16/04/2012

Pouvoirs publics contre libertés privées.

Pouvoirs publics,budgets,argent,comissions.

La politique et les travaux publics.

En matière de travaux publics, l'Etat et ses différents pouvoirs arrivent rarement à terminer un chantier tant dans les délais prévus que dans l'enveloppe budgétée.
Sans parler des chantiers, qui débutent mais ne se finissent jamais ou qui enfin terminés sont obsolètes, inutilisables ou bien connus sous le nom des GTI ou grands travaux inutiles: (hôpitaux, aéroports, centres administratifs, bureaux de police, casernes de pompiers...).
Ces dépassements de budgets et de délais quoique très souvent systématiques n'interpellent pas vraiment les citoyens, pourtant principaux contributeurs!, sur de possibles, probables et discrets "petits arrangements" entre amis séduits par un bonus facile car garantis par une totale absence de contrôle interne couplée à une communication externe bien verrouillée.

A l'inverse, une conduite des affaires privées calquée sur le mode public serait rapidement sanctionnée par un strict contrôle des administrations publiques et se conclurait par des amendes sévères, emprisonnement des responsables et conduirait ces sociétés à une faillite certaine.

 

La politique et la gestion du patrimoine immobilier.

Là aussi, évitons de parler du coût parfois exorbitant du maintien de bâtiments et d'ouvrages dits d'intérêt public et pour lesquels bizarrement le public, lui, n'a aucun intérêt pour nous concentrer sur une polémique qui pointe le bout de son nez...à savoir les logements vides.

Remarquons ici, comme toujours, l'indignation feinte mais appuyée des associations qui n'ont d'apolitiques que le nom pour le parc immobilier privé mal entretenu voire insalubre ou pire inoccupé.
Et de mettre en place, des nouveaux règlements assortis comme il se doit d'amendes lourdes, d'astreintes importantes (en ces temps de crise, il n'y a pas de petits profits) pour les propriétaires privés qui ne se mettraient pas rapidement en ordre au regard de la loi nouvelle.

Et pendant ce temps...que fait l'Etat, acteur oublié dans les griefs de la honte des associations de locataires, pour son propre patrimoine immobilier à l'abandon, vide et souvent chauffé hiver comme été! pour venir en aide, ne fut-ce qu'au titre de sa fonction première qui est de veiller au bien-être de sa population non seulement par humanité mais aussi par souci de gestion efficace?.
Poser la question, c'est (souvent) y répondre.

Politique carcérale.

Touchant à la fois le paragraphe de la gestion du patrimoine immobilier et celui (au bas de l'article) des libertés, la politique carcérale pour laquelle on voit les limites d'un discours qui veut que, par manque de places disponibles, certains auteurs de délits ne soient pas incarcérés ou qu'en amont, les juges statuent sur des peines ne nécessitant pas d'emprisonnement.
Oscillant entre justice de classe et déni de justice, on a récemment condamné?! des individus à des peines d'intérêt général pour des conduites en état d'ébriété ayant causé la mort de piétons, cyclistes avec circonstance aggravante du délit de fuite après l'accident.
Parmi ces délinquants, leurs qualités d'élus ou de médecins n'en font ni un exemple de probité ni une manifestation minimale et attendue de tous d'aide à personnes en danger.
A l'inverse, qui ne connait une personne qui pour des délits mineurs et simplement matériels a fait un séjour en prison.

Alors qu'en matière d'incarcération et d'égale justice pour tous, seuls les délits avec atteintes directes aux personnes (coups, viols, meurtres) ou indirectes (dealers de trafics divers touchant aux substances illicites et personnes humaines prostituées) devraient se voir infliger des peines de prison substantielles bien connues de tous.
Toute autre délit concernant les biens (spoliations, vols) feraient l'objet d'indemnisations sonnantes et trébuchantes suivant un multiple du préjudice subi et en cas de défaut de réparation pécuniaire, ceci uniquement pour les délits n'ayant pas touché à l'intégrité des personnes, un bracelet électronique serait privilégié.
Sur base d'un principe simple de protection de la société voulant que seules les personnes nuisibles à la vie d'autrui devraient être mises à l'écart.

Non seulement, cela éviterait tout surpeuplement, excuses pour ne pas incarcérer mais aussi cela réserverait les places et cellules aux seuls vrais délinquants qui bien avant de commettre leurs forfaits en connaîtraient le prix.
Paradoxe d'être immédiatement criminalisé et de devoir payer des amendes de roulage, stationnement stipulées dans la loi mais de pouvoir blesser et/ou tuer en bénéficiant de circonstances favorables quelquefois liées à un certain statut social politique ou à la réputation d'un avocat jusqu'à l'obtention de la relaxe au grand dam des victimes et de leurs proches.

La politique et la finance.

Peut-être que l'hypocrisie est encore la plus flagrante dans ce domaine d'autant que les crises récentes ont permis à la politique de reprendre le pouvoir sur la finance, en dépit de ce qu'ils veulent (et arrivent) à faire croire à une population occidentale encore persuadée d'être le centre du monde.
Faut-il être particulièrement habile ou machiavélique pour accuser les banques, les traders, les agences de notation...comme responsables des déficits publics, alors même que la crise en zone euro est en grande partie due à l'intégration (par exemple de la Grèce) ou de pays aux finances douteuses et bien connues des dirigeants européens tant à l'époque que tout au long de la soi-disante construction européenne sauf à considérer, et ceci serait bien pire encore, que ces dirigeants seraient d'une irresponsabilité telle que seul le bouclier de l'impunité a pu les conduire à de tels manquements.
Idem dans leurs accusations envers une finance privée débridée qui tout au long des années, y compris en temps de croissance, a permis aux dirigeants politiques, via des prêts évidemment soumis aux intérêts du marché, de dépenser sans compter dans des budgets et travaux dont tous n'étaient pas, loin s'en faut (lire plus haut), essentiels mais satisfaisaient soit l'égo particratique de l'élu local, soit les seuls intérêts de certains lobbys puissants.
Et l'Europe, avide de taxes nouvelles sur les patrimoines et sociétés privées, d'exposer sans honte l'érection, le maintien, l'entretien à grands frais de 3 sièges Parlements européens dans lesquels fourmillent une quantité de fonctionnaires, d'élus qui de sessions en sessions déménagent avec armes et bagages entre les 3 villes sans que le gaspillage de ces déplacements ou le défaut d'efficacité n'interpelle qui que ce soit. (Pour rappel: coût minimum évalué: 2600 euros par européen et par an).

Que les agences de notations dégradent tout pays non européen, en ce compris les USA, n'a ému aucun des membres de la zone euro mais que celles-ci, suite aux atermoiements européens à résoudre à coût réduit et donc immédiatement la crise de la Grèce en évitant dès lors l'effet domino finissent, honte suprême, par inciter une des agences à dégrader la note française, voilà qui n'est pas tolérable!.
Et par conséquent, si le thermomètre des médecins n'indique plus la température souhaitée, il ne faut pas se poser la question de savoir d'où vient la fièvre ni comment la combattre avant que tout le corps ne soit malade mais bien plus facile est la mise à la poubelle de ce thermomètre afin de le remplacer par un plus conforme à ce qu'on souhaite!.
D'où l'idée saugrenue mais politiquement indispensable de créer une Agence européenne nettement plus complaisante sinon pourquoi la créeraient-ils, sauf à ce que les citoyens n'en viennent à se poser la question de la bonne gouvernance et des culpabilités de politiciens qui, par idéologie, ont intégré un certain nombre de pays incapables à terme de résister à cette marche forcée de l'Union européenne soumise au dieu Euromark.
Alors la rage taxatoire (particulier, société, Tobin...) peut enfin se libérer et les gouvernants dont les caisses des Etats sont percées, à force de leurs dépenses somptuaires et irresponsables, vont pouvoir, sous couvert de justice sociale, les remplir...afin de mieux les vider en un temps dont le Guinness book sera témoin.

L'autre débat qui se fait jour (grâce) à la crise financière est celui concernant les émoluments des patrons publics et qui fait débat jusqu'à la remise en question des salaires des patrons privés.
Tandis que pour les cumuls et salaires des élus politiques voire syndicaux, on aurait tendance à nous dire: Circulez, il n'y a rien à voir.
La garantie de l'emploi n'est assurée pour aucuns des patrons tant publics que privés alors que celle-ci est quelque peu plus aisée pour le personnel politique avec la différence essentielle et qui peut justifier une prime substantielle que la responsabilité, la gestion et les résultats sont reprochables et condamnables presqu'exclusivement pour le personnel non encarté politiquement.
Ceci étant posé, il faut résolument interdire toute attribution de bonus, primes de départ aux administrateurs privés ou publics dont les piètres performances ont eu pour résultat que l'entreprise qu'ils manageaient est en quasi faillite.

La politique et la politique.

Tout est affaire de slogans et de scores particratiques, d'ascension personnelle, et de convictions forgées au graphique des sondages d'opinion de manière à récolter un maximum de suffrages quitte à renier ses convictions profondes ce que prouvent, Internet oblige, les juxtapositions de déclarations tonitruantes mais surtout contradictoires en un laps de temps que même l'absence de mémoire ne saurait justifier.

L'instrumentalisation des sujets aux seules fins de propagande est à ce point cynique que déclarer le contraire de ce qu'on a dit la veille n'étonne plus personne.
Un parmi les trop nombreux exemples sur ce sujet est notamment celui qui concerne la vente à l'insu de notre non plein gré de la viande halal et/ou casher.
Que ce soit le FN et marine Le Pen qui en parle aura suffit à clore un débat alors même que la question sanitaire aurait dû s'en emparer comme l'avait souligné, entre autres, l'association des consommateurs CLCV dès 2008!!.
Lien CLCV: http://www.youtube.com/watch?v=bLUsnUpmKLA  

N'y a t'il pas à réfléchir sur l'opportunité de savoir de quel type d'abattage provient la viande lorsque l'on apprend que l'épidémie de la bactérie E.Coli est plus que probablement due à un abattage, qui pour des raisons religieuses assurément mais surtout financières, ne permet pas la ligature de l'oesophage seule garantie par l'étourdissement préalable!.
Cela rend les discours d'élus politiques, main sur le coeur, opposés à la "malbouffe" quelque peu abscons sinon suspects de partialité...quant à heurter la partie la plus revendicatrice d'un électorat (encore) majoritairement facile à convaincre.
D'autant que ces grandes chaînes de restauration rapide sont facilement identifiables et suffisamment bénéficiaires pour les inciter à en laisser une partie au titre de "dédommagements" mais que par ailleurs, aucune alerte n'est faite concernant les Kebab, Döner et autres sandwicheries à l'hygiène plus que douteuse...

Une remarque identique en ce qui concerne les critiques envers les grandes chaînes de distribution coupables de tous les dérapages de prix, de qualité moindre des aliments proposés voire, là aussi, d'hygiène et de conservation quand on insinue pas des pratiques récurrentes de falsification d'étiquettes et de dates de péremption.
Etant sous-entendu que les petits commerçants et maraîchers qui transportent les aliments invendus de marchés en marchés exposés à tous vents, changements de température, hygiènes des chalands et des vendeurs etc... offrent une qualité des produits sans comparaison possible ou autorisée?!.
Article sur ce sujet:  Le "vrai" goût du frais. Cliquez  ICI

En matière de politique économique et industrielle, le manque de vision des politiciens européens conduit à une désindustrialisation dramatique qui met l'Europe en dépendance totale du reste du monde.
A chaque fermeture d'industries, le politicien national fustige le patronat qu'il soit national ou non, les pays dits émergents et autres boucs émissaires sans jamais qu'ils se posent la question de leurs seules responsabilités à ne jamais avoir ni anticipé ni stoppé cette désertification en adoptant des plans d'incitation et de développement des entreprises protégées tant au niveau national qu'européen par des mesures visant à réduire via des ajustements de taxes à l'importation l'avantage compétitif exorbitant que seule l'Europe offre au reste du monde.

La Politique et les libertés.

Quand, dans la deuxième moitié du XXè siècle, la politique s'est concentrée sur ses enjeux essentiellement politiques de refonte des Etats détruits par les conflits de la première moitié du XXè siècle, l'Europe a connu prospérité, confiance en l'avenir et progrès avec pour principe premier de laisser à chacun le soin de vivre et d'entreprendre librement ou au mieux du régime est ou ouest qui le gouvernait et dans un respect équilibré mais discret des religions du moins pour les pays non musulmans.
L'idéologie nazie prônant la supériorité d'une race envers toutes les autres avait permis de se prémunir, au moins jusqu'au début du XXIè siècle, de toute résurgence de règles de vie dictée par une quelconque idéologie auxquelles se soumettre.
Alors que dire, lorsque les bisounours de la politique aménagent les lois démocratiques de façon à ne pas déplaire à telle ou telle communauté qui, sinon se considère au nom des libertés, comme discriminée, stigmatisée (qualificatifs très "tendance")?.
Que penser d'une idéologie qui, dans un premier temps, considère un genre supérieur à l'autre en asservissant la femme à des comportements différents, discriminants!, jusqu'à obliger tous les citoyens à modifier leurs propres habitudes vestimentaires, alimentaires...
Les exemples sont de plus en plus nombreux et maintes fois rappelés (piscine, sports, cliniques...).
Par contre, à titre d'exemples, refuser un logement privé ou un emploi non par racisme mais en fonction d'un affichage de refus d'intégration de la part du postulant ou de la postulante est preuve de xénophobie pour un Etat dans lequel les politiciens se montrent incapables d'appliquer une réglementation laïque, équilibrée et démocratique.
La restriction des libertés est parfois plus pernicieuse quand, sous couvert de protection de la santé publique, on dénonce ainsi qu'évoqué plus haut dans l'article la "malbouffe" des grandes chaînes de restauration rapide facilement identifiables et suffisamment bénéficiaires pour les inciter à en laisser une partie au titre de "dédommagements" mais que par ailleurs, aucune alerte n'est faite concernant les Kebab, Döner et autres sandwicheries à l'hygiène plus que douteuse...

Conclusion

La distinction entre régimes démocratiques et totalitaires se mesure moins par la qualité de ses dirigeants que par la vigilance de ses citoyens.
En substance, on constate que lorsqu'une majorité de la population vit sous les contraintes économiques, financières, idéologiques d'une minorité, le basculement vers les régimes autoritaires dont les théocratiques ne sont qu'une partie devient inéluctable et au vu de ce qui précède, l'Occident et surtout l'Europe en déclin ne sont plus à l'abri de ce genre de dérives.

Même si les raisons invoquées diffèrent, le point commun entre régimes démocratiques et totalitaires est la mise en place d'un double verrou aux libertés avec d'une part, un "Big Brother" qui épie vos faits et gestes et d'autre part la géniale trouvaille du "Politiquement correct" qui musèle vos paroles et écrits coupables d'atteintes à la Pensée unique!.

 

 Article écrit par Pol et Mick.

 

 

 

Publié dans Politique: Europe | Lien permanent | Tags : politique, libertés, justice, société | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/02/2012

Droit de cité, Cités de non-droit.

Cités,violence,difficultés,.

Tout va bien, ceci n'est qu'un feu de joie...

 

Politique, Police, Justice, Société

 

L'irresponsabilité politique est patente dans ce phénomène de recrudescence de violence dans les cités et quartiers qualifiés de difficiles et plutôt que de qualifier d'extrémistes de droite ceux qui, tant les citoyens victimes que les observateurs neutres et surtout apolitisés, les dénoncent au vu de constats factuels, il parait suspect de constater que ceci puisse se poursuivre non plus dans une forme de clandestinité mais bien au grand jour sans que rien ne vienne entraver cette "new way of live".
Nos élus qui se veulent les représentants du peuple auraient-ils seulement des moyens pour traquer les petites incivilités de citoyens "honnêtes" parfois en situation précaire plutôt que pour mettre fin à de juteux trafics divers exercés en toute impunité au point que, pour les jeunes, cet afflux d'argent et de notoriété facile devienne le but d'une vie?.

Bien évidemment, le paradoxe vient aussi des discours "musclés" de certains qui se font les représentants de marque de nettoyage alors même que sur le terrain, que l'élu soit de la même couleur politique ou pas, hormis des aménagements fleuris aux abords de la maison communale, rien n'est fait comme le montrent quelques reportages, caméras cachées, qui se regardent tout au plus comme apéritifs avant les séries policières, médicales habituelles.
Et puis électoralement, profiter du désenchantement des citoyens est porteur de succès faciles...

Bel exemple d'irresponsabilité politique lorsque dans un pays laïque, chantre, du moins à l'étranger, de la défense des droits de l'homme (et de la femme?), on a vu un ministre de la Culture Frédéric Mitterrand défendre, au nom de l'art...l'oeuvre "Piss Christ" (Crucifix dans de l'urine) ou lorsque le maire de Paris Bertrand Delanoë en a fait de même pour la pièce de théâtre: "Sur le concept du visage du fils de Dieu" dans laquelle on lance des excréments ou imaginés comme tels sur le portrait du Christ soit en abrégé Shit Christ allant jusqu'à qualifier de militants fanatisés les manifestants heurtés par ce qu'ils considèrent comme un blasphème alors que dans le même temps, ces politiciens en viennent à regretter la provocation de Charia Hebdo due pour le temps d'une seule parution éphémère par Charlie Hebdo victime d'un lâche attentat "anonyme" au cocktail molotov et non pas comme pour les cas (catholiques) évoqués plus haut d'une banale procession de quelques marcheurs bien identifiés et encadrés par la police.

Relevons que très souvent, la mansuétude voire la défense de tels actes que l'ensemble des musulmans français condamnent vient très souvent du parti socialiste soucieux de récupérer cet électorat en compensation d'un milieu ouvrier et/ou défavorisé qu'il a depuis longtemps abandonné et vice versa car il faut bien comprendre qu'au départ les cités étaient destinées à ceux dont les revenus du travail étaient les plus faibles càd les ouvriers immigrés italiens, espagnols et "anciens" français qu'ils soient catholiques, juifs, protestants, athées sans que jamais ils ne posent le moindre problème avant de devoir céder la place à ceux qu'ils appelaient arabes et qui, d'ailleurs contrairement aux idées culpabilisantes que l'on nous ressasse, sont arrivés non pas à notre demande, à la différence des italiens et espagnols, afin de leur donner le travail que nous, français, belges..., ne voulions plus assumer mais bien plus du fait des décolonisations qui ont entraîné ceux qui, parfois trop proches des "occupants" ont voulu échapper aux exactions et brimades qui suivirent dans ces pays libérés.
Ces premiers arrivants doivent d'ailleurs être les premiers déçus de constater le retour opéré par les générations suivantes qui se veulent plus rétives à la langue du pays d'accueil ainsi qu'à l'affichage des usages et du mode de vie de leur pays d'origine dans lequel ils n'ont parfois jamais été les plongeant plus rapidement dans la spirale du chômage, ces "nouveaux" français desquels les primo-immigrés "européens" se sentaient assez éloignés en terme d'habitude de vie, nourriture et surtout de la pratique de la foi même si les principes, au départ, relevaient d'une foi sincère et privée voire discrète mais qui s'est actuellement mue bien plus en un prosélytisme omniprésent et public marginalisant voire excluant tout groupe qui ne la partage pas.
De même que pour les émeutes de cités, on entend la gauche en particulier tenir un discours lénifiant décrivant les pertes de repères d'une jeunesse en mal de vivre au sein d'une société de consommation de laquelle elle se sentirait exclue...sauf que celle-ci se rassemble via iPhone, Blackberry et autres iPad!.
Toute la stratégie consiste pour ceux qui ont installé un trafic multi-formes très lucratif d'exclure tous services publics (pompiers, ambulances, bus...et service au public: boutiques, bureaux de poste, succursales de banques...) qui non seulement les perturbent mais qui surtout les exposent à des contrôles d'où l'installation d'un véritable réseau de guetteurs avec, au besoin, un déclenchement de semblant d'émeutes avec leur lot de voitures incendiées, de vitrines cassées qui peut éliminer parfois un concurrent dealer et certainement faire reculer un peu plus les forces de l'ordre qui ne sont pas à l'abri non plus seulement d'objets divers lancés du haut des balcons mais aussi de tirs à balles réelles sans compter que la recherche d'une "bavure policière" pousse ces trafiquants à la provocation incessante et au flot de menaces et d'injures auxquelles la Licra et autres associations si pointilleuses du respect des différences (du moins pour certains!) semble sourde.

Europe et religions

Toute l'intelligence de l'implantation de la religion musulmane en Europe notamment part de ce que celle-ci a vite compris que, même au temps passé du quasi monopole de la religion catholique, la liberté était laissée aux croyants de penser, évoluer, vivre la foi de la manière qu'ils voulaient sans interdits ou obligations, hors période bien définie pour les plus assidus.
Cette tolérance séculaire ne conduit-elle pas aux excès d'aujourd'hui?.
En effet, si porter un masque tant pour les femmes que pour les hommes est courant lors de carnavals ou de quelques manifestations folkloriques, comment, au nom de la liberté, peut-on tolérer qu'une communauté sur base supposée d'un respect d'une religion, qui en principe reste privée et ne fait pas (encore) loi, impose au vu de tous les autres citoyens, croyants ou non, des accoutrements surtout destiné aux femmes devenues sous-hommes qui les font passer pour des parloirs ambulants!.
Imaginons qu'une "religion" impose à ces fidèles, les seins nus pour les unes et le cul nul pour les autres, ceci est volontairement excessif mais au fait, pourquoi l'interdire si le prophète de ce cul...te le demande?.
Encore une fois, sans revenir à ce qui est écrit dans un article précédent, la vocation des peuples dans des états laïques est de vivre en harmonie publique afin de ne soit choquer, soit influencer personne et si croyance il y a que celle-ci s'exerce dans des lieux de culte approprié et en nombre adéquat ou en privé dans des règles là aussi de vie en société commune.

Par parenthèse, notons que dans les pays arabes, les religions non musulmanes ne bénéficient non seulement en rien des mêmes avantages accordés en Occident mais qu'en plus elles sont victimes d'attentats, de tracasseries diverses et irrémédiablement condamnées à disparaître au nom d'une religion d'état qui se prétend, à l'extérieur, tolérante et oecuménique!.

Il sera intéressant de voir ce qu'il adviendra des libertés des uns et des autres lorsque progression démographique et regroupements familiaux oblige, la religion musulmane sera prépondérante dans "nos" contrées...
Autre particularité remarquable de cette religion est qu'on parle de pays musulmans alors qu'on a jamais connu de pays catholiques, protestants, juifs, bouddhistes...tout au plus une forte présence pour l'une ou l'autre de ces religions au sein de pays démocratiques et pluri-cultuels.

Que les bisounours et autres apôtres du politiquement correct, bien à l'abri dans des quartiers protégés et socialement favorisés, se rassurent, le réveil au doux son des minarets ne sera difficile que pour ceux et surtout celles condamnées par manque de moyens à y vivre de plus en plus sous une pratique de plus en plus suivie de la charia qui contraint les filles à ne fréquenter de "bons" musulmans avec non pas encore la lapidation mais quelquefois le vitriol voire le meurtre, islamiquement dénommé crime d'honneur!, si certaines d'entre elles se laissant aller à une occidentalisation honteuse pensaient au mariage avec un non musulman et au minimum à se voiler sauf à se voir obligées de subir diverses menaces, exactions et quolibets d'autant que se voiler la face est bien cause commune entre celles qui le portent réellement et la partie de la société qui se cache derrière un voile fictif pour ne rien voir.
A ce propos, n'omettons pas de satisfaire, tant par respect d'hypocrisie ambiante que par objectivité relative, que les quelques rares faits délictueux ne sont l'oeuvre que d'une toute petite minorité absolument non représentative de la grande majorité d'une communauté qui a le malheur de vivre dans des cités dans lesquelles elle subit, par malchance probablement, un environnement propice à diverses dégradations, déprédations, trafics en tout genre alors que celle-ci ne vise, bien entendu et tout le monde peut le constater..., que la paix dans le monde.

Déstabilisation ou évolution?

Notons le parallèle entre une régression internationale de l'influence sunnite généralement connue pour un niveau supérieur d'instruction et d'entente stratégique avec l'Occident au profit des chiites dont revendications et oppositions idéologiques aux thèses occidentales les poussent à la confrontation jusqu'à la suprématie affichée de plus en plus des lois de dieu versus les lois des hommes.
Non seulement ceci s'applique aux pays musulmans, ce qui n'est en fait que leur droit ou choix bien aidé en cela par les invasions et guerres d'ingérences intolérables conduites par l'Occident en total déclin et qui semble être le seul à ne pas s'en rendre compte mais, et ceci est plus inquiétant, cette préséance extrémiste religieuse cherche et réussit à infléchir les lois "démocratiques" laïques en leur faveur sous le prétexte sournois mais astucieux du droit à la différence souvent mis en avant par les plus intolérants des uns et soutenus par des politiciens et partis essentiellement de gauche qui y trouvent un potentiel électoral immédiat sans se poser la question de la pertinence d'adopter les exigences d'une communauté qui en définitive a intelligemment compris que l'intégration auparavant suivie par toutes les autres communautés sans exception n'était plus nécessaire face au recul de l'appareil législatif des états européens.

   
Mais alors, quel avenir pour les droits, libertés et devoirs des peuples européens?.
Tel l'empire romain, la "civilisation" (mot interdit) européenne, occidentale qui voit actuellement dans tout règlement, devoirs des citoyens envers la société une atteinte aux droits individuels perd non seulement toute autorité sur ses concitoyens enclins à se replier plutôt sur d'autres formes communautaires, religieuses, philosophiques mais voit également son rayonnement politico-économique international se réduire à peau de chagrin avec pour conséquence délitement des valeurs universelles, montée des extrémismes et régression du niveau de vie.
Sans boule de cristal mais avec une projection estimée à 50 ans sur base de la courbe passée et actuelle, il est probable que ce qui a fait les printemps arabes, avec là aussi et une fois de plus cette niaiserie occidentale qui s'égosillait devant la "génération Twitter et Facebook" aussi vite disparue qu'elle est apparue et qui aura duré le temps voulu par les islamistes soucieux d'attirer la sympathie ( et les finances occidentales), fera l'automne voire l'hiver européen pour ceux qui veulent se persuader que les arabes peuvent adopter la démocratie et que leur avenir ne se résume pas au choix binaire entre dictature et coran.

A moins d'être un martien fraîchement débarqué, une autruche la tête dans le sable ou, plus généralement un membre de groupes, associations ou partis qui voient dans ce politiquement correct de la défense communautaire un moyen rapide, efficace de séduire une part croissante d'une population encore minoritaire quitte à créer dans un avenir proche les conditions d'une impossibilité de vie en commun dans les cités dont on voit ce qu'il en est sur l'autre rive de la Méditerranée et qui se dessine déjà dans certains quartiers de villes, écoles, piscines, cliniques...européennes!.

Mise à jour (22/3/2012) Meurtres à Toulouse.
Après avoir, comme toujours dans ces cas précis, pointé l'idéologie d'extrême droite comme la responsable de ces actes, il a bien fallu que les "bisounours" se rendent, une fois de plus, à l'évidence que la propagande islamisme est bien plus efficace et requalifier un petit caïd de banlieue, lâche meurtrier en terroriste islamiste (suivi depuis 5 ans!).
Ce qui a pu, dans un premier temps, être utile au candidat Sarkozy redevenu "président protecteur" comme le fut G.W.Bush en 2001 (WTC) mais tenter d'en tirer un profit maximum en ralentissant la capture de celui qui n'est, de fait, qu'un assassin sans envergure peut en amener certains à se poser des questions quant à l'opportunisme de ce "fait divers" surtout si, au bout du compte, on le retrouve...mort!. (voir Dernière note).
De même, espérons que le ridicule ne tue pas Guéant lorsqu'il dit que tous les moyens techniques mis en oeuvre par le Raid ne permettent pas de savoir si Mohamed Merah est toujours vivant.
Dernière note: En effet, à l'issue de ce "siège", le Raid finira par le tuer!. 

Et bien sûr, ne stigmatisons pas (expression de plus en plus à la mode...) la communauté musulmane qui dans son immense majorité ne demande qu'à vivre en paix et à s'intégrer dans la différence du mieux qu'il leur est possible.
Que ceci soit dit à chaque manifestation criminelle d'un énergumène qui se réclame d'un islamisme violent malgré le fait que d'une part, il faut bien constater que ces "dérapages" sont en nette croissance et que d'autre part, on attend toujours que les "bisounours" expliquent pourquoi parmi toutes les communautés religieuses vivant en Europe, seule la communauté musulmane produit ces délinquants qui s'excusent de leurs méfaits par les habituels griefs de rejet, racisme, xénophobie tout en étant pourtant suffisamment intégrés et parmi les plus actifs pour tirer les bénéfices du "commerce" de la drogue (entre autres).

 

Article écrit par Pol et Mick.

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : société, evolution, religions, banlieues, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/12/2011

Guerre et paix...entre religions.

Religions,Guerre,Laïcisme,Société.
.

Religions: l'avenir est au passé.

Le XXIè siècle, par opposition au XVIIIè qui était celui des lumières, serait-il celui des illuminaires?. (néologisme définissant ceux qui croient (ou s'y forcent) aux dogmes, préceptes divins...).
En effet, malgré l'accumulation des connaissances ainsi qu'un niveau général de l'instruction en hausse, on peut s'étonner de ce regain de la foi, en particulier pour la religion musulmane, considérablement renforcé et mis en évidence par les retombées politiques issues des  "Printemps arabes" .
Comment dans l'absolu, et avant de rentrer dans des considérations et intérêts politiques évidents, peut-on concevoir que des peuples choisissent après des décennies de dictature militaire de basculer dans la seule autre forme de dictature qui subsiste et dont quelques exemples régionaux auraient pu suffire à ne pas les reproduire?.

Principalement, il faut reconnaître qu'en l'absence de toute structure et culture politique, la religion apparait comme seule alternative pour une forte minorité d'électeurs qui, de fait, installe un modus vivendi à l'ensemble des hommes et surtout aux femmes principales victimes de ces lois religieuses qui leur imposent des privations de libertés et d'égalité élémentaire entre sexes sans parler des innombrables coutumes ancestrales toujours en vigueur comme les crimes de (dés)honneur et tant d'autres plus dégradantes les unes que les autres.
Un exemple: les bacha posh d'Afghanistan qui sont des filles transformées en garçons jusqu'à la puberté par des parents incapables (quelle honte!) d'avoir un garçon et ce avec la complicité de tout l'entourage (7/7 Infos).

Si l'essentiel des problèmes recensés proviennent de la religion musulmane, ceci l'est uniquement parce que celle-ci représente en termes de poids et d'influence politique un tel pouvoir sur des populations, plus enclines que pour d'autres confessions, à respecter des lois religieuses édictées voici 21 siècles! plutôt que les lois dites laïques, civiles et quelquefois démocratiques dans la mesure où celles-ci évoluent au fil des années et en fonction des changements de la vie en société sinon cela porterait le vocable de dictature qu'elle soit religieuse ou laïque.

Finalement voilà peut-être au détour de ce qui se veut un article concernant l'abus de religion qui serait dangereux pour la santé..., une ébauche de définition de la démocratie qui ne serait évidemment pas cette sorte de label de qualité "made in Occident" décerné en fonction de visées géo-stratégiques mais bien une résultante de la volonté d'un peuple de ne respecter que la diversité des libertés tous azimuts (parole, culte, égalité des sexes, déplacement...) encadrées par un canevas de droits et devoirs fondamentaux.
Sous cet aspect de l'échelle des valeurs humaines type notations d'agence, quantité de pays actuellement bien notés seront assez vite déclassés.

Désordre public ou des ordres privés?.

L'existence même de(s) dieu(x) pose déjà un problème majeur pour ne pas dire existentiel car les religions bien établies d'aujourd'hui ne sont au départ que des sectes qui ont réussi.
Statistiquement, il y a autant de chances de croire que Dieu est bon ou que le Diable est mauvais à moins que ce ne soit l'inverse auquel cas il y aurait erreur sur l'être suprême dont personne n'a jamais pu prouver une quelconque matérialité tandis que les différents livres religieux se fondent sur des écrits d'humains qui auraient vu celui qui a entendu que quelqu'un a raconté tels ou tels miracles...
Quand on voit encore de nos jours la propension des gens à croire n'importe quelle rumeur balancée dans les médias, Internet et réseaux sociaux sans oublier le succès, parfois aussi ancien que certaines religions, des horoscopes, voyances et autres bracelets..., on nous permettra d'émettre quelques réserves quant à la foi auto proclamée!.
Le vrai miracle, c'est que ça puisse encore drainer autant de monde, ce qui, comble de l'absurde, fait dire à plusieurs des religieux actuels que justement si cette ferveur persiste, c'est bien la preuve de l'existence d'un dieu qui est partout, nulle part et compatible avec toutes les croyances divines.

Par contre, plus prosaïquement, quel pouvoir pour ceux qui, sous couvert de religions, ont pu de tous temps imposer un régime strict, sévère et redoutablement efficace en ce sens que si vous avez l'outrecuidance de vous y opposer, vous passez pour un imbécile hérétique qui ose défier le pouvoir terrestre représentant le pouvoir divin avec les conséquences pour votre "bien-être"  de vivant mais aussi mortel à plus brève échéance que souhaité.
Du moins, en temps et lieux durant lesquels telle ou telle religion exerçait le pouvoir sans partage.
Ce qui fut, il y a longtemps (heureusement) le cas pour la religion catholique et actuellement le cas pour la religion musulmane qui, non contente de gouverner les pays arabes, s'implante progressivement en Europe contrairement aux autres sectes et religions importées qui, jamais n'ont provoqué autant de crainte, conflits et troubles graves à l'ordre public et à la vie en commun au sein d'une société libre et pourtant extrêmement tolérante au point que c'est justement en exploitant habilement toutes ces faiblesses que seule la religion musulmane s'autorise l'érection en loi unique des principes religieux intégristes auxquels les démocraties n'osent plus répondre fut-ce par un simple mais ferme respect des droits mais aussi des devoirs.
A ce stade, on perçoit déjà les commentaires acerbes et univoques des Bisounours
qui vont nous assurer qu'au sein de la gouvernance musulmane arabe et, à fortiori, européenne, il s'agit d'un islamisme modéré respectueux des autres croyants ou non.
Faudra t'il, là aussi, croire sans voir ou en se voilant la face avec ou sans niqab?.
Etre laïc dans un pays laïque devrait, car ce n'est plus le cas, signifier une tolérance totale pour la pratique de tous cultes tant que ceux-ci s'exercent exclusivement dans des lieux appropriés et en nombre suffisant.
A quand des partis islamistes européens d'autant qu'usant (abusant) intelligemment des arguments de racisme, xénophobie et autres supposées atteintes au droit à la différence, rien ne devrait permettre leur interdiction (ne commence t'on pas à entendre: il y a bien des partis de "démocratie chrétienne" alors...).

Article sur ce sujet:
Etes-vous un Bisounours? (en 10 points).: Cliquez  ICI

D'autant que pour certains "artistes", s'en prendre aux thèmes religieux, du moins catholiques, devient tendance avec quelques exemples récents dont Piss Christ (Crucifix trempé dans de l'urine), Shit Christ plus connu sous le nom de Sur le concept du visage du fils de Dieu (lancer d'excréments sur un portrait du Christ) et à présent Golgota Picnic qui permet, sous couvert de scandale, d'afficher pour ses promoteurs un sentiment d'incompréhension devant des manifestations de réprobation orchestrées par ceux qu'ils qualifient d'intégristes alors que, par absence d'honnêteté culturelle et de pluralisme cultuel, ces "artistes" semblent ne pas ressentir le même besoin de remise en scène et questionnement de représentations et rites des religions juives, musulmanes...
A moins que leur fibre artistique ne soit conditionnée par le manque de courage et la peur de représailles violentes pour eux-mêmes comme celles subies par les quelques très rares qui ont osé s'y intéresser comme par exemple: S. Rushdie (Les versets sataniques), les journaux Jylland Postem et plus tard Charlie Hebdo (Caricatures de Mahomet) ou T Van Gogh massacré (8 balles, égorgé et 2 couteaux plantés dans la poitrine) suite à son film (Submission)!.

Femmes: des sous-hommes

Amusant d'entendre reprocher au pilote F1 L. Hamilton de porter, sous sa combinaison, une croix catholique quand d'autres affichent ostensiblement, publiquement un prosélytisme croissant! qui attire des personnes en souffrance matérielle et peu intégrée tandis que consciemment ceci permet de faire reculer le pouvoir législatif républicain par l'adoption tacite ou légal d'aménagements et coutumes contraires au droit public tel que défini dans la loi républicaine originelle qui ne confondait pas tolérance et permissivité au prix notamment de la suppression de l'égalité homme-femme quand ce n'est pas par l'exclusion d'un territoire, d'immeubles d'une partie de la population qui n'adhèrerait pas à ces valeurs religieuses.
Au titre de perles de la couardise Bisounours, on s'amusera, sauf pour la victime, de la décision de justice britannique qui a relaxé trois jeunes musulmanes, qui avaient roué de coups de poings et pieds une passante qualifiée de "salope de blanche", au motif qu'en contradiction avec leur religion, elles avaient bu de l'alcool et ne l'avaient pas supporté...!. 

Plus généralement, reconnaissons que les femmes qu'elles soient occidentales ou orientales n'intéressent que superficiellement les responsables religieux et/ou politiques quels qu'ils soient.
D'où ces discours élogieux, pleins de bons sentiments à la suite des élections dans les pays arabes libérés? du joug de dictateurs sanguinaires (néanmoins tolérés par les uns et adulés par les autres durant des décennies...jusqu'à leur éviction).
Que les premières mesures instaurées visent à (re)confiner les femmes au rang d'épouses procréatrices, soumises à leur mari qui pour sa part jouit...de son autorité à répudier, s'entourer de plusieurs épouses quand ce n'est pas un recours discret à la lapidation publique (par manque de distractions?!) ne semblent émouvoir personne.
Pourtant il y a aussi des avancées positives en matière de traitement à égalité entre victime et coupable avec par exemple le cas de cette jeune femme de 19ans violée mais emprisonnée! pour adultère qui obtient après 2ans la grâce exceptionnelle du Président Karzaï à condition d'épouser son violeur afin de laver l'honneur de la famille! (La dépêche).

Cyniquement, avouons que ceci constitue une formidable avancée machiste vis-à-vis de nos habitudes à entretenir en cachette des maîtresses et autres prostituées peu représentatives de l'égalité homme-femme à laquelle nous semblons tant tenir comme donneurs de leçons ou encore à divorcer avec pertes et fracas alors qu'en adoptant la charia votre vie d'hommes serait entourée de femmes obéissantes sur terre et de vierges après votre mort...
En Arabie saoudite, une femme de 60ans vient d'être décapitée car accusée par la police religieuse d'actes de sorcellerie.(Rue89).
Dans le même registre, on relèvera les propos d'un universitaire saoudien K. Subhi pour qui donner (enfin) le droit de vote et de conduire signerait la fin de filles vierges disponibles!, à se demander si ces hommes musulmans n'ont pas un complexe d'infériorité vis à vis des femmes qui justifierait tant d'interdits. 
Malheureusement pour les femmes, la religion musulmane est loin d'avoir le monopole des inepties quand on sait qu'un rabbin juif d'Israël veut retirer aux femmes le plaisir de chanter car les voix féminines sont, pour lui, érotiques et posent problème aux hommes...!.

Ah oui, n'oublions pas de préciser pour tous les censeurs du Politiquement correct que tout ceci relève d'une mauvaise interprétation du Coran, de la Bible et autre Torah et qu'à l'évidence, les exactions, meurtres, attentats, explosions et autres réjouissances ne sont l'oeuvre que d'une toute petite minorité que les différentes communautés réprouvent au nom d'une foi, qui comme chacun devrait le savoir, est pacifique.
Et si vous ne le croyez toujours pas, ne vous inquiétez pas, ils ont les moyens de vous le faire comprendre par la force si besoin...ceci pour votre bien sur terre voire dans l'au-delà!.

Article sur ce sujet:
Femmes, je vous aime un peu...: Cliquez  ICI

A Printemps arabe, Automne islamiste.

Les enseignements à tirer des révolutions issues du "Printemps arabe" sont essentiellement que du côté occidental, les gouvernants continuent à croire que l'ingérence est salvatrice en ce qu'elle libèrerait les populations que par ailleurs, ils ont ignoré durant des décennies, et que par magie "nos" valeurs démocratiques seront appliquées en copier-coller car, bien sûr, selon les dirigeants occidentaux ces peuples ne sauraient espérer meilleur régime alors que, second enseignement, en dépit du courage extraordinaire dont ont fait preuve des milliers d'arabes en défiant dictateurs et armées au prix de leurs vies, seul le résultat compte et celui-ci n'est probablement pas totalement conforme à ce qu'espéraient ces martyrs et leurs familles en ce que passer de dictature financièrement corrompue à dictature idéologiquement imposée notamment par les salafistes ne constitue pas vraiment une victoire des libertés tant réclamées.

Alors que certains dictateurs arabes généralement exécutés avec tout ou partie de leurs familles par l'OTAN au nom de la soi-disante nécessaire aide aux révolutions avaient rêvés de pan-arabisme, la réalité actuelle laisse apparaître plutôt un pan-islamisme nettement plus inquiétant pour ces défenseurs de la démocratie car celui-ci est en opposition voire en confrontation avec tout autre régime "païen" qui ne l'aurait pas (encore) adopté.

La guerre des religions a déjà commencé.

D'autant que la naïveté américaine qui pense toujours qu'elle contrôle le monde aura permis à l'islamisme de s'installer d'abord et de dominer ensuite les pays que les USA et leurs alliés (suiveurs) estimaient devoir libérer.
Et pourtant dès la chute largement accompagnée...par l'Occident du Shah d'Iran, il n'a pas fallu longtemps pour savoir ce que signifiait, en termes de démocratie interne et de relations externes, une république islamiste.
Mais cela n'a pas empêché l'Occident d'accumuler les mêmes erreurs en Afghanistan, Irak, Libye...au point que, sauf à croire que les dirigeants américains et leurs conseillers sont totalement hermétiques aux conséquences néfastes de ce type d'actions militaires tant pour les populations qui passent d'une forme de dictature à une autre que pour les relations internationales en ce qu'elles renforcent la haine envers l'Occident qui, au fil de ces conflits, aura clairement montré son incapacité à gagner la moindre guerre malgré les milliers de milliards de dollars dépensés, les milliers de morts civiles et militaires soit dit en passant bien plus nombreux que ceux attribués aux dictateurs combattus.
Alors le but des USA serait de maintenir, avec la complicité d'une oligarchie religieuse à qui tout serait permis, tous ces pays à un niveau de vie faible pour des populations soumises non plus aux excentricités de dictateurs"fous" mais à des règles religieuses strictes dépassées depuis de nombreux siècles quitte à ce que régionalement celles-ci puissent rayonner cultuellement au-delà de la méditerranée comme l'Europe commence à s'en apercevoir plutôt que de courir le risque de voir ces régions devenir des nouvelles puissances démocratiques, financièrement libres et commercialement concurrentes.
Et pour conclure, il serait temps de s'indigner...aussi de la montée en puissance aux USA d'un courant évangéliste qui est à la religion catholique ce que l'islamisme est à la religion musulmane et qui semble augurer de la confrontation finale entre extrémistes se proclamants dépositaires exclusifs d'une foi..."über alles"!.
Autre article sur ce sujet (2008):
XXIè siécle: Religions, sectes et terrorismes: cliquez  ICI

Article écrit par Pol et Mick.

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : religions, societe, politique, islamisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/11/2011

Etes-vous un "Bisounours" ?.(en 10 points).

Bisounours,Politique,Société.

Bisounours du Politiquement correct.

.

1. Indignés

Vous soutenez sans y avoir jamais participé ou même tenté de débattre contradictoirement avec ceux qui manifestent leur hostilité au "système" qu'ils s'agissent des Indignés, Altermondialistes, antis-tout (ogm, nucléaire, grande distribution, marchés financiers...).
Oui mais...savez-vous pourquoi ceux qui protestent d'un manque de libertés à pouvoir camper comme seul bon leur semble sur les places publiques, envahir des bâtiments scolaires et les rendre en 3 jours totalement insalubres et saccagés, se veulent solidaires des difficultés des autres alors même que ces perturbations en sont une des causes supplémentaires au lieu d'agir, p.ex, pour aider ceux qui ne dorment pas dehors par choix mais par nécessité en leur laissant leurs habitations au minimum le temps de leurs protestations ou encore que ceux qui refusent le rapatriement d'illégaux vivant de la générosité des états les hébergent et les nourrissent à leurs frais au titre de la nécessaire générosité dont, à leurs dires, tous les autres ne feraient pas preuve. Ironique?: à peine!.
Et ne nous demandons pas pourquoi ces mouvements ne se développent que dans des pays d'un certain niveau de vie et de garantie de libertés individuelles qui les rangent plutôt parmi les régimes démocratiques alors que bien d'autres pays ne jouissant pas de ce confort n'ont pas la chance de les intéresser le moins du monde sauf peut-être dans l'apologie du "riche pourri opposé au pauvre honnête" ou dans le "yaka-fautque" en décrétant qu'il suffit de prendre aux uns pour donner aux autres sans oublier le versement de leur commission au passage.
Toujours est-il que, sympathisant lambda de ces Indignés, cela vous vaut un premier point Bisounours.


2. Cambriolages

Votre commerce vient de se faire attaquer et vous avez échappé de peu à la mort suite à ce braquage violent d'individus (le mot "jeune" associé à violence n'est plus politiquement correct) entrés par effraction.
Et si, par malheur, l'indicible frayeur vous a fait commettre le geste impardonnable de tuer un malfrat menaçant, armé et cagoulé, dites-vous qu'en total déni de votre souffrance personnelle et familiale ce seront les amis du cambrioleur abattu qui organiseront, grâce à la couardise de l'élu! maire ou bourgmestre (en Belgique), une marche en l'honneur de ce dernier quitte à ce que ces processionnaires s'en prennent aux biens et personnes qui auraient la bêtise de se trouver sur ce parcours de la honte.
Oui mais...vous rendez-vous compte de la convoitise que vous provoquez à déballer ainsi une marchandise luxueuse et coûteuse auprès d'individus en rupture de scolarité, frustrés de ne pas s'être vu offrir un emploi de rentier dès leur majorité, avides de gains faciles et rapides alors que vous, cela vous a pris cinq ans de dur labeur pour parvenir à ce capital (taxé de surcroît) que, par peur de représailles d'excités locaux, vous serez contraint d'abandonner en fermant votre commerce.
Alors écoutez les Bisounours et dites-vous que c'est de votre faute d'avoir inutilement tant travaillé et vous vous sentirez déjà mieux car grâce à ce malheur, vous profiterez enfin de ce qu'il reste de votre vie.

3. Vols domestiques

Votre villa ou votre appartement a été cambriolé et vous le retrouvez sens dessous sens dessus.
Tout a été fouillé, dévasté et vous y avez perdu des objets de valeur mais aussi des objets auxquels vous étiez sentimentalement attaché.
Oui mais...vous rendez-vous compte que là encore, ce que votre égoïsme vous empêchait de donner au premier venu, ces voleurs vous ont rendu l'impayable service de pouvoir enfin recommencer la décoration totale de votre foyer qui, avouez-le était encombré de bibelots et tableaux pas toujours très beaux et prenant la poussière.
Alors dites-vous que c'est une fois encore de votre faute et voyez comme vous accumulez des points menant vers la zen-attitude.

D'autant que la justice et la politique, vous le répètent sans arrêt, ce que vous avez vécu et que vous percevez comme une atteinte à vos droits émanant de gens qui n'assument aucun devoir ne résulte en fait que d'un banal "sentiment d'insécurité" ou autrement dit: arrêtez de nous les casser avec vos plaintes incessantes déposées dans les bureaux de la police, laquelle est débordée par les arrestations et libérations immédiates de ces cambrioleurs impossibles à enfermer par manque de place ou en raison de leur jeune âge.

4. Vie en société, en couple, en famille

En rue, un groupe de "pas vieux" (éviter le mot "jeunes) vous sifflent et vous insultent alors que vous passiez sans les voir.
Oui mais...vous rendez-vous compte de la qualité de votre costume (hommes) ou de la trop courte jupe (femmes), ou encore de la signification de votre regard ou absence de regard.
Alors dites-vous que c'est de votre faute et voilà un autre point Bisounours.

Après des années de vie en couple où, avec le recul, seuls quelques mois furent agréables, vous, madame, avez vite subi des remarques dénigrantes d'abord, des gifles ensuite et des coups pour finir.
Finalement, après avoir déposé quelques plaintes sans suite, vous avez décidé de quitter ce domicile dit conjugal pour tenter de vous reconstruire au grand dam de votre ex qui, depuis, ne cesse de vous harceler et de vous menacer parfois de mort.
Oui mais...n'est-ce pas vous qui lui aviez dit qu'il était tout pour vous, que jamais vous ne sauriez vivre sans lui et à présent que cet être doué de 5 neurones maximum ne vous possède plus et qu'en plus vous allez certainement faire plaisir à un autre que lui, vous semblez étonnée que cela ne le conduise à vous vitrioler ou à vous tuer.
Soyez rassurée (juste avant de mourir) sur la sincérité de son attachement car, comme le plaideront ses avocats, il ne commettra ce crime que par pulsion irrépressible et toujours par amour passionnel.
Et avec un peu de chance, en perdant la vie, vous ferez gagner un point Bisounours à tous ceux qui savaient, cautionnaient et/ou faisaient semblant de ne rien voir.

Vous refusez que votre fille athée, non affublée d'un voile, ne sorte surtout le soir de peur qu'elle ne devienne un jouet sexuel et/ou redoutez que votre fils ne cède aux pressions de certaines fréquentations qui l'incitent à devenir guetteur pour dealers de drogue plutôt que d'aller à l'école sans parler de votre cas personnel de femme isolée avec enfants qui vous valent des graffitis et dessins peu glorieux dans l'ascenseur et la cage d'escalier sans parler des insultes salaces quotidiennes à votre égard.
Oui mais...vous rendez-vous compte qu'au sein de cette communauté, vous faites tache à vouloir continuer à travailler depuis le matin jusque tard le soir en arborant des tenues peu orthodoxes! alors que votre seul devoir est de servir l'homme et la famille en restant à la maison.
C'est à cause de personnes comme vous que l'Etat tente de maintenir un semblant de services publics avec pour effet que vous perturbez la tranquillité de ceux qui veulent tout simplement dealer en toute impunité.
Alors dites-vous que Dieu peut vous aider à mieux vous intégrer et vous verrez qu'Allah est bon pour tous parce que lui à la différence des autres dieux, ô combien laxistes, sans oublier ces mécréants de laïcs qui vous laissent toutes libertés, lui seul vous nourrit et vous habille des pieds à la tête et pour les plus vertueuses, il vous cachera la tête aussi!.

5. Budget personnel

La crise vous fait peur et vous craignez pour votre pouvoir d'achat au point de stresser et de tomber malade.
Oui mais...sachez apprécier l'incroyable travail fourni par nos très chers! politiciens qui, victimes de méchants et cupides marchés financiers et traders sponsorisés par les agences de notation bien trop indépendantes des pouvoirs politiques en ce qu'ils ont l'outrecuidance de pointer leurs carences de gestion sous forme de notes, continuent de vous taxer au lieu de restreindre nombre de dépenses inutiles tant dans l'accumulation de pouvoirs que dans la confusion paralysante de règlements et décisions souvent contradictoires.
Alors dites-vous que, de toute évidence, votre manque d'intelligence vous empêche de comprendre ces élites à telle enseigne que le pouvoir renonce à vous soumettre aux référendums persuadé qu'il est de votre incapacité à comprendre l'énoncé simpliste d'une seule question tout en vous remerciant, par avance, de vos réponses aux nombreuses questions de votre feuille d'impôts et périodiquement en vous soumettant à quelques élections aux votes binaires (droite ou gauche) quitte à passer par dessus les résultants au profit d'alliances particratiques mais ceci uniquement dans votre intérêt de...Bisounours.

6. Religions

Les caricatures de Mahomet parues initialement en Norvège et diffusées par la suite dans de nombreux pays occidentaux, la couverture de Charlie Hebdo rebaptisée! Charia Hebdo vous font honte comme citoyen laïque et vous ne cachez pas votre désapprobation devant cette incitation manifeste à la haine, à la discrimination tandis que personne ne vous a entendu protester le moins du monde contre l'oeuvre! représentant un crucifix trempé dans de l'urine: Piss Christ ou encore face au jet d'excréments à la figure exposée du Christ dans la pièce: Sur le concept du fils de Dieu auquel le surnom de Shit Christ conviendrait mieux.
Les plus Bisounours iront même jusqu'à condamner les cathos qui en appellent au blasphème.
Oui mais...ne croyez-vous pas que la peur soit votre principal argument devant cette étrange différence de traitement quand on sait que les catholiques intégristes protestent à visage découvert et pacifiquement au risque de se faire juger pour troubles à l'ordre public alors que les islamistes préfèrent menacer et opérer des attentats meurtriers sur les auteurs de caricatures ou de destruction par cocktail molotov (on attend mieux la prochaine fois!) de tout un immeuble au risque de faire d'innocentes victimes (employés ou passants).
Alors comme laïc dans un pays qui se croit encore laïque, votre silence vous vaut quand même un point Bisounours de plus.

7. L'Europe guerrière

Combien de fois, en ces temps de la crise de la zone euro, n'a t'on pas entendu les louanges de la nécessité d'une zone euro censée nous protéger des guerres que, bien sûr, sans l'Euro nous connaîtrions.
Oui mais...en suivant ce raisonnement, on remarquera que des pays comme la Chine, le Japon voire la Russie qui ne font pas partie de l'Euro ne connaissent eux non plus la guerre et qu'hormis l'Occident (Europe+USA) qui fait assez rapidement la guerre dite humanitaire afin de soi-disant libérer des peuples martyrs afin d'y laisser nos chères valeurs démocratiques au prix de milliers de tués (souvent plus élevés en quelques mois de "libération" qu'en 40 ans de dictature) avec pour résultat qu'aucun de ces pays "enfin" libres n'empruntent la voie démocratique et qu'au contraire, le rejet de l'Occident s'en trouve renforcé par un retour à l'islamisme (dénommé "modéré" afin d'obtenir pour les uns la manne financière occidentale au titre de dommages collatéraux et pour les autres de rassurer l'opinion sur le bien-fondé du coût extravagant de l'opération) mais dont les principales victimes sont, qui s'en soucie?!, les femmes reléguées au rang de sous-hommes. (polygamie, stigmatisation des mères célibataires, liberté de déplacement surveillée, exactions voire retour ou maintien de la lapidation...).
Pour revenir au continent européen, considérant que la guerre d'initiative allemande, autrefois militaire, peut également revêtir une forme économico-financière à l'efficacité bien meilleure avec pour scénario exactement celui qui se déroule actuellement, à savoir: l'Allemagne forte d'un leadership européen sans partage face auquel les autres membres de la zone euro n'auront que de beaux discours de rigueur et d'austérité pour leurs populations comme aux plus beaux jours des lendemains d'après-guerre!.
Si vous cautionnez sans réserve la propagande de la juste cause à tout prix, alors considérez qu'en points Bisounours, vous venez d'exploser votre score.

8. Euro, notre monnaie mais notre problème

Tous les discours politiques insistent sur le fait qu'en ces temps de crise mondiale, l'Euro protège les ressortissants des mouvements erratiques de l'économie et de la finance.
Oui mais...la zone euro est dans une turbulence telle que les grecs, italiens, portugais, espagnols et bientôt tous les autres voient leur niveau de vie sombrer en deça de celui des pays émergents dont la "riche et prospère?" Europe dépendra au niveau des finances.
Mais pourtant, grâce à la défense acharnée d'un Euro fort, les politiciens et la BCE se félicitent de la confiance des marchés dans cette monnaie unique.
Oui mais...là encore, l'(ir)responsabilité politique nous conduit tout droit à ce que nous commencons à percevoir: la faillite du système, non pas à cause de vils marchés dont, pour rappel, les Etats dépendent uniquement par leur faute d'avoir accumulé des dépenses budgétaires souvent électoralistes et inutiles au lieu de préserver le bien-être de tous par une gestion efficace mais bien à cause de dogmes politiques, syndicales rigides refusant tout mouvement ou rupture de doctrine notamment vis-à-vis d'une baisse sensible de l'Euro qui relancerait, de facto, compétitivité, industries et exportations et que par delà ce réajustement indispensable, gageons qu'une monnaie en suspension au sein d'un ensemble hétéroclite de pays dont, au détriment des citoyens, les dirigeants privilégient le nationalisme étriqué aux dépens d'une union politique budgétaire économique et sociale fédérale unique ne peut que survivre très provisoirement.

9. Le réchauffement climatique et l'homme

La cause du réchauffement climatique est due au mode de vie (sur-consommation) de l'homme.
L'excès nuit en tout et nier que les rejets de CO2 soient nocifs pour l'environnement serait aussi ridicule de croire que seule la réduction de ces rejets rétablira le climat de la planète.
Oui mais...d'ailleurs pourquoi ne débattons-nous pas de la hausse démographique exponentielle, hormis la Chine qui la contrôle, qui nous conduit inexorablement à la famine, à l'épuisement de toutes les ressources ou encore, pourquoi ne parle t'on jamais, de la pollution engendrée par les enterrements de milliards d'humains malades ou non avec les risques pour les nappes phréatiques sans parler de l'espace y consacré.
Ajoutons à cela les rejets polluants en rivières, fleuves, mers et océans, dépôts clandestins, feux d'hiver ou de grévistes faits de pneus et plastiques ou de ce que, discrètement, certains versent dans les toilettes ou enterrent au fond des jardins, balancent le long des routes...
Il en est de l'écologie comme des autres sujets, le changement des comportements ne se fera que si sanctions et récompenses coopèrent.
Croire en une conscientisation globale, spontanée de tous les individus est illusoire mais au moins cela peut vous faire gagner un autre point au palmarès des Bisounours.
 

 

10. Haro sur le nucléaire, et après?

Quelle belle invention que sont les voitures électriques, non polluantes, silencieuses, économiques.
Oui mais...comment produit-on cette énergie si ce n'est par l'émission de quantités supplémentaires de polluants atmosphériques provenant de centrales thermiques ou de déchets nucléaires car, contrairement à ce qu'on veut faire croire, les éoliennes, panneaux solaires, géothermie...sont incapables de satisfaire non seulement les besoins actuels mais encore moins les nécessités futures et ce de manière stable et continue de par leur mode de fonctionnement même.
Sans compter, que visuellement, ceux qui déplorent le moindre pylone GSM seront ravis d'avoir tous côtés des champs de piquets à hélices tournantes ou pas! et que, semble t'il, dans un souci politicien de garder, pour les communes, le profit des redevances, au lieu d'installer des bornes de chargement dans les espaces bien connus, faciles d'accès que sont les stations "essence" actuelles, celles-ci seront placées, en plus des autres parcomètres et panneaux divers sur des trottoirs sur lesquels piétons valides et moins valides tenteront de se frayer un chemin alors que quantité de voitures se gareront tant bien que mal le long de ces trottoirs en attente longue de chargement électrique.
Petite parenthèse, si l'on ne munit pas ces voitures d'un dispositif de bruit minimum, un accroissement substantiel de piétons, cyclistes renversés par des véhicules silencieux dont personne ne semble se rendre compte est inéluctable.
Article sur ce sujet:
Autos: Silence, ça roule: Cliquez  ICI
Quant au nucléaire rejeté de toute part, faut-il être assez étroit d'esprit pour ne pas continuer les recherches et développement du nucléaire de 4ème génération (Jean Louis Etienne: Nouvelles histoires naturelles) simplement parce que le nucléaire actuel et probablement celui de l'EPR (autre gigantesque dépense inutile pour une Europe en faillite) sont voués à l'arrêt et au démantèlement.

 

Alors, Bisounours ou pas?

Vous avez la sensation d'avoir perdu votre temps à lire cet article tant celui-ci vous parait truffé d'inepties, de contre-vérités, d'amalgames douteux...
Alors, c'est que vous avez réussi le test et que vous faites partie des Bisounours et suivant le nombre de points en désaccord, vous passerez de simple adepte à membre d'honneur.
Soyez donc heureux et béats d'admiration devant les "z'antis" de toutes confessions et encore BRAVO

Article écrit par Pol et Mick

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : société, politique, ecologie, religions, finances, bisounours | |  Facebook | | | | Pin it! |

19/07/2011

Ecologie: une nouvelle religion?.

Ecologie, religion..jpg

 

Ecologie: ses dogmes et ses missionnaires.

 

Depuis le début du XXIè siècle, les écologistes et leur concile du GIEC (moins actif actuellement depuis les doutes émis au sujet de la pertinence de ses conclusions) ont su mettre à profit les quelques catastrophes naturelles et ainsi réactiver les peurs ancestrales d'un cataclysme destructeur en alertant les populations surtout occidentales quant à l'urgence de revoir le mode de vie en société en stigmatisant nos dépenses énergétiques, pollutions et rejets divers, coupables selon eux, des dérèglements climatiques à l'origine de ces évènements malheureux vus et revus sur tous les circuits de communications.

Avant de rentrer plus avant dans ce débat, ne pourrait-on pas déjà s'étonner que ce qui leur semble déréglé au niveau climatique ne soit, en fait, qu'un rééquilibrage de la nature même si cela n'était plus le cas depuis un certain temps et que l'on retrouve à nouveau des vraies saisons avec des épisodes neigeux en hiver, des crues au printemps, de fortes chaleurs en été et des tempêtes en automne, tous signes, à priori, d'un sain retour à la normale de séquences saisonnières plus marquées.

Les problèmes de l'intelligence? humaine viennent de ce qu'il est partagé entre la croyance d' être à l'origine et à la manoeuvre de tout ce qui l'entoure et une angoisse existentielle qui l'a toujours conduit à désigner des coupables externes à des événements surprenants ou inhabituels, soit par des "sacrifices" destinés à satisfaire cette nature rebelle, soit par l'adoration de dieux qui, au vu de la masse toujours croissante de ses adeptes et fidèles, reste factuellement inquiétant quant à sa faculté d'analyse rationnelle d'événements qui lui échappent voire à ses capacités intellectuelles réelles.

Zones inondables, un problème?!.

 

Les dernières fortes inondations qu'elles soient en France ou en Indonésie et ailleurs n'ont fait que montrer que construire en deça du niveau de la mer ou de l'océan ainsi que de manière générale ériger hôtels ou habitations proches de littoral pouvaient conduire à des catastrophes humaines.

Fallait-il vraiment détenir un diplôme universitaire pour arriver à cette conclusion?.

Dans le même ordre d'idée, les superbes îles artificielles construites par ceux qui, pour inverser un slogan bien connu, ont du pétrole mais apparemment moins d'idées seront un jour fort probablement englouties, telle une nouvelle Babylone!.

Faudra t'il s'étonner aussi que quelques gratte-ciel ne résistent à de violents et répétés tremblements de terre lorsque ceux-ci sont implantés sur des failles sismiques bien connues?.

L'avenir de l'écologie est économico-financier.

 

Alors que les premiers prophètes écologiques étaient considérés au mieux comme de doux rêveurs, le monde économico-financier en cheville avec celui de la politique a compris tout le potentiel de croissance et de manipulation de masse que ce discours de Cassandre peut engendrer et du coup, ce qui paraissait baba cool fleuri est devenu tendance lourde presque religion!.

La perspective de nouveaux et gigantesques investissements et retours profitables sur ceux-ci pour les uns et mandats rémunérateurs pour d'autres commence à modifier profondément l'approche citoyenne en ce que nous voyons poindre une autre forme de société divisée en deux avec d'une part les vertueux qui appliquent les règles certes contraignantes mais nécessaires à l'épanouissement actuel et futur pour les individus et la planète et les autres qui restent à convaincre de la bonne parole écologique et qui, à force de sanctions et/ou d'incitations, finiront par se convertir aux dogmes écologiques....Alleluia!.

Quelle prétention que celle de l'homme qui persiste à vouloir croire que les planètes et tous les systèmes solaires ne dépendent que de lui et de sa faculté à réduire, en l'occurrence, les effets de serre en imaginant peut-être que les galaxies le remercieront en s'arrêtant d'évoluer comme elles le font et le feront avec et certainement sans l'homme qui comme toutes les espèces naissent, croissent et surtout disparaissent pour laisser la place à d'autres formes de vie.

Le "Little Big Bang"

 

Une autre contre-vérité que celle qui voudrait que, par exemple, la disparition totale des dinosaures soit exclusivement due à la chute d'un astéroïde qui a, sans conteste, provoqué une hausse de température considérable et dévastatrice suivi d'une glaciation tout autant ravageuse.

Plus tard, ce furent les mammouths qui connurent le même sort qui voudrait qu'une fois encore, une météorite aurait pu, d'un coup d'un seul établir une sélection parmi les espèces et, comme pour les dinosaures, éliminer la plus encombrante et massive en préservant les autres qui continuèrent de survivre et se développer.

Que dire alors des phénomènes bien plus destructeurs de vie que sont les sursauts gamma issus de collision d'étoiles et produisant une onde comparable à celle des bombes nucléaires puissance infinie ou encore le volcanisme et ses trappes qui sont des éruptions gigantesques issues du centre de la terre et qui historiquement sont concomitantes aux cinq dernières destructions majeures d'espèces animales relevées à un intervalle de trente millions d'années, époque de la dernière d'entre elles...!.

Qu'il y ait conjonction voire succession de phénomènes qui, ainsi, auraient accéléré la disparation de ces animaux est hautement probable mais pas que l'un et/ou l'autre ait provoqué la totale et subite disparition de ces animaux dont on notera plutôt la taille démesurée, l'immense appétit destructeur de leur habitat et réserves de nourriture, la gestation longue et faible de leur progéniture de même que leur vulnérabilité face à des concurrents certes plus petits mais surtout nettement plus mobiles, rapides, nombreux et capables de s'adapter à des configurations climatiques et naturelles plus délicates.

Car contrairement aux autres espèces animales en principe moins intelligentes que l'homo sapiens, celles qui ont survécu jusqu'à présent, ont su s'adapter aux réserves de leur environnement et seules les espèces qui soit surconsommaient, soit comme l'humain qui envers et contre tout raisonnement pragmatique continue de se reproduire égoïstement à l'infini tant "naturellement" qu'artificiellement via les technologies médicales appauvrissant en cela ses propres ressources qui malgré l'intensivité des cultures et le recours aux engrais et fertilisants chimiques qui épuiseront définitivement les réserves d'eau et de terre comme cela se vérifie déjà actuellement sans qu'une prise de conscience sur sa propre expansion inconsidérée ne soit élaborée.

Comme toujours, l'humain choisit de modifier ce qui l'entoure en le pliant à ses désirs plutôt qu'à se remettre lui-même en question.

A terme plus ou moins proche, les conséquences pour l'humanité seront identiques que pour les espèces disparues faute d'avoir pu s'adapter à la nature, la race humaine disparaîtra soit victime des bactéries et virus hyper résistants à tout traitement chimico-médical dus à sa trop forte concentration sur des territoires stériles, exigus et pollués, soit ce manque de ressources naturelles combinées à la toxicité des ressources artificiellement produites en laboratoires perturbera son système reproductif jusqu'à l'extinction lente et irréversible.

Un scénario optimiste n'étant pas réaliste au vu des constats passés et présents ne saurait être sérieusement envisagé ici. 

Après nous le déluge...

 

De toute manière, ne perdons jamais de vue que la nature est, comme tout ce que nous connaissons, un "être" vivant qui nait, grandit et meurt à l'instar de notre système solaire en constante mutation et qui connait un mouvement de balancier entre expansion et rétraction et qu'à terme, certes très lointain, les planètes se rapprochant inexorablement, recréeront un big bang rempli de nouveaux systèmes que l'on pollue ou non!.

Certes, un comportement responsable est éminemment préférable et de toute manière inéluctable vu la raréfaction des ressources naturelles mais cela ne nous exonérera en rien des catastrophes futures.

De même, ne nous leurrons pas sur cet engouement d'habitudes soi-disant éco-responsables, il n'aurait aucune chance d'être appliqué et surtout suivi si les ressources étaient infinies et c'est en cela que les recherches scientifiques, dans la mesure où elles aboutissent, contribueront à re-modifier nos comportements d'autant plus vite que tant les jeunes totalement conditionnés à toutes les innovations technologiques consommatrices ou non d'énergie polluante que les peuples des pays dits émergents ne seront pas prêts à se priver de tout le confort dont les populations "riches" ont abondamment bénéficié jusqu'à présent!.

Ecologie politique

 

Pour avoir déjà évoqué ce sujet dans d'autres articles, nous ajouterons que le dilemme des écologistes, par ailleurs, exclusivement issus de pays riches, développés et occidentaux est de faire passer l'idée qu'écologie et stricte défense de la nature ne sont pas forcément incompatibles jusqu'à prôner , comme certains intégristes, la décroissance et d'adopter le "bien-vivre" des pays sous-développés...

 

Article écrit par Pol et Mick. 

Publié dans Société: Ecologie-Santé | Lien permanent | Tags : ecologie, politique, société, big bang | |  Facebook | | | | Pin it! |