire, interdire...

Le conditionnement des pensées, des comportements a pour victimes exclusives les femmes non seulement musulmanes mais également toutes les autres, croyantes ou non.
Et, souvent les interdits succèdent aux hypocrites arguments tel celui de l'exposition seins nus à la plage qui, conseil de ces nouveaux dictateurs des pensées et comportements, seraient vecteur de cancer dudit sein... (vive le burkini remboursé par la Sécurité sociale!) étant entendu que les hommes, eux, peuvent continuer à bronzer vêtus du seul short.
Probablement pour ces mêmes raison de protection de la santé des femmes, ces pauvres "choses", de plus en plus de voix, d'actes concernent le recouvrement de la poitrine féminine sur des peintures, affiches et ... statues!.
Les mêmes, ceux qui voient des saints ailleurs mais refusent de voir des seins partout réussissent à infuser l'idée du respect de la femme pour interdire toute vue de poitrine féminine en public sans se soucier de savoir si, par seul principe du droit à l'égalité et à la liberté de chacune de disposer à sa guise de son propre corps, cela leur sied ou non quitte, autre revendication sexiste, machiste ciblée d'obtenir des lieux, des heures voire des transports uniquement réservés aux femmes... dignes d'être respectées car se conformant aux interdits décrétés... pour leur bien, évidemment.
Faut-il revenir sur les multiples cas montrant via témoignages, plaintes et vidéos que de plus en plus de quartiers, de villes, d'espaces et/ou de transports publics ne permettent plus aux femmes de déambuler à toute heure de la journée et de la nuit autrement qu'affublée de l'éternel jeans et d'un haut ras du cou et non moulant ni pour le bas, ni pour le haut.
Alors, parler d'égalité des droits, du féminisme, d'émancipation et de libertés nouvelles doit bien faire sourire ceux qui, pour l'instant, domine le débat en discriminant les droits et devoirs des unes vis à vis des autres.

 

LIBERTE D'EXPRESSION

Ici aussi, la fin du XXè siècle semblait propice à l'avènement d'une conscience collective, d'une réflexion plus globale augurant de débats sur tous sujets ouverts à tous et à toutes sans filtre certes de qualité inégale grâce à l'émergence des différents réseaux sociaux qui, contrairement aux espaces médiatiques restreints à un entre-soi, aux meetings politiques siglés qui l'un comme l'autre ne sont que des porte-voix adressés aux citoyens convaincus mais passifs.
Au lieu d'une vérité aimablement assénée par les gens d'en haut à destination des gens d'en bas, les réseaux sociaux auront permis de rétablir, pour autant qu'elle ait jamais existée, le seul et authentique équilibre démocratique dans son acception originelle qui veut que c'est le peuple qui s'exprime, qui choisit pour lui-même.

La force des réseaux sociaux sera bien vite sa faiblesse tant il apparaîtra aux yeux des "élites" que laisser la liberté d'opinion des "peuples" s'exprimer publiquement comporte le danger tant pour les médias qui se voient déposséder de l'exclusivité d'émettre des opinions de "spécialistes", de relater des faits choisis par eux, de voir  s'amenuiser leurs recettes publicitaires suite aux ventes en diminution drastique que des politiciens, peu habitués à une contestation publique et/ou à subir constamment la mise en cause de leurs propos, le rappel de leurs mensonges, contradictions et revirements électoralistes... sans parler des différents scandales financiers!.
Etant entendu qu'il n'était pas possible de tolérer cette liberté citoyenne plus longtemps, le recours à l'argumentation classique qui sied pour toute restriction arbitraire sera que, pour le bien du peuple apparemment composé majoritairement d'imbéciles incapables de faire la part des choses dénués de toute faculté intellectuelle minimale de discernement, les élites veilleront à brider, à sanctionner tout ce qui pourrait contrevenir aux desseins de l'establishment.

