10/08/2009

Croyances et Libertés: Cheval de Troie en Occident.

Religions

 

 

 

 

La fin des régimes démocratiques serait-elle programmée?.

 

 

A l'évidence, depuis la toute fin du XXè siècle et surtout en ce début du XXIè siècle, les croyances religieuses et/ou sectaires, dont on aurait pu supposer (espérer?) qu'elles soient réduites à une frange minoritaire de la population mondiale moins instruite ou dont l'accès aux techniques de l'information mondiale était limité, finissent par s'imposer comme un pouvoir politique et militaire autoritaire et sans partage avec le pouvoir dit civil et ce jusqu'en nos contrées rendues probablement vulnérables notamment par une défense à outrance de certaines libertés individuelles au détriment d'une cohésion sociale acquise péniblement au terme encore récent d'une histoire riche en conflits douloureux et coûteux en vies humaines.

Il n'est pas fortuit de faire un parallèle entre une remise en cause progressive des valeurs essentiellement matérialistes basées sur la responsabilisation individuelle et sur quantité de progrès technologiques pensés et développés par la génération des "baby-boomers" misant essentiellement sur la foi en l'homme, qui intervient au moment où celle-ci s'efface petit à petit face aux générations actuelles qui n'ont, de fait, connu qu'une relative facilité d'accès à quantité de biens et de services dans un environnement de paix globale peu propice au dépassement de soi, à l'innovation ainsi que tout simplement à l'impérieuse nécessité de reconstruire ce qui a été détruit.

 

Tout ce qui n'est pas interdit est (donc) autorisé.

 

Tout d'abord, il est souvent fait la différence entre sectes et religions sans que ni les unes ni les autres ne fassent légalement l'objet d'une classification d'honorabilité autorisant les exclusions de pratiques et de prosélytisme fallacieux d'autant que l'on peut supposer que toute religion aujourd'hui bien établie n'ait été à ses débuts considérée comme une secte tant elle contrariait, déjà à l'époque!, les pouvoirs politiques civils.

Le paradoxe veut que ce soit dans les pays à régimes laïques qu'il y ait le plus de lieux de culte mais aussi le plus de revendications et plaintes pour discriminations supposées à l'exercice desdits cultes alors même qu'il est notoire qu'aucun des pays à régimes religieux ne protègent voire tolèrent la pratique de religions autres que celle prônée par le pouvoir "politico-religieux" en place. 

A présent, et sous couvert de cette "sacro-sainte" liberté occidentale de pratiquer en tous lieux son culte, une nouvelle brèche vient de s'ouvrir en "exhibant" le port de signes et vêtements hautement reconnaissables et dont certains heurtent la plupart des concitoyens européens, en ce compris les pratiquants de ces religions, dans ce qu'ils affichent une certaine agressivité visuelle quand symboliquement ils ne sont pas, au minimum, attentatoire à l'égalité entre les sexes par ailleurs si vigoureusement défendue en tous autres domaines.

On peut aussi s'étonner de cette pression constante de mouvements anti-"tout" qui harcèlent les pouvoirs des différents pays européens, d'origine chrétienne, à supprimer tout signe religieux en tous lieux publics, d'applaudir, sous couvert de liberté d'expression et ou de l'art?! aux différentes insultes et moqueries à l'encontre des symboles chrétiens, de soutenir n'importe quel projet de reconversion d'église dont la fréquentation certes en baisse en ce qu'elle résulte tant de l'adaptation à une certaine modernité de la religion catholique qu'à l'évolution de l'instruction ,de l'éducation et aussi à l'attachement des citoyens européens à des valeurs plus matérielles que spirituelles.

Par contre, pour ces Bisounours du politiquement correct, défenseurs acharnés du multi-cultualisme, qu'on ne touche à aucun des préceptes séculaires, hors du temps présent et quelquefois en opposition totale aux lois (jusqu'à présent) votées démocratiquement mis ostensiblement en avant par les adeptes d'autres confessions.
Quitte à prôner le droit au respect de tenues dites religieuses pour les femmes, de pratiques d'abattage d'animaux contraires au droit européen ou de séparation en fonction du sexe pour la pratique de sports sans que cette brève énumération ne choque le moins du monde ceux qui se montrent pourtant si tatillons voire laïques à l'encontre de la (toujours) première religion d'Europe!.   

