15/11/2014

Tais-toi quand tu parles!.

Libertés,Censures,Médias,Politique,Société.
Censure(s).

.

Information mondialement contrôlée

Au plus l'information est diffusée et accessible grâce aux moyens essentiellement technologiques  qui, faut-il le souligner, ont bien plus contribué à la propagation des libertés et même d'une hausse globale du niveau de vie pour la majorité des humains, de par l'instantanéité des infos, de revendications ou de la visibilité de répression autoritaire que ces manifestations pourraient entraîner avec des réactions mondiales de soutiens, que n'importe quel discours politique ou production économique, au plus la tentation des "élites" politiciennes de reprendre le contrôle des pensées exprimées qui, trop répandues, risqueraient d'en faire réfléchir un trop grand nombre avec pour conséquence l'éventuelle perte de leur autorité et mandats selon que l'on soit en dictature ou en démocratie.

Toutefois, il faut bien se garder de mettre sur pied d'égalité la censure exercée ou en passe de l'être au sein des différents régimes autoritaires, théocratiques, militaires ou démocratiques.
En effet, autant les uns n'ont qu'à d'autorité agiter le spectre effrayant de la prison avec ou sans torture et recadrage de la pensée qui se serait "égarée", autant pour des Etats habitués à un certain respect envers ses citoyens, la censure se doit d'être plus subtile et, si possible, exercée par des organismes ou associations plus ou moins satellites du pouvoir qui, de ce fait, peut se réfugier derrière l'argument de potentielle dérive le conduisant à sanctionner voire à légiférer en restreignant ainsi et toujours plus, le champ de la liberté et de la vie privée qui serait, soi-disant, en opposition avec l'ordre public.

Au pinacle des arguments à mettre en exergue pour contrer facilement toute expression contraire à la pensée unique, on relèvera les plus utilisées, souvent à tort et à travers, en seule justification de tout bannissement de celui, ceux qui l'expriment comme p.ex: stigmatisation, sectarisme, communautarisme jusqu'à racisme ou homophobie.
Bien sûr, personne ne niera que ces phénomènes de rejet grossier, vulgaire existent mais, à force d'affubler toute parole, écrit, discours ou proposition d'un de ces qualificatifs, ne rend t'on pas service à ceux qui, peu ou prou, commencent à se dire que libertés et expressions ne font décidément plus bon ménage.

A force d'obliger tout individu à se taire publiquement, on finit par créer une armée de citoyens qui, eux aussi, se considèrent rejetés, incompris et qui sont condamnés à se taire ou à se dire que le seul espace de libertés qui leur reste est celui de réseaux sociaux ou de sites de partage de publications qui, suivant le degré de modération, leur permet de déverser leur trop-plein d'insultes personnelles, faute d'argumentations sensées, étayées sur le fond des sujets évoqués.
Ceux-là mêmes qui, intellectuellement en défaut, vont préférer le coup de poing pour imposer une idée qu'ils savent être incapables de défendre avec des mots, que ce soit en privé au sein du couple ou au milieu d'un groupe en public.
Voilà bien un mouvement qui, à terme, pourrait contribuer à la création de troubles civils bien plus graves à combattre que ne l'aurait été la simple mise en garde au respect de l'autre et de ses idées pour autant que cet autre aurait eu, lui aussi, la politesse d'entamer un débat constructif par une saine confrontation d'idées plutôt que par son refus qui se solde par un recours à, pour le coup, la stigmatisation systématique de celui, celle qui ne fait qu'exprimer une opinion personnelle normalement égale à celle qui lui dénie ce droit.

Tous pourris

Que constate t'on si ce n'est une simplification binaire de l'opinion qui sépare les tenants de seulement deux thèses en camps hostiles sans le moindre effort de compréhension.
Sur tous les sujets d'actualités économiques, financières, politiques, le même clivage extrême se crée avec des deux côtés la conviction que seule sa thèse est la bonne et que l'autre n'est qu'un ramassis de bêtises et contre-vérités avec pour l'un comme pour l'autre le sentiment bien ancré que ceux de l'autre camp sont tous des imbéciles ignares manipulés.
Alors qu'en fait, la manipulation est présente de chaque côté en ce sens qu'au départ de l'appartenance à tel ou tel camp, il y a un guru, un politicien, un expert qui, plus ou moins bien entouré arrive à convaincre un nombre suffisant d'individus et que, moutons du troupeau, les autres suivront de peur d'être laissés au bord du chemin de l'information.

La seule véritable liberté sera celle qui consistera à tolérer, qu'après analyse objective et surtout compréhension la plus exhaustive possible, une opinion argumentée qui s'avèrera bien souvent n'être en total accord avec aucune des deux thèses rabâchées en forme de copier-coller sur les murs des réseaux sociaux par médias et blogs interposés puisse, elle aussi, avoir le droit de s'exprimer.
Autant dire que l'expression réfléchie et libre de tout groupe risque fort de ne pas créer le buzz!.

Blogs et réseaux sociaux

A propos de la conclusion du paragraphe précédent qui parle des blogs, réseaux sociaux et médias, on notera que, surtout ces derniers, abusent de l'arme des "modérateurs" qui le plus souvent forcément tout à la cause du support qu'il modère vont sanctionner plus rapidement un commentaire critique, fut-il bien écrit et respectueux, qu'un satisfecit illisible tant dans la forme au vu d'une orthographe phonétique et donc approximative que par l'absence totale d'arguments quant au fond.
Devant, faut-il bien le dire, la fatuité, la vulgarité et le flot d'insultes que déversent de plus en plus de frustrés du web tant dans la nullité de leurs "arguments" que dans l'approximation orthographique de ceux-ci, bon nombre de médias initialement ouverts aux commentaires en ont réduit l'accès sinon l'avoir purement supprimé comme l'avait décidé, depuis le début et au risque d'en réduire la consultation, ce blog INFOTOX. The WebMag.
Au final, il apparait donc que ceci était assez judicieux et simplement en avance sur son temps.

D'ailleurs, on peut aussi se demander si l'écumage d'un grand nombre de blogs ne vient pas pour partie de ce que certains, pollués par d'incessants quolibets et insultes ad hominem, sont devenus ingérables pour leurs webmasters qui, du coup, les ont supprimés.
A cela s'ajoute le succès dû à la facilité des Twitter et surtout Facebook qui ont pris le relais en termes de réceptacle à bêtises, raccourcis simplistes et autres injures grossières certes propres à un public dont la nuisance via le web est, trop souvent, inversement proportionnelle à leurs facultés intellectuelles.
Autant la limitation en termes de nombre de caractères ou de lignes ne gênera pas, que du contraire, celui qui arrive assez vite au bout de ses commentaires, autant il ne faut pas perdre de vue que la gestion et la publication de raisonnements plus élaborés sous forme de blogs/sites personnels assure liberté rédactionnelle, estime et pérennité, voire revenus, à son auteur.

Ceci sans que malheureusement notoriété soit liée à la reconnaissance d'un quelconque talent, d'une analyse empreinte constamment d'objectivité même si on n'évitera jamais sa propre part de subjectivité plus ou moins assumée car, de nos jours, l'hyper-connectivité dans son immédiateté rend populaire de manière instantanée celui qui réussit un buzz pertinent ou non.
Le plus souvent d'ailleurs, celui qui est ou qui joue au plus idiot est aussi le plus populaire...le temps de passer au suivant, ceci étant particulièrement vrai dans le domaine des médias et surtout des "people" (Loana, Nabilla et autres Greg...)!.

Dans ce domaine, ce qui touche à la sexualité heureusement plus souvent érotique que pornographique reste encore et toujours, malgré de récentes restrictions "politiquement correctes" communautairement imposées, le moyen rapide de faire parler de soi.
Quelle starlette ou star en manque de presse ne livre pas l'une ou l'autre photo (soi-disant) volée sur Instagram, Twitter, etc...quitte à ce que celle-ci soit supprimée...après avoir été partout recopiée!.
Entre des articles longuement écrits, réfléchis et des photos sexy disponibles partout, que croyez-vous qui obtient le plus de clics, de visites?!.
Et c'est chose si ancienne que l'original magazine LUI créé en 1963 par Daniel Filipacchi avait pour maxime malicieuse que les hommes l'achetaient sans honte parce qu'ils le lisaient pour ses articles de fond et non pour ses photos de formes...!.
Ceci dit, comme mentionné plus haut et dans d'autres articles, on sent poindre une intolérance grandissante à voir des corps féminins dénudés partiellement sur les réseaux sociaux allant de pair avec une nette régression des droits de la femme libérée acquis dans les années '80 à se vêtir comme elle l'entend en tous lieux, à présent sanctionnés par un communautarisme "religieux" et que l'exhibitionnisme provocateur, plutôt dégradant il est vrai car le corps y est utilisé comme objet, des Femen risque bien de conforter dans l'idée que la sensualité féminine publique n'est plus tolérable et mérite toutes sortes d'insultes...depuis la jupe courte en rue jusqu'aux seins nus sur nos plages..

En matière de sociologie, étude des comportements et psychologie individuelle et phénomène de masse, Facebook se distingue de tous les autres réseaux sociaux et doit permettre à quantité de personnes plus ou moins bien intentionnées, en ce compris des scientifiques, de classer la plupart des individus qui, sur leurs profils, postent photos, commentaires plus ou moins intéressants ou se contentent d'insulter les commentaires d'autres profils sans rapport avec l'article dont question.
Une vraie mine d'or pour les entreprises commerciales, de marketing mais surtout une vraie possibilité de globalisation, de manipulation des sentiments, opinions, orientations politiques, philosophiques et inévitablement religieuses des membres Facebook.
Et pour finir en souriant, que de profils aussi amusants à voir qu'affligeants pour ceux (surtout celles) qui les animent et qui statuts après statuts passent, avec toujours les mêmes commentaires naïfs, de "célibataire" à "en couple" à un rythme mensuel...!.

Que l'on critique ou non les réseaux sociaux voire (a)sociaux!, il convient de souligner que Facebook, en particulier, aura su capter les sentiments de frustration, de jalousie, de sectarisme d'une société qui ne vit plus aussi cachée que par le passé et qu'une information, autrefois confidentielle, est à présent reprise en quelques instants et diffusée souvent de manière partiale à une masse de gens qui se contentent de la reproduire en toute subjectivité partisane, communautaire.
Cela ne fera que renforcer les antagonismes, les conflits et guerres qui, immanquablement, sont maintenant programmées tant les tensions essentiellement politico-religieuses sont exacerbées.
Au moins, ne pourra t'on pas dire qu'on l'ignorait...sauf les politiciens car eux sont, comme toujours, ni responsables, ni coupables!.

Conclusion

A force de vouloir (re)cadrer la liberté d'expression, pour, pensent les pouvoirs publics, ne choquer personne ou du moins les communautés les plus promptes à manifestations plus ou moins violentes ou activement protégées par l'une ou l'autre association censée défendre le droit de tous et non pas de quelques-uns, on en arrive à une tension sous-jacente perceptible quoique contenue mais pour combien de temps encore.
Le bien connu "Politiquement correct" qui n'est rien d'autre qu'un contrôle de la liberté d'expression aura réussi à brider tous les sujets de discussion, de polémique pourtant bien nécessaires à ce que ces censeurs disent vouloir préserver, à savoir la diversité d'opinions.
Même l'humour en a pris un coup et il suffit de revoir, réentendre les sketches des artistes des années '80 pour se dire qu'actuellement cela serait interdit au point que plus personne n'ose même s'y risquer!.
Ne restent que les blagues "belges" ou celles cathos-scatos qui semblent encore autorisées au détriment de ceux-celles qui y voient, à juste titre, au mieux de la lâcheté, au pire de l'insulte et du racisme.
Notamment en ce qui concerne l'animateur français qui ne peut s'empêcher, assez sottement, de se croire autorisé, légitime à prendre un accent "dit" belge alors même qu'il n'est pas dans la même moquerie envers l'accent lillois, marseillais ou des colonies, rebaptisées Dom-Tom (ce qui ne veut pas dire: case de l'oncle Tom) même si, pour le pays des droits de l'homme si vif à défendre la moindre propension autonomiste...ailleurs, on notera avec ironie que le régime de tolérance est bien différent pour ces "territoires français".
Mais soyons de bon compte et disons que si la dernière liberté est celle de prendre, une fois!, l'accent de nos "amis" belges, on ne va pas en faire un steak-frites...!.

Quelques perles du petit lexique "Politically correct" sont à épingler en ce qu'elles confirment l'hypocrisie prégnante de ce choix qui refuse la plupart du temps la réalité pour en donner une image édulcorée, cool, presque tendance!.
Notons parmi celles-ci: Pulpeuse pour Grosse, Black, H/Fde couleur pour Noir-e (Blanc n'est donc plus une couleur!), Non-voyant(e) pour Aveugle ou encore Gay, Homo pour Pédale, Tante...et bien d'autres qui ne changent rien pour celui-celle qui en est l'objet ou éventuellement victime mais nous conforte dans l'idée que nous sommes civilisés et gentils...d'autant plus que ceux qui imposent ces modifications ne font généralement pas partie des personnes visées par celles-ci.
Par extension, assimilation, on ajoutera la récurrence des mots tels que stigmatisation, discrimination pour discréditer, sans autre forme de débat, nombre de propos critiques d'opposition auxquels on associera, afin de les ostraciser davantage les qualificatifs de raciste, fasciste voire nazi pour leurs auteurs dont, souvent, le seul crime est d'exprimer une opinion contraire à ce qu'il serait de bon ton de dire ou d'écrire.
Un article humoristique en relevait, il y a quelques années déjà, les aberrations et frustrations induites par ce qu'on commençait à appeler le "Politiquement correct".

A lire: Politiquement correct en 10 leçons!.
Lien:  ICI
 

Commentaires:

Pour noter et/ou commenter cet article sélectionné et publié sur AgoraVox, n'hésitez pas à suivre le lien suivant:  ICI 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : société, comportements, politique, libertés, communautarisme, droits | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/11/2010

Femmes: Le passé de l'homme!.

Viols.jpg

 

Au siècle passé, on soulignait les mérites de la conquête progressive des droits pour la femme (enfin) presque équivalents à ceux des hommes.

Depuis le passage au XXIè siècle et la "découverte de la mondialisation" qui met en lumière un délitement des valeurs de l'Occident globalement contesté dans sa suprématie économico-politique, le mouvement connait un net ralentissement et même un recul dans l'équilibre fragile du respect des droits des femmes.

Place des femmes en temps de guerre.

 

Afrique du Sud:

On ne parle pas de Cape Town (la ville du Cap, l’une des trois capitales du pays) mais de Rape Town, littéralement « la ville du viol ». Il faut dire que le viol se porte bien dans la Nation Arc-en-ciel. Selon un récent sondage, trois-quarts des hommes ont commencé à violer lorsqu’ils étaient adolescents, pour moitié ils ont déjà violé plusieurs fois et un sur vingt l’a fait il y a moins d’un an. (Novopress)

RDC:

Les femmes subissent des viols en réunion, souvent devant leur famille et leur communauté. Il existe de nombreux cas où des parents masculins sont forcés sous la menace d'une arme à feu de violer leur propre fille, leur mère ou leur soeur, a-t-elle expliqué, à l'issue de onze jours d'investigations au Congo-Kinshasa.
Les femmes sont fréquemment blessées par balles ou par arme blanche dans leurs organes génitaux, après avoir été violées.
Des femmes ayant survécu à des mois d'esclavage m'ont dit que leur tortionnaires les avaient forcées à manger des excréments ou la chair humaine de proches tués", a-t-elle ajouté.
Elle cite pour exemple une conversation avec une fillette de dix ans hospitalisée dans l'établissement, et qui avait été enlevée avec ses parents: "elle a dû être opérée d'urgence parce que ses tortionnaires lui avaient planté une branche dans les organes génitaux." (AuFéminin)

Ils ont tranché les cœurs et autres organes de leurs victimes et forcé les familles (des victimes) à les manger(...). Une fillette a été exécutée, dépecée et ensuite mangée ».
C’est ce qu’a affirmé mercredi un porte-parole des Nations-Unies, lorsqu’il a communiqué les résultats d'une enquête menée sur les atrocités dans le nord-est de la République démocratique du Congo. « Ces groupes armés sont composés d'éléments incontrôlables » issus du Mouvement de libération du Congo (soutenu par l'Ouganda) et de deux factions de moindre ampleur, a ajouté Patricia Tome.
Des enquêteurs ont été envoyés dans la région, près de la frontière ougandaise, à la suite de combats qui selon des ONG, ont provoqué la fuite de 155.000 personnes depuis la mi-octobre. Ils se sont poursuivis en dépit de l'accord de paix conclu en décembre pour mettre un terme à la guerre civile en RD du Congo, qui, depuis 1998, a fait, autour de deux millions de morts. « La mission d'enquête a recueilli des témoignages qui parlent de pillages, de viols systématiques ainsi que d'exécutions sommaires et d'enlèvements », a expliqué Mme Tome. « Cela a été présenté à la population comme une campagne de vaccination, incluant le pillage de toutes les maisons et le viol de toutes les femmes » a continué Tome. (Aujourd'hui)

Témoignages de victimes:

Que ce soit les FDLR ou les Maï-Maï, c'est toujours pareil. Ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans.

Arrivés dans la forêt, on nous regarde et celles qui pèsent moins de 50 kilos sont exécutées. D'autres ont moins de chance. Ils leur tranchent les seins et les mangent, persuadés alors de bénéficier de pouvoirs magiques. J'ai vu ces femmes agoniser et on ne pouvait rien faire pour elles. C'était horrible…

Nous vivions nues. On devait assouvir les besoins sexuels de tous les soldats. J'ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée. Ils cherchent de l'or dans nos vagins.

Mais je m'estime chanceuse, j'ai vu des femmes enceintes qu'ils ont enterrées vivantes pour que la terre soit fertile. » (Rue89)

CAMEROUN:

C'est une pratique devenue courante au Cameroun. Les mères des jeunes Africaines mutilent les seins de leurs filles avec des pierres brûlantes et du charbon ardent. Le but? Les protéger des hommes et plus particulièrement des violeurs. C'est ce qui en ressort d'un documentaire impressionnant.Cette pratique, aussi douloureuse que barbare, touche une fille sur quatre au Cameroun. Mais pour les mères de toutes ces victimes, qui jouent un rôle capital dans la plupart des cas, cette souffrance est devenue une obligation.Elles ont à peine 9 ans Selon un documentaire vidéo, les femmes espèrent protéger leurs filles.

En mutilant leurs seins, elles pensent les rendre moins attractives aux yeux des hommes. Et donc de les protéger également des violeurs et des pratiques sexuelles en tous genres. (7/7).

GUINEE:

Témoignages:

Une femme de ménage de 26 ans ayant subi un viol collectif perpétré par trois membres de la Garde présidentielle dans le stade a raconté en sanglotant comment une femme a été violée puis tuée d’une balle dans le ventre : Ils ont déchiré mon pantalon avec un couteau et trois m’ont violée, l’un après l’autre. Ils ont pointé leurs armes sur moi, en disant qu’ils allaient me tuer, et ils m’ont frappée avec leurs fusils. Après avoir fini, ils m’ont frappée dans mon sexe. Au même moment, j’ai vu une petite fille à environ cinq mètres de l’endroit où j’ai été violée. Après avoir fini avec elle, l’un d’eux lui a tiré dans le ventre là où elle était couchée. Ils lui ont tiré dessus avec un de leurs fusils. (AllAfrica).

En résumé:

__________ 

Des nombreux cas précédents, on notera que, malgré le "Politiquement correct" associé à la repentance occidentale généralisée, les peuples décolonisés depuis des décennies ont su, malheureusement, régresser assez vite en renouant avec des pratiques, croyances locales et rites barbares complaisamment autorisées par des potentats locaux qui y voient un moyen de contrôle facile sur des populations en souffrance.

De manière objective, moins polémique et plus générale, les viols et diverses exactions commises à l'encontre des femmes ne sont, hélas, pas confinés en un seul temps et lieu mais qu'au contraire ceux-ci sont l'apanage de toutes les guerres sur tous les continents et que très certainement, les récits de toutes les femmes qui en sont les victimes rivalisent de barbaries et d'horreurs.

 

 

Place de certaines femmes...en temps de paix.

 

Le repassage des seins est une forme de protection imaginée et validée sur des décennies par certaines mamans pour protéger leurs filles du regard “malsain” de certains hommes. Une sorte de contraception pour éviter parait-il des grossesses non souhaitées, une protection pour freiner leur puberté.

Que dire des familles qui suppriment les bébés filles parce que leur futur mariage entraînerait des dépenses de dot qu'ils estiment ne pouvoir assumer.

Au vu de ce qui précède,  il faudrait presque se rassurer en considérant comme anecdotiques voire futiles les coutumes archaïques actuellement imposées aux femmes y compris à celles qui vivent dans les sociétés occidentales dites "démocratiques et laïques"? (burqa, voiles, séparation hommes-femmes, sorties surveillées ou interdites) quoiqu'il serait intéressant de se poser la question de savoir en vertu de quel droit supérieur, hormis le prosélytisme et l'affichage d'une infériorité des femmes vis à vis des hommes qui, en référence aux écrits religieux (Coran) datant du 7è! siècle, conseillent fortement ou obligent les femmes à porter publiquement un signe distinctif et propre à une foi censée être personnelle et réservée à la sphère soit privée, soit en des lieux de culte consacrés. (Autre article: Religions: Opium du peuple...) http://infotox.skynetblogs.be/archive/2008/06/04/religion... 

Comparaison n'est pas raison, cette ostentation peut rappeler à certains (juifs) des temps où cette différence visible n'était pas franchement considérée comme signes d'émancipation et recherche d'une multiculturalité apaisée...ainsi que de manière plus philosophique, tout groupe ou personne qui, au nom d'une doctrine, propagande se voit soumis à des codes particuliers qui lui fait perdre son indépendance de choix personnel devient inexistant d'autant plus si ces codes le différencie nettement de l'ensemble de la société dans laquelle il est censé s'épanouir en harmonie et non en opposition.

Sauf que l'insidieuse discrimination à l'instruction, la soumission à des règles vestimentaires et de comportements que l'on pourrait qualifier d'apartheid sexuel a de beaux jours devant lui grâce à l'appui d'une foi religieuse sexiste la plus souvent mise en évidence par la religion musulmane mais aussi, ne le sous-estimons pas, prônées par les églises évangéliques appuyées politiquement par le Tea party aux USA.

D'autant que les sociétés occidentales en totale perte de valeurs et d'influence renoncent à la défense de leurs valeurs, au demeurant aussi valables que celles défendues par d'autres formes de société, et accompagnent cette montée en puissance de préceptes religieux importés supérieurs aux lois dites démocratiques sous le prétexte hypocrite et fallacieux de tolérance, d'intégration et du seul mot autorisé actuellement: multiculturalité! qui voit notamment dans l'enseignement en pointe dans la diversité culturelle devenir rapidement des centres monocultes au sein desquels les enseignantes non voilées se font régulièrement insultées, bousculées sans parler des coups et agressions à l'arme blanche en cas de remarques pédagogiques jugées offensantes pour un élève qui ne supporte pas l'autorité de la femme, ce que le pouvoir organisateur tente de camoufler préférant soit confier ces postes à des femmes plus en accord vestimentaire avec cette "nouvelle" majorité des élèves, soit ne plus engager que des hommes quand ce ne sont pas les cours qui se voient tout bonnement réadaptés aux exigences culturelles et cultuelles.

Autant l'ingérence peut apparaître à beaucoup et à raison comme n'étant qu'une facette "noble" d'un post-colonialisme en ce que le message qui veut que certains croient leurs valeurs si supérieures à celles des autres qu'ils s'arrogent le droit de l'imposer fût-ce par la force, autant l'abandon de ces mêmes valeurs au sein de ces sociétés occidentales fait la preuve d'irresponsabilité historico-politique et, contrairement à ce que d'aucuns prétendent espérer, ne fera que plonger encore plus rapidement ces sociétés dans un gigantesque chaos mondialisé dominé par l'intransigeante violence du plus fort.

Néanmoins, relevons comme quelque peu paradoxal l'argument de la prétendue défense de l'égalité entre hommes et femmes lorsque l'on voit qu'aucun "croyant" de quelque religion aussi stricte soit-elle ne se prive de la prostitution féminine pourtant rarement voilée...ni de sites pornographiques ou de trouver, sur les sites de socialisation, les noms de différentes origines repris sur les listes d'amis de filles aux photos dénudées sans oublier le recours aux seins nus en "soutien"! de n'importe quelle cause médicale, publicitaire ou pour finir, l'inégalité persistante en matière de salaires ou l'abandon de carrière à l'arrivée d'enfants pour celles que leurs compagnons appellent affectueusement leur "moitié" plutôt que leur égale qui confirme que, pour la plupart, le droit des hommes est supérieur aux droits des femmes restreints aux "plaisirs" du compagnon, du ménage et de la garde des enfants!.

A cela vient s'ajouter la violence domestique qui comme son nom l'indique vise celle qui se commet à domicile au sein d'une famille et/ou d'un "couple" et qui est en augmentation sensible d'autant que souvent celle-ci est couverte par l'approbation coupable et complice de la famille et/ou de l'entourage allant jusqu'au meurtre de la femme qui aurait eu le malheur de vouloir se soustraire à cet enfer en tentant la séparation considérée comme insupportable par l'homme qui avec l'assentiment de la justice considérera qu'il s'agit d'un irrépressible coup de folie conduisant à un banal crime passionnel!. (Article INFOTOX: Femmes: Je vous aime, un peu, beaucoup...: http://infotox.skynetblogs.be/archive/2010/03/08/femmes-j...). 

 

A ce propos, le paroxysme de la négation de la femme semble être atteint avec l'importation d'une autre pratique répandue hors Occident  de mariages forcés dans lesquels la fille parfois âgée d'à peine 3 ans! (Inde, Népal) est simplement promise (vendue) à un homme que la plupart du temps elle ne connait que la nuit de noces, ce qui n'est rien d'autre qu'un viol dont les parents si aimants! sont les instigateurs allant jusqu'à égorger leur fille sous couvert de crime d'honneur (notions d'honneur? sujettes à la religion) lorsque celle-ci a le malheur de fréquenter un homme de la "mauvaise" religion!.

Parmi les nombreux renoncements aux quelques valeurs restantes des sociétés occidentales et dans la course effrénée à la satisfaction des minorités visibles et revendicatrices, la polygamie et autres formes de vie en communautés en opposition à la quête de la monogamie serait, comme le souligne Jacques Attali (Amours) la prochaine étape vue par cet ex conseiller de F. Mitterrand, espérons-le meilleur économiste que philosophe, comme une évolution positive d'épanouissement alors que dans les faits, et à l'exemple des sociétés surtout africaines qui le vivent, rares voire inexistantes sont les femmes qui se retrouvent à la tête d'un "harem masculin"! confirmant en cela énième forme de prédominance de l'homme.

De même peut-on se demander si la lutte contre la pédophilie aurait autant d'acuité si l'écrasante majorité des victimes n'étaient pas des garçons mais plutôt des filles.

Cela parait exagéré comme propos sauf qu'il est factuel qu'une fille déposant plainte pour viol, ne fut-ce que 5 ans après les faits, a de fortes (mal) chances de voir son action déboutée pour manques de preuves alors qu'un homme qui entame une action identique 40! ans après les faits (avec prime de culpabilité automatique envers les curés...) se voit dédommagé et soulagé de voir ce bourreau emprisonné.

Par parenthèse, il faut vraiment être croyant et/ou crédule pour avaler la couleuvre selon laquelle si l'on en croit les révélations actuelles, surtout dominées par la crainte de heurts et protestations violentes émanants d'autres communautés nettement moins passives, seule la religion catholique engendrerait des pervers sexuels.

Regrettable de constater que le XXIè siécle ne sera probablement pas le siècle qui verra la raison laïque l'emporter sur ces croyances, sectes et religions figées dans le siècle qui les a vus naître qui ne transmettent que messages de clivages et de soumissions respectifs dont la formulation simpliste vise à l'endoctrinement (enrôlement) des masses trop souvent peu instruites et qui se satisfont des avantages que leur procurent les pays accueillants d'autant que ceux-ci, constat d'échec de l'intégration multicultuelle oblige, aménagent lois et règlements de vie en commun non plus au nom de la société globale mais bien en fonction des particularismes des différentes communautés qui la composent et malheureusement pour les femmes, cela devrait se solder dans la plupart des cas par une régression de leurs droits.    

 

Article écrit par Pol et Mick.

 

Cet article est sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : femmes, société, religions, viols, droits | |  Facebook | | | | Pin it! |

21/06/2008

Droits de l'homme: C'est pas chinois?.

Droits de l'homme

 

 

 

 .

.

Droits de l'homme ou chinoiseries?.

Même si depuis quelque temps, d'autres événements plus ou moins importants, tremblements de terre et surtout! l'Euro de football, sont venus tempérer les ardeurs de défense des droits de l'homme toutes occidentalo-européennes, il ne faudra plus attendre bien longtemps (défaite de l'équipe française à l'Euro08...) pour que telle ou telle organisation tente peu ou prou d'utiliser les Jeux de Pékin à des fins plus médiatiques qu'humanitaires. 

Ne faut-il pas faire preuve d'une dose certaine de suffisance pour se permettre d'apparaître aux yeux du monde comme le donneur de leçons démocratiques quand, par parenthèse et dans un domaine nettement plus anecdotique, la construction européenne fut stoppée sans contestation possible par un référendum français et qu'ensuite une même consultation en Irlande se voit rabaissée au rang d'incident regrettable (un détail de l'histoire, en somme...) qui ne remet aucunement en cause la ratification d'un traité principalement concocté par le nouveau guide! du pays qui est à l'origine du premier blocage des institutions.

Visiblement, le temps des missionnaires prêchant la bonne parole tandis que nos économies profitaient des richesses des pays "colonisés" reste encore vivace dans l'esprit et les écrits de certains de nos éminents concitoyens.

Malheureusement pour l'Occident qui, depuis l'effondrement de l'URSS, a pu croire à une indéfectible suprématie économique, financière et surtout commerciale bénéficiant de ci de là des faibles salaires alloués aux travailleurs de pays complaisamment dénommés émergents pour alimenter nos boutiques et maintenir vivaces nos économies aussi basées sur des articles de consommation bon marchés sans que l'une ou l'autre protestation à caractère humanitaire ne vienne entacher ce nouvel ordre mondial tant convoité.

C'était sans compter sur le fait que la Chine qui n'en finissait plus de s'éveiller se mette à bâiller et vu la taille!, cela engendra une certaine angoisse bien réelle de voir nos sociétés capitalistes soumises aux volontés de plus en plus affirmées de cet immense pays qui affiche la plus grande fraction de la population mondiale.

Fais moi un dessein...au Tibet.

A l'instar de l'ex-empire soviétique, il ne serait pas innocent dans l'esprit de certains stratèges politiques d'instiguer certaines parties de la société civile chinoise à déstabiliser quelque peu un régime dont la communication reste encore un des points faibles de par une certaine appréhension des autorités chinoises face à des moyens médiatiques que nos sociétés utilisent à foison et la plupart du temps sans trop d'objectivité.

L'exemple du Tibet en fait peut-être partie dans la mesure où il n'est pas certain que la démocratie et l'épanouissement de toute la population "tibétaine" soit d'être gouvernée par un pouvoir religieux affichant, semble t-il, un retard de développement par rapport aux autres parties du pays.

Rappelons aux "bonnes âmes" que sans la personnalité sympathique du dernier Dalaï Lama, un pouvoir politique confié à des religieux nous agrée nettement moins dans la totalité des autres régions du globe et que la laïcité de gouvernance somme toute assez récente dans nos sociétés connait actuellement de grandes difficultés à se maintenir face à d'incessantes tentatives intégristes et communautaires desquelles les chinois tentent de se préserver.

De même, sans qu'il ne soit pour le moins du monde remis en cause, il est souvent opposé aux dirigeants chinois qui le traite de "chef de secte", son titre de Prix Nobel de la Paix. Cependant, ces nominations proclamées à Stockholm seraient-elles identiques et aussi bien défendues si elles étaient décernées à Kinshasa, Tripoli ou à Medellin?. 

Historiquement, le Tibet (province de Chine) fut colonisée par les Britanniques dont les descendants actuels conspuaient, voici peu, avec véhémence les porteurs de la flamme olympique.

Dans ces années-là, un des premiers dalai lama a, sans le moindre soutien occidental, tenté de proclamer unilatéralement l'indépendance du Tibet.

Il est à remarquer que tant que la Chine se contentait de nous abreuver de textiles et d'ameublements peu chers, le sort des tibétains ne nous préoccupait guère.

L'Occident ne chine plus le marché mondial.

L'incroyable et fulgurante ascension économico-politique combinée à une stagnation européenne et au déclin des USA nous renvoie l'image d'un pays responsable internationalement, ne fut-ce que par sa politique de natalité contrôlée, qui a réussi à combiner une idéologie communiste dépouillée des relents haineux et sanguinaires du "petit livre rouge" adossée à un pragmatisme capitaliste orienté vers un épanouissement personnel et général dont nos pays à la population vieillissante ont progressivement oublié les valeurs tant ils sont habitués aux bienfaits supposés de l'abondance au point que toute restriction ou modification de ses habitudes conduisent  tout ou partie de la population à réclamer ce qui est "dû" plutôt qu'à la douloureuse remise en question de son mode de vie.

Nos sociétés occidentales ont probablement entamé une longue marche! vers un futur quelque peu plus chaotique pour une forte proportion de sa population d'autant que les ressources énergétiques ainsi que la production de richesses nous échappent progressivement et que pour paraphraser un slogan bien connu "On n'a pas de pétrole mais on a des idées", il se pourrait que dans un proche avenir, au vu de la cacophonie européenne, même les idées ne soient plus suffisantes à nous faire entendre et que nous soyons cantonnés au rôle de celui qui parle mais que plus personne n'écoute!.

De là et par un dernier sursaut de reprise en mains, nous en venions à élaborer une théorie de déstabilisation intérieure de la Chine visant à un morcellement de celle-ci (cfr URSS) nous permettant de relancer nos échanges commerciaux à nouveau comme premier partenaire, il n'y a qu'un pas que les autorités chinoises ont déjà intégré dans leur stratégie de conquête vers la suprématie mondiale.

 

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : international, chine, droits, societe, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

03/08/2007

Infirmières bulgares: La Lybie ou l'Alibi humanitaire.

infirmières bulgares

 

 

.

 

LE PRIX HUMAIN : VALEURS en HAUSSE.

 

 

 

Autant l'épisode de l'incarcération injustifiée et les simulacres de procès écoeurent les défenseurs occidentaux des droits de l'homme tant il est évident que cette manipulation malsaine n'aura servi qu'au retour en grâce internationale du colonel M.Kadhafi, autant faut-il souligner que ces mêmes voix sont peu audibles quant aux diverses incarcérations arbitraires de supposés terroristes au lendemain de l'attentat du WTC aux Etats-Unis.

 

AIDES HUMANITAIRES ?

 

Pour rappel, les infirmières bulgares ainsi que le jeune médecin palestinien, à présent naturalisé bulgare, sont arrivés en Lybie au début de 1998 dans le cadre d'un programme humanitaire et travaillaient dans un hôpital de Benghazi.

Dès le début de 1999, ces humanitaires sont arrêtés, emprisonnés et accusés d'avoir inoculés par transfusion sanguine le virus du Sida à des enfants lybiens dont ils assuraient les soins.

 

Tout au long des huit années de prison durant lesquelles plânent de fortes présomptions de traitements dégradants voire de torture ainsi que lors des soi-disants procès qui dénieront toutes expertises, fussent-elles conduites par les professeurs Montagnier et Colizzi (sommités mondiales) contredisant de manière scientifiquement irréfutables les allégations de la justice lybienne.

Il faudra recourir à  l'intervention politique du Président français, N.Sarkozy et diplomatique de son épouse Cécilia pour que soient transférés de la prison lybienne vers la Bulgarie les infirmières et le médecin automatiquement libérés dès leur arrivée par le Président bulgare, G.Parpanov.

 

ALIBI MILITARO-HUMANITAIRE ?.

 

Quelques questions restent ouvertes et risquent d'embarrasser quelque peu  l'Elysée.

- Intervenir humanitairement au nom d'une solidarité européenne dans un différend qui oppose la Bulgarie et la Lybie lorsque des contrats d'armements aux seuls bénéfices français sont parallèlement signés permet, une fois de plus, de souligner l'absence flagrante d'union européenne.

- Même si on ne peut reprocher à la France de tenter de reprendre pied dans une région où les ventes d'armes lui échappent depuis quelque temps, la manière dont celles-ci se concluent reste inélégante.

- Les relations avec les pays de cette région du monde dont aucun ne fait montre d'avancées substantielles vers une démocratie tant encensée à l'Occident et que certains de nos esprits libres voudraient imposer! à l'ensemble du monde comme étant la seule voie vers un épanouissement des peuples finit par ressembler à de l'autoritarisme idéologique aussi critiquable que ceux qui prônent l'islamisation du monde occidental ou sa destruction.

C'est dans ce contexte de diplomatie bien comprise qu'il faudra replacer cet accord à peine secret avec le Président M.Kadhafi qui, après avoir fait subir à son peuple un embargo le mettant au ban des nations, le voit s'afficher à nouveau comme un personnage digne des égards dûs aux chefs d'états respectés pour des raisons diverses et parfois obscurcies.

Qu'un de ses six fils tentent d'apparaître comme incontournable auprès des occidentaux est un épiphénomène dans la mesure où tous se mettent en place pour une succession qui ne sera ni automatique, ni assurée tant l'âge encore peu avancé du "Guide" né en 1942 lui permet encore de "conduire" son peuple vers une démocratie directe décrite dans son "Livre vert" référence au bien connu Livre Rouge de Mao.

 

DRAMES HUMAINS

 

Reste que face à la détresse de tous ces enfants contaminés par la carence sanitaire et médicale du peuple lybien et de son régime pour qui les dépenses d'armes semblent plus importantes que la remise à niveau des soins de santé ainsi que le cauchemar de huit années d'enfermement et de brimades enduré par des auxiliaires de santé venus en aide à ce même peuple ne sauraient justifier un pardon monnayé pour soldes de tous comptes. 

 

 

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : lybie, france, armes, droits, infirmieres, sarkozy, kadhafi | |  Facebook | | | | Pin it! |