15/04/2014

Guerre froide: un arrière-goût de réchauffé!.

Ukraine,Crimée,Russie,Europe,USA.

.

Ukraine-Russie: Cynisme et amnésie occidentales?.


Sans remonter aux invasions et colonisations menées par l'Occident qui ont valu aux populations conquises leur lot de massacres, soumissions, esclavages et pillages de ressources, on peut quand même éviter de répéter, sans réfléchir, ce que politiciens et médias nous assènent comme vérités "bibliques", à savoir que la Russie de ce "méchant" Poutine fait preuve d'ingérence intolérable en contrôlant la Crimée, région russophone qui, depuis son annexion offerte par Khrouchtchev en 1954, a toujours réclamé et obtenu en 1992 un droit à l'autonomie et qui, en négociation entre Ukraine et Russie est une base militaire importante pour cette dernière.
Parler de de négation des principes du droit international à l'inviolabilité des frontières lorsqu'il s'agit de pays hors influence-joug occidental mais considérer que le droit des peuples à l'autonomie, la sécession n'est louable que lorsque ceux-ci exprimeraient un désir plus ou moins manipulé de rejoindre les valeurs dites démocratiques n'est ni défendable ni très reluisant en termes d'équité et d'égalité des droits.
Qui a parlé du Kosovo?.
Et cette aspiration à la soi-disante liberté, au vu des résultats contraires, vaut aussi pour la Lybie, l'Irak, l'Afghanistan et probablement la Tunisie voire l'Egypte.

Alors, quand ce sont les "occidentaux" qui poussent des cris d'orfraie en fustigeant une tentative de maintien d'une influence non moins illégitime que celle qu'ils ont exercé à Kiev pour renverser ce, il est vrai, très incompétent pion russe de Ianoukovitch, on se devrait de poser la question, en tant que citoyen libre doté d'un minimum de discernement et ceci vaut aussi pour les médias, en principe objectifs et factuels, de savoir ce qui autorise tant de gesticulations et de communiqués offusqués de la part de politiciens occidentaux qui ont en commun d'avoir, non pas tenté de maintenir, stabiliser une situation dans une région, pays proche en frontières et en aspirations culturelles et politiques de par une histoire liée, commune, mais bien d'être, en ce qui concerne nos bisounours du politiquement correct, responsables de l'invasion militaire de pays dans des régions, sur des continents où, hormis par néo-colonialisme, ils n'ont rien à y faire surtout qu'en termes d'ingérence, le nombre de morts ou la dévastation matérielle et environnementale qu'ils laissent derrière eux, sans avoir d'ailleurs rien résolu!, devrait, a minima, les inciter à plus de modestie voire de discrétion à défaut de responsabilités!.
On pourrait aussi se demander en quoi un référendum exercé par des russophones majoritaires au sein d'une ex-province russe est moins conforme au droit international que la décision d'un pouvoir ukrainien auto-proclamé, non élu, issu d'un véritable coup d'état alors que constitutionnellement parlant, seul le président élu Ianoukovitch pourrait infirmer ou confirmer cette "sécession"!.
Mais ce dernier, certes à ne pas regretter, n'étant plus le bienvenu auprès des européens, son autorité n'est tout simplement plus à prendre en compte!.

Anecdotique mais aussi interpellant que d'entendre les véhémentes protestations d'associations de "défense des libertés" et autres politiciens en mal de visibilité à chaque provocation vulgaire et hystérique des Pussy Riot sur des sujets sans intérêt et dans le même temps de constater leur silence assourdissant au vu de certaines interpellations musclées, disproportionnées parfois, lors de manifestations citoyennes pour des sujets liés à la vie en famille, en commun ou sur des promesses politiques non tenues et des incessantes hausses d'impôts sans qu'il y ait, hormis dans les mots, une baisse des budgets de fonctionnement d'un appareil d'état libre et démocratique...

Expansionnisme européen

Au fil des élargissements plus conditionnés par des subventions, obtentions d'avantages financiers et commerciaux que d'adhésions idéologiques, politiques sans oublier la libre circulation moins des capitaux, déjà plus ou moins réelle, que des personnes qui permet aux uns de se "débarasser" de populations pauvres, d'ethnies non intégrées à la nation d'origine et aux autres d'accueillir, tant bien que mal, ces mêmes populations qui viennent la plupart du temps gonfler les listes d'attente en termes de droits à des avantages divers qui peuvent paraître pour les européens insuffisants alors que pour ceux qui les demandent, ils sont la garantie d'une vie nettement meilleure que s'ils étaient restés dans leurs villages, villes qui les ont vus naître.

L'idéologie euro-politique est particulièrement et si peu discrètement...orientée vers l'affaiblissement constant de l'ex-URSS devenu Russie.
Ceci, en faisant miroiter qu'au travers d'une image de vie plus libre, plus facile, un avenir meilleur est possible pour ces populations suffisamment instruites mais, il est vrai, soumises durant des décennies à des régimes idéologiques autoritaires pour ne pas dire dictatoriaux.
Là où cela devient quelque peu paradoxal, c'est que cette volonté européano-occidentale est aussi idéologique que celle qu'elle est censée combattre notamment lorsque celle-ci reste aveugle et sourde devant les exactions, emprisonnements politiques, privations de libertés essentielles ou régression des droits des femmes, p.ex en Turquie sous prétexte que cela contribue tant à l'encerclement de la Russie qu'à un supposé potentiel lien commercial et pacifié Orient-Occident.
Alors qu'en matière de continent européen, tant géographiquement que militairement en termes de puissance mondiale, le rapprochement en partenariat privilégié voire adhésion avec la Russie eût été essentiel et à conclure avec respect mutuel responsable plutôt que démonstration de mépris et critiques puériles de dirigeants qui, visiblement, ont fini par croire ce qu'ils disent surtout quand ils font le strict opposé de ce qu'ils imposent à d'autres et feignent de ne pas s'en rendre compte!.