Ce retour à une censure "light" qui se drape dans la bienveillante protection des plus faibles censés ne faire partie que du "peuple" va, depuis peu, bien au-delà des mises en garde lorsque certains qui se disent appartenir aux "élites" n'hésitent même plus à réécrire l'Histoire mais aussi les scénarios de films (cigarettes, alcools voire acteurs déchus), de pièces de théâtre (final de Carmen).

Article à lire: Propagande, Fake News... et manipulation!.

HUMOUR

Cette obsession presqu'existentielle, au sens que bon nombre de dirigeants comprend que la liberté mondialisée met leurs places et privilèges en péril, notamment au travers de réseaux sociaux que d'aucuns, jouant sur la peur du nouvel ordre mondial (dont, eux-mêmes sont les instigateurs) tentent assez grossièrement de faire passer pour des tentacules mondiales de la pieuvre américaine dénommée GAFA.

Le "politiquement correct" est actif dans tous les domaines de la vie sociale tant il permet, sous les dehors relevés plus haut de protection des citoyens, ces pauvres hères démunis, s'attaque même, sans rire!, à l'humour en définissant ce qui est permis ou non.
En résumé, on s'interdira toutes blagues en premier lieu sur ces religions, ces croyances qui, parait-il, véhiculent des valeurs de partage, de tolérance, d'amour des autres.
Silence sur les juifs par crainte d'antisémitisme, idem sur les musulmans par crainte d'islamophobie.
Par contre, étant donné que les cathos sont nettement moins revendicateurs ou sujets à grabuges, s'en moquer reste toujours permis.
Silence également concernant tout type de sexualité non hétéro, hors interdictions ci-dessus auxquelles on se doit d'ajouter les non blancs pour ne pas dire noirs et ce, en toutes occasions ou tous supports (Carnavals, blagues entre potes sur Instagram, Bandes dessinées jusqu'aux procès à l'encontre d'auteurs-dessinateurs morts, films).
Quant aux femmes, depuis un certain #BalanceTonPorc, il conviendra de s'en abstenir sous peine de sexisme... et de se faire virer (Tex sur france2).

Article à lire: BalanceTonPorc

Sur un plan plus général, on s'interdira voire on revisitera pour les adapter tout film dont les héros fument (du moins la cigarette...), boivent de l'alcool (pour le bon vin... français, on verra) et la liste des interdits voulus par les guides du Nouveau Monde est si longue et variée qu'on ne peut, si on a encore une notion suffisante de la liberté d'expression ou de l'humour qui tolèrerait autre chose que la seule autodérision, que regretter que sa présence soit limitée à peau de chagrin.
Pas étonnant qu'au vu de toutes ces contraintes, l'humour français... lorsqu'il n'est pas le plagiat de l'humour américain ressort du formol les vieilles blagues belges, quitte à être bête et raciste, une fois!.

CONCLUSION

Regrettable d'avoir à constater qu'en définitive, le temps d'avant, celui des Baby Boomers, aura été une parenthèse plus heureuse et libre de ce "vivre ensemble" dont on nous rebat les oreilles au point de se dire qu'il n'existe pas, plus.
Bientôt f
ini le temps où l'individu pouvait avoir l'ambition de réussir, de s'épanouir sans trop de contraintes au sein de nations concurrentes mais indépendantes.
Voici le temps où cet autre individu ne sera qu'un pion d'une société qui le dépasse au sein d'une nation, elle-même qu'une pièce de pôles régionaux façon "machin made in UE" lui même n'étant qu'une partie de ce puzzle globalisé.
Le livre posthume du regretté Jean d'Ormesson: "Et moi, je vis toujours" (Ed Gallimard) ne fera qu'ajouter un témoignage supplémentaire au constat affligeant, non pas d'une nostalgie idiote, d'un abaissement des normes, d'un affadissement des valeurs, d'un recul des libertés individuelles.
Faudra t'il que pour que cette société ne verse dans l'obscurantisme des croyances religieuses ou non, il faille se raccrocher à l'espoir que l'avènement de l'intelligence artificielle comme seul obstacle à la propagation de la bêtise réelle?!.
Notons que les apôtres de la défiance envers les réseaux sociaux trop libres à leur goût se montrent tout autant méfiants à l'égard de cet IA qui pourrait remettre en cause leurs "vérités"...