 

Droit à la différence, pas à l'indifférence...

 

Notons, à ce stade, que seuls ceux qui seraient tentés de souligner ces différences de traitement peu conformes aux principes républicains seraient passibles de poursuites pour racisme, xénophobie et autres qualifications soucieuses, parait-il, de préserver une soi-disante paix sociale.

Finalement, en termes de répression "vestimentaire", il ne reste que la nudité, hors lieux voués à ce mode de vie, qui soit sanctionnée.  

Dommage...parfois. A quand la création d'une secte: Les "adorateurs d'Eve"!.

Ne subirait-on pas déjà les premiers effets de ce mouvement de recul des libertés féminines fortement encouragées par certains intégristes de tous bords, par ailleurs fort nombreux à surfer sur les sites "charme", dans ce qui apparait en filigrane comme un tout récent changement en ce qui concerne le port? du monokini sur les plages au profit du bikini moins sujet aux quolibets et harcèlements assez vulgaires émanants des mêmes décrits plus haut..

A quand la mode du burkini...créé par Lacroix! (Christian) dérivé de ce vêtement qui pour d'aucuns représente une sorte de confessionnal ambulant voire de prison pour femme soumise.

Plus sérieusement, il n'y aura de réel respect pour toutes les religions au sein d'états laïques que lorsque leurs pratiques ne seront à la fois que privée et/ou confinées dans des lieux prévus à cet effet et sous l'autorité juridique et le contrôle financier de l'Etat.

Hors de ce cadre, les dérives seront de plus en plus fréquentes en ce qu'il s'agit de plus en plus visiblement pour certains de tester notre capacité à sanctionner ou au minimum recadrer légalement ces provocations visant, in fine, à la déstabilisation de nos institutions voire à leur remplacement.

Que ceux qui, actuellement, considèrent ces prises de position et inquiétudes comme exagérées voire bêtement racistes parce que ces manifestations vestimentaires et confessionnelles sont encore aujourd'hui largement minoritaires se rappellent l'attitude d'autres qui minoraient la portée des actions et propos de certains: Hitler, Staline et autres "guides" de triste mémoire pour les peuples qui les ont ou les subissent encore de nos jours.

D'autant que pour ces tenants de concepts totalitaires et quelquefois religieux, la protection de leurs libertés ne vaut que tant qu'ils ne représentent que la minorité car une fois au pouvoir les libertés tant réclamées ont bizarrement une fâcheuse tendance à disparaître.

L'adage selon lequel la liberté des uns s'arrête là où commence la liberté des autres ne s'appliquerait-il plus qu'en fonction de la capacité de mobilisation et de nuisances politiques pour quelques groupes au regard d'un vacillant et très délicat maintien de l'ordre, pour le moins, dans certains quartiers quitte à frustrer ceux qui ne disposent pas des réseaux ou du temps nécessaire pour se faire entendre.

Fais ce que je te dis mais ne regarde pas ce que je fais.

 

Ou comment imposer par la force à autrui et ailleurs ce que nous ne pouvons régler chez nous-mêmes.

Que dire aussi de cette forme de déresponsabilisation politique confinant à l'arrogance qui, telle une fuite dans l'inconnu, consiste à croire que nous, Occidentaux, avons le pouvoir et le savoir universel et que ceux-ci doivent s'appliquer par la force aveugle si besoin aux autres peuples censés en avoir besoin pour leur épanouissement futur.

Préconiser à ce titre le pouvoir d'ingérence revient à pérenniser une forme de présence armée post-coloniale qui, à raison, irrite secrètement ou publiquement ces populations victimes de notre suffisance d'autant que notre propre système de valeurs a tendance à se lézarder donnant à ceux que nous combattons la possibilité de nous miner à l'intérieur de nos propres institutions.

