16/07/2012

Touche pas à mon...job!.

Job,emploi,travail,chomage,argent.
.

Mondialisation et crises.

Voilà bien un de ces nombreux mots que les médias, politiciens, syndicats...se plaisent à répéter sans cesse en préambule et presque en justification de tous problèmes socio-économiques actuels.
A croire que, sans remonter aux échanges commerciaux datant de l'époque de Ch. Colomb, le monde serait tout à coup plongé dans une compétition effrénée alors qu'une fois encore celle-ci a toujours existé et n'a été que croissante tant la découverte du monde a constamment permis la confrontation, l'exploitation des richesses et des populations issus de continents ou parties de la planète soumises autrefois à la puissance coloniale remplacée progressivement par la puissance économique et financière actuellement affaiblie par des choix politiques.

L'Europe traverse plus que tout autre région développée du monde une crise qui n'est que le reflet de ce que les politiciens nationaux se refusent à admettre jusqu'à mettre en péril la construction de la seule entité viable que constitue la zone euro car d'un poids comparable aux autres puissances qui, sans cela, se comporteront en "chacals" et se répartiront les restes de morceaux de choix de ce qui fut pendant longtemps la superpuissance mondiale.
Ce déclin est encore accentué toujours par les mêmes politiques qui d'ingérences militaires en leçons de morale démocratique semblent incapables de mesurer, y compris devant les conséquences immédiates de leurs décisions, les effets désastreux sur les populations pour lesquelles ils se disaient investis d'une mission quasi-divine! de protection.
A titre d'exemple, ce que les bisounours ont appelé poétiquement "Printemps arabes" et qui se conclut par un retour en arrière de quelques siècles ne fut-ce que dans le respect des droits? des femmes sans parler de la régression économique et financière de pays, jusqu'il y a peu, suffisamment riches et ce dans l'indifférence de ceux qui, voici quelques mois, affichaient très médiatiquement leur sentiment de honte face à ces dénis de démocratie.

L'Europe et l'Euro.

Comme déjà évoqué plus haut, la responsabilité des hommes et femmes politiques dans le déclin des états européens est patente.
En effet, face à une concurrence forte, non seulement aucune mesure économique protégeant ou incitant au maintien de filières industrielles n'a vraiment été prise et ne parlons même pas de taxes à l'entrée de l'espace européen que USA et Chine ne se privent pas d'appliquer sur leurs territoires respectifs.

De plus, comme si le fatras de mesures, décrets et lois intra-européennes au niveau de chaque état ne suffisait pas, celles-ci sont démultipliées presqu'à l'infini par des mesures, décrets et lois européens jusqu'à l'absurde de la contradiction entre lois nationales et supra-nationales.

Ne nous leurrons pas sur les responsabilités car quelquefois celles-ci sont aussi de nature citoyennes surtout en matière d'écologie car plus personne en Europe occidentale ne veut voir une usine à la porte de son petit lotissement en pleine nature autrefois espace agricole disparu depuis car l'exploitation et le charroi étaient trop bruyants pour les nouveaux arrivants.
De même que les déchets sont, au mieux, déposés dans des poubelles et véhiculés jusqu'à une usine de traitement qui, exige t'on, sera installée loin, très loin de son coin d'air pur dans lequel plus aucun projet d'autoroute, zoning industriel, voie de chemins de fer voire extension d'aéroport ne peut avoir la moindre chance d'être implanté...mais à l'inverse, que ne regrette t'on la désertification industrielle causée par ces "vilains" patrons exclusivement soucieux du bien-être des actionnaires et qui préfèrent délocaliser sous des cieux économiques et politiques plus accueillants!.

Et l'euro, cette monnaie unique dont les politiciens se vantent alors que celle-ci ne fonctionne que parce que les marchés financiers, vous savez ces autres "vilains" traders profiteurs, la soutienne.
On aurait pu espérer que les politiciens finissent par comprendre qu'en temps de crise, la solution la plus efficace de soutien aux économies, de règlements des dettes publiques, (dont on ne soulignera probablement jamais qu'elles n'ont atteint ce niveau ingérable que par la seule irresponsabilité des politiciens qui tant par démagogie que par particratie électoraliste ont continué de creuser ces déficits), aurait été de ne pas tenir ces discours presque machiste sur la force de la monnaie unique alors même qu'un retour rapide à une parité USD/Euro soulagerait populations et économies.

Au lieu de cela, ils fustigent les agences de notation qui osent dégrader l'un ou l'autre pays européen jusqu'à proposer non pas un programme raisonnable de retour à une saine gestion car cela mettrait en évidence leurs propres carences mais bien la création d'une agence européenne qu'ils osent, sans rire, prétendre indépendante de tout pouvoir politique qui l'inciterait à une bienveillante complaisance.
Ni responsables, ni coupables!.

De même quand par des centaines de mesures nationales et européennes, les entreprises connaissent d'importantes difficultés et qui, tels des dominos, les font chuter les unes après les autres, ils pointent du doigt de manière assez grossière les responsabilités de ces patrons cupides ne pensant à distribuer l'argent péniblement gagné par les salariés à des actionnaires rentiers passifs voire dormants.

Mais alors, pourquoi lorsque des actes répréhensibles sont commis par des individus, doit-on toujours , politiquement correct oblige, les présenter comme émanant d'une faible minorité de personnes et qu'en matière de financiers, patronat...cette règle ne prévale pas et, qu'à priori, ils sont tous coupables de manière collective.
De même que sans l'entreprise privée, il n'y a plus d'emploi, de la même manière il convient de souligner que sans actionnaires, prêteurs...il n'y aurait plus ni entreprise ni même d'état qui pourtant de manière autoritaire vient de déclarer les créances notamment grecques nulles.
Un peu comme si les citoyens indignés ou non déclaraient que l'impôt perçu par l'état serait nul...

Article sur ce sujet: Zone euro: imposer le régime grec. Cliquez  ICI


L'emploi et ses règles anti-emplois
.

Avez-vous déjà simplement fait le compte des contraintes liées à l'embauche, maintien et licenciement auxquelles les entreprises européennes sont soumises vis à vis d'autres parties du globe et la réponse à la question des délocalisations se trouvent dans son énoncé.
De plus, l'argumentaire de culpabilisation dénoncé plus haut et qui essentiellement trouve écho auprès des partis de gauche ainsi que parmi leurs satellites que sont les syndicats dont, à l'exception allemande, l'attitude d'opposition systématique, dogmatique ne contribue ni au débat ni même à une avancée des désirs et besoins des uns et des autres sans compter que tout blocage détériore le climat social, le regard d'investisseurs étrangers quand ce n'est tout simplement pas l'outil voire les personnes qui en sont les victimes.
La mentalité européenne ne conçoit plus qu'une personne puisse être un jour confrontée à une fermeture, délocalisation comme si, à l'instar des fonctionnaires d'état, le salarié engagé par la société privée y restait en évoluant jusqu'à la mort non plus de l'entreprise mais de la sienne.

De l'actualité dramatique récente, on retiendra la "vague" de suicides qualifiée malencontreusement et plutôt sottement de "mode" par un patron tout en s'interrogeant, pour ceux qui gardent un minimum de sens critique, sur l'opportunisme dont font preuve les syndicats en réussissant à mettre en examen ledit patron et ses deux collaborateurs grâce à une justice dont beaucoup de magistrats n'hésitent plus à mettre en avant leurs appartenances politiques alors que devrait se poser la question suivante:
A quoi servent les syndicats auxquels les salariés versent des cotisations si ceux-ci, en principe proches du salarié en difficulté, sont incapables de