16/04/2018

INFORMATION IMPORTANTE de INFOTOX le Mag

INFOTOX le Mag, Blogs, Sites, Informations, Logiciels, Sexy, Stars
.

Information importante pour nos abonnés:


Après des années de bons services, INFOTOX le Mag met fin à ses publications sur le support Skynet.be.
MAIS...
Ceci pour plus de visibilité et d'efficacité encore!.


INFOTOX le Mag (Blog) est d'ores et déjà actif et présent sur Blogger et Overblog, au choix:

- BLOGGER:  http://linfotox.blogspot.com/
et
-OVERBLOG: http://infotox.over-blog.com/



QUANT au site L' INFOTOX (Actus -Médias), ses articles et commentaires d'Actualité internationale sont évidemment toujours publiés et à lire sur:


- WORDPRESS:  http://linfotox.wordpress.com

 

Bien à vous et à très vite sur nos blogs et site...

15/01/2018

Nouveau monde: Retour vers le passé.

Société, Politique, Hommes, Femmes, .

.

MIEUX AVANT?: Nostalgie ou constat.

 

Paradoxal de constater à quel point les dérives en matière de restriction des libertés individuelles, malgré les dénégations politiques qui se pensent guides d'un nouveau monde plus ouvert, ne sont qu'une régression progressive des droits et des espaces de tolérance acquis principalement au cours de la deuxième moitié du XXè siècle, connue aussi pour les innovations technologiques et divers conforts de vie conçus par la génération des Baby Boomers qui, maintenant devenus les Papy Boomers ne peuvent que constater ces reculs auxquels les générations seront confrontés.

Serait-ce par propagande idéologique que ces béats du "Politiquement correct" sont à ce point aveuglés au point de faire semblant de ne s'apercevoir d'aucuns reculs tant en droits qu'en devoirs pour la majorité des citoyens?.

 

LES RELIGIONS, cet opium légal.

 

S'il existait bien un domaine pour lequel on pouvait espérer qu'une diffusion plus large de l'information, des connaissances aurait permis aux hommes de ne plus être en capacité de se servir des religions qui ne sont toujours, au commencement, que des sectes fondées par un petit groupe d'individus probablement plus instruits que leurs congénères mais qui, au fil du temps, ont réussi à installer une légende, une croyance destinée à étendre l'influence, à récolter de l'argent mais aussi à conditionner et à instrumentaliser les plus faibles, les plus "fidèles" jusqu'à leur faire commettre au nom de dieux imaginaires les pires actes, les guerres les plus barbares.
Au lieu que la mondialisation des sources de la connaissance ait réussi à replacer, enfin, les religions au seul cercle privé et pratiquées au sein de lieux appropriés à l'exercice de chaque culte, ces croyances connaissent un formidable regain de popularité.

Notamment, et ne soyons pas comme la plupart des Bisounours qui s'imaginent parler au nom de tous, la religion musulmane dont le double jeu conscient ou non avec la propagande islamiste aura permis d'entretenir une confusion entre terrorisme et discrimination avec pour effet immédiat que les pays occidentaux dont les dirigeants s'efforcent de masquer leurs propres responsabilités dans l'émergence de foyers islamo-terroristes se sont montrés laxistes à outrance jusqu'à tordre le "vivre ensemble" en accordant à une seule communauté des privilèges intitulés accommodements raisonnables dont les femmes et pas que les musulmanes sont les premières victimes tout en combattant l'islamisme dit musulman avec ce quiproquo permanent, malsain entre les bons musulmans, eux-mêmes victimes des mauvais musulmans qui... détournaient la foi!.
Pour ne pas fustiger la communauté la plus revendicatrice que tout le monde a reconnu sans même la nommer, d'autres en arrivent, après les seins à cacher dont l'article parlera ci-dessous, à cacher les saints et croix d'une autre religion concurrente (Crèches municipales ou Croix du Sacré-Coeur à la RATP) quitte, par contre, à faire admettre, sans quoi on aura droit au procès en discrimination raciste, qu'ils puissent y avoir des prières de rue, des plages horaires et locaux en entreprises privées et publiques pour leur propre pratique cultuelle!.

Egalité Hommes-Femmes... Femmes-Hommes!.

S'il y a bien un domaine où l'évolution, pour ne pas dire révolution, les reculs en matière de droits sont déjà visibles et ne présagent rien de bon dans un avenir proche, c'est celui qui codifie le rapport entre hommes et femmes.
Entre les droits progressivement acquis lors de la deuxième moitié du XXè siécle qui permettaient aux femmes de pouvoir, entre autres avancées, signer, acheter, se déplacer sans l'aval d'un homme, de pouvoir s'habiller comme elles le voulaient, avorter quitte à en choquer certains qui, du temps des Baby Boomers, n'étaient pas majoritairement influents car perçus comme de vieux réfractaires ou des adorateurs de bigoteries diverses décadents et les temps actuels où, hormis la confusion provocatrice d'avoir inventé des genres nouveaux, la pression sociale dont on notera la concomitance avec le retour en force des communautarismes  essentiellement religieux et, objectivement, en particulier celui de la revendication musulmane à plus de respect non pas aux lois pour tous et toutes mais bien à la soumission au Coran voire à ce qu'il est supposé dire, interdire...

Le conditionnement des pensées, des comportements a pour victimes exclusives les femmes non seulement musulmanes mais également toutes les autres, croyantes ou non.
Et, souvent les interdits succèdent aux hypocrites arguments tel celui de l'exposition seins nus à la plage qui, conseil de ces nouveaux dictateurs des pensées et comportements, seraient vecteur de cancer dudit sein... (vive le burkini remboursé par la Sécurité sociale!) étant entendu que les hommes, eux, peuvent continuer à bronzer vêtus du seul short.
Probablement pour ces mêmes raison de protection de la santé des femmes, ces pauvres "choses", de plus en plus de voix, d'actes concernent le recouvrement de la poitrine féminine sur des peintures, affiches et ... statues!.
Les mêmes, ceux qui voient des saints ailleurs mais refusent de voir des seins partout réussissent à infuser l'idée du respect de la femme pour interdire toute vue de poitrine féminine en public sans se soucier de savoir si, par seul principe du droit à l'égalité et à la liberté de chacune de disposer à sa guise de son propre corps, cela leur sied ou non quitte, autre revendication sexiste, machiste ciblée d'obtenir des lieux, des heures voire des transports uniquement réservés aux femmes... dignes d'être respectées car se conformant aux interdits décrétés... pour leur bien, évidemment.
Faut-il revenir sur les multiples cas montrant via témoignages, plaintes et vidéos que de plus en plus de quartiers, de villes, d'espaces et/ou de transports publics ne permettent plus aux femmes de déambuler à toute heure de la journée et de la nuit autrement qu'affublée de l'éternel jeans et d'un haut ras du cou et non moulant ni pour le bas, ni pour le haut.
Alors, parler d'égalité des droits, du féminisme, d'émancipation et de libertés nouvelles doit bien faire sourire ceux qui, pour l'instant, domine le débat en discriminant les droits et devoirs des unes vis à vis des autres.

 

LIBERTE D'EXPRESSION

Ici aussi, la fin du XXè siècle semblait propice à l'avènement d'une conscience collective, d'une réflexion plus globale augurant de débats sur tous sujets ouverts à tous et à toutes sans filtre certes de qualité inégale grâce à l'émergence des différents réseaux sociaux qui, contrairement aux espaces médiatiques restreints à un entre-soi, aux meetings politiques siglés qui l'un comme l'autre ne sont que des porte-voix adressés aux citoyens convaincus mais passifs.
Au lieu d'une vérité aimablement assénée par les gens d'en haut à destination des gens d'en bas, les réseaux sociaux auront permis de rétablir, pour autant qu'elle ait jamais existée, le seul et authentique équilibre démocratique dans son acception originelle qui veut que c'est le peuple qui s'exprime, qui choisit pour lui-même.

La force des réseaux sociaux sera bien vite sa faiblesse tant il apparaîtra aux yeux des "élites" que laisser la liberté d'opinion des "peuples" s'exprimer publiquement comporte le danger tant pour les médias qui se voient déposséder de l'exclusivité d'émettre des opinions de "spécialistes", de relater des faits choisis par eux, de voir  s'amenuiser leurs recettes publicitaires suite aux ventes en diminution drastique que des politiciens, peu habitués à une contestation publique et/ou à subir constamment la mise en cause de leurs propos, le rappel de leurs mensonges, contradictions et revirements électoralistes... sans parler des différents scandales financiers!.
Etant entendu qu'il n'était pas possible de tolérer cette liberté citoyenne plus longtemps, le recours à l'argumentation classique qui sied pour toute restriction arbitraire sera que, pour le bien du peuple apparemment composé majoritairement d'imbéciles incapables de faire la part des choses dénués de toute faculté intellectuelle minimale de discernement, les élites veilleront à brider, à sanctionner tout ce qui pourrait contrevenir aux desseins de l'establishment.

Ce retour à une censure "light" qui se drape dans la bienveillante protection des plus faibles censés ne faire partie que du "peuple" va, depuis peu, bien au-delà des mises en garde lorsque certains qui se disent appartenir aux "élites" n'hésitent même plus à réécrire l'Histoire mais aussi les scénarios de films (cigarettes, alcools voire acteurs déchus), de pièces de théâtre (final de Carmen).

Article à lire: Propagande, Fake News... et manipulation!.

HUMOUR

Cette obsession presqu'existentielle, au sens que bon nombre de dirigeants comprend que la liberté mondialisée met leurs places et privilèges en péril, notamment au travers de réseaux sociaux que d'aucuns, jouant sur la peur du nouvel ordre mondial (dont, eux-mêmes sont les instigateurs) tentent assez grossièrement de faire passer pour des tentacules mondiales de la pieuvre américaine dénommée GAFA.

Le "politiquement correct" est actif dans tous les domaines de la vie sociale tant il permet, sous les dehors relevés plus haut de protection des citoyens, ces pauvres hères démunis, s'attaque même, sans rire!, à l'humour en définissant ce qui est permis ou non.
En résumé, on s'interdira toutes blagues en premier lieu sur ces religions, ces croyances qui, parait-il, véhiculent des valeurs de partage, de tolérance, d'amour des autres.
Silence sur les juifs par crainte d'antisémitisme, idem sur les musulmans par crainte d'islamophobie.
Par contre, étant donné que les cathos sont nettement moins revendicateurs ou sujets à grabuges, s'en moquer reste toujours permis.
Silence également concernant tout type de sexualité non hétéro, hors interdictions ci-dessus auxquelles on se doit d'ajouter les non blancs pour ne pas dire noirs et ce, en toutes occasions ou tous supports (Carnavals, blagues entre potes sur Instagram, Bandes dessinées jusqu'aux procès à l'encontre d'auteurs-dessinateurs morts, films).
Quant aux femmes, depuis un certain #BalanceTonPorc, il conviendra de s'en abstenir sous peine de sexisme... et de se faire virer (Tex sur france2).

Article à lire: BalanceTonPorc

Sur un plan plus général, on s'interdira voire on revisitera pour les adapter tout film dont les héros fument (du moins la cigarette...), boivent de l'alcool (pour le bon vin... français, on verra) et la liste des interdits voulus par les guides du Nouveau Monde est si longue et variée qu'on ne peut, si on a encore une notion suffisante de la liberté d'expression ou de l'humour qui tolèrerait autre chose que la seule autodérision, que regretter que sa présence soit limitée à peau de chagrin.
Pas étonnant qu'au vu de toutes ces contraintes, l'humour français... lorsqu'il n'est pas le plagiat de l'humour américain ressort du formol les vieilles blagues belges, quitte à être bête et raciste, une fois!.

CONCLUSION

Regrettable d'avoir à constater qu'en définitive, le temps d'avant, celui des Baby Boomers, aura été une parenthèse plus heureuse et libre de ce "vivre ensemble" dont on nous rebat les oreilles au point de se dire qu'il n'existe pas, plus.
Bientôt f
ini le temps où l'individu pouvait avoir l'ambition de réussir, de s'épanouir sans trop de contraintes au sein de nations concurrentes mais indépendantes.
Voici le temps où cet autre individu ne sera qu'un pion d'une société qui le dépasse au sein d'une nation, elle-même qu'une pièce de pôles régionaux façon "machin made in UE" lui même n'étant qu'une partie de ce puzzle globalisé.
Le livre posthume du regretté Jean d'Ormesson: "Et moi, je vis toujours" (Ed Gallimard) ne fera qu'ajouter un témoignage supplémentaire au constat affligeant, non pas d'une nostalgie idiote, d'un abaissement des normes, d'un affadissement des valeurs, d'un recul des libertés individuelles.
Faudra t'il que pour que cette société ne verse dans l'obscurantisme des croyances religieuses ou non, il faille se raccrocher à l'espoir que l'avènement de l'intelligence artificielle comme seul obstacle à la propagation de la bêtise réelle?!.
Notons que les apôtres de la défiance envers les réseaux sociaux trop libres à leur goût se montrent tout autant méfiants à l'égard de cet IA qui pourrait remettre en cause leurs "vérités"...

Article sélectionné par le site AGORAVOX
Pour le lire, le noter et le sélectionner directement sur ce site, cliquez  ICI

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : politique, twitter, facebook, réseaux sociaux, société, fake news, féminisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/08/2016

Des informations ou Désinformations?.

Informations,Désinformations,Infos,Intox,L'INFOTOX,Médias,Société,Politique,Religions.

 

CONDITIONNEMENT DE MASSE

Rares sont les informations qui ne sont simultanément pas l'objet de désinformations avec pour effet d'alimenter ladite Théorie du complot.
Si le doute est permis, objectivement indispensable à la réflexion personnelle, individuelle, celui-ci a tendance, par manque de vigilance, à tomber dans un suivisme de plus en plus généralisé qui se voit considérablement renforcé par la diffusion instantanée, massive car mondialisée via les réseaux sociaux nettement plus actifs, réactifs que les médias d'où, par parenthèse, leurs alertes aux messages haineux, racistes, imbéciles qui, s'ils existent aussi, ne doivent pas être l'argument subliminal propagé par les médias pour contrôler, brider cette concurrence libre, populaire qui échappe à leurs canaux publicitaires, à leurs diffusions commerciales et donc... à leurs profits!.
Via Internet et ses réseaux sociaux bien plus que via des médias politiquement, idéologiquement connotés, les citoyens de toutes classes sociales, de toutes opinions, instruits ou non et, à présent (malheureusement) omniprésentes, de toutes confessions, peuvent librement s'exprimer même s'il faut bien constater, sauf à être naïfs, que l'espace pour exprimer une opinion à contre-courant de la masse, originale et argumentée devient ténu voire invisible tant la pression, l'abondance d'insultes grossières ad hominem exprimées par manque d'arguments contradictoires et/ou de capacités intellectuelles peuvent réussir à masquer la liberté d'expression d'opinions originales.

Le paradoxe presque ridicule de cette communication libre et/ou conditionnée veut que ceux qui véhiculent la désinformation perpétuelle se proclament alerteurs vigilants et utiles aux débats alors même que, la plupart du temps, ils ne font que détourner les éléments d'une information au profit de leurs propres thèses, doctrines quelquefois farfelues.
Parmi les nombreux et pires exemples, citons surtout sans lui faire de la pub tant ceci est consternant), Mr Hellyer, homme politique et ex ministre de la Défense canadien (excusez du peu!), qui, en termes de raccourcis, d'amalgames abracabrantesques et fantasmes compte parmi les plus remarquables.
Lien YouTube:   Hellyer: ET, le retour...

La technique de ces "alerteurs" est toujours identique, à savoir mettre un fait réel en avant et y associer les suppositions et déductions les plus fantaisistes de sorte d'installer la confusion, le doute jusqu'à la suspicion de ce que, décidément, la manipulation, la dissimulation est l'œuvre d'un petit groupe (voire d'extra-terrestres!) qui nous gouvernent.
Le pire, c'est que, régulièrement, ces "doux dingues" réussissent à convaincre un nombre impressionnant d'individus plus ou moins au fait des choses qui, plutôt que de prendre le temps, le risque de la réflexion, préfèrent colporter à la vitesse d'Internet ces désinformations les rendant ainsi virtuellement crédibles.

Bien évidemment que ce n'est pas dans la promotion d'un raisonnement simpliste, binaire que se niche la vérité, même si, autre parenthèse, cette technique de simplification binaire est celle qu'utilisent préférentiellement les politiciens en recherche de votes arguant que le "peuple", par exemple en matière de référendums, serait incapable de comprendre une question à deux réponses (oui/non) car, prétendent-ils, ce peuple répondra à une autre question non posée!.
Dans un monde multi-polaire, aux intérêts géo-stratégiques, politiques et financiers interdépendants, imbriqués, retirer la quintessence de l'information, en faire une synthèse devient forcément de plus en plus compliqué d'où la tentation pour certains d'en faire un résumé présenté comme vérité ultime, incontestable et compréhensible par la plus grande masse... dont, d'une manière ou d'une autre, ils tirent profit.

Techniques de manipulation


Cette volonté d'origine politicienne qui veut que l'information des médias de presse livrée au public soit conforme aux intérêts du pouvoir démocratique ou à fortiori si ce pouvoir est dictatorial se vérifie à chaque compte-rendu d'un fait de guerre avec pour seul exemple la communication des bombardements, reconquête des territoires syriens suivant qu'il s'agisse de la coalition pour qui tout mort civil, tout hôpital détruit est le fait d'une bavure, d'une manœuvre de l'ennemi qu'il soit Daesch ou Assad d'utiliser les civils comme bouclier humain tandis que les mêmes malheurs sont d'office intentionnels et crimes de l'humanité pour Assad et son soutien russe Poutine.
Bien évidemment qu'aussi loin que remontent les rapports publiés dans les médias ou l'utilisation politique qui en est faite, il n'est pas difficile d'en vérifier la manipulation (cfr les armes de destruction massive de S. Hussein pour GW.Bush) et bien d'autres cas tout au long des conflits tant ceux-ci servent des intérêts géo-stratégiques politiques qui, pour l'"élite" sont bien supérieurs à leur logorrhée du vivre ensemble et de la paix pour tous!.

Mais la manipulation de l'information touche au paroxysme pour ne pas dire au ridicule avec la manière dont la communication des faits de terrorisme islamiste sur le sol européen et particulièrement français a évolué.

Information brute
Souvenez-vous, les premiers attentats étaient factuellement relatés, photos, nom et prénom de l'auteur avec force détails sur ses origines, son parcours, sa radicalisation et le réseau dans lequel il évoluait.

Information orientée
Ensuite, sous pression amicale du pouvoir qui voyait dans les réseaux sociaux montée la conclusion assez évidente que ces meurtres étaient tous attribuables, communautairement et cultuellement, à une partie de la société bien identifiée et, par conséquent, la probable remise en question de leur propagande du "pasdamalgame", du bisounoursien vivre ensemble, les médias ont subitement estimé que la photo risquait de susciter d'autres "vocations"...!.

Désinformation de l'information
Les médias sont passés à l'information partielle, partiale voire la non-information de sorte qu'entre intérêts bien compris des politiciens pour leur maintien au pouvoir et les médias inquiets de la liberté d'expression, de mémoire critique des réseaux sociaux, l'alliance de ces deux pouvoirs qui, par opposition au peuple idiot s'attribuent la qualité d'élite en sont arrivés, dans un deuxième temps, à biffer, aux photos déjà effacés, les noms et prénoms (sauf s'il s'agit d'un "Michel ou Dylan").
Par la suite, tout terroriste islamiste (issu de l'immigration) se voyait soit excusable car endoctriné par la mauvaise lecture de l'islam diffusée sur ces "méchants" réseaux sociaux qu'il convient, vous voyez bien, de contrôler sinon de supprimer, soit victime d'une maladie psychiatrique devenue subitement meurtrière tandis que le meurtrier non issu de l'immigration) était d'office un militant néo-nazi, raciste avec pour message politique que la doctrine des partis d'extrême-droite est fascisante et génératrice de violences, de troubles publics que le pouvoir "démocratique" s'engageait à combattre afin d'en préserver le peuple bien-aimé.
Cette manipulation sophistiquée ayant comme autre avantage de préserver l'idée que, malgré les concessions laïques au vivre ensemble par l'acceptation d'us et coutumes, de pratiques dites religieuses qui n'affirment que la suprématie d'une communauté sur la société toute entière, les terroristes qui disent agir au nom de l'islam politique ne sont en rien liés à la communauté pacifique (y compris celle qui se dore au soleil sur les plages européennes mais vêtue de burkini!) et que, par conséquent, les politiciens dont seul l'intérêt électoraliste les conduit à éviter toute crispation jusqu'à nier la situation potentiellement génératrice de tensions communautaires qui découle de cet aveuglement volontaire politicien de bas niveau quant à l'empilement de communautés antagonistes qui, faute de responsabilités et de mesures en accord avec un respect strict des lois pour tous et... toutes aura fracturé une société égalitaire, respectueuse en public des uns et des autres en se gardant de toute provocation, de tout prosélytisme.

Non-Information
La prochaine étape (cfr l'exemple de l'attentat dans un train suisse du13.8.2016), pourrait être de ne parler que des attentats terroristes déjoués dont, pour des raisons de sécurité nationale, vos "responsables" ne sont autorisés à communiquer... et de passer sous silence ou d'en minimiser à l'extrême ceux qui sont perpétrés en déclarant qu'on ne trouve pas le mobile...du tueur avec supposition suggérée quant à son état psychologique perturbé. 

Qu'il s'agisse de régimes politiques démocratiques ou non, on comprend bien que la désinformation peut si celle-ci est massive, globale, reléguer l'information au rang d'histoire inintéressante et soumettre tout citoyen à sa propagande.

CONCLUSION

Difficile de souscrire à l'idée que nos sociétés s'individualisent alors même que, rarement auparavant, les moyens technologiques à disposition, le confinement, la canalisation des pensées, réflexions et comportements n'avaient été, à ce point, prégnants, puissants et performants, notamment par le surprenant et désagréable retour en force (en grâce...) de la religion qui en est l'emblème ultime car basé uniquement sur des suppositions, des vérités révélées d'un autre temps aucunement prouvées ni vérifiables et que l'on pouvait, en ce siècle technologiquement, scientifiquement développé, estimer ne plus avoir la capacité de troubler la vie sociale jusqu'à soumettre toutes nos sociétés aux seuls faits, aux seules lois religieuses devenues, ou en passe de l'être, supérieures aux lois pour tous et... toutes!.
Autre référence que l'article publié en 2011 qui n'attendait pas nos questionnements d'aujourd'hui sur la possible guerre des religions en y faisant explicitement allusion. (Guerre et Paix... entre religions) à lire en cliquant sur ce lien: Guerre et Paix... entre religions. 

 

Article sélectionné par le site AGORAVOX
Pour le lire, voter et le commenter, cliquez sur ce lien: Des informations... (AGORAVOX) 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : médias, informations, désinformations, religions, guerres, terrorismes, islamisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/06/2016

Le terrorisme intellectuel d'anti-racismes...

Racismes,Société,Religions,Libertés,Femmes,Hommes,Egalité.

.

Ligues anti-racismes et anti-sémitismes

Apparemment pour ces ardents défenseurs qui, comme les syndicats dans un tout autre domaine, ont su prouver l'utilité de leur vigilance par les résultats engrangés, il semble bien que tant les uns que les autres aient perdu le sens originel, au titre d'objet social, de la finalité de leurs combats actuels et que plutôt que d'évoluer vers un pro-vivre ensemble, ces anti-tout ont choisi le sectarisme communautaire.
Probablement est-ce dû à la dilution assez récente des valeurs et des mœurs que la montée en puissance de ces groupes de pression au sein d'une société européenne largement en déclin a pu se réaliser de manière progressive presque sournoise jusqu'à ce que ces acteurs responsables en coopération avec les pouvoirs démocratiques en place finissent par en prendre, à fort peu de choses près, le contrôle de la pensée dite unique sous l'appellation bien connue du "Politiquement correct".

Par parenthèse et pour revenir au titre de ce paragraphe, il faudrait se demander pourquoi ces chantres du bonheur universel dans la paix pour tous semblent hiérarchiser voire exclure certains racismes en se limitant le plus souvent aux anti-sémites?.
Si les musulmans peuvent raisonnablement profiter des œuvres de ces ligues, les chrétiens, pire encore s'ils sont blancs, eux n'ont droit qu'aux railleries, moqueries et injures tant à leur culte et à leurs représentants qu'à leur couleur pâle (ne dites plus race) sous prétexte que la liberté de parole, de presse ou d'humour doit être, mais pour ces cas de racisme seulement, préservée...

Ou alors, l'anti-sémitisme est décrété d'indignité supérieure aux autres en raison du complexe européen lié au nazisme qui, on s'accommode lâchement de cet "oubli historique", n'a pas fait des ravages qu'en Allemagne sous Hitler.

Quant à la ligue des droits de l'homme (pour la femme, on verra plus tard), il est à noter que même si le terme "homme" est censé évoquer l'humanité en général, ici aussi, il vaut mieux appartenir aux sous-groupes sexuels masculins que de (sur)vivre en tant que femme (banalement) hétérosexuel.
Et d'ajouter qu'idéologie politique en plus, la dénonciation ou la condamnation d'atteintes graves à l'intégrité physique, morale dépendra surtout du pays (ami ou non) dans lequel des faits se seraient produits, de la notoriété, des soutiens extérieurs (occidentaux) de ses dirigeants et bien entendu, ceci est devenu incontournable du poids de la religion, des mœurs et autres coutumes en fonction de son impact global sur la bonne et indispensable marche économico-politique du monde.
Alors, à l'aulne de ces principes?, vous pensez bien que la place, notamment, de la femme devient rapidement secondaire.

Parmi les arguments avancés par l'occident démocratique, celui de l'épuration ethnique qui n'est que la version aboutie du communautarisme se fait prétexte à invasion et destruction des pays dont les dictateurs en place depuis des décennies deviendraient subitement infréquentables et donc à assassiner avec en prime, la mort pour des milliers de citoyens et au final, le paradoxe ironique que les "communautés", notamment chrétiennes d'Orient et bien d'autres, jusqu'alors tolérées, parfois protégées se voient contraintes de tout abandonner et de fuir au plus vite si elles ne veulent pas être massacrées par les nouveaux maîtres (in)directement mises en place par les forces de l'ingérence démocratique!.
Historiquement, les juifs ont usé, sans que cela ne provoque aucun émoi de la part de ceux qui, complexés par la shoah, leurs avaient offert un bout de territoire arabe, la Palestine qui a vu en 1948 l'exode de près de 800000 sur les 900000 arabes vivant dans ces territoires dévolus aux juifs d'Israël.

Et pour conclure avec humour juif (un communautarisme de plus) ce paragraphe qui leur est consacré quoiqu'au fait, parle t'on d'humour chrétien, essentiellement victime des pires moqueries d'autant plus facile qu'il n'y a ni fatwa, ni attentats et meurtres à la différence de l'autre absent, à savoir l'humour musulman.
Par conséquent, en matière de communautarisme, de racisme, de xénophobie, on finirait bien par se demander si ceux qui s'en disent les victimes n'en sont pas les pires défenseurs...  

Dis-moi quelle est ta religion, je te dirai qui tu es

Même si nos amis les Bisounours se forcent à nous présenter la vie en société comme étant riche de diversités cultuelles et culturelles, d'origines et de comportements multiples sous les concepts devenus néanmoins assez flous d'assimilation ou d'intégration tant ils ont tout de même compris, sans jamais l'avouer, que l'échec est patent et qu'hormis, à nous obliger par la répression intellectuelle à y croire, il arrivera un jour plus si lointain où ces irresponsabilités et cet aveuglement idéologique nous conduiront au chaos duquel le pire peut toujours émerger.

Existe t'il encore un seul fait d'actualité, un seul reportage sociétal qui ne précise en premier lieu la religion si tant est qu'elle soit juive ou musulmane reléguant la nationalité au rang de superficiel, d'accessoire.
Comme un nauséabond mélange de déni de l'appartenance à une nationalité qui au sein d'une Europe castratrice ferait figure d'adhésion aux thèses nationalistes de tel ou tel parti d'extrême-droite invariablement qualifié de raciste, de xénophobe et dont les dirigeants ne sont, pour ces éminents démocrates, que des descendant(e)s d'Hitler et nostalgiques du IIIè Reich.
Avec cette même honnêteté intellectuelle, on caricaturera tous leaders de gauche, d'extrême gauche (et certains s'en réclament ouvertement) de partisans des dictatures cubaines, chiliennes sans oublier ces idéologies si sympathiques et porteuses d'espoir pour les "petites gens" que sont le maoïsme, le stalinisme...!.

Les religions ne seraient-elles pas la forme évoluée, civilisée d'un conditionnement proche de la technique utilisée par des sectes en ceci qu'on ne peut nier que pour une part significative des croyants, la soumission, signe de manque de personnalité ou d'incapacité à assumer ses propres choix et actes, à une foi leur offre la "protection" divine, le pardon pour tous actes criminels, terroristes commis au nom de ce dieu invisible et probablement inexistant mais tellement utile pour satisfaire aux nombreux desseins, déviances de tous ces guides et autres manipulateurs.
Cette utilisation malsaine de la foi ou d'une théorie à connotation pseudo-philosophique inspire bon nombre de gourous, coachs de vie qui conditionnent vie sociale et affective de ceux (ici plutôt celles d'ailleurs!) qui, en souffrance, en manque et recherche de repères, croient trouver les réponses aux questions permettant ainsi aux seuls thérapeutes auto-proclamés, nullement diplômés de profiter financièrement et pour les plus pervers d'entre eux de s'offrir quelques plaisirs bien personnels...

 

Big Brother vous surveille

De manière répétitive, on entend, on lit des articles qui se veulent informatifs sur le suivi intrusif des sites de réseaux sociaux aux desseins indéfinis probablement pernicieux alors même qu'il ne devrait être étrange pour personne que des sociétés commerciales souhaitent via la technologie informatique qui s'ajoute aux autres techniques publicitaires déjà bien connues augmenter l'impact, l'influence de leurs marques et (quelle honte!) engranger des profits ou pire contribuer à maintenir voire augmenter le nombre de ses employés tout en offrant à tous et toutes un accès souvent gratuit à quantités de services ce qui, par parenthèse, fait tant défaut au service public pourtant si dogmatiquement opposé au privé.

Paradoxal ou alors serait-ce plutôt volontairement que certains mettent exagérément la lumière sur ces pratiques qualifiées de dérives tout en occultant, par ailleurs, les réels méfaits, déviances et manipulations d'associations qui sous couvert de prétendues valeurs tant cultuelles qu'identitaires traquent et mettent au pilori toutes les alertes, tous les éditos et articles voire de simples mais objectifs commentaires ou autres traits d'humour qui dénoncent ce qui est communément labellisé "Politiquement correct".
Cette "Pensée unique" qui, faut-il, peut-on encore le dire?, a considérablement progressé au point de faire de ce terrorisme intellectuel une véritable et redoutable arme de destruction massive de la pensée libre et individuelle qui serait contraire à la nouvelle norme tolérée.

A ce petit jeu malsain, on s'aperçoit qu'entre les religions souvent opposées plus par, comme toutes autres sociétés commerciales qu'elles méprisent, un intérêt d'attirer un maximum de fidèles, il existe, à présent, un intérêt commun qui, sous prétexte de libertés et respect des cultes, fédère un discours de tolérance entre religions monothéistes.
A titre d'exemple, le port du voile qui, pour la religion musulmane, est sujet de controverse en Europe a vu le chef de l'église chrétienne se fendre d'un discours approbateur en soutien de la prétendue liberté des femmes à le porter au nom de la liberté.
Bel exemple d'oecuménisme bien compris en cela que les uns et les autres ont bien saisi l'opportunité de reprendre une part non négligeable du pouvoir politique via la proposition et l'admission de lois et règlements essentiellement communautaires pour ne pas dire exclusivement religieux, qu'on ne s'imaginait plus qu'ils puissent encore avoir... au XXIè siècle qui, il est vrai est tellement éloigné du siècle des lumières qu'il semble qu'on soit rentré dans celui des ténèbres et de l'obscurantisme!.

Presque pour l'anecdote tant la perversion intellectuelle est grossière et digne des plus pires astuces de marketing, l'argument avancé par certains "guides religieux" qui ne sont pas exclusivement musulmans, de couvrir entièrement le corps de la femme afin de le rendre pudique et modeste et ainsi protégé des regards malsains ou des pulsions de mâles incontrôlables à qui on donne l'implicite autorisation d'insulter, harceler, violer toute femme qui aurait l'audace de ne pas s'habiller "correctement" et qui, par conséquent, enverrait à ces pauvres hommes un signal clair en recherche d'attouchements pour ne pas dire un besoin de se prostituer!.
Parmi les multiples encouragements publics à l'irrespect envers les femmes non voilées et qui, jamais, ne sont sanctionnés, voici le lien de la "dernière" en date qui nous vient de H. Ramadan (directeur du centre islamique de Genève). Cliquez  ICI Femmes non voilées...

Admirons, par ailleurs, la progression de la pénétration au sein de nos sociétés, de l'instrumentalisation par ces religions qui, d'un discours répressif centré sur les interdits et la soumission des femmes en viennent à souligner le plaisir pour la femme d'être respectée ou encore le choix personnel de se vêtir selon une mode qui ne serait en rien différente de toutes les autres modes qui circulent... librement!.
Arguments tout autant fallacieux que, jugés par ces extrémistes, inattaquables, non opposables car qui oserait reprocher à une femme de n'être qu'une banale fashion-victime en burkini à la plage ou en niqab en ville et autres accoutrements "cultuels", car répétons-le, de nouvelles tendances juives et chrétiennes se font jour en surfant sur cette tendance sexiste à remettre la femme à la place que ces (in)cultes considèrent comme la sienne, c-à-d en procréatrice et femme à la maison au service de l'homme.

Article sur ce sujet à lire en cliquant sur:   Femme libre, femme en burka!. 

Conclusion

Sous de louables prétextes mis en avant, on s'aperçoit assez vite que la protection de ceux (moins celles...) qui, souvent, ont été discriminés peut, surtout si une idéologie bien précise s'y infiltre voire domine, se muer en non plus la défense des "plus faibles" mais bien plutôt en un étendard porteur de valeurs qui visent à exclure ou à dénoncer tout qui oserait ne pas forcément adhérer à toutes ces nouvelles règles imposées au titre de la non discrimination, de l'intégration et autres slogans habituels qui vont de fascistes à nazis le plus souvent utilisés par ceux qui se prétendent constamment fustigés alors même qu'en utilisant ces qualificatifs, ils veulent clore un débat faute d'arguments et/ou de capacités intellectuelles suffisantes.

Article sélectionné par le site Agoravox.
Pour le noter et/ou le commenter, cliquez sur ce lien  ICI Le terrorisme intellectuel... (AgoraVox) 

 

Publié dans Société: Comportements, Société: Evolution | Lien permanent | Tags : racismes, religions, société, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/04/2016

Musulman ou islamiste à pile ou face?.

 

Musulman,Islamiste,Religion,Guerres,terrorismes,Politique.

.

Généralités

Toutes les religions ne seraient que des sectes qui, au fil du temps, ont réussi à convaincre, asservir un maximum d'individus crédules qui se qualifient de croyants.
Toutes les religions ont, à un moment de l'Histoire, été à l'origine ou complices d'invasions, de massacres perpétrés au nom de la civilisation, de l'endoctrinement à des valeurs que leurs nouveaux maîtres-guides définissaient comme porteuses de justice, d'élévation des esprits... tout en soumettant ces populations aux traitements dégradants les plus variés, sans oublier l'exploitation des richesses du sol détenues, souvent à leur insu, par ses esclaves de ces colonisateurs... de dieux.
Bien évidemment que le support religieux n'est pas indispensable au déclenchement de conflits, de guerres mais celui-ci y apporte, hypocritement à l'instar d'un argument plus actuel, à savoir l'ingérence "démocratique", une caution morale ou, à tout le moins, ainsi mise en avant de ce qui, de toute manière, n'est qu'une expression de la volonté des uns d'imposer aux autres, une façon de penser, d'agir... de s'habiller sous couvert de principes politiques ou religieux.
Le pire étant lorsque ces deux concepts fusionnent pour en faire une théocratie à l'échelon d'un Etat ou d'une doctrine qui supplante les lois d'un pays laïque ou multi-cultuel.

Evitons l'amalgame...

Il faut éviter de fustiger, de stigmatiser, de faire l'amalgame entre quelques extrémistes islamistes et la grande majorité de la communauté musulmane... et autres mises en garde qui, pour partie vraies, ont surtout l'avantage de clore le débat autour des dérives quotidiennes vécues par les citoyens mais que nos "chers élus", empêtrés dans la contradiction entre électoralisme et maintien d'un semblant de paix sociale, connaissent mais refusent d'affronter de peur de se voir taxer de raciste et de perdre mandats et postes alors qu'il suffit de détourner le regard, d'annoncer des mesures accommodantes pour  mieux satisfaire ceux qui ont compris que le "politiquement correct", la peur de troubles civils les autorisaient à implanter au sein de territoires toujours plus étendus une forme, jusqu'ici light, de la loi religieuse, en l'occurrence musulmane.

Cette crainte, ce refus de responsabilité de ces élus qui confine à l'irresponsabilité la plupart du temps partagée par les médias dont les intérêts économiques rejoignent les intérêts politiques des élus sous forme d'une parole apaisée, réfléchie et mesurée digne de l'"élite", du moins tant que ni les uns ni les autres n'ont à pâtir des conséquences de leurs aveuglements.
On remarquera qu'à chaque attentat, à chaque découverte de cache d'armes, d'explosifs ou de complicités entre coreligionnaires, le mot d'ordre politico-médiatique est avant tout développement des faits de veiller à bien souligner combien ceci ne doit pas entacher la communauté musulmane, principale victime de ces islamistes qui dévoieraient une religion hautement respectable.
Une des nombreuses preuves de la puissance de cette religion qui commence à supplanter les lois est que, d'une part, avant toute référence citoyenne, la "démocratie" met l'appartenance musulmane en avant et que toutes règles de vie, comportements notamment féminins, passent par le contrôle de cette religion.
Que ce soit l'imposition, qu'ils osent déclarer libre, dans nos régions et pays jusqu'à l'imposer par la loi dans leurs régions et pays (ex: hôtesses Air France).
De nombreuses personnalités, souvent les plus concernées car femmes, ont depuis pas mal de temps tenté d'alerter nos responsables sur cette pernicieuse, constante volonté de soumettre, d'abord les femmes..., à leurs principes dits religieux qui leur imposent des tenues respectueuses non des lois pour tous et toutes mais bien uniquement dictées par une préséance religieuse au travers d'une astucieuse manipulation, inattaquable et tout à leur avantage de la notion de liberté si chère à nos démocraties et qui, dans ce cas se retourne contre ces défenseurs peu enclins à défendre leurs propres valeurs.
Parmi ces dernières lanceuses d'alerte, citons E. Badinter qui revient, en vain, sur la percée "commerciale" de la mode musulmane qui, comme pour le reste, commence par un choix "libre" et se finira par une règle à suivre obligatoirement.
Tout en accordant un César de la meilleure comédie à cette magnifique pirouette qui fait passer le conditionnement vestimentaire féminin de respect "cultuel" à suivisme de la mode!.
E. Badinter: Appel au boycott de la mode musulmane made in France.   ICI

Les modifications, ajustements, concessions à la seule religion musulmane sont si nombreuses, si exclusives qu'elles sont pour toutes les autres communautés suspectes soit de favoritisme, soit, plus exactement, de craintes motivées tant par un contexte économique intérieur en déclin susceptible de tensions supplémentaires que par un contexte géo-politique international qui, notamment par les implications occidentales catastrophiques, nous met, tel un boomerang, face à ce terrorisme barbare qui, ô malheur pour nos (ir)responsables, n'est plus confiné en dehors de nos frontières européennes qui s'avèrent de véritables passoires...
A la notable différence de toutes les autres immigrations, seule la communauté musulmane a voulu progressivement modifier tout d'abord son environnement proche en ciblant massivement certains quartiers, certaines cités de banlieues qui, contrairement à cette fausse idée qui se propage, avaient été construits pour y loger une classe moyenne inférieure qui bénéficiait de logements plus accessibles à son budget avec à sa disposition des équipements, boutiques ou services publics.
Et c'est là que ceux qui se disent constamment victimes de stigmatisations et réclament la diversité de manière à culpabiliser ceux qui, soi-disant, ne leur offriraient pas et à forcer une première implantation qui, comme on l'a vu précédemment, finit par une communautarisation cultuelle excluant toute autre population tant par l'instauration de règles de vie faisant lois qui ne conviennent ni aux autres populations minorisées ni aux rares commerçants voire services publics qui, après de multiples "soucis" finissent par laisser ces quartiers aux mains de la communauté dominante, au mieux, aux trafics et délits divers, au pire.

D'autres modifications et concessions ont fait droit à cette communautarisation excluante et ont été acceptées en vertu d'un respect (mou) d'une laïcité qui n'a plus rien à voir avec sa définition propre avec entre autres, le droit du travail qui fait place à la pratique religieuse, la séparation hommes-femmes en tous lieux publics ou privés (piscines, hôpitaux...) qui s'installe progressivement de même que cette même pression fait reculer le droit des femmes de sortir, seules, dans certains lieux, habillée selon son choix et en dehors d'heures jugées acceptables.
Pire, le discours qui accompagne ce recul qui veut que la mode a changé, que les femmes "respectables" n'ont pas à se mettre seins nus sur les plages et que celles qui le feraient ont à subir les insultes, attouchements voire plus (sans affinités) quand la perversité du discours bisounoursien ne met en avant les risques de cancer liés à une exposition de certaines parties du corps sensibles au méfaits du soleil... jusquà prôner les avantages du burkini!.

Bien sûr, très nombreux seront ceux qui, pour de multiples raisons liées à la propagande, la peur voire à l'indifférence car, jusqu'ici, non concernés, trouveront ces propos exagérés sauf qu'il suffit de constater, de facto, la particularité de l'émergence, de la fulgurante progression et des accommodements dits raisonnables continus en faveur d'une seule communauté immigrante et de sa religion vis à vis de tout autre communauté et religion différente.
Cette transformation du concept de vivre ensemble est telle qu'il devient rare de parler encore de citoyens, de peuple, de populations sans, tel un label, une "étoile", mettre en premier sa communauté, sa religion ce qui, par ailleurs, ainsi que décrit plus haut, a le mérite de clore le débat, de veiller à éviter toute (re)mise en cause sous peine de se voir taxé de raciste voire de fasciste...
Autres signes visibles d'une modification en profondeur des valeurs européennes qui se pensaient à l'abri de toute remise en cause de celles-ci jusqu'à influer sur ses lois ou coutumes sont, entre autres tant elles sont multiples, le mode d'abattage animal qui, de cultuellement admis via l'halal, se voit généralisé tant il devient économiquement plus rentable de ne plus avoir qu'un seule pratique dans les abattoirs quitte à ce que tout le monde, le sachant ou non, finisse par y avoir droit... et tant pis pour l'hygiène ou la souffrance animale!.
Quant aux femmes dont on a déjà évoqué les pressions morales, physiques qu'elles subissaient, on ajoutera, pour conclure ce sujet consacré à la probable future, plus si lointaine, domination musulmane, qui ne s'étonne pas de la médiatisation et des déclarations choquées de responsables lorsqu'une musulmane voilée de la tête au pied se dit insultée en rue par un quidam (de "blanc") alors qu'à l'inverse, c'est le mutisme voire l'excuse lorsqu'une femme en tenue "normale" subit un traitement au minimum identique.
Sondage auprès des musulmans anglais concernant les droits? des homosexuels, des femmes...       
Article (LePoint) du 11/4/2016 à lire  ICI Sondage

Musulmans, tous frères ou tous, frères musulmans

Toutes choses n'étant pas égales par ailleurs, on notera que l'évolution de l'influence musulmane, certes similaire à l'attitude sociétale encore pacifique, devient à cause des attentats perpétrés par des individus défenseurs de la charia mais rapidement qualifiés d'islamo-terroristes afin de ne pas stigmatiser (on connait la suite) sauf qu'ici aussi, on s'aperçoit au fil des remontées d'informations qu'ils évoluent sans souci au sein de cette même communauté musulmane si bien intégrée mais aussi, pour partie non véritablement quantifiée, complice.
De même que ce discours lénifiant qui voulait lors des premiers attentats qu'il n'étaient que très sporadiques et le fait de quelques illuminés à compter sur les doigts de deux mains jusqu'à ce qu'ils se multiplient (plus vite que les petits pains de l'autre "guide"!) et qu'ici encore, certains (ir)responsables se montrent surpris, presqu'inquiets mais tiennent à souligner qu'il ne faut pas avoir peur et, comment encore?, ne pas stigmatiser (on connait la suite).
Ajoutons que pour faire la part des choses, rien de ce qui arrive en termes de terrorisme islamiste ou de communautarisation essentiellement musulman n'est le fait du hasard ou même exclusivement de ceux qui portent ces valeurs ou idéaux mais bien que ceci n'est qu'une des conséquences de nos justifications occidentales irresponsables et coupables dues aux interventions armées, destructions d'Etats, bombardements plus ou moins bien ciblés mais néanmoins meurtriers pour des populations qu'une fois, osent prétendre nos dirigeants, libérés du joug de potentats qui, après des années d'entente cordiale car basée sur des signatures de contrats juteux et d'accords de bons intérêts géo-stratégiques, on déclare dictateurs sanguinaires indignes de vivre.
Sauf qu'à l'issue de chacune de ces "libérations", les populations restantes ont été soumises à bien pire encore jusqu'à n'avoir qu'un choix réduit entre mourir ou tenter de fuir!.

Alors, les donneurs de leçons, commencez par faire votre examen de conscience et qui sait, l'espoir fait vivre (surtout les ignorants), vous éviterez d'autres erreurs futures.
Et c'est dans ce contexte de déclin occidental surtout européen, de soumission à la Turquie que l'Europe, cette puissance mondiale lorsqu'elle est unie..., se montre incapable de contrôler ses propres frontières et finit, comme toujours et face à tout problème, à ouvrir son porte-monnaie et, honte à elle, verser des sommes considérables à ce pays, membre OTAN, et ne vous en déplaise, futur membre zone euro.
Ce qui, plaisanterie européenne suprême, fera des migrants installés en Turquie, payés par l'Europe, de futurs citoyens libres de s'installer où bon leur semblera...
Mais d'ici là, vu la peur panique et le manque total de réactions fermes de ces dirigeants totalement captivés par le confort que ce continent leur offre encore, connaîtra bien d'autres attentats islamistes et quantités d'autres revendications cultuelles accordées sur l'autel (le tapis) du vivre ensemble.
Comment ne pas voir la démonstration de la faiblesse de nos régimes en la déclaration d'état de guerre qui devient état normal, de présence de l'armée dans nos rues, d'activation de toute une série de mesures restrictives de liberté qui ne gênent d'ailleurs que les citoyens honnêtes car pour les terroristes voire les malfrats et autres dealers ou trafiquants, ceci ne semble, visiblement, pas les ennuyer du tout.
Au final, la doctrine de ces responsables ressemble à cette illustration des trois petits singes: ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire... et espérer que cela finisse un jour.

En conclusion et en rapport avec le titre provocateur de cet article, on affirmera que pour les musulmans et les islamistes, le temps, pour les uns de l'intégration docile, partiellement choisie au regard de la primo-migration de familles désireuses d'offrir, au moins pour leurs enfants, une qualité et un niveau de vie bien supérieur à ce qu'elles connaissaient dans leurs pays d'origine ou pour les autres de considérer que les occidentaux et les régimes arabes qu'ils estiment complices sont à combattre, est révolu.
Alors, aux uns, les descendants de la première génération de nouveaux arrivants musulmans qui, au fil des décennies, ont jaugé, dans un premier temps, l'impact de leur puissance revendicatrice qui leur assuraient plusieurs succès proprement cultuels, comprennent actuellement qu'il n'est plus si éloigné le temps où une transformation "pacifique" de toute la société européenne est possible sinon probable et dans ce combat, leurs meilleurs alliés sont les Bisounours européens non musulmans eux-mêmes trop soucieux, par peur viscérale de tout conflit au sein de ce continent "de paix" depuis la seconde guerre mondiale.
Et, aux autres, ces islamistes qui exportent leurs luttes terroristes, au grand dam de nos dirigeants européens coupables de guerres d'ingérence qu'ils ont cru pouvoir mener sans que celles-ci n'aient de conséquences pour leur propres populations intra-européennes, d'ajouter l'effroi des attentats aveugles au climat anxiogène qui complète l'oeuvre destructrice des valeurs européennes que très peu de personnalités suffisamment indépendantes, clairvoyantes tentent, un peu inutilement tant la propagande est gigantesque, de défendre.
Quant aux grands défenseurs des droits et des valeurs lorsqu'il s'agissait de qualifier de jaloux possessif voire de psychopathe tout homme qui, en couple, conditionnait sa compagne, à se comporter, se vêtir et à ne sortir qu'accompagnée voire à ne plus voir personne ou lorsqu'il s'agissait de combattre, détruire tout régime qui conditionnait son peuple à ne lire que certains ouvrages, n'écouter la bonne parole que du chef auto-proclamé et qualifiés ces potentats de dictateurs voire de fascistes, on soulignera le silence que ces donneurs de leçons de bonne morale observent lorsqu'une religion conditionne ses adeptes à ne manger, ne boire que certains aliments ou breuvages, contraint, pour la bonne pratique, la race inférieure (la femme) à se vêtir de manière stricte et uniforme tout en observant, pour tous et toutes, une pratique religieuse impactant tant la vie privée que professionnelle quitte à obliger, les autres, d'adapter le mode de fonctionnement en société.
On n'entend plus guère les chantres du vivre ensemble qualifier ce communautarisme exclusif de contraire aux principes de droits et devoirs universels au risque de dérives sectaires, islamistes, hormis les plus hypocrites d'entre eux, qui croient bon d'insister sur le fait que ces comportements ne sont le fait que d'une minorité (ultra-visible) qui détourne les principes du vivre ensemble supposé de cette religion.

Ainsi qu'il en est sur bien d'autres sujets développés ci et là, l'Histoire aura le mérite de garder en mémoire les faits et les noms de ceux qui se sont rendus coupables, par lâcheté, par opportunisme, tant du déclin économique que de la négation de valeurs morales sacrifiées sur l'autel ou plutôt le tapis... de la religion devenue loi européenne.

Pourquoi l'islamisme séduit-il? (Mohamed Sifaoui) Lien direct:  ICI

Reportage vidéo RTBF 18.3.2016 : Qui finance l'islam en Belgique?   ICI

Livre: Silence coupable (Celine Pina) Ed Kero.  Lien direct: ICI

Article sélectionné par le site AGORAVOX sur lequel vos commentaires et notes sont à poster en cliquant:  ICI AgoraVox