Les tout récents événements d'occidentaux emprisonnés, jugés et finalement remis ou non à nos dirigeants devenus samaritains de l'oecuménisme (B.Clinton en Corée du Nord) ou l'universitaire relookée (Clotilde Reiss) contrainte de se confondre en excuses au sein d'un simulacre de tribunal et bien d'autres exemples encore qui ne font que confirmer le ressentiment profond pour ne pas dire la haine ainsi qu'une volonté affichée d'humilier un Occident affaibli associé à des valeurs décadentes, décriées par une proportion non négligeable de sa propre population, pour des régimes théocratiques au pouvoir qu'il serait dangereux de continuer à sous-évaluer.

 

Conclusion

 

L'Occident et plus particulièrement l'Europe a connu par le passé encore assez récent nombre de conflits et de régimes totalitaires et il serait malvenu de penser qu'un demi-siècle de paix nous mette définitivement à l'abri d'une possible mise en chantier de manoeuvres certes lentes mais obstinées de décrédibilisation de nos différentes règles organisationnelles provoquant à terme plus ou moins lointain une série de troubles aux relents confessionnels, communautaires qui, nourri de nos laxismes, détruirait tous les liens sociaux difficilement voire artificiellement tissés entre toutes les composantes de nos sociétés riches de leurs différences. 

Article écrit par Pol et Mick.

Autre article sur le même sujet, cliquez  ICI

 

 

INFO-Commentaires:

Vous avez lu cet article et vous voulez y contribuer par un commentaire et/ou un vote: Rendez-vous sur le site AGORAVOX qui a publié cet article en cliquant  ICI

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : societe, religions, politiques, bill clinton, clotilde reiss | |  Facebook | | | | Pin it! |

22/12/2008

XXIè siècle: Religions, sectes et terrorismes.

Islamisme

 

 

 

 

 .

.

Religions:  "Opium du peuple" ou "Calumet de la Paix"!.

A force de voir non pas des nains mais bien des terroristes partout, la "croisade anti-terroriste" de la fort peu regrettée administration Bush aura permis de créer un front islamiste mondialisé plus déterminé que jamais à détruire les "valeurs démocratiques" des sociétés laïques caractérisées par un niveau de développement économique et financier certes imparfait mais néanmoins mieux réparti entre les citoyens disposant de libertés de mouvement et d'expression ainsi que par une progressive recherche d'égalité entre les êtres (femmes et hommes) très peu garanties dans la plupart de ces sociétés théocratiques.

C'est la raison pour laquelle, on peut compter parmi les ennemis des tenants de l'intégrisme islamiste tant les sociétés occidentales en général que la plupart des régimes "musulmans" du Moyen-Orient.

N'oublions pas que les principales victimes de ces attentats sont toujours en premier lieu les populations souvent musulmanes dont le seul tort est de vivre dans des pays dont les dirigeants sont perçus par les islamistes comme inféodés aux puissances du mal occidental ou du grand Satan qui, faut-il le souligner, se comportent trop souvent de manière néo-colonialiste en s'installant comme "forces de paix" au mieux ou comme envahisseurs au pire en fonction d'intérêts stratégico-économiques.

Démocratie Copier-Coller

A moins d'être dupe ou très naïf, les discours sur l'impérieuse nécessité de propager, y compris par la force qualifiée de paix!, la démocratie toute occidentale ne résiste plus, singulièrement depuis l'invasion de l'Irak, à un minimum d'analyse factuelle d'un impérialisme dont l'efficacité sur le terrain aura, malheureusement pour l'avenir de l'Occident, montré ses limites face à une violence aveugle et déterminée de groupes terroristes à présent fédérés de facto dans une cause commune.

Comparaison n'est pas raison mais trouverions-nous légitime que la Chine, première puissance mondiale, veuille exporter et nous imposer son organisation de la démocratie à travers le monde au gré de ses besoins stratégiques ou de ses velléités hégémoniques?.

De même, comment peut-on raisonnablement défendre le droit d'auto-détermination des peuples de par le monde quand certains de nos pays accordent à leur seul bon gré l'indépendance aux uns en la refusant à d'autres... ou que soit rappelé la nécessaire égalité entre hommes et femmes en fustigeant le port "obligatoire" de la burka et autres voiles exigés par les us et coutumes religieuses en vigueur dans ces pays alors même qu'ils sont de plus en plus tolérés dans nos propres écoles, entreprises et administrations diverses, offrant ainsi aux plus intolérants l'opportunité de saisir les tribunaux nationaux jusqu'à la Cour européenne, sans oublier la dernière "anecdote" concernant l'annulation pour cause de non-virginité de la femme d'un mariage musulman (par parenthèse, la virginité semblerait exclusivement réservée aux femmes) et tout cela sous la fallacieuse excuse d'un droit individuel plutôt accommodant suivant les risques d'explosion sociale et/ou de manifestations et autres déprédations plus ou moins importantes risquant de porter atteinte à notre "sacro-sainte!" cohésion sociale. 