Article sélectionné par le site AGORAVOX
Pour le lire, le noter et le sélectionner directement sur ce site, cliquez  ICI

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : politique, twitter, facebook, réseaux sociaux, société, fake news, féminisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/02/2017

Démondialisation, décroissance: l'utopie des perdants

Démondialisation, Croissance, Economie, Société, Politique, USA, Europe, Monde

 

 

 

 

.

.

(Dé)MONDIALISATION POLITIQUE

Intéressant, pour ne pas dire hypocrite, de constater que ce sont les héritiers de ceux qui, durant des décennies, ont conquis le monde afin de mieux encore en exploiter à leur meilleur profit toutes les richesses minières, humaines à disposition jusqu'à le globaliser au titre d'échanges commerciaux indispensables à maintenir la croissance des pays dits développés.
De par notre niveau de vie élevé entretenu par l'abandon des travaux les plus pénibles, par un niveau de salaires et de qualité de vie rendu possible grâce à ceux qui dans d'autres régions moins favorisées avaient à produire dans des conditions nettement moins privilégiées ce dont nous, occidentaux européens, avions jugé comme étant indispensables à notre confort, il s'est avéré, qu'au fil de ces échanges commerciaux, ceci a fini par offrir quelques opportunités d'enrichissement voire surtout de potentiel concurrentiel à moindre coût dans ces pays "sous-développés" qui, à présent, les rendent nettement moins dépendants, dociles.

Du fait de récentes irresponsabilités géopolitiques couplées à une évidente suffisance économique, le déclin européen voire occidental a bien commencé et c'est à ce moment précis que certains, faisant ce constat, préfèrent prôner la démondialisation non par "humanisme" mais bien par peur de voir ce déclassement se poursuivre et les confronter à leurs seules et propres irresponsabilités aux yeux des citoyens qui, eux, progressivement comprennent que, notamment, le soi-disant attachement à l'Europe "intégrée" à tout le moins dans sa difformité actuelle, n'est que posture idéologique et volonté politique afin de conserver pouvoir et privilèges liés aux innombrables fonctions et postes créés par ce "machin"!.
Plutôt confortable pour ces dirigeants de pays, il y a peu, encore libres et autonomes de pouvoir constamment se réfugier derrière le paravent "Europe" pour éviter d'assumer les fâcheuses conséquences pour les citoyens, les entreprises de multiples règlements et décisions plus idéologiques que responsables et efficaces.
Comme toutes les utopies, ces idées souvent farfelues, ne deviennent dommageables pour l'ensemble d'une population que lorsqu'elles sont imposées par quelques-uns qui, comme toujours, ne le font qu'au nom du bien pour tous...

L'Occident, en particulier, l'Europe, habitué à imposer par la force tant via les invasions passées au nom de la diffusion de la (sa) civilisation que par les ingérences récentes au doux nom de la démocratie ne peut se résoudre à constater que sa suprématie, son influence se réduise drastiquement au profit d'un monde multi-polaire moins servile, moins sensible aux discours si "Politiquement corrects" qui, in fine, ne sont que tentatives plutôt lâches d'éviter que d'autres régions dites émergentes ne finissent par être tentées de nous rendre dépendantes d'elles...

La démondialisation ainsi présentée n'est finalement que l'aveu de faiblesse des puissances d'autrefois qui, conscientes d'avoir perdu le contrôle du pouvoir mondial, tentent d'imposer un autre concept au sein duquel elles seraient à nouveau les guides.
Parmi ceux qui partagent tout ou partie de cet article, citons le livre: La Démondialisation de J. Sapir.