Manichéisme et instrumentalisation

Par "charité", on évitera de copier ici les réponses voire insultes de ceux qui, en réponse à l'analyse INFOTOX pointant les interventions et massacres occidentaux tous "légitimes" à l'inverse de manoeuvres éhontées des russes et des chinois, eux aussi, souvent en proie aux critiques au moindre geste d'un moine tibétain, font remarquer que toutes les contributions aux libertés démocratiques, avec les résultats désastreux qui s'ensuivent, l'ont été à la suite de demandes faites par des rebelles, opposants aux régimes qui, après des décennies de bonne collaboration, ne plaisaient plus à l'Occident.
A ces tenants de la "légalité onusienne", on rappellera, ce n'est pourtant pas si ancien, que Ianoukovitch fut, en son temps, chaleureusement félicité par l'Union européenne pour son élection démocratique alors qu'en fait, l'Union y voyait surtout une première brêche dans le bloc russe.
Bien sûr, il ne devint dictateur que lorsqu'il se détourna de l'Europe pour demander à la Russie de lui venir en aide pour mater ces "rebelles" qui contestaient sa légitimité apparemment perdue, comme par hasard au moment où devant le chèque substantiel russe en regard de l'aumône européenne, l'Ukraine s'apprêtait à tourner le dos à l'Europe!.
Dans certains cas, ce genre de demandes liées au respect de la légitimité du pouvoir en place auraient suffi à d'autres pour intervenir au nom de la restauration du droit démocratique.
Soulignons simplement que l'attribution du label "démocratie" est l'apanage exclusif des puissances occidentales.

Imaginons un instant d'inverser les rôles et de se demander quelle aurait été la réaction occidentale si Ianoukovitch cette fois pro-européen avait été renversé par quelques milliers d'habitants "protégés" par des miliciens d'extrême-droite (qu'ils étaient) armés sur une place de la capitale ukrainienne mais cependant non représentative de toutes les régions de ce pays.
N'aurait-on pas alors protesté au sein des plus hautes instances de ce qu'il n'était pas légitime qu'un président élu démocratiquement soit ainsi chassé par une faction violente et extrêmiste récupérée par quelques "élites au moins aussi corrompues que les précédentes" qui se sont installés au pouvoir tout en promettant (sésame pour l'obtention de toute aide matérielle, financière européenne) de nouvelles élections libres!.

Pour les (ir)responsables européens, la Russie de Poutine est à la manoeuvre d'un plan diabolique de remembrement voire d'annexion de l'Ukraine et, en dépit de quelques rares reportages dans lesquels, images choisies, on peut entendre les craintes de citoyens ukrainiens essentiellement russophones que, bien vite, les médias mais surtout les politiciens occidentaux nous présentent non pas comme des manifestants qu'ils étaient face à Ianoukovitch mais comme des terroristes ou des miliciens russes face à ce qui n'est toujours qu'un pouvoir totalement illégitime.
Comment oser prétendre que l'Europe, adossée aux USA, n'est pas à l'origine de cette tension alors même que dans les faits, on rappellera que l'aide matérielle et financière en vue d'accords commerciaux était de l'ordre de centaines de millions assortis de conditions drastiques sous le précédent (et toujours seul élu) président alors qu'elle semble inconditionelle et illimitée en milliards d'euros pour ce régime provisoire actuel.
Comment, dès lors, s'étonner de la déstabilisation qui s'en suivit pour aboutir au chaos actuel dont, et cela aussi est plus que compréhensible, inquiète le voisin direct qu'est la Russie qui n'a pas vocation à devoir accepter sans réagir toute intégration, financièrement achetée, à la zone euro!.

Comparaison n'est pas raison mais notons aussi que la population en démocratie n'a droit de s'exprimer et d'imposer sa volonté que si celle-ci reflète les décisions de ses dirigeants certes élus qui se prévalent pourtant d'une écoute et d'un service aux citoyens presque sacerdotique...
Pour exemples de démocratie, on se rappelle des votes français (par 2 fois) opposés au Traité européen ou plus récemment les menaces de rétorsion économique et politique de l'Union européenne à l'encontre de la Suisse du fait d'une votation limitant le flux des étrangers.

Sauf à considérer, comme certains le font en Irak ou en Iran que d'un côté, il y a Satan et de l'autre des anges, à ceci près qu'on est toujours le Satan de quelqu'un et que celui-ci a la fâcheuse tendance à se placer systématiquement dans le camp opposé!.
Alors, un peu de subtilité dans les analyses politiques, un peu d'objectivité lors de la décortication d'excuses et d'arguments à tel ou tel mouvement purement géo-stratégique qui ne sont pas, contrairement à ce qui est toujours avançé comme seule justification bisounoursienne, le bien des peuples!.

En d'autres mots, que l'Occident veuille défendre, préserver ses intérêts, sa suprématie financière-économique contestée, rien n'est plus normal et même honorable, mais qu'il le fasse au seul nom de la défense des libertés démocratiques et l'aspiration légitime des populations à une vie meilleure revêt un caractère hypocrite, presque religieusement idéologique.

Mise au point et Conclusion

A ceux qui, à tort, pourraient assimiler cet article à de l'anti-occidentalisme ou américanisme primaire comme on peut en lire (enfin, si on aime les formules vides de sens, mal orthographiées) sur les forums ou réseaux sociaux qui, la plupart du temps, sont postées par des individus "issus de régimes autoritaires, théocratiques" mais, depuis, confortablement installés derrière leur écran pc ou tablette et à l'abri de toute privation de libertés comme ils l'encoureraient s'ils étaient encore résidents de seconde zone de ces pays dans lesquels, faut-il insister sur ce point, seuls les proches et/ou corrompus oligarchiques de ces régimes sont autorisés à faire fortune en moins de temps qu'il n'a fallu pour écrire ce sujet et à "blanchir" l'argent de ces détournements de fonds considérables bienvenus dans quelques régions sélectionnées de pays occidentaux qui, ici, font preuve de nettement moins de vigilance en termes de droits de l'homme, au moins le temps que ceux qui dépensent et investissent ne sont pas en opposition avec les dirigeants en place le temps des dictatures.
Finalement, on pourrait presque en conclure que pour les riches, moins le pouvoir est démocratique et plus vite leur fortune sera constituée et contrôlée alors que pour les pauvres, sans la protection des droits essentiels, le minimum de confort ne peut être garanti que par la démocratie et la meilleure preuve en est l'immigration galopante.
Regrettable, mais ce n'est pas le propos de cet article-ci, que les (pour ne pas dire: la) religions viennent perturber cet équilibre des droits et devoirs au sein même des démocraties laïques.