Dis-moi en qui tu crois et je te dirai qui tu..er!.

Il est consternant de constater que, grâce au détournement de la foi en un hypothétique au-delà meilleur, prenant prétexte d'un asservissement à telle ou telle religion, croyances ou sectes, certains "dignitaires et guides" visiblement moins pressés de rejoindre eux-mêmes ce supposé monde des morts, réussissent encore, au XXI siècle!, à conditionner les comportements d'individus jusqu'à les pousser à un suicide le plus dévastateur possible alors même que ceux-ci se plaisent à répéter à l'envi que les préceptes de toutes les religions l'interdisent formellement.

A priori moins significatives en nombre de morts, il n'est pas inutile de souligner que pour certains "opposants", être victime d'une fatwa (avis religieux musulman) s'assimile la plupart du temps à devoir mener une vie isolée et soumise à de strictes conditions de sécurité ôtant toute liberté de mouvements et de contacts privés somme toute assez proche de celle que doivent vivre? ceux qui font l'objet de "contrats" délivrés par la mafia.

Pour rappel: Salman Rushdie (Versets sataniques) en 1989, Talisma Nasreen en 1993 mais aussi plus insolite Mickey! Disney en 2008.

Autant le racisme politique et/ou individuel est assez facile à combattre du fait qu'il s'exprime publiquement, autant le racisme religieux risque de progresser de manière importante et probablement incontrôlée car il relève de croyances privées et c'est pourquoi, dans nos sociétés laïques, il est fondamental et relativement urgent de ne  tolérer sa pratique et son enseignement conforme aux valeurs des pays hôtes que dans des lieux appropriés et proportionnels au nombre de "fidèles" afin d'éviter et sanctionner tout prosélytisme public émanant de quelque religion sans la moindre distinction.

Le jour du saigneur...

On relèvera que la religion musulmane interpelle plus particulièrement nos sociétés laïques de par sa délicate dualité entre un islamisme terroriste qu'elle condamne sans toutefois réussir à y mettre fin au seul nom de ses propres valeurs et les revendications répétées d'une visibilité, ne fut-ce que vestimentaire, qui la différencie nettement des autres confessions plus intériorisées avec pour corollaire qu'elle "profite" au mieux d'un mélange de craintes et aussi d'intérêts économiques pour affirmer son intouchable discours en s'arrogeant le droit supra-national de sanctionner politiquement et économiquement des états et/ou de menacer physiquement des individus qui, selon elle, auraient blasphémés leurs préceptes religieux tant par des écrits, opinions que par des dessins ou caricatures...

A ce propos, il ne serait pas inutile que dans toute société laïque on veille enfin à préserver bien plus rigoureusement une stricte égalité entre toutes les croyances y compris quant à la tolérance de certaines images, photos, films dégradants pour les autres religions juives, protestantes et chrétiennes dont on sait que la virulence et l'efficacité des "sanctions" ne sont au pire que dialectiques avec de plus une décroissance de leurs pratiquants en perte de repères sachant, impartialité oblige, qu'aucun dignitaire ou guide se référant à ces religions ou croyances précédemment citées n'incite, à ce jour, ses "fidèles" à porter des bombes en guise de bonnes paroles!.

Anecdotiquement pour certains mais sera-ce toujours le cas, on notera qu'au calendrier des pays occidentaux dits laïques, ne sont reprises et fériées que les dates chrétiennes...

L'avenir de l'humanité tient surtout à son degré d'instruction et à la capacité de tolérance qui en découle en replaçant l'individu avec ses droits mais aussi ses devoirs au sein d'une société multiple respectueuse de toutes ses différences et capable d'une factuelle analyse critique et comparative sans qu'immédiatement ne lui soit accolée l'opportune étiquette de racisme. 