Dès lors que ce constat de perte de contrôle des idées, du pouvoir est fait, il n'y a rien d'étonnant à voir surgir quelques politiciens, essentiellement de gauche, qui tentent de convaincre via des élucubrations programmatiques aux financements approximatifs, théoriques et dont les résultats, hormis leurs seules certitudes, sont autant de sauts dans un vide aussi grand que le monde lui-même.

DECROISSANCE, alliée de la DEMONDIALISATION

L'une n'est pas (ou ne devrait pas être) obligatoirement liée à l'autre même si pour la plupart elles le devraient.
Comme pour bien d'autres sujets, on constate que tel un balancier, après un mouvement ascendant vient son exact opposé sans, pour autant, qu'on puisse parler d'équilibre ou alors sera t'il de courte durée.

Sinon à la base de ces idéologies, on voit souvent poindre la recherche, la quête d'un monde meilleur, plus humain voire plus spirituel ou contemplatif avec sa kyrielle de théories, de pratiques vivement conseillées par quantité de pseudo-thérapeutes, de gourous et autres guides qui se distinguent par des tarifs prohibitifs inversement proportionnels aux bienfaits ressentis.
Mais ne généralisons pas en pensant que toute philosophie comme toute religion est soit indispensable à son épanouissement personnel ou pire que seule une seule pensée, une seule croyance soit tolérable et laissons à ces "disciples" le soin d'évoluer au sein d'une société qui, à l'inverse de celle qu'ils tentent d'imposer, leur laisse toute liberté à exprimer leur mal-être, leurs revendications et critiques d'un système, certes perfectible, qui les nourrit.

S'y engouffrent avec volupté et besoin de reconnaissance (publicité étant un mot interdit) tous les tenants du commerce local (qui aimerait pourtant tant grandir... comme ces concurrents qu'il fustige), ces clients associatifs qui adorent l'Europe, abhorrent les nationalismes mais paient en monnaie locale du quartier et tant d'autres initiatives qui dureront le temps de l'originalité et de la contestation sympathique type bobos.

De là à se laisser berner par ces interminables mises en garde contre les méfaits, à les entendre presque volontairement étudiés, de la société dite de consommation, présentée comme consumériste et avilissante car, à l'instar, des autres chapitres de cet article, le peuple n'est, pour ces "élites", pour ces "gardiens de l'esprit", pas en capacité intellectuelle de faire la part des choses, de juger de l'opportunité d'acheter un produit notamment associé à une campagne publicitaire ce qui, une fois encore, pour ces auto-proclamés sachants, obligerait ce consommateur présumé idiot à succomber sans discernement à l'achat irréfléchi.
Quel mépris faut-il afficher pour en arriver à défendre de tels partis pris?!.

Néanmoins, à titre de diversité et sans probable réciprocité pour autant..., voici un des liens (à consommer avec modération!) vers la promotion de la décroissance.
Pour une société de décroissance: cliquez  ICI

RESEAUX SOCIAUX

A l'image de ce qui précède, la préoccupation de contrôle des réseaux sociaux par le pouvoir médiatico-politique relève quelque peu de la même approche de ceux qui, voyant émerger un véritable phénomène de libération des consciences, de la parole libre et des idées fussent-elles de qualité variable, prennent peur quant à leurs capacités, jusqu'ici préservées, de conditionner, d'informer, de désinformer l'opinion publique, les citoyens et donc les électeurs, les consommateurs.

Après avoir tenté d'en minimiser l'impact, ces pouvoirs ont bien dû constater que le temps d'asséner des vérités non avérées, des slogans simplistes et démagogiques était révolu du fait de la possibilité offerte à tout citoyen de remonter, grâce à Internet, à toutes les sources et de s'assurer de la véracité des déclarations, des preuves avancées avec pour conséquence néfaste pour tous ces tenants de la propagande médiatico-politique qui s'autoproclament "élites" de voir leurs multiples assertions, leurs prophéties contredites et, ô horreur, mises en ligne au vu et au su de ceux qu'ils continuent de vouloir dominer, à savoir le "peuple"!.
Depuis lors, on a droit à l'affichage d'un mépris certain pour ce peuple qui ose défier les élites et de caricaturer ce rééquilibrage des pouvoirs en parlant d'un imaginaire fossé entre les uns (d'en bas) et les autres (d'en haut) sans oublier que pour nuire à tout débat surtout si l'on manque d'arguments, il suffit de qualifier son contradicteur de populiste voire de fasciste!. 

Ici encore, on sent poindre, sous hypocrite excuse de protection de la population, une volonté des pouvoirs mis en cause de freiner ce mouvement, lui aussi mondialisé, d'une expression libéré qui, ô horreur..., pourrait remettre en cause des décennies d'un pouvoir assez tranquille laissé à cette caste de l'entre-soi qui semble avoir beaucoup de mal à admettre que parmi la société civile, il existe une proportion forte d'individus instruits qui ne supportent plus ces diktats technocratiques parfois irresponsables mais jamais coupables des conséquences néfastes, ces jugements médiatiques essentiellement publiés par idéologie et en toute subjectivité.

Conclusion

Si reconnaître que dictature et démocratie ne sont en rien comparables lorsqu'il s'agit d'évaluer la qualité de vie, les libertés individuelles que garantit ou dénie l'un ou l'autre de ces régimes, il reste de la lecture de cet article le sentiment que le pouvoir quel qu'il soit perçoit dans l'accessibilité au plus grand nombre à différents outils, libres et gratuits, de vérification, de comparaison, de revendication que procure la mondialisation, les dangers de perdre tout ou partie d'un pouvoir auquel ils sont habitués et dont ils se croient les seuls à avoir la capacité à l'exercer.
Pour la démocratie et surtout chez ceux qui en parlent le plus, il est à se demander si, l'ennemi n'est pas la liberté.

Article sélectionné par le site Agoravox
Pour le lire, le commenter et voter: cliquez  ICI

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : politique, société, démondialisation, libertés, facebook, twitter, usa, europe | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/09/2016

Leader d'opinion, les clés de la réussite.

Opinions,Journalisme,Politique,Société,Médias,People.

.

OPINIONS ou CONVICTIONS

Lors d'un débat, d'une discussion, d'un article, on s'apercevra que deux tendances principales émergent assez rapidement selon que certains soutiendront, sans forcément beaucoup de convictions, une idée globalement partagée par des "élites" médiatiques, politiques essentiellement préoccupés par le ralliement du plus grand nombre à une ligne éditoriale, à une idéologie, une propagande.
Le but étant plus de servir leurs intérêts commerciaux en fidélisant une audience qui contribue à préserver leur activité médiatique, journalistique pour les uns et, pour les autres, de convaincre un maximum d'électeurs de manière à leur assurer un plan de carrière politique le plus glorieux, le plus rémunérateur possible.
D'autres, certes beaucoup moins nombreux mais éminemment plus intéressants tentent de contribuer aux débats de société en distillant des propos critiques, des idées la plupart du temps en contradiction avec le consensus mou autrement qualifié de "politiquement correct" qui, quoique majoritaire auprès des bien-pensants, manque de fond, tant ces discours lénifiants sont sans surprise, lisses et insipides d'où leur audience forte car ne choquant personne.

Chacun connaît les noms de ces pourfendeurs de la prose médiatico-politique habituelle qui, pour ces polémistes n'a que le mérite d'annihiler toute capacité à la réflexion, à la contestation
Aussi, il n'est que normal que ces "empêcheurs de tourner en rond" soient l'objet de railleries, de quolibets et d'insultes émises soit pour détourner le public du fond du débat, soit pour occulter leur manque d'arguments face à ces maîtres de la remise en question de toutes les idées communément réputées comme inattaquables.
Parmi les insultes les plus utilisées par les plus soumis à un entre soi corporatiste, celles de racistes, de xénophobes, de fascistes suivant le sujet et/ou la gradation nécessaire à clore le débat sont récurrentes tout en ne démontrant que la volonté non pas de débattre mais bien de protéger la propagande simpliste dont ils sont les tristes porte-paroles.

OPINIONS et CONVICTIONS: RESEAUX SOCIAUX

Les réseaux sociaux et plus spécifiquement Facebook ont réussi, au grand dam des tenants du "politiquement correct" et du consensus utile, à exacerber tout débat en une confrontation certes parfois violente voire grossière qui, n'en déplaise aux adeptes d'une acceptation des discours consensuels tels que décrits plus haut, reflète bien plus réellement l'opinion et ses courants que toute autre évaluation réalisée via sondages approximatifs.

Il est évident que la parole libérée de tout carcan médiatico-politique qui, en réaction, fustige ces réseaux sociaux alors même qu'ils ne sont que le reflet authentique de la réalité d'une société en déliquescence opposée, fracturée que, par intérêt bien compris, ceux qui s'auto-proclament "élites" s'évertuent à faire semblant de refuser de peur que ce constat d'échec qu'il disent nier ne leur soit reproché avec les conséquences qu'on imagine pour le maintien de leurs privilèges et mandats.

Sachant cela, il est évident qu'être un leader d'opinions de type polémiste relève sinon de l'exploit au moins de la stricte observance d'une discipline qui, quoiqu'il en coûte en termes de fierté personnelle, de frustration bien légitime, passe par le refus absolu de répliquer aux commentaires, y compris ceux qui, via des insultes personnelles, n'ont la capacité intellectuelle (facilement détectable) d'argumenter le fond de l'article posté.
Ainsi vaut-il mieux que l'absence de réactions aux insultes apparaisse comme un bien réel mépris pour ceux qui vous provoquent plutôt que d'entrer dans le jeu malsain de ces derniers.
Car, il serait illusoire de croire que tous les commentaires postés à la suite d'un article sont l'œuvre de personnes ayant pris le temps de lire votre publication en entier voire de l'avoir comprise d'où les inévitables insultes personnalisées qui n'ont aucun rapport avec les sujets polémiques évoqués.
Bien évidemment, vous pouvez aussi choisir de modérer les commentaires avant publications mais ceci risque de vous prendre beaucoup de temps et, surtout, après une certaine accumulation de "bêtises" lues à supprimer de provoquer l'envie de répondre, de remettre les pendules à l'heure et de souligner ces idioties vous entraînant de facto dans une suite de réponses inutiles.
Aussi, le conseil serait de n'autoriser tout commentaire non pas sur votre blog/site principal mais bien sur toute déclinaison de vos publications postées via les multiples applications et réseaux sociaux à votre disposition.
Certes, ceci ralentira le flux de visites vers votre site mais garantira sa qualité.

L'important pour construire, maintenir et développer un réseau significatif qui suit vos publications n'est pas de courir après un nombre de "faux amis" mais plutôt de veiller à ce que le nombre d'abonnés soit en augmentation.
De même que, plus lors des réactions à vos commentaires, le nombre d'insultes ne soit qu'une fraction minoritaire face à l'adhésion que vos opinions susciteront.
Ne perdons pas de vue qu'à la différence d'un élu, d'un journaliste, le but d'un leader d'opinions, même si celui-ci avoir été auparavant élu ou journaliste, réside dans son indépendance d'esprit et de lobbys par son ouverture à la contestation, aux débats d'idées contradictoires, à l'argumentation de convictions et non dans l'affirmation, somme toute assez bornée d'une opinion partagée par le groupe duquel il est issu ou envers lequel il est redevable. 

Veillez à entretenir votre réputation par la mise en ligne régulière d'articles originaux postés sur votre blog ou site personnel même si ceux-ci enregistreront une audience plus faible que quelques phrases postées au bas d'un article sur les réseaux sociaux.

CONCLUSION

Si, jusqu'il y a peu, la quantité des canaux de diffusion était limitée et ne permettait qu'à quelques individus, tribuns, philosophes, religieux de s'exprimer, de convaincre le "peuple", l'évolution de la technique a permis d'ouvrir le champ de la communication aux chefs de partis politiques, aux lobbys financiers, aux entreprises commerciales.

Seule la parole individuelle ne pouvait s'exprimer sinon au travers d'hypothétiques groupements et associations avec, toujours l'expression de ces ensembles réduite à une synthèse généraliste, imparfaite.
Jusqu'au moment où grâce à Internet et ses réseaux sociaux, la parole, la libre expression se libère... et fait déjà peur à ceux qui, comme décrit plus haut, se satisfaisaient d'exprimer, au supposé nom de tous, la "bonne" parole!.
Par conséquent, tout quiconque peut devenir un leader d'opinions en vertu de ses seules qualités intellectuelles, philosophiques, scientifiques et ne doit en rien être un "people" ou un membre d'une corporation médiatique, politique quelconque pour diffuser ses idées, ses conclusions et rassembler un maximum d'individus en accord avec celles-ci.
Sans participer à l'affichage médiatico-politique quelque peu suffisant qui se colle à elle-même l'étiquette d'élite, il faut néanmoins disposer d'un bagage intellectuel suffisant, idéalement de type universitaire sans quoi, rien ne distinguerait les inepties d'une Nabilla et la horde de "vedettes" de télé-réalités ou un Hanouna et autres animateurs de talk-show ayant un avis sur tout et n'importe quoi et qui, pourtant affichent tous et toutes des scores importants sur Instagram, YouTube, Twitter et Facebook d'articles, publications, débats des Attali, Sifaoui, Zemmour, Onfray, Finkielkraut et autres intellectuel(le)s de renom.

Pour exemple: un des livres de celui qui suscite le plus de réactions voire de haine, Eric Zemmour.  
Lien, cliquez sur:   Le Bûcher des vanités 2 (E. Zemmour) 
Quant à cet autre intellectuel polémiste bien connu M. Onfray, retrouvez son site en cliquant ICI 

Toute opinion aussi débile puisse t'elle être ou paraître est respectable et ce sera aux individus à juger si leur savoir, leur bagage intellectuel est plus en accord avec les élucubrations des uns ou les raisonnements des autres.
Ce qui, n'en doutons pas, en fonction des approbations respectivement obtenues confortera l'"élite politico-médiatique" dans leurs certitudes que le matraquage d'idées simplistes, binaires saura leur assurer pour quelques temps encore un bel avenir...

Pour conclure et en revenir aux clés de réussite indispensables à tout leader d'opinions, celui-ci se doit de considérer qu'une fois son article, son opinion publiée, postée, celle-ci ne lui appartient plus et que, librement sur les réseaux sociaux, elle cheminera au gré des clics, des réactions positives ou non en incitant vos abonnés et/ou lecteurs d'un jour à débattre quelquefois violemment, parfois grossièrement, au départ de ce que vous aurez posté sans que vous ayez à féliciter ou à sanctionner vos contradicteurs.
Un leader d'opinion, surtout s'il est polémiste non dans la volonté (comme certains animateurs, chroniqueurs d'émissions "talk-show") de nuire, d'humilier tant le débat est inexistant lorsque celui qui est censé l'animer n'accepte aucune remise en cause de ses seuls propres "arguments" mais bien dans la satisfaction de constater que son raisonnement, fut-il ironique, moqueur mais jamais ni insultant, ni vulgaire, emporte sinon une adhésion massive, au minimum le respect de ceux-celles qui, tout en partageant pas ces analyses de faits de société ou de politique, ont l'ouverture d'esprit et le bagage intellectuel suffisant pour y apporter leurs propres conclusions.
Quelle jouissance extrême résultant de cette forme de masturbation intellectuelle lorsque la vigueur des réactions contribue à alimenter votre débat jusqu'à accepter que pour certain(e)s inaptes à la confrontation des mots, des idées, leurs seules réactions ne se résument qu'à des insultes vulgaires, de plus rarement correctement orthographiées.

C'est cela (aussi) la liberté d'expression!.

Profil Facebook de l'auteur:
Page L' INFOTOX Facebook: Cliquez ICI Facebook 
Page L' INFOTOX Twitter: Cliquez ICI Twitter  

Article sélectionné par le site AGORAVOX.
Pour lire, noter et commenter cet article sur AGORAVOX, cliquez  ICI Agoravox 

 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : opinions, leader, société, expression, libertés, facebook, twitter | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/01/2014

LOGICIELS: 10 New: Mediafire, Tor...

Tor,Internet,Réseau,Logiciels,Gratuits,Freeware.

TOR

.

Tous les LOGICIELS Gratuits avec descriptions et liens directs classés dans les rubriques LOGICIELS (Colonne gauche).

Ou Cliquez sur la photo ci-dessus pour afficher tous les Update.

Et aussi:

Par rubrique ci-dessous en cliquant sur les liens de chaque Catégorie.

--------------------------------------------------------------------------------------

LOGICIELS: Astuces Gadgets (A-N):
Liens: http://infotox.skynetblogs.be/logiciels-astuces-gadgets-a...

---------------------------------------------

- Izea
- Noteo
.

LOGICIELS: Astuces Gadgets (0-Z):
Liens: http://infotox.skynetblogs.be/logiciels-astuces-gadgets-o...

---------------------------------------------

- SocialSafe
- WeFollow
- SeenThis
.

LOGICIELS: Jeux Music Photos:
Liens: http://infotox.skynetblogs.be/logiciels-jeux-music-photos/

---------------------------------------

- LolliPic

.

LOGICIELS: Sécurités Utilitaires:
Liens: http://infotox.skynetblogs.be/logiciels-securites-utilita...

------------------------------------------

- MediaFire
- WeTransferPlus
- Tor
- Scribens

.
_________________________________________________________________________

Pour rappel:

Tous les liens directs vers tous les logiciels gratuits à retrouver dans les rubriques LOGICIELS.

Publié dans LOGICIELS: Update | Lien permanent | Tags : logiciels, gratuits, freeware, tor, lollipic, twitter, internet | |  Facebook | | | | Pin it! |

25/12/2013

Top sélection de l'année 2013.

Best of,Sélection,INFOTOX. The WebMag,Actualités,Logiciels,SexyBabes.

Best of 2013

.

ACTUALITES: les articles les plus lus. Cliquez sur: LIRE

---------------------------------------------------------------

- Musulmans, Islamistes et/ou islamophobie:  LIRE 

- Acheter ou louer: Entre rêve et réalités:  LIRE

- Après le mariage, le divorce pour tous:  LIRE 

 

LOGICIELS: les plus consultés. Cliquez sur: CONSULTER

----------------------------------------------------------------

- Line, Wibbitz...:  CONSULTER

- Picozu, Skrill...:  CONSULTER

- WhatsApp, Pulse...:  CONSULTER 

 

SEXYBABES: les plus vues. Cliquez sur: VOIR

----------------------------------------------------

- Fanny Jandrain, Jaime Pressly...nues!:  VOIR

- Juliette Binoche, Katie Holmes...nues!:  VOIR

- Christine Bravo, Jessica Lange...nues!:  VOIR

-----------------------------------------------------

Pour suivre les articles, updates et commentaires d'INFOTOX. The WebMag. Cliquez sur: Page.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

TWITTERPage

FACEBOOKPage

SCOOP.ITPage

.

Et aussi les publications sur lesquelles vos commentaires, votes sont les bienvenus:

---------------------------------------------------------------------------------------------

AGORAVOXPage

LE PLUS NOUVEL OBSPage

HUFFINGTON: Page

.

INFOTOX. The WebMag vous remercie pour votre suivi sur tous ses liens et sites.

Publié dans Zap Médias | Lien permanent | Tags : infotox, best of, sélection, actualités, sexybabes, logiciels, twitter, facebook, agoravox | |  Facebook | | | | Pin it! |