Alors, en conclusion, évitons le raisonnement simpliste et intellectuellement faussé par l'idéologie qu'en matière de droits internationaux, l'ingérence des uns n'est légitime que si celle-ci émane du seul "camp" occidental qui ne s'immiscerait dans les politiques des autres non pas au nom de la défense bien comprise de ses seuls intérêts mais, par pure charité (non chrétienne...), au nom des plus faibles, à condition que ceux-ci le soient exclusivement dans l'autre "camp"!.
Une fois de plus, il serait utile (on peut rêver!) que les citoyens qui, tous ne sont pas obligés d'être des idiots patentés guidés par des "élites" politiciennes, fassent comprendre à certains de ceux-ci que le temps où leurs décisions d'ingérence dictées par idéologie et non pas en raison d'analyse objective, impartiale des faits, est compté et que tout comme n'importe quel responsable de société privée, ils auront à assumer les conséquences néfastes, dommageables de toute erreur avérée due à un aveuglement collectif conséquent à une manipulation ou désinformation volontaire.

 

Cet article est sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : ukraine, russie, europe, usa, crimée, guerre froide, conflit, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/03/2014

Top commentaires sur: Le Huffington Post

Huffington Post,HuffPost,Le Monde,INFOTOX. The WebMag,Infos,News,Medias.

.

Top commentaires publiés par Le Huffington Post
Pour lire, commenter ces articles: Cliquez sur les liens ci-dessous.

-

Référendum contre l'immigration en Suisse: 50,3% des électeurs ont dit "oui" à la limitation

Les Suisses ont répondu "oui" à la limitation de l'immigration dimanche lors d'un referendum, selon les résultats officiels. 50,34% des électeurs ont voté en faveur de la fin de l'"immigration massive".

.

Commentaire de L. INFOTOX:

Les réactions de "responsables" européens en forme de menaces contre la Suisse sont bien la preuve que ceux qui vantent la démocratie et se glorifient de leur "vocation" à être au service (payant!) des citoyens ne supportent que les votes en faveur de leurs seules décisions responsables ou non...quitte à renier les votes exprimés (cfr référendum français pour/contre Traité européen) en adoptant d'autorité politique ce que le peuple soit disant souverain avait rejeté par 2 fois...et, comme d'habitude, à considérer que les citoyens, imbéciles, n'ont soit pas compris les 5 mots de la question, soit ont répondu à une autre question non posée!.
Alors, Vive les suisses (y compris les politiques de ce pays qui les respectent) et M... aux Bisounours grincheux, politiciens arrivistes et fonctionnaires carriéristes européens.

Lien vers cet article: Cliquez ICI

------------------------------------------------------------

 

Comment Facebook a perdu les jeunes

FACEBOOK - À l'origine, Facebook est le premier réseau social de destruction massive. Celui par qui toutes les expériences tentées par le passé (CaraMail, MySpace, Copains d'avant...) ont été réduites au néant. En quelques années, le site de Mark Zuckerberg s'est imposé comme le portail le plus important de la toile, au coude à coude avec Google.

-

Commentaire de L. INFOTOX:

Que de paradoxes...
Les vieux ne maîtrisent pas les nouvelles technologies mais quand, comme explication de la "fuite" des jeunes, l'article relève que les règles de confidentialité se sont compliquées sur Facebook, ces jeunes si dégourdis s'en seraient allés, il y a comme un bug.
Pour beaucoup de ces "jeunes" qui s'en seraient détournés, ne faut-il pas plutôt souligner qu'après avoir gavé leurs murs de commentaires hyper importants, genre: , de compliments entre copines style: Tu es jolie!. A quoi, l'autre répond: Non, c'est toi. Et le pire, c'est quand la première renchérit: Non, non, c'est toi!.
Bref..., Facebook est incontournable et fera partie des outils de socialisation, de promotion de soi , de son blog, de sa société même si comme pour tout ce qui nous entoure, rien n'est immuable.

Lien vers cet article: Cliquez ICI

 

Pacte de responsabilité: Hollande clarifie mais n'annonce toujours pas de contreparties

ÉCONOMIE - On s'attendait à ce que le président donne des pistes sur les contreparties de son pacte de responsabilité. Mais c'était mal connaître François Hollande. Le chef de l'Etat s'est donné le temps de redéfinir les contours de ses annonces du 14 janvier, mais sans acculer les patrons à qui il présentait ses voeux mardi.

.

Commentaire de L. INFOTOX:

Impressionnant F. Hollande qui, après avoir passé 18 mois à supprimer les mesures et lois concoctées par N. Sarkozy qui l'aura obsédé, jusque dans son comportement privé, change habilement de discours pour se parer d'un habit social-démocrate qui aura réussi, sans qu'aucun acte ne vienne ou viendra en attester, à troubler l'opposition UMP/UDI.
Dans les faits, rien ne se fera, hormis la recherche de nouvelles taxes destinées à payer les dépenses d'Etat croissantes.
Que les citoyens se souviennent, le moment venu, que les belles promesses n'engagent que ceux qui veulent y croire.

Lien vers cet article: Cliquez ICI

------------------------------------------------------------

La décision de la Grande Mosquée de Paris de séparer les femmes et les hommes pendant la prière fait polémique

RELIGION - Les habituées de la Grande Mosquée de Paris (GMP) sont en colère. Et pour cause, ces femmes sont désormais contraintes d’aller prier au sous-sol de la mosquée… car jugées trop bruyantes.

.

Commentaire de L. INFOTOX:

Quand les politiciens et dirigeants européens encouragent, tolèrent l'intolérance, il n'y a plus que les hypocrites qui s'étonnent des dérives multiples et atteintes aux droits de l'homme et égalité des sexes sous le voile de la seule religion revendicatrice et discriminante qui, à présent, gouverne la "laïcité" en dictant ses propres lois à observer par tous et surtout toutes!.
Dernier exemple: une employée musulmane refuse d'encaisser la bouteille de champagne achetée par un client chez M&S Londres car contraire à ses lois religieuses!.
La diversité culturelle enrichit mais ce genre de diversité cultuelle appauvrit.

Lien vers cet article: Cliquez ICI 

--------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------

Pour suivre les commentaires d'articles parus sur Le Huffington Post, suivez ce lien: Cliquez  ICI

Retrouvez TOUS les commentaires sur la Page Facebook de L. INFOTOX: Cliquez  ICI 

 

IMPORTANT:

Zap Médias est la seule rubrique de L. INFOTOX ouverte à vos commentaires.
Profitez-en pour y ajouter vos notes et remarques.
Attention à respecter les conditions habituelles liées aux publications publiques.

Publié dans Zap Médias | Lien permanent | Tags : huffington post, commentaires, infos, politique, société, religion | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/12/2013

Musulmans, Islamistes et/ou islamophobie.