Paradoxalement et comme le montre l'actualité récente, victimes de nos libertés et de nos carences à traiter nos propres conflits et émeutes domestiques trop rapidement qualifiés d'identitaires, de sociales ou de communautaires, il est probablement exaspérant pour certains de constater que lorsqu'il s'agit de pays, à priori, indépendants et responsables de leurs propres choix fussent-ils contraires à nos principes mais situés dans des régions géo-stratégiques ou à fort potentiel géologique, nos gouvernements démocratiques affichent un grand souci humanitaire de traiter ces mêmes problèmes le plus souvent par la force militaire.

A l'heure de la mondialisation des informations, de telles disparités de traitements risquent fort de nous amener à connaître à l'intérieur de nos frontières une convergence de violences labellisées du sceau d'un soi-disant terrorisme aux revendications hétéroclites qui se montrera tout d'abord déstabilisateur pour s'achever, à moyen terme, par une destruction totale ou partielle de nos institutions offrant ainsi un terreau fertile à ces mêmes régimes que nous disons combattre mais qui ne nous sont pourtant pas si inconnus au regard de notre propre histoire.

En conclusion, il faut souligner que terrorisme et lutte anti-terrorisme servent aussi des intérêts politico-économiques et industriels tant dans des régions rendues instables dans lesquelles une reprise en mains idéologique forte est quelquefois, in fine, souhaitée par ceux-la mêmes qui jusqu'alors les combattaient en alignant des coalitions sur-armées et aux budgets de dépenses en conséquence tout en étant incapables d'obtenir le moindre résultat si ce n'est, comme toujours, un nombre de tués militaires et civils bien trop élevé.

 

 

Article écrit par Pol et Mick...

Publié dans Société: Comportements, Société: Evolution | Lien permanent | Tags : societe, terrorisme, politique, religions, sectes | |  Facebook | | | | Pin it! |

04/06/2008

Religions: Opium du peuple.

Religions...jpgReligions.jpg

 

-

Tout n'est que paix..., ceci est à croire sinon...!.

 

Comment expliquer les récentes réactions de violence de certains musulmans suite à l'exposé théologique au sein d'une Université de Benoît XVI faisant référence à un texte datant du XIVème siècle.

Dans un premier temps, on pourrait le regretter comme il en a été pour les caricatures malheureuses publiées au Danemark.

Mais alors comment cautionner le discours d'éminents représentants de cette très respectable religion visant à stigmatiser les discours de personnalités non musulmanes qui associeraient erronément Islam et islamisme alors que dans le même temps, ces représentants ne déplorent pas très vigoureusement les actes tels que celui de brûler un mannequin (en tissu) représentant le chef spirituel d'une autre religion ou encore la fatwa envers l'écrivain Mr Rushdie, l'égorgement du cinéaste Mr Van Gogh, meurtre de religieuses et enfants chrétiens...

 

Comment dissocier le discours qui nous assure de la bienveillante tolérance de la foi tout en organisant soit implicitement soit explicitement des manifestations et des actes dont la violence et la haine sont à ce point exaltés. 

 

Les sociétés occidentales, démocratiques sont-elles contraintes de permettre la pratique et les représentations visibles de la foi dans d'autres lieux que ceux exclusivement réservées à sa manifestation personnelle et légitime ou bien ne doit-on pas constater que dans la tolérance confinant à la permissivité se trouve notre faiblesse.

 

La laïcité de nos états devrait nous inciter à ne pas nous moquer des religions et faire preuve d'autant d'attentions envers par exemple les religions juives ou chrétiennes que nous semblons en avoir envers la religion musulmane.

Il est vrai que les réactions des "fidèles" des autres croyances sont inexistantes et qu'elles ne poursuivent pas, menacent ou tuent, entre autres, certains humoristes en mal de répliques.

Il serait peut-être utile de rappeler à certains que les non-croyants n'ont pas vocation à être convertis coûte que coûte et qu'eux aussi méritent le respect.

 

Toutes les libertés que les seuls pays démocratiques connaissent sont visiblement combattues tant à l'extérieur par des pays dont les principes religieux sont supérieurs à tout autre forme de gouvernement qu'à l'intérieur par des avancées sensibles sur les acquis laïcs de nos contrées

Depuis 1789, le droit divin a été aboli et la Constitution votée...pour rappel!.

Rappelons également à ceux qui en douteraient qu'aucune liberté n'est dominante et que la liberté de parole, d'expression, de pensée en font partie.

 

De la même manière qu'il est utopique de prétendre imposer, surtout par la force, un mode de gouvernance à un autre et on en mesure à peine les conséquences en Irak ou en Afghanistan, de la même manière les religions devraient afficher, pour l'ensemble de leurs fidèles dont tous n'affichent pas un niveau intellectuel leur permettant le recul suffisant, un respect et une entente indéfectibles.

Dans un autre registre qui fait l'actualité honteuse de l'église catholique, ne doit-on pas s'étonner que seule cette religion soit, apparemment, la seule à produire des pervers sexuels tout en soulignant que la plupart des sévices auraient été perpétrés voici une quarantaine d'années, ce qui n'atténue en rien la gravité mais peut interpeller quant à la recherche de la preuve et de l'opacité ou de la bienveillance dont bénéficient les autres cultes.

D'autre part, la presse et les politiques seront-ils aussi justement virulents lorsque de semblables scandales seront mis au jour au sein d'autres religions, sectes ou cercles politiques visiblement moins propices à la transparence?.

 

Charia über alles

 

Il est évident que, sous l'aiguillon de la religion musulmane qui tente avec un certain succès d'importer progressivement les principes d'une foi dictant les modalités d'une loi en fonction de considérations et coutumes ancestrales et religieuses, d'autres confessions dont en premier lieu la foi catholique qui, en perte d'influence parallèle à la décadence occidentale, se verraient bien tentées de reprendre un discours plus politique dans l'espoir de réaffirmer un minimum de principes censés régir la société au nom d'un droit divin supérieur à celui des hommes (et des femmes!) ouvrant par là même une boîte de Pandore de laquelle ne sortiront qu'obscurantisme, régression, émeutes, conflits et guerres de religions impliquant des masses d'individus fanatisés par ces nouveaux gourous.

Une image valant mille mots, on soulignera que lors des voyages officiels ou reportages télévisés, les femmes occidentales portent voile en "respect" ou soumission? aux us et coutumes locales et religieuses, qu'elles soient ministres ou femmes de ministres et chefs d'états jusqu'à la dernière visite de la reine d'Angleterre (pieds nus et moustiquaire sur la tête) en visite à Abu Dhabi.

A l'inverse, avons-nous vus une seule femme de pays musulmans, ministre ou épouse de ministre et chef d'état ôter ce voile en signe de "respect" ou soumission? non pas aux coutumes religieuses mais bien aux lois des pays visités?.

Les "politiquement corrects" apprécieront l'hypocrisie des hommes occidentaux incapables d'assumer leurs valeurs face à ce que les "tristement objectifs" considéreront comme de la lâcheté mercantile qui préfère renier ses valeurs morales au profit des valeurs financières et commerciales...!.

Un mot d'humour pour conclure:

De là à constater que, de facto, la religion musulmane supplante toutes les lois démocratiques ou non ainsi que toutes les autres religions, il n'y a qu'un petit pas pour l'homme mais un sacré! bond pour l'humanité.

Toutes les religions sont dignes de foi...y compris celle (athéiste) qui ne croit pas en un ou plusieurs dieux censés avoir créé(s) le monde, l'humanité et tout ce qui l'entoure.
De même, convient-il de redire qu'au départ toutes les religions aujourd'hui si respectées, respectables peut-être, n'étaient que des sectes dans lesquelles on se plaisait à suivre un "guide" auto-proclamé affublé de quelques miracles et autres paroles "savantes" surtout admiré de par, soit son autorité naturelle, soit parce que sensiblement plus érudit que la moyenne.
Comme on en rencontre encore dans des contrées reculées qui respectent les ordres les plus sensés ou non d'un sorcier.
Actuellement, vouloir différencier religions "anciennes" et sectes "nouvelles" sur base de critères subjectifs définis dans la loi revient à en discriminer certaines (scientologie) voire authentifier celles qui, on ne peut en être certain, ne sont potentiellement rien de plus qu'une fantastique mystification qui, au fil du temps, a réussi, comme le feront ces nouvelles sectes, à s'installer dans la mémoire et la pratique collective.
La seule différenciation déterminante en matière de religion et/ou de sectes aurait dû être, comme pour tout citoyen du monde, que toute personne qui se dit "guide" avec pour dessein de conditionner un individu ou un groupe, via une interprétation volontairement erronnée et restrictive des écrits, livres préceptes, dogmes à des fins de plaisirs et/ou enrichissement personnel ou dans le but d'instaurer par la force un régime religieux ayant force de lois, devrait être poursuivie, sanctionnée et emprisonnée après jugement publique
Sauf que...cela risque de déstabiliser nombre de régimes actuels qui ne subsistent que par ce type d'endoctrinement.
Tout au plus, pourrait-on éviter que d'autres peuples y compris européens n'aient à subir prochainement un même sort peu enviable vis-à-vis de ce que l'évolution de la civilisation humaine est en droit d'attendre notamment au regard de la liberté individuelle et du libre arbitre chèrement acquis au prix de massacres et de pertes considérables lors de conflits religieux.

 

A vos prières et à vos sornettes.... 

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : infos, libertes, religions, societe | |  Facebook | | | | Pin it! |

02/04/2008

Libertés individuelles: Un leurre.

infos,libertes,societe.

Retour vers le...passé

En premier lieu, nous constatons que les changements intervenus au cours du temps dans la manière de communiquer l'information ne sont pas révélateurs de flagrants progrès dans le domaine de l'objectivité des faits transmis au public.

 

DU PAIN ET DES JEUX

 

La célèbre expression des Romains semble toujours d'actualité au XXIème siècle.

Offrir au peuple des distractions permettant de canaliser un trop plein d'énergie issu quelquefois de la difficulté pour les moins bien lotis de subsister tout en leur assurant un minimum de confort de vie autorisait le pouvoir à lever des fonds pour alimenter des conquêtes étrangères longues et nombreuses .

 

Détourner l'attention du peuple et de certains de ces représentants d'une situation économique et sociale désastreuse au profit de conflits dans lesquels la notion de patriotisme fait passer pour traître tout qui oserait mettre en doute le bien-fondé d'une telle politique.

Cette politique est ancienne, universelle et nullement propre à tel ou tel modèle de société au point que son efficacité pousse des régimes à priori antagonistes à l'appliquer de manière identique.

 

Individualité synonyme de liberté ?

 

Malgré une accélération de la mise en place de moyens de communication et de médias censés nous délivrer une information en temps réel au coeur de l'actualité, nous constatons que l'objectivité des informations n'est nullement garantie et très vite sujette à des interprétations ou communiqués officiels qui réorientent l'esprit trop critique vers ce que l'on appelait voici quelques temps, la pensée unique.

 

Le pouvoir politique supplantant le pouvoir économique utilise la quantité d'informations personnelles que nous fournissons en utilisant tour à tour et grâce au regroupement et recoupement, les données de nos différentes cartes à puce médicales, professionnelles, privées et commerciales aux fins de contrôle individuel de manière bien plus efficace que les antiques cartes de partis ou de syndicats qui, au vu de certains faits récents, peuvent néanmoins et encore toujours attribuer quelques avantages.

A la différence des campagnes ciblées de diverses chaînes de distribution qui, tenant compte de nos préférences de consommation, ne nous incite qu'à l'achat de produits ou services individualisés.

Face à de telles pratiques, nombreuses sont les associations qui réagissent en stigmatisant les dérives de cette société visant à conditionner un individu apparemment totalement dénué de tout esprit critique et incapable de résister à la moindre sollicitation.

Espérons que ces organisations afficheront le même enthousiasme à défendre les "pauvres" citoyens face à un maillage d'infos personnelles bien plus sournois et que les citoyens eux-mêmes si soucieux d'anonymat et de protection de la vie privée ne soient les premiers à divulguer sur la toile des réseaux sociaux quantité d'informations bien plus personnelles et délicates que ce dont disposent la plupart du temps les entreprises voire administrations visées par quelques procès d'intention.

Le phénomène religieux semble ressurgir comme "guide" de la population, qui, au départ se voulait ciblée comme immigrée et socialement défavorisée jusqu'à ce qu'il apparaisse que cette emprise doctrinaire et communautaire "déborde" sur d'autres quartiers considérés comme non sensibles.
Si ces mouvements archaïques de conditionnement de la pensée et des actes devaient s'étendre dans les prochaines années, cela risquerait de déstabiliser la fragile harmonie de la vie en commun dans des pays développés, "riches" et majoritairement (jusqu'à nouvel ordre!) laïques.

 

A nos libertés.

 

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : infos, libertés, société | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/03/2008

Conquête spatiale.

 

station spac

 

 

 

.

.

Conquête spatiale

Info: l'homme a marché sur la Lune..

En 1969, un événement passionne le monde: les premiers pas d'un homme sur la Lune.

Depuis, plusieurs thèses mettant en doute la véracité de cet exploit circulent et la récente "disparition" de centaines de cassettes vidéo originales ne peut qu'interpeller davantage.

Cependant, les sceptiques de l'alunissage ne semblent pas s'intéresser à la construction de la station spatiale décidée en 1998.

Au vu des innombrables avantages, on peut pourtant se demander pourquoi celle-ci n'a pas été installée sur la Lune.

Une quantité de matériels aurait pu être acheminée via de nombreuses missions non habitées.

Les hommes n'auraient participé, en collaboration avec des engins robotisés, qu'aux missions destinées à l'assemblage des différents modules déjà sur place.

De ce fait, le risque de pertes humaines était réduit tout en on évitant les sorties dangereuses dans l'espace quelquefois indispensables à la réparation d'un élément endommagé et dont on ne mesure pas les difficultés pour l'astronaute.
Contrairement à une station fixe, la station spatiale représente un réel danger pour ses habitants dans la mesure ou tout objet qui viendrait à la heurter et qui causerait d'importants dégâts rendrait problématique tout sauvetage y compris en tenant compte de l'inaccessibilité possible du module de retour arrimé à la station.

 

Avec une station fixe dont la construction eût été bien plus rapide, nous aurions l'avantage d'afficher une habitabilité ainsi qu'une capacité de fonctionnement, de maintenance et d'extension sans commune mesure avec la station actuelle flottant dans l'espace.

Qu'il s'agisse de la production d'énergie nécessaire à son fonctionnement ou pour l'élimination de déchets divers sans parler des possibilités accrues de déplacement pour les astronautes, il est à se demander ce qui, au temps de l'homme qui à marché sur la Lune, a justifié la construction onéreuse d'une station spatiale dont la durée de vie limitée n'offrait que de maigres capacités.

De plus, la station spatiale qui décidément ne présente aucun avantage par rapport à une construction "lunesque" est de dimensions réduites et surtout provisoire (2020) avec pour conséquence une quantité invraisemblable de déchets de toutes dimensions qui iront s'ajouter à tous ceux qui polluent déjà l'espace et finissent par rendre celui-ci extrêmement dangereux non seulement en raisons de collisions-destructions des satellites en gravitation mais surtout pour toutes missions habitées futures et station spatiale actuelle.

Quant au sacro-saint retour sur investissement, il est infime en raison du coût (115 milliards de dollars!) qui comme écrit plus haut partiront en déchets alors qu'une fois de plus, une construction sur site lunaire aurait été d'un investissement moindre pour une base bien plus grande et modulable à souhait, fixe, stable offrant à ses occupants un bien meilleur confort de vie et de déplacements sur sol leur permettant également de procéder à des expériences multiples tout en évoluant de façon nettement plus libre, moins pataude dans un bâtiment plus sécurisé dans le temps que ce "mécano" perdu dans l'espace.

 

Ne parlons même pas de la possibilité que seule la station fixe aurait offerte de servir de base de lancement vers Mars et d'autres planètes.

Et pourtant, si on a marché sur la Lune (déjà) en 1969, alors on a dû marcher sur la tête pendant plusieurs décennies pour avoir conçu cette station spatiale coûteuse, dangereuse tant dans son fonctionnement que dans sa désintégration en termes de déchets futurs en banlieue de la Terre...

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : lune, espace, station | |  Facebook | | | | Pin it! |