15/08/2016

Des informations ou Désinformations?.

Informations,Désinformations,Infos,Intox,L'INFOTOX,Médias,Société,Politique,Religions.

 

CONDITIONNEMENT DE MASSE

Rares sont les informations qui ne sont simultanément pas l'objet de désinformations avec pour effet d'alimenter ladite Théorie du complot.
Si le doute est permis, objectivement indispensable à la réflexion personnelle, individuelle, celui-ci a tendance, par manque de vigilance, à tomber dans un suivisme de plus en plus généralisé qui se voit considérablement renforcé par la diffusion instantanée, massive car mondialisée via les réseaux sociaux nettement plus actifs, réactifs que les médias d'où, par parenthèse, leurs alertes aux messages haineux, racistes, imbéciles qui, s'ils existent aussi, ne doivent pas être l'argument subliminal propagé par les médias pour contrôler, brider cette concurrence libre, populaire qui échappe à leurs canaux publicitaires, à leurs diffusions commerciales et donc... à leurs profits!.
Via Internet et ses réseaux sociaux bien plus que via des médias politiquement, idéologiquement connotés, les citoyens de toutes classes sociales, de toutes opinions, instruits ou non et, à présent (malheureusement) omniprésentes, de toutes confessions, peuvent librement s'exprimer même s'il faut bien constater, sauf à être naïfs, que l'espace pour exprimer une opinion à contre-courant de la masse, originale et argumentée devient ténu voire invisible tant la pression, l'abondance d'insultes grossières ad hominem exprimées par manque d'arguments contradictoires et/ou de capacités intellectuelles peuvent réussir à masquer la liberté d'expression d'opinions originales.

Le paradoxe presque ridicule de cette communication libre et/ou conditionnée veut que ceux qui véhiculent la désinformation perpétuelle se proclament alerteurs vigilants et utiles aux débats alors même que, la plupart du temps, ils ne font que détourner les éléments d'une information au profit de leurs propres thèses, doctrines quelquefois farfelues.
Parmi les nombreux et pires exemples, citons surtout sans lui faire de la pub tant ceci est consternant), Mr Hellyer, homme politique et ex ministre de la Défense canadien (excusez du peu!), qui, en termes de raccourcis, d'amalgames abracabrantesques et fantasmes compte parmi les plus remarquables.
Lien YouTube:   Hellyer: ET, le retour...

La technique de ces "alerteurs" est toujours identique, à savoir mettre un fait réel en avant et y associer les suppositions et déductions les plus fantaisistes de sorte d'installer la confusion, le doute jusqu'à la suspicion de ce que, décidément, la manipulation, la dissimulation est l'œuvre d'un petit groupe (voire d'extra-terrestres!) qui nous gouvernent.
Le pire, c'est que, régulièrement, ces "doux dingues" réussissent à convaincre un nombre impressionnant d'individus plus ou moins au fait des choses qui, plutôt que de prendre le temps, le risque de la réflexion, préfèrent colporter à la vitesse d'Internet ces désinformations les rendant ainsi virtuellement crédibles.

Bien évidemment que ce n'est pas dans la promotion d'un raisonnement simpliste, binaire que se niche la vérité, même si, autre parenthèse, cette technique de simplification binaire est celle qu'utilisent préférentiellement les politiciens en recherche de votes arguant que le "peuple", par exemple en matière de référendums, serait incapable de comprendre une question à deux réponses (oui/non) car, prétendent-ils, ce peuple répondra à une autre question non posée!.
Dans un monde multi-polaire, aux intérêts géo-stratégiques, politiques et financiers interdépendants, imbriqués, retirer la quintessence de l'information, en faire une synthèse devient forcément de plus en plus compliqué d'où la tentation pour certains d'en faire un résumé présenté comme vérité ultime, incontestable et compréhensible par la plus grande masse... dont, d'une manière ou d'une autre, ils tirent profit.

Techniques de manipulation


Cette volonté d'origine politicienne qui veut que l'information des médias de presse livrée au public soit conforme aux intérêts du pouvoir démocratique ou à fortiori si ce pouvoir est dictatorial se vérifie à chaque compte-rendu d'un fait de guerre avec pour seul exemple la communication des bombardements, reconquête des territoires syriens suivant qu'il s'agisse de la coalition pour qui tout mort civil, tout hôpital détruit est le fait d'une bavure, d'une manœuvre de l'ennemi qu'il soit Daesch ou Assad d'utiliser les civils comme bouclier humain tandis que les mêmes malheurs sont d'office intentionnels et crimes de l'humanité pour Assad et son soutien russe Poutine.
Bien évidemment qu'aussi loin que remontent les rapports publiés dans les médias ou l'utilisation politique qui en est faite, il n'est pas difficile d'en vérifier la manipulation (cfr les armes de destruction massive de S. Hussein pour GW.Bush) et bien d'autres cas tout au long des conflits tant ceux-ci servent des intérêts géo-stratégiques politiques qui, pour l'"élite" sont bien supérieurs à leur logorrhée du vivre ensemble et de la paix pour tous!.

Mais la manipulation de l'information touche au paroxysme pour ne pas dire au ridicule avec la manière dont la communication des faits de terrorisme islamiste sur le sol européen et particulièrement français a évolué.

Information brute
Souvenez-vous, les premiers attentats étaient factuellement relatés, photos, nom et prénom de l'auteur avec force détails sur ses origines, son parcours, sa radicalisation et le réseau dans lequel il évoluait.

Information orientée
Ensuite, sous pression amicale du pouvoir qui voyait dans les réseaux sociaux montée la conclusion assez évidente que ces meurtres étaient tous attribuables, communautairement et cultuellement, à une partie de la société bien identifiée et, par conséquent, la probable remise en question de leur propagande du "pasdamalgame", du bisounoursien vivre ensemble, les médias ont subitement estimé que la photo risquait de susciter d'autres "vocations"...!.

Désinformation de l'information
Les médias sont passés à l'information partielle, partiale voire la non-information de sorte qu'entre intérêts bien compris des politiciens pour leur maintien au pouvoir et les médias inquiets de la liberté d'expression, de mémoire critique des réseaux sociaux, l'alliance de ces deux pouvoirs qui, par opposition au peuple idiot s'attribuent la qualité d'élite en sont arrivés, dans un deuxième temps, à biffer, aux photos déjà effacés, les noms et prénoms (sauf s'il s'agit d'un "Michel ou Dylan").
Par la suite, tout terroriste islamiste (issu de l'immigration) se voyait soit excusable car endoctriné par la mauvaise lecture de l'islam diffusée sur ces "méchants" réseaux sociaux qu'il convient, vous voyez bien, de contrôler sinon de supprimer, soit victime d'une maladie psychiatrique devenue subitement meurtrière tandis que le meurtrier non issu de l'immigration) était d'office un militant néo-nazi, raciste avec pour message politique que la doctrine des partis d'extrême-droite est fascisante et génératrice de violences, de troubles publics que le pouvoir "démocratique" s'engageait à combattre afin d'en préserver le peuple bien-aimé.
Cette manipulation sophistiquée ayant comme autre avantage de préserver l'idée que, malgré les concessions laïques au vivre ensemble par l'acceptation d'us et coutumes, de pratiques dites religieuses qui n'affirment que la suprématie d'une communauté sur la société toute entière, les terroristes qui disent agir au nom de l'islam politique ne sont en rien liés à la communauté pacifique (y compris celle qui se dore au soleil sur les plages européennes mais vêtue de burkini!) et que, par conséquent, les politiciens dont seul l'intérêt électoraliste les conduit à éviter toute crispation jusqu'à nier la situation potentiellement génératrice de tensions communautaires qui découle de cet aveuglement volontaire politicien de bas niveau quant à l'empilement de communautés antagonistes qui, faute de responsabilités et de mesures en accord avec un respect strict des lois pour tous et... toutes aura fracturé une société égalitaire, respectueuse en public des uns et des autres en se gardant de toute provocation, de tout prosélytisme.

Non-Information
La prochaine étape (cfr l'exemple de l'attentat dans un train suisse du13.8.2016), pourrait être de ne parler que des attentats terroristes déjoués dont, pour des raisons de sécurité nationale, vos "responsables" ne sont autorisés à communiquer... et de passer sous silence ou d'en minimiser à l'extrême ceux qui sont perpétrés en déclarant qu'on ne trouve pas le mobile...du tueur avec supposition suggérée quant à son état psychologique perturbé. 

Qu'il s'agisse de régimes politiques démocratiques ou non, on comprend bien que la désinformation peut si celle-ci est massive, globale, reléguer l'information au rang d'histoire inintéressante et soumettre tout citoyen à sa propagande.

CONCLUSION

Difficile de souscrire à l'idée que nos sociétés s'individualisent alors même que, rarement auparavant, les moyens technologiques à disposition, le confinement, la canalisation des pensées, réflexions et comportements n'avaient été, à ce point, prégnants, puissants et performants, notamment par le surprenant et désagréable retour en force (en grâce...) de la religion qui en est l'emblème ultime car basé uniquement sur des suppositions, des vérités révélées d'un autre temps aucunement prouvées ni vérifiables et que l'on pouvait, en ce siècle technologiquement, scientifiquement développé, estimer ne plus avoir la capacité de troubler la vie sociale jusqu'à soumettre toutes nos sociétés aux seuls faits, aux seules lois religieuses devenues, ou en passe de l'être, supérieures aux lois pour tous et... toutes!.
Autre référence que l'article publié en 2011 qui n'attendait pas nos questionnements d'aujourd'hui sur la possible guerre des religions en y faisant explicitement allusion. (Guerre et Paix... entre religions) à lire en cliquant sur ce lien: Guerre et Paix... entre religions. 

 

Article sélectionné par le site AGORAVOX
Pour le lire, voter et le commenter, cliquez sur ce lien: Des informations... (AGORAVOX) 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : médias, informations, désinformations, religions, guerres, terrorismes, islamisme | |  Facebook | | | | Pin it! |