 

Musulmans,Islam,Europe,Religion,Paix,Guerre,Terrorisme.
.

 

Musulmans et islamistes?

Si, à l'évidence, tous les musulmans ne sont pas des islamistes, tous les islamistes se disent musulmans.
Et même si pour s'éviter les foudres de ceux qui traitent tout non-musulman d'islamophobe, d'extrêmiste, bon nombre de politiciens "bisounoursiens" s'empresseront de souligner, en préambule, en justification hypocrite de leurs réelles craintes devant ce terrorisme galopant, que les principales victimes de ces attentats sont les musulmans eux-mêmes.
A cela s'ajoute un discours occidentalisé de "guides auto-proclamés" musulmans qui expliquent lors de débats télévisés qu'à leurs yeux, ces islamistes détournent les textes du Coran et pervertissent cette religion de paix par des actions violentes commises par "Mohamed" alors même que Mahomet les interdit.

Toute la démonstration vise uniquement à bien séparer le bon grain musulman de l'ivraie islamiste et ceci souligne l'embarras de la communauté occidentale qui feint d'ignorer les exactions, meurtres de catholiques ou communautés non musulmanes dans les pays où cette religion fait office de loi supérieure à tous autres principes, fut-ce de simple égalité, s'encombre de moins de nuance dans sa désapprobation lorsqu'un pauvre hère analphabète ou dont les neurones sont en soldes s'en prend à des symboles juifs ou musulmans en les dégradant.
Alors, suivant le culte visé, l'opportunité politicienne, celui-ci est au mieux un déséquilibré, au pire un extrêmiste de droite qui véhicule un sentiment de haine à l'égard des "étrangers" qui, de fait, ne le sont plus depuis longtemps.

Toute l'intelligence de l'argumentation de ceux qui revendiquent, tels des Zorros masqués, plus de visibilité, de droits le plus souvent liés à la supposée observance stricte d'une religion qui, et c'est son droit le plus strict, refuse toute adaptation à l'environnement au sein duquel elle évolue en forçant ceux qui les cotoient de, soit s'y soumettre, soit de choisir un autre lieu de vie.
Bien évidemment, il existe un fossé entre la parole publique qui se veut apaisante, oecuménique et les prêches privés qui impriment les esprits de ceux qui ne veulent, ne peuvent s'extraire de la communauté sous peine de représailles.
Dans ce domaine, les femmes semblent être, une fois encore, les principales victimes de ce qui ressemble plus à de la propagande qu'à un respect de la religion musulmane qui aura réussi, en total contraste avec les autres croyances, à diriger aussi bien la sphère privée y compris dans des pays dits démocratiques et laïques que la politique d'états au nombre...croissant!.

Autant le pouvoir théocratique, quelquefois imposé par les politiciens occidentaux dont la vision à long terme fait dramatiquement défaut tant ils sont rivés sur des intérêts de groupes de pression et lobbys, autant il est regrettable d'assister à ces modifications de lois issues d'un historique de valeurs dont on aurait pu supposer qu'elle revêtait autant d'importance à la cohésion sociale que celles, importées par des individus issus de civilisations anciennes, respectables mais pas supérieures pour autant.

Délits de faciès: amnésie générale.

Prenons l'exemple assez courant d'une personne victime d'insultes, d'agression physique voire de viol qui ose porter plainte, comment décrire votre (vos) agresseur(s) d'autant plus si cette description, vu la gravité, fait l'objet d'un reportage télévisé?!.
En supposant qu'exceptionnellement...ce ne soit pas le fait d'un "sale blanc chauve", il est fortement conseillé, si vous voulez éviter de passer de victime à coupable de traiter votre agresseur de barbu au fort accent arabe, maghrébin ou pire qu'il était en djellabah et donc musulman car tout le monde sait qu'en (nos) pays, le port d'une tenue vestimentaire aussi particulière n'est pas signe, parait-il, d'appartenance religieuse ou ethnique...d'autant que, insistons encore, ces personnes de confiance sont aussi européennes que vous voire plus!.

Au passage, vous remarquerez que vous ne courez aucun risque en décrivant votre agresseur de flamand, wallon, germanophone en Belgique ou de breton, bourguignon et de grand blond ou de petit brun dégarni mais que vous serez coupable d'un délit de faciès si vous tentez de lui attribuer des caractéristiques que l'on croit, à tort sans doute, percevoir surtout de l'autre côté de la Méditérannée, encore que si l'on voyage quelque peu, on finit par se demander si le prosélitisme n'engendre pas un proportionnel plus grand affichage vestimentaire de ce côté de la Mare Nostrum. 
Ajoutons que pour les filles, la faute leur incombe quand celles-ci persistent à porter, par exemple, des jupes courtes ou des chemisiers où plus d'un bouton est ouvert.
Comment ne pas excuser une nor-mâle sanction devant cet accoutrement à la limite de l'indécence provocante, incitatrice à l'agression totalement excusable pour des hommes soumis à tant de discriminations et de haîne de la part de cette société de consommation et d'abondance païenne.
Faut-il vraiment souligner le caractère hautement ironique de ce qui précède...!.
Malheureusement oui lorsqu'on lit pas mal de réactions "épidermiques", brutes de décoffrage!.
Comme, très habilement, il y a refus catégorique soutenu par les groupes de pression plutôt sélectif dans leur lutte anti-raciste, ces communautés se veulent intégrées en droit mais différenciées en devoirs. 

My name is Bisounorus politicus.

Que n'a t'on pas entendu de la bouche de politiciens, qui, tout en vivant dans des quartiers "bourgeois", protégés par la fonction qu'ils sont censés excercer, que la diversité culturelle est génératrice de richesses...
Qu'ils aillent le dire et le vivre avec ceux et celles qui subissent la pression cultuelle et la vivent plutôt comme un appauvrissement intellectuel.
D'ailleurs, n'est-il pas presque ridicule de parler de difficultés ou de réussites d'intégration, d'assimilation de populations récemment "débarquées" et pour lesquelles moeurs, coutumes, culte et historique sont si différents, parfois en opposition avec la société d'"accueil" alors même qu'en Europe et dans chaque pays qui la compose les habitants d'"origine" ont eux-mêmes tendance à se regrouper au sein de quartiers et associations.
Seule la cohabitation en fonction de son niveau de vie et de richesse semble admettre un certain mix d'individus aux origines diverses...et dont la différenciation vestimentaire n'existe que fort peu voire pas du tout, du moins en public.

Ceci nous amène d'ailleurs à la constatation que les associations et politiciens dont le fond de commerce est le racisme font semblant de croire que le rejet d'une partie d'irréductibles fascistes débiles vient de ce que ceux-ci rejettent, par principe, l'arabe musulman.
Rien n'est plus faux et n'est peut-être pas si différent que la forme de rejet que subirent les modes yéyés, beatniks, grunge, punk, crânes rasés...
Par contre, on devrait pouvoir comprendre qu'il y ait pour ces personnes une vraie difficulté à admettre que par soi-disant respect d'une religion, il faille en arriver à cotoyer des hordes de femmes sur-habillées toutes pareilles et hommes coiffés et barbus tels des robots préfabriqués qui, dans certains quartiers et la progression en est constante, représentent une majorité suffisamment significative que pour donner le sentiment aux "autres" d'être devenus les nouveaux étrangers que l'on prend pour cible.

Le pouvoir électoral de cette communauté est tel qu'en matière de droits de l'homme, de la femme, celle-ci peut adopter des mesures discriminatoires ou vexatoires, par exemple envers les gays et lesbiennes dont les Bisounours et politiciens se préoccupent uniquement lorsqu'une poignée de cathos les caricaturent.
On attend avec impatience le prêche du premier imam homo... 

On passe volontiers sous silence un peu gêné les mesures sexistes envers la liberté des femmes, y compris lorsque Turkish Airlines les oblige à ne plus mettre de rouge à lévres ou de fard à paupières et/ou leur permet (pour rester correcte) de porter le voile.
Certes, la compagnie vient, pour l'instant, de revenir sur ces mesures...officiellement mais, aux dires des citoyens ou journalistes laïques turcs, l'islamisation de ce pays, largement souhaitée par son président Abdullah Gül, limitera progressivement, insidieusement les libertés jusque là respectées.
Le reportage d'une jeune femme (blanche non voilée) à Bruxelles posté sur Internet dont les rédactions n'ont bien voulu parler que devant le buzz que celui-ci avait suscité prouve, si besoin, que ce mouvement politico-religieux est maintenant diffusé dans toute l'Europe en crise.

Terrorisme conséquence de l'obscurantisme occidental

Certes la lâcheté des attentats aveugles islamistes n'a d'excuse que la couardise de ceux qui posent les bombes et s'enfuient ou la bêtise de ceux qui, endoctrinés, drogués se font exploser au milieu d'une foule qui, comme dit plus haut, comporte plus de musulmans arabes que d'hérétiques occidentaux.

Mais que n'insiste t'on pas assez sur le fait que, par interventionnisme politico-idéologique, les principaux instigateurs de cette "explosion" de violence terroriste sont les soi-disants défenseurs de la liberté démocratique que, paradoxe ultime, ils ne savent plus défendre sur leurs propres territoires!.

Quelques exemples

Turkish Airlines: interdiction pour les hôtesses de rouge à lèvres et ongles. (foulard toléré).
Q8: interdiction de vente d'alcools dans les stations essence d'autoroutes.
Quolibets envers femmes typées non musulmanes (racisme inversé) vidéo Bxl
Et quantité d'autres faits qu'il suffit de lire, pour autant qu'on ne veuille pas soumettre sa propre objectivité à la censure idéologique et cultuelle.

Identité nationale, une insulte.

Le pays européen qui semble avoir le plus de difficultés à vivre avec le recul de l'identité nationale, tant celle-ci a échoué dans l'intégration, l'assimilation de populations immigrées, est la France.
Soit que dans d'autres pays européens, le sentiment national(iste) est peu présent dans les mentalités, soit que les revendications des "nouveaux" arrivants ou pour être plus exact que les générations actuelles issues des immigrations des années '60 qui étaient moins communautaires, religieuses ou identitaires, soit encore que l'autorité, les lois en vigueur sont plus sévères et ne tolèrent pas ou répriment légalement mais directement tout abus de non-droits.

La dérive constatée, issue d'une dégradation continue du respect des droits et devoirs mais aussi, surtout, du laxisme d'un pouvoir soumis aux sondages d'impopularité, des lobbys et groupes de pression idéologiques, aboutit au paradoxe qu'actuellement, il n'y a de "bons" français que ceux qui peuvent se vanter d'avoir un aïeul extra-européen!.
D'ailleurs, l'affirmation même de français "de souche" est suspecte, preuve de racisme, xénophobie et stigmatisation..., tous qualificatifs utilisés par des individus qui sous couvert d'anti-racisme se révèlent être les plus sectaires quand il ne s'agit pas tout simplement d'interdire tout débat d'idées dans la mesure où l'expression même d'une pensée, reflexion différente est intolérable et digne des pires procès d'intention avec pour peine capitale, la mort immédiate sur l'échafaud médiatique.

A ce propos, la lecture du livre (dont aucune des lignes de cet article n'est inspiré) d'Alain Finkielkraut dont le titre est L'identité malheureuse (Editions Stock) est à conseiller.

Aussi, la (re)lecture d'un article plus ancien: Droit de cités, Cités de non-droit. 

Article écrit par Pol et Mick.

 

Cet article est sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : religions, société, politique, nationalismes, identités | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/09/2013

Liberté d'expression..en silence!.

 

Liberté,Pensée,Expression.

.


Tu penses et tu crois être?!.

Au début était la parole de l'érudit, du tribun, de celui qui, d'une estrade improvisée, savait haranguer, galvaniser les foules et en exaltait le sentiment que le changement, c'était maintenant.., avec pour corollaire que, suivant les intentions de ce rassembleur, la foule pouvait initier un tel mouvement qu'au bout de cette vague, elle pouvait provoquer la chute du pouvoir en place.
Les citoyens espérant à chaque soulèvement que ceux qu'ils avaient contribué à mettre en place, souvent au péril de leurs vies, leur permettraient d'accèder à un niveau de vie meilleur que précédemment.
Ne dit-on pas: l'espoir fait vivre...(surtout) les moins nantis!.

Plus tard, les peuples furent peu ou prou conditionnés par des "élites" autoproclamées de droit divin ou assimilé sans oublier le poids considérable des différentes religions qui, preuve que l'éducation et l'instruction ont, soit lamentablement échoués, soit que ces "guides" ont réussi à se servir de ces outils d'émancipation culturelle pour encore renforcer leur emprise cultuelle sur des populations auxquelles ils disent parler de paix, d'égalité et de fraternité alors même que, dans les faits actuels, rarement la violence au nom de la religion n'a été aussi destructrice de vies et de biens.
Relevons le parallèle entre les pouvoirs qu'ils soient civils, laïques ou religieux dans le besoin d'autorité qui tend au conflit.

Réseaux sociaux liberticides.

Mais, alleluia!, l'explosion de l'internet et de ces réseaux accessibles à tous (ou presque) allait changer tout cela et plus jamais la parole de quiconque ne serait confisquée ou soumise à la censure.
Sauf que..., il faut bien constater que la liberté d'expression sur le Net a quelque peu tendance à se faire de plus en plus récupérer, canaliser sur des réseaux sociaux sur lesquels vous apprécierez ou non les photos de vacances des uns ou l'humeur voire les insultes des autres.
Quant à pouvoir exprimer une opinion différente du consensus mou et obtenir une certaine reconnaissance pour cet effort d'originalité, cela relève de l'exploit car pour cela, il ne faudra pas compter sur une collaboration des sites d'infos, de presse trop soucieux de défendre ce qui leur reste d'abonnés et d'audience!.

De plus et surtout, les pouvoirs politiques ont commencé à appréhender le fait que s'ils pouvaient largement s'accomoder d'une presse institutionnelle avec laquelle ils sont peu ou prou connivents et même plus si affinités!, il n'en irait pas de même avec le web qu'il convenait, pour le seul bien des internautes, cela va de soi, de réglementer au plus vite.
Probablement que les "Printemps arabes" fortement inspirés, déclenchés par des internautes tunisiens utilisateurs de Twitter auront servi d'alerte à ces mêmes politiciens démocrates ou non qui se sont alors rendus compte que la liberté du peuple est, au mieux, bien suffisante lorsque les politiciens et leurs partis permettaient aux "gens" de participer à quelques réunions et scrutins électoraux sans avoir à devoir se justifier pour telles ou telles inactions voire malversations relayées sur les réseaux sociaux qui les priveraient de leur autorité et pouvoir.
Constatons d'ailleurs que ces twittos "revendicateurs de libertés" de la première heure sont étonamment devenus muets depuis que les pouvoirs politico-religieux qui, rappelons-le, régissent le monde depuis le début des civilisations, ont réussi à reprendre, à leur (bon) compte et à leur seul profit, le contrôle de ces changements de régime, ceci avec l'assentiment plus que complice de ce qu'il est encore communément, et de plus en plus erronément, appelé le monde libre!.

Cela augure un "net" renforcement des mesures de contrôle et d'identification des internautes qu'il suffira de faire passer auprès du bon peuple, comme des nécessités face à la montée en puissance des terroristes qui, eux aussi mais anonymement, utilisent le dernier réseau de liberté existant.
Le délit d'opinion, soit très souvent celui qui consiste à exprimer une opinion libre, souvent au péril de sa vie dans quelques pays toujours plus nombreux, opposée aux lois et règlements autoritaires de pouvoirs refermés sur leurs seuls profits et intérêts personnels ou limités à une ethnie, communauté particulière, sera finalement bien plus surveillé et sanctionné que les délits de corruption, de traite d'êtres humains, d'économie souterraine liée au commerce de stupéfiants pour lesquels une confiscation des biens (voitures, maisons, commerces, hôtels, night-shops...) illicitement acquis s'avèrerait nettement plus efficace que la mise en cellule de "caïds" qui percoivent cette sanction comme une ligne gratifiante à ajouter à leur c.v d'autant que cela ne prive en rien le réseau de continuer à recruter et à prospérer ni de rétribuer lesdits "caïds".
Mais cela est une autre histoire...à ne pas raconter, alors, silence!.

 

Cet article est sélectionné sur  AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : libertés, internet, journalisme, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/12/2012

Et si les démocraties étaient totalitaires?.

 

Démocraties,Totalitarismes,Société,Politique,.

 

.

Un pour tous ou Tous pour un?!.

Habituellement, il est dit que les démocraties protègent les droits et libertés des peuples alors que les régimes totalitaires en soulignent les devoirs et contraintes.
Dans l'absolu et pour l'essentiel, ceci a été globalement bien respecté jusqu'à ce que, mondialisation et surtout explosion des échanges d'informations en direct via Internet plutôt que par les seules sources des médias et pouvoirs nationaux, nous conduisent à nous interroger sur quelques manquements flagrants à ces fondements démocratiques lors de décisions politiques résolument autoritaires et dénuées de toute forme d'adhésion populaire voire à l'encontre ou en déni total de l'expression de celle-ci.
Est-il besoin d'évoquer le pouvoir hybride que représente la royauté issue d'un auto-déclaré droit divin et qui survit d'héritiers en héritières avec pour seule légitimité et souvent compétence d'être le rejeton de ces familles qui ressemblent de plus en plus à des personnages de cire façon Tussaud dénués de tout pouvoir et de toute parole tout en bénéficiant de cette générosité si populaire.
Ne dit-on pas: Sire, que votre cire est bien bonne?!.
Toujours est-il qu'en matière de longévité, ils sont incontestablement bien plus performants que les dictateurs.

Démocraties ou particraties?

La dérive non pas des continents mais des régimes dits démocratiques réside, semble t'il, dans le fait qu'ils sont de plus en plus aux mains de dirigeants de partis peu enclins à se régénérer et qui, d'élections en élections, se succèdent à eux-mêmes en veillant à toujours bien marteler, jusqu'au bourrage de crâne et à la caricature, les mêmes discours émaillés de slogans assez simplistes sans oublier les attributs vestimentaires et accessoires arborant les "bonnes" couleurs!.
Hormis le nombre de courants et tendances finalement assez proches qui peut donner l'illusion d'un choix possible aux mains des électeurs, ceci commence à ressembler à une première similitude avec le régime totalitaire dans lequel, par définition, un seul parti gouverne.

La politique: une mission, un sacerdoce.

A en entendre certains, la seule justification de leur parcours politique  est la préoccupation qu'ils ont à servir leurs concitoyens, à parler au nom de ceux (les plus faibles) qui n'ont pas la possibilité de s'exprimer, etc...
Pour peu, on pourrait les considérer comme de véritables missionnaires délivrant la bonne parole aux malheureux pêcheurs ignares que nous sommes, le bénévolat en moins!.
La politique n'est ni plus ni moins qu'un métier lucratif fait de réseaux, d'entregent et de compromissions (euh pardon, de négociations) exercé par des individus qui ont choisi une voie assez sécurisée en termes de salaires, d'indemnités et de gratifications plus ou moins élevées en fonction de la puissance des partis pour lesquels ils travaillent.
Contrairement au reste de la population parmi laquelle ils semblent oublier que celle-ci compte nombre de personnes intelligentes, surdiplômées, les h/f bénéficient surtout, et c'est ce qui en fait aussi l'attrait, d'une impunité face aux responsabilités qu'entraîne quelquefois des décisions, lois prises par démagogie, manque de connaissance ou simple dogmatisme.
Si responsabilité flagrante est finalement admise, uniquement dans le cas où la personne n'est plus aux affaires ou qu'elle est renvoyée dans l'opposition, il peut arriver qu'exceptionnellement une enquête longue et difficile soit menée et que bien des années plus tard, si tant est qu'un jugement soit prononcé, gageons que celui-ci ne se prononce qu'à l'encontre d'un subalterne fidèle serviteur dudit politique dont la probité ne peut être remise en cause.
Cela ne vous fait pas penser à un autre point commun avec ces régimes dits totalitaires?!.

Oui mais, la démocratie, c'est le vote populaire.

Là encore, on peut commencer à se poser des questions lorsqu'au terme d'élections, et les partis et les candidats qui ont récolté le plus de voix ne sont ni élus ni représentés.
Cela se produit régulièrement aux élections locales, communales, régionales en Europe et cela est même arrivé aux Présidentielles US (épisode GW Bush).
Combien de fois, des coalitions contre-nature ont renversé la majorité passée ou sortie des urnes au mépris des votes populaires sans que cela choque outre-mesure ces chantres de la légitime représentativité!.
Mais une place rémunérée et les honneurs y adossés valent bien quelques aménagements avec la morale, non?.

De la même manière, on peut douter non seulement des compétences mais surtout de la capacité pour quelqu'un qui a fait tout son parcours au sein d'un parti, d'une doctrine, d'une vision radicalement opposée à l'autre ou aux autres opinions et idées de ce que par le miracle de l'accession au pouvoir il devienne subitement "universel" et ouvert aux besoins de ceux qui, par malheur, n'ont pas voté pour lui.
D'autant plus, si celui qu'on appellera Président a la possibilité de gouverner sans partage grâce à une majorité qui affiche couleurs et convictions communes car produites par le même parti.
Ne serait-ce pas là encore une forte ressemblance avec les régimes totalitaires?.

Que penser lorsque le droit de manifester se veut indiscutable lorsque les partis de gauche et leurs satellites, les syndicats, sont dans l'opposition alors qu'une fois au pouvoir, le président qualifie de ringarde, politisée, extrémiste une protestation sur un sujet de société censé concerner la nation entière, à savoir le mariage "pour tous" (plus politiquement correct que mariage "gay") et que l'autre manifestation qui refuse l'installation d'un aéroport à N-D des Landes se voit méprisé par ces mots présidentiels: "le droit de manifester, certes, mais la force reste au droit"! ou en termes plus explicites: Circulez, il n'y a rien à voir.
Le mépris pour la population atteint son paroxysme lorsque certains évoquent la non pertinence d'organiser des référendums sous prétexte que les gens (probablement trop idiots à leurs yeux) répondraient systématiquement à une question non posée ou qu'ils n'auraient pas compris la portée de la question...surtout si les sondages donnent une probabilité de rejet dudit projet soumis au référendum.
Et d'ailleurs, même en cas exceptionnel de référendum, rappelons-nous du traité européen, si le résultat n'est pas conforme à la volonté politique, on l'annule, on recommence et, au besoin, on légifère au mépris de cette consultation populaire.
Certes, les consultations dans les régimes totalitaires sont inexistants mais si, au final, les régimes démocratiques n'en ont cure, où est la différence sinon dans la prise de conscience par une partie importante de cette population de l'arrogance des dirigeants qui de plus en plus considèrent qu'ils ne représentent qu'eux-mêmes et au maximum un cercle proche à l'instar des dictateurs tant honnis.
Ceci dit, et malheureusement sans le moindre poujadisme, on peut les excuser de tant de suffisance à estimer les capacités de réflexion intellectuelle plutôt minimales lorsqu'on comptabilise le nombre de dépassements de délais et budgets (pots-de-vin compris) enregistrés sur quantité de chantiers parfois utiles souvent somptuaires et quelquefois si inutiles qu'ils restent inachevés sans que cela ne provoque ni enquêtes, ni mises en cause ou recherches en responsabilité et que, cerise sur le gâteau, ces élus et leurs partis ne soient sanctionnés par l'électeur pavlovien qui se satisfait d'en parler au café du commerce mais qui, pour autant, ne modifie pas son vote.

Ingérence internationale de la démocratie.

Sous couvert d'émancipation des peuples, de leur besoin d'accéder aux privilèges de la démocratie, eux, pauvres malheureux qui sont restés sous domination de dictateurs dont les revirements d'alliances anti-occidentales nous ont subitement faits prendre conscience de leur cruauté envers ces peuples que nous ne connaissons pas mais qui sont devenus nos "amis", l'Occident déploie forces armées et suivant les cas tuent ces vilains exploiteurs afin de laisser le peuple enfin libre...de tomber sous le joug d'une forme de pouvoir encore plus radicale et sectaire parce qu'ethnique et religieuse.
Malheureusement pour l'anecdote, il est utile de rappeler aux Bisounours, victimes de la guerre des images manipulées qui a, par exemple, oublié et passé sous silence que le (faux) massacre de Timisoara en Roumanie a permis l'exécution de Ceausescu et de sa femme grâce aux corps sortis d'une morgue filmés avec force pleurs et indignation occidentale, que la population des "Printemps arabes" (sur)vivait mieux et avec plus de liberté notamment pour les femmes en termes de liberté de mouvement et de scolarisation ou qu'une certaine tolérance envers d'autres confessions ne les exposaient pas systématiquement à l'exode comme c'est le cas depuis que le vent de la soi-disante liberté démocratique y a soufflé!.
Alors que le choix entre dictature politique et dictature religieuse ne satisfait que ceux qui détiennent le pouvoir, on peut déplorer l'hypocrisie des "puissances" internationales qui feignent de croire au bénéfice, pour une population soumise, à ces bouleversements violents et destructeurs.  

Mais là, il ne faut plus trop en demander à nos valeurs d'ingérence démocratique car cela mettrait en lumière l'irresponsabilité en regard de l'Histoire de ces dirigeants, apprentis-sorciers qui finiront, une fois leur mandat achevé, par s'apercevoir qu'ils ont réussi à déstabiliser leurs propres pays en y important les conflits qu'ils ont activés dans des zones et régions qu'ils ne maîtrisent plus du tout.
Mais d'ici là, ils pourront toujours accuser leurs successeurs de laxisme et de manque de capacité à protéger leurs populations.
Alors quand certains ne se plaisent qu'à souligner, par exemple, le manque de démocratie de ce pouvoir chinois qui maltraite, entre autres, les tibétains qu'ils se disent d'une part que la Chine, historiquement a tué beaucoup moins de femmes, enfants, vieillards...que l'Occident colonisateur et interventionniste et que d'autre part, les tibétains sont factuellement plus victimes de la féodalité du pouvoir des moines qui veut préserver ses acquis et privilèges plutôt que de participer à l'ouverture au monde de la Chine.
Paradoxal de constater que ceux qui prônent l'intégration à marche aveugle et forcée de populations qui revendiquent peu ou prou le droit à une certaine autonomie soulignent que ceux qui y seraient réticents ne le sont que parce qu'ils rejettent ce qu'ils ne connaissent ou n'ont envie de connaître alors même qu'ils s'autorisent des jugements de valeur et de bonne gouvernance à un pays, proche première puissance mondiale avec une population de plus d'un milliard d'individus ce qui, sans la politique volontariste de planning familial serait encore bien plus importante et qui montre, en passant, le haut degré de responsabilité des dirigeants de ce pays.
Alors, messieurs, mesdames les politiciens "démocratiques", il serait temps de "balayer" devant votre porte car le tas d'immondices commence à devenir si imposant qu'il rend votre pouvoir assez opportunément...obscur, presque totalitaire, non?!.

Relation(s) Presse et Politique.

Commençons par le plus léger, quoique...
Lorsqu'il s'agit de rapports! privés en concernant l'irrésistible et régulier attrait entre une journaliste et un homme politique dont le point commun le plus visible est l'âge voire le charme inversement proportionnel de l'une vis-à vis de l'autre, on pourrait s'en amuser sauf que quelques secrets d'alcôve révélés ont généralement des effets désastreux tant sur la carrière politique personnelle que sur la crédibilité supposée de l'appareil politique en général...et ce n'est pas Petraüs qui le contredira!.
Plus sérieusement, l'essentiel de la différence entre les deux régimes tient à la diffusion et à l'accession de l'information avec schématiquement le régime totalitaire qui verrouille les canaux de diffusion et contrôle l'info via une chaîne d'état totalement soumise alors que les démocraties laissent la liberté de diffusion et de recherche de l'information à tous médias nationaux et étrangers sans oublier l'Internet et ses nouveaux moyens notamment les réseaux sociaux.
Et à ce propos, on peut commencer à s'interroger sur ce qui ressemble à une tentative de contrôle par de nouvelles mesures et lois, sous couvert bien entendu de protection de la vie privée des internautes, de la circulation et publication de photos, vidéos qui sont postées directement par des "témoins" directs de l'événement.
En cela, les pouvoirs politiques et même certains médias qui, sous certains aspects de proximité financière avec le pouvoir, ne verraient pas d'un mauvais oeil une restriction partielle voire une censure de ce formidable véhicule de libertés qu'est le Net qui aura, pour partie, déstabilisé tant les pouvoirs totalitaires que les pouvoirs démocratiques.

Sortez les piques, coupez les têtes...qui dépassent.

Au sens étymologique, la démocratie (née en Grèce) est-elle vraiment si différente dans son fonctionnement vis à vis d'une dictature car hormis que le choix des citoyens est la plupart du temps limité à deux partis (droite-gauche), ne faut-il pas s'inquiéter de cette tendance émanant essentiellement des partis de gauche notamment français qui par rareté du pouvoir (1789, 1981, 2012) ont appris tout la force que la désinformation et la répétition de thèmes simplistes pouvaient avoir sur le peuple au point que lorsqu'ils assument, à leur tour, la plus haute charge, leurs craintes de subir eux-mêmes des critiques acerbes, injustifiées, les conduisent, comme on le constate aujourd'hui, à tenter de museler tout qui se permet de contester leur politique.
A titre d'exemple, en quoi les incessants rappels, durant 5 ans, d'un dîner somme toute privé et bien compréhensible pour quelqu'un qui malgré quelques vicissitudes de parcours accède enfin à la présidence de la République, justifie t'il de devenir le thème de campagne central occultant toute analyse objective d'une situation économique et financière catastrophique?.
Et pourtant, c'est ce qu'a su faire la gauche et ses satellites habituels jusqu'à l'overdose médiatique et avec le résultat que l'on connait.
Alors, bien sûr, la "normalité" se voulait être un rempart contre des critiques liées à la forme qui ne surent résister longtemps au fond qui très vite se révéla délétère, insultant envers tous ceux, élus politiques, patrons, artistes, journalistes qui osent ne pas apprécier béatement toutes les mesures surtout quand celles-ci faisaient préalablement l'objet de mises en cause ou d'insultes quant à d'éventuels manquements cependant non avérés de patriotisme (fiscal) dont tout à coup la liberté de circulation des biens en des personnes garantie par les lois nationales et européennes, même aux clandestins, leur serait spécifiquement interdite, d'analyses journalistiques insuffisamment complaisante à l'égard de la pensée unique gouvernante ou de gestion non philanthropique des affaires et de sociétés en principe privées alors même que les principaux gaspillages budgétaires et dépenses somptuaires sont presqu'exclusivement l'oeuvre de l'état et des régions qui n'ont visiblement de compte à rendre à personne!.
Et si certaines mesures typiquement idéologiques  semblent improductives, contraires aux droits fondamentaux et/ou en concurrence avec celles en vigueur auprès de tous les autres pays européens, les dirigeants français, ne se remettant nullement en question, tentent d'imposer aux autres ces contraintes afin que les fausses bonnes mesures nationales puissent se maintenir, ce qui au sein d'une Europe non démocratique soumise aux lobbys et rapports de force nationaux ne pose généralement aucun problème.

Au final, la frontière entre ces types de régimes s'amenuisent même s'il reste évident que la vie individuelle reste, encore pour l'instant, plus libre et mieux protégée au sein des démocraties.

 

Article sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : democratie, societe, politique, france, europe, mondial | |  Facebook | | | | Pin it! |