10/02/2010

Burqa: Niqab ta fille...et la société!.

Burqa

 .

Quand la burqa se dévoile..., circulez, il n'y a rien à voir!.

Cachez-moi sous le voile démocratique

 

Nos sociétés dites démocratiques sont, à l'initiative de nos politiques, confrontées à des débats de société quant à l'identité nationale, l'intégration et au port de voiles pour les femmes "musulmanes".

Et comme à chaque fois, les politiques empêtrés dans des perspectives plus électoralistes et de positionnement non en faveur d'un projet clair et cohérent mais seulement préoccupés par la défense à la limite de l'absurde d'une antithèse de la thèse proposée soit par la majorité soit par l'opposition uniquement mue par le souci de montrer sa différence en espérant en récolter les fruits, rétributions et mandats! en terme de voix dans les urnes, se perdent dans des débats stériles et infinis qui aboutissent à des décisions vides de sens et de réelles portées sociétales.

Une fois encore, pour ce qui concerne le port de la burqa et du voile en général, les seuls vainqueurs sont ceux, islamistes salafistes pour l'essentiel, qui auront réussi à banaliser, a minima, le voile pour les femmes et semblent assurer de pouvoir imposer les burqas et autres niqabs à des femmes européennes dans un espace globalement laïque alors que d'autres femmes luttent, au péril de leur vie, pour le droit à l'égalité et la liberté de non port de cet accoutrement dans des pays religieux arabes.

Pour ne pas déroger au sempiternel politiquement correct ambiant, il est important de préciser, comme toujours dans le cadre de débats dits sensibles, qu'il s'agit d'une minorité de griefs avancés par une minorité de musulmans minoritaires au sein de la communauté pacifique et bien intégrée consciente de la prédominance et du bien-fondé des pays européens dont ils sont, bien entendu, si fiers.

Le seul souci, c'est que lorsque cet aparté lénifiant est clos, on se doit de constater qu'au final toutes ces minorités minoritaires bien visibles finissent par faire plier la majorité silencieuse et que lorsque des règles communautaires s'imposent à tous, cela s'appelle de la dictature qu'elle soit confessionnelle ou politique.

Et ce ne sont pas les rares caricaturistes de Mahomet (tous les autres se contentent de crucifier courageusement? le pape), Salman Rushdie victime d'une fatwa (condamnation à mort religieuse) pour la parution des "Versets sataniques" vivant sous protection policière ou récemment l'imam de Drancy menacé de mort pour avoir marqué sa différence avec ce courant intégriste qui, seuls, permettront aux politiques européens de pouvoir continuer à se voiler...la face en s'abritant derrière la facilité de décider de ne rien décider.

Débat volontairement mal posé?.

Comment la commission chargée par le gouvernement français aurait-elle pu obtenir un autre résultat alors que les termes de ce débat furent posés en termes de préservation de l'égalité entre hommes et femmes ainsi que la défense de la dignité des femmes dès lors que l'on laisse s'exposer aux regards et aux bons plaisirs des hommes, y compris ceux qui imposent la burqa à leurs femmes..., quantité de filles prostituées sur les trottoirs ou abritées derrière des vitrines ou dans des maisons closes.

En conséquence de quoi, il est aisé pour les intégristes de démontrer l'hypocrisie "judéo-chrétienne?!" de ce genre d'arguments dénués de fondement voire d'objectivité alors que l'affirmation ferme et volontaire de valeurs portées par la culture européenne censée être aussi respectable que n'importe quelle autre civilisation venant d'autres continents aurait dû suffire à interdire toute forme de prosélytisme publique à dessein communautariste pour l'ensemble de son territoire.

Dans ce débat comme dans nombre d'autres, on en vient à se demander si certains politiques plus soucieux de défendre leurs fonctions et mandats ne cherchent pas aussi à nous convaincre de leur incompétence en proposant et en promulguant une telle arborescence de lois dont l'application s'avère impossible en pratique et finit toujours par ne produire aucun effet. 

La burqa est un choix personnel de la femme!.

 

Voilà l'argument largement répandu par des femmes militantes pour défendre un islam sectaire et au discours copier-coller resservi à l'identique lors de débats télévisés dans lesquels les démocrates se retrouvent d'emblée confrontés à la faiblesse des devoirs en opposition à la puissance des droits accordés aux citoyens occidentaux.

Paradoxal est de constater que nos sociétés démocratiques sur-protégées et dont le confort de vie exempt de tous conflits majeurs sur ses terres depuis quelques décennies offre une sorte de "ventre mou" à toutes sortes de revendications des plus farfelues au plus déterminées qui, à terme plus ou moins proche, finiront par faire imploser cette harmonie de vie en commun dans laquelle les communautarismes n'ont jamais eu leur place et ont toujours abouti à des conflits entre ethnies, communautés voire pays lors des deux guerres mondiales dont à l'origine une race dite aryenne se pensait supérieure aux autres.

Notons que les dérives tolérées actuellement ne sont pas si éloignées de thèses dans lesquelles on retrouve la prééminence d'une religion tant sur les autres que sur les lois "laïques" des Etats européens.

Burqa: Un peu d'humour, que diable!.

 

- Voleurs, terroristes...chauves, barbus, petits, gros: Avez-vous déjà pensé à l'opportunité de porter une burqa au lieu de vous affubler de masques de carnaval ou de vous ridiculiser en Spiderman sans compter que, grâce à la burqa, vous disposez d'un habit qui, non seulement, vous permet de cacher armes, explosifs... mais aussi et surtout, cet habit vous camoufle entièrement et vous rend méconnaissable même vis à vis des caméras qui ne filmeront que des pauvres femmes typées...!.

Et en sortant de votre braquage: n'oubliez pas de remercier Allah et de courir déposer vos gains dans une banque islamiste.

- Messieurs: cet été vous imposerez à vos femmes le port d'un burkini car non seulement celui-ci est top fashion mais il offre de multiples avantages à commencer par les aspects écolo-économiques et de santé du fait de l'épargne faite sur l'achat de diverses crèmes polluantes pour les milieux aquatiques sans oublier la non-exposition des corps tant aux rayons nocifs du soleil mais aussi aux regards d'autres congénères et condisciples voyeurs...!!.

- Couturiers: les temps sont durs, vos ventes plongent?: Lancez la mode "Burka Touch" en français "Touche pas à ma burka".

De plus, en portant cette tenue qui, nous disent les imams, n'a rien de religieux, non seulement vous ne risquez, en principe!, aucune lapidation mais surtout vous banalisez ce vêtement que vous customiserez selon vos goûts et couleurs qui, rappelons-le, ne se discutent pas.

Conclusion: XXI, le siècle des ombres?.

 

Que l'humanité ait eu recours à des divinités, sorciers, gourous, croyances et autres religions inventées par des hommes qui, très tôt, ont perçu le pouvoir de contrôle et de manipulation voire d'enrichissement que permettaient ces artifices, on peut l'expliquer en des temps ou des régions peu développées et craintives devant, ne fut-ce, que des catastrophes naturelles mais qu'au XXIè siècle, en pleine mondialisation!, l'on remarque une résurgence d'affirmation et de soumission à des codes vestimentaires et autres préceptes soi-disants religieux dictés encore une fois par une poignée de "guides" signifie un parcours bien sombre dans ce qui deviendrait alors le très funeste: Siècle des ombres...!.

 

Article écrit par Pol et Mick.

Lire aussi:  (Croyances et Libertés: Cheval de Troie occidental). Lien: ICI 

 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : politique, societe, religions, burqa, communautarismes | |  Facebook | | | | Pin it! |