15/07/2017

Ingérence démocratique, le néo-colonialisme occidental

Irak, Libye, Syrie, Occident, Orient, Arabes, Europe, USA, Guerres, Islamisme, ReligionsIrak, Bagdad, S. Hussein, Dictatures, .
Bagdad... libérée!.            Bagdad... sous dictature!.



Libérer et/ou détruire?

A chaque intervention occidentale, par ailleurs couverte ou non par l'ONU, les mêmes arguments pour la justifier, les mêmes "preuves irréfutables" et la même propagande médiatico-politique visant à préparer les populations européennes et américaines à entrevoir puis accepter voire réclamer la nécessaire entrée en guerre contre celui qui, après des années de "bons et loyaux" services en termes de fournitures au meilleur prix du produit de ressources naturelles abondantes, a la tentation de changer d'alliance ou de modifier à son avantage les termes de ces contrats juteux essentiellement pour l'Occident suffisamment hypocrite pour s'être montré jusqu'alors nettement moins tatillon, révolté par les conditions de vie d'une population qui ne deviennent intolérables qu'à la suite de la volonté de ces dirigeants, certes dictateurs aux pratiques, depuis toujours, peu compatibles avec les valeurs dites démocratiques, de se défaire de la pesante tutelle occidentale.
.
Néanmoins et quelques témoignages encore disponibles relativisent ce constat de dictature fait à postériori (en justification des actions militaires) tant dans la pratique relativement tolérée de cultes non musulmans que, surtout, dans l'accession à une certaine autonomie, presque liberté, des femmes tant en matière d'instruction, d'études universitaires que dans la possibilité de circuler, de se vêtir sinon de manière totalement selon leur goût résultant d'un choix personnel et autonome, au moins sans avoir à se balader accompagnée, de se couvrir totalement.
De même, bien d'autres régimes qualifiés d'autoritaires ont, de par le monde, imposer et imposent toujours à leurs populations des conditions de vie bien plus restrictives pour ne pas dire archaïques sous couvert, la plupart du temps, d'un soi-disant respect à une religion quand ce ne sont pas des mœurs claniques ancestrales qui maintiennent toute une nation sous le joug de chefs, de guides et présidents bien plus sanguinaires, fantasques et dangereux que ceux que l'Occident a estimé devoir tuer...
Preuve, s'il en fallait une, que l'ingérence démocratique n'est jamais le fruit d'une généreuse réflexion humaine, humanitaire soucieuse du bien-être de certaines populations brimées mais bien le calcul froid, à tort ou à raison, de stratégies géo-politiques et/ou économiques qui tiennent compte des antagonismes régionaux, des luttes d'influences locales sans oublier, le conflit syrien en est la dernière démonstration, des alliances quelquefois irréalistes entre des combattants qualifiés de résistants alors qu'ils sont, à l'évidence, des terroristes et des pays occidentaux tenus de les soutenir presque pour la seule (mauvaise) raison qu'en face, le régime officiel, jusqu'ici, légitime de Syrie est allié aux russes!.

Libye, Dictature, Kadhafi, Libye, Daech, France, USA, Islamisme, Religions
Libye... sous dictature!      Libye libérée... sous Daech!.

 

Libres enfin

Faut-il être à ce point aveugle, indifférent ou alors conditionné par le battage médiatique pour que les populations occidentales ne se rendent pas compte, en dépit des conséquences identiques à chaque sortie de conflit, que ceux-celles que l'on disait avoir la volonté de libérer ont, du moins pour les survivants!, à vivre dans un environnement entièrement détruit, contrôlé par des petits chefs de guerre issus de clans jusqu'alors maintenus fermement dans un semblant d'unité qui, toutefois, permettait une cohabitation plutôt pacifique pour la majorité des habitants effrayés par le chaos actuel.
Mais comme le mot échec ne fait pas partie du vocabulaire militaire et encore moins du dictionnaire des politiciens, les médias dont l'information peut fréquemment ressembler à un communiqué officiel se plaisent à poursuivre la promotion qui débute avec la mise en condition de l'intervention indispensable pour sauver une partie de l'humanité, se poursuit avec les images de destructions, de désolations pour les civils, surtout les enfants... causées exclusivement par le régime honni et se termine toujours en images et en témoignages de remerciements d'une population qui, tant qu'elle est victime du piège dans lequel les maintiennent les "gentils rebelles" soutenus par la coalition pro US (soit dit en passant se comportant en armée d'invasion car non invitée par le pouvoir en place), est tenue de se prêter à ce jeu TV aussi abject que macabre ou encore comme pour les "reportages" qui mettent en scène et sans un minimum de décence ou de gêne quelques enfants dépenaillés si tant est qu'ils soient dans le "bon" camp.
Osons remettre nos certitudes en doute lorsqu'on constate que les victimes ne sont intéressantes que si elles savent se montrer suffisamment hostiles au régime criminel d'Assad, et quelque peu oubliées lorsque leurs versions sont diamétralement opposées en affirmant, une fois la reconquête par l'armée syrienne menée à bien, avoir été les jouets, les victimes de brimades et atrocités quotidiennes perpétrées par les ex "gentils rebelles".
Mais bien entendu, les déclarations ne sont suspectes de mensonges que lorsque celles-ci viennent d'un camp condamné par l'armada occidentale.
A t'on dans ces cas précis d'attaques chimiques récentes et uniquement lors de ce dernier conflit syrien vérifié les dires de ces pauvres enfants portant masques à oxygène qui semblent répéter une leçon destinée à attendrir cœur et portefeuille des nombreux téléspectateurs européens, américains?.
Parler d'odeur forte, tenace, âcre et suffocante due à une attaque chimique au sarin déclenchée par l'armée syrienne alors que ce gaz est inodore d'où son extrême dangerosité car indétectable et donc extrêmement meurtrier n'a semblé interpellant ni pour les médias occidentaux et encore moins pour un D.Trump aussi imprévisible que belliqueux qui y vit l'opportunité de frapper, avec message personnel pour Poutine, un entrepôt militaire du régime et ce malgré les dénégations d'un régime en fort regain territorial et qui justement redoutait qu'une telle manipulation vienne le remettre en accusation de (nouveaux) crimes contre l'humanité ou les officiels russes qui soulevaient ces questions et exprimaient bien plus que des doutes sur la plausibilité de cette attaque "chimique" et avançaient un autre scénario bien plus réaliste forcément trop en faveur de ce "méchant" Assad pour qu'il soit examiné avec ce minimum d'objectivité qui fait tant défaut en matière de conflits au service d'une propagande idéologique, d'un dessein géo-stratégique.


Ici encore et comme généralement cela s'avère être la constante de toute guerre, faut-il remarquer le lourd tribut en termes d'exactions multiples et variées payé par les femmes et/ou l'effrayant retour en arrière de quelques décennies sinon plus encore imposé aux femmes en particulier mais aussi à cette volonté d'épuration ethnico-religieuse qui réduit à néant toutes chances de vie en harmonie et ce, en toute connivence d'intérêts bien compris avec les "libérateurs".

Irak, Bagdad, Université, Femmes, S. Hussein, Dictatures, .
Bagdad Université 1970

Conclusion

Tout d'abord, et pour éviter (quoique...) tout raccourci simpliste, nul être humain digne de ce nom ne peut défendre les régimes de dictatures "laïques ou religieux", nul être sensé ne prétend que les démocraties occidentales ne sont pas de bien meilleurs régimes respectueux d'un maximum de droits ou de conditions protégées de vie pour ses citoyens mais, en même temps, on se doit de faire objectivement la constatation que, d'une part les raisons invoquées pour autoriser un engagement dans la guerre ne sont ni évidentes quant aux preuves avancées ni empreintes d'un humanisme détaché de tout intérêt mondialisé ou que, pire encore, les conséquences pour le moins néfastes surtout pour les populations "libérées" voire depuis que le terrorisme islamisme, conçu et sorti de la boîte de Pandore que l'Occident a ouvert, a exporté sa lutte criminelle en pays occidentaux surpris d'assister à un spectacle d'attentats aveugles que leurs dirigeants apprentis chefs de guerre...du moins pour ce qui concerne des zones, des pays étrangers, éloignés des zones, des pays dans lesquels vivent leurs chers concitoyens ne pensaient pas voir se produire au détriment de leurs propres populations dont ils se disent pourtant responsables des réussites... mais jamais coupables pour les catastrophes.

De toute manière, le temps aura largement eu le temps de faire son œuvre de classement sans suite pour toute mise en accusation du vivant d'un tel ou d'un autre de ces dirigeants occidentaux qui, au mieux ou au pire, verront que les preuves avancées, les justifications voire les raisons de se réjouir de la victoire sur les "vilains" n'étaient que fabulations et arguments de campagne pour une (ré)élection avec le chapelet de bouleversements locaux, régionaux et les malheurs sans fin pour les populations qui ont eu l'insigne chance de ne pas mourir sous les bombes, sous les coups des nouveaux chefs post-conflits ou, migration oblige, de ne pas se noyer en mer...
A eux, la satisfaction de vivre libres et en paix dans des pays en ruines ou dans des camps de réfugiés sur zones ou, pour les mieux lotis, déplacés et/ou parqués dans des camps de fortune en Europe.
C'est vrai que pour ces gens-là, la vie sous dictature était vraiment invivable...
Et dire que certains s'étonnent qu'en toute grande majorité, ces gens-là détestent cordialement les occidentaux jusqu'à être bien plus nombreux, que le "politiquement correct" ne veut bien nous autoriser à penser, à soutenir discrètement, officieusement, le terrorisme qu'ils considèrent comme une revanche juste envers ce néo-colonialisme d'ingérence dite démocratique.

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : politique, guerres, religions, usa, occident, syrie, islam, société, europe | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/03/2011

Occident-Orient: La lutte finale.

Islam,Occident,Orient,Démocratie

.

REVOLUTIONS ARABES: Et ensuite?.

 

Le formidable et courageux mouvement populaire débuté en Tunisie et qui a initié un tel tsunami qu'en quelques semaines les dictateurs militaires arabes et leurs proches, coupables d'enrichissement personnel au détriment de leur propre population dépourvue de toute perspective d'épanouissement personnel et maintenue sous la terreur policière, ont été renversés au prix de fortes pertes civiles variant suivant le degré de folie meurtrière et la mégalomanie des tyrans en place.

Objectivement, même si ces populations arabes ont donné une véritable leçon de démocratie directe au monde entier au prix de leurs vies et ce sans le moindre soutien extérieur voire imposition par la force militaire sous couvert de l'ONU, on ne peut totalement exclure un scénario similaire à celui connu par les iraniens et ce plus ou moins brève échéance.

Bien sûr, ni le contexte, ni l'époque et encore moins les revendications affichées de libertés ne sont identiques avec le mouvement qui a porté Khomeiny au pouvoir mais, ces forces islamistes dont présentes et même si elles ont compris que le moment de s'afficher de manière trop radicale n'était pas encore venu, rien n'exclut, à priori, que cet élan de libertés ne soit, malheureusement pour ces peuples, que temporaire.

Car pour les autres démocraties et autres régimes plus ou moins libres de par ce monde, comme on a pu encore le constater, aucune dictature de quelque nature qu'elle soit, n'a jamais empêché le maintien de lucratives relations commerciales et politiques ni même de fortes amitiés personnelles avec ces tyrans religieux et/ou militaires!.

HISTORIQUE.

Une fois le constat établi, on peut tenter de mettre ceci en perspective historique afin d'en retirer les enseignements qui semblent s'imposer de manière, jusqu'à présent, irréversible.

Les luttes d'influence entre monde "chrétien" et monde "musulman" remontent dès avant l'origine de notre calendrier romain et de conquêtes en invasions en passant par inquisitions et répressions sans oublier le colonialisme et la décolonisation qui s'en suivit.

Soulignons que pour bon nombre d'ex colonisés, ce temps passé qu'ils n'ont pas connu leur donne les arguments d'anti-occidentalisme primaire, dernière civilisation colonisatrice en date, tout en relevant que dans ce domaine, non seulement suivant les époques, chacun fut le colonisateur de l'autre et que d'autre part, la nature humaine est ainsi faite qu'elle ressent le besoin vital de découvrir d'autres contrées et territoires qui, faut-il le souligner, ne sont pas tous aussi vierges de toute population que l'espace, prochain "terrain" de conquêtes...

Les ressentiments voire la haine ne devraient-ils pas être bien plus virulents et justifiés envers des dirigeants, véritables dictateurs qui au nom de supposés dieux ou doctrines économiques contraignent leurs propres populations à survivre plus qu'à vivre en leur imposant à tous et toutes une loi implacable et inviolable sous peine des pires exactions pendant qu'une oligarchie se permet toutes les outrances.

OCCIDENT: PERTE des VALEURS.

 

Si les tensions entre l'Occident (Europe ex Ouest et USA) et l'Orient plus particulièrement islamo-musulman, se font aussi prégnantes, c'est en grande partie la faute à l'incroyable suffisance qui a conduit quelques dirigeants américains et européens à permettre, par des choix stratégiques calamiteux, la naissance et la propagation de mouvements terroristes que l'on regroupe, trop facilement, sous le label idéologique d'Al Qaida.

Citons à titre d'exemples non exhaustifs:

- Chine: Soutien à Tchang Kai Chek et c'est Mao qui prend le pouvoir.

- Vietnam: Défense du Sud et c'est le Nord qui conquiert le pays.

- Iran: Déstabilisation du Shah et l'islamiste Khomeiny (hébergé en France...!.) impose "sa" loi.

- Irak: Renversement de S.Hussein et le pays sombre dans la violence et l'anarchie.

- Afghanistan: En dépit d'une armée impressionnante, les Talibans, censés être éliminés, reprennent le pouvoir.

Et tant d'autres, dont le moindre ne sera peut-être pas la pérennité d'Israel, territoire implanté en plein milieu des territoires arabes sans accord préalable, par la seule exigence des européens, honteux du sort que leur avaient réservés les nazis allemands (Hitler) et leurs alliés italiens (Mussolini) et espagnols (Franco) sans oublier, malgré de fort peu louables efforts, tous ceux qui, par intérêt et spoliation diverse, ont contribué par délation à ce génocide.

En dépit de ces erreurs stratégiques incontestables l'impérialisme occidental, donneur de leçons universelles persiste et l'actualité récente ne fait pas exception lorsque l'on constate que dans ce "Printemps arabe", les pays occidentaux qui, toujours en vertu d'un supposé droit moral, sont les seuls à s'impliquer sans que l'organisation des pays africains ou la ligue arabe n'envisagent le moindre geste alors que culturellement, cultuellement et géographiquement plus proches et que financièrement nombre de leurs membres disposent de bien plus de pétro-dollars que bien des pays européens empêtrés dans une crise financière sans précédent.

Avec pour conséquence, que ces mêmes pays occidentaux auront à assumer une haine toujours plus grande de la part de ces peuples qui, peu ou prou, continuent d'exacerber le culte de l'oppression ex-coloniale que ces interventions "humanitaires" contribuent à maintenir.

 

ORIENT UBER ALLES.

 

Personne, parmi les spécialistes et autres observateurs politiques actuels, ne semble remarquer une certaine logique expansionniste islamo-musulmane dont les Chiites seraient les bénéficiaires.

Sur le continent africain, parmi les régimes arabes, il est à noter qu'autour d'un Iran chiite, les pays voisins dans lesquels une minorité sunnite, généralement considérée comme moins hostile et plus encline à des accords commerciaux (pétrole) avec l'Ouest, se voit progressivement et notamment au travers de ces révolutions actuelles renversée par une majorité chiite dont, pour rappel Al Qaida est le bras armé.

Le dessein d'un empire islamique est chaque jour plus proche et les conséquences pour l'Europe ne sont probablement pas insignifiantes dans toute une série de domaines tant économiques que culturels sans oublier que parallèlement le continent européen dans sa fuite en avant d'intégration à tout-va inclura de ce que l'on se plait à qualifier de minorités sans que jamais on ne se préoccupe de constater que celles-ci par additions successives représenteront tout prochainement une majorité! et que comme pour accélérer et conforter la désintégration européenne, on y ajoutera la Turquie dont on se plait à souligner l'aimable présence d'islamistes dits pacifiques au pouvoir comme si, bizarrement et par allah sait quel miracle..., les choses resteraient figées et n'évolueraient pas dans un sens qui risquerait de nettement moins plaire aux "gentils bisounours" européens.

(Lire: Croyances et Libertés. Cliquez  ICI

EUROPE: ex PUISSANCE.

 

Comment ne pas s'inquiéter de l'évidente et consternante absence d'affichage des valeurs prévalant à la société européenne que ce soit dans la conduite des affaires intra-muros ou dans les rares déclarations visant à exprimer une position rarement commune, l'Europe se conduit comme un individu qui se sait amoindri physiquement et qui, face à des comportements revendicatifs plus déterminés, tentent de calmer ces ardeurs qui l'effraient en se montrant compréhensif, tolérant en espérant que ces nouveaux concitoyens lui laisseront la liberté de vivre à sa manière et ce juste avant qu'il ne soit docile et finalement soumis, ceci est déjà vécu quotidiennement dans certains quartiers dits difficiles mais rassurons-nous...ils sont minoritaires.

Ainsi que l'a souligné, non sans humour, Malek Boutih, la France est le premier pays arabe européen et le déclin de la défense de la laïcité est inversement proportionnel au luxe ridicule de précautions oratoires dictées par ce "politiquement correct" qui peu à peu rend suspect toute allusion négative envers la communauté arabo-musulmane sous peine de discrimination, xénophobie de la même manière que l'Etat leur abandonne le contrôle de certains quartiers, cités de banlieues de peur de se voir taxer de chasse aux "sales gueules" en fustigeant une population victime des comportements de certains d'entre eux bien conscients de cette schizophrénie républicaine.

Comment peut-on expliquer que depuis que l'Europe, autrefois conquérante et porteuse de valeurs "faussement" universelle, mais généralement ouverte aux autres cultures et cultes a toujours réussi à intégrer toute ces diversités jusqu'à la période récente qui voit une religion poser des jalons et progressivement marquer toute sa différence en opposition à toute autre culte et/ou culture jusqu'à prôner la prééminence de la religion musulmane jusque dans la dénégation des règles de vie en commun et au mépris des lois laïques censées apparemment être l'oeuvre de vils mécréants.

Et ceci, soulignons-le de manière constante en suivant la courbe de son rayonnement européen qui la place actuellement en deuxième position après la religion catholique qui, presque reléguée au stade de folklore local, ne sanctionne aucun caricaturiste et humoriste de la peine de mort contrairement à la pratique musulmane que, par faiblesse et peur de représailles, nos éminences politiques dont la couardise rivalise avec l'hypocrisie se contentent de relever comme n'étant que des "fatwa" prononcées, bien évidemment, par une minorité de mollahs non représentatifs de l'immense majorité des musulmans pratiquants et pacifiques.

Encore heureux!. Sauf probablement pour les individus sanctionnés par ces mises à mort et qui se voient contraints de finir leur vie sous protection rapprochée et angoisse quotidienne de l'assassinat.

A noter que le Coran est proclamée haut et fort comme religion de paix, tolérante, respectueuse des individus...alors que des bombes humaines se font exploser au nom du prophète!.

Savent-ils (elles) qu'ils sont musulmans et que ceci leur est interdit?!.

CONCLUSION.

 

L'Occident, comme on peut déjà le constater, ne peut plus se targuer d'une puissance suffisante pour se permettre de jouer au gendarme mondial et donneur de leçons, ce qui d'ailleurs aura été sa principale erreur et cause essentielle de sa perte car on écoute ou fait semblant que ceux que l'on craint ou qui dispensent aide et finances que le temps où l'on est dans l'incapacité de s'épanouir soi-même mais, à l'instar des puissances "émergentes", ce temps est révolu.

L'affaiblissement de l'Europe est aussi amplifié grâce à l'adoption par les responsables politiques et associatives d'un langage commun dénommé le "Politiquement correct" tout empreint de dénégation et de refus de voir une réalité vécue par les plus démunis et qui, malheureusement, ne touche pas les classes dirigeantes et qui, entre autres, aura réussi à transformer l'insécurité en sentiment d'insécurité culpabilisant de telle sorte ceux qui ont le tort d'en être les victimes!.

Gageons que, même sans boule de cristal, les analyses fussent-elles factuelles, équilibrées et mesurées recevront encore pour un certain temps les qualificatifs habituels de racistes, discriminatoires, stigmatisantes et autres extrémismes jusqu'à ce qu'il ne soit plus tolérable de simplement évoquer la dangerosité d'un déséquilibre qui, au final, consacrera l'Europe comme sous-région prise en étau entre d'un côté, les USA dont la mentalité volontariste peut encore leur assurer quelques décennies de prospérité relative face à l'explosion d'une zone pacifique économiquement et politiquement dominante et de l'autre, un certain obscurantisme religieux qui, comme il suffit de le constater n'est guère source de libertés ni de projet de vie exaltant.

DERNIERE Mise à Jour: 4/2012
Allah aqbar...!.
Que les "Bisounours" de l'ingérence occidentale soient remerciés d'avoir permis de renverser les "vilains" dictateurs afin d'instaurer la Charia en Iran, Irak, Afghanistan, Tunisie, Egypte, Lybie, Mali...qui , en théocratie, soumettra toute la population et non plus quelques opposants à vivre l'enfer sur terre...mais, qu'ils se rassurent, le paradis pour tous lorsqu'ils seront tués car insuffisamment dociles ou morts de pauvreté!.

Article écrit par Pol et Mick.

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : occident, orient, islam, religions, démocraties, dictatures | |  Facebook | | | | Pin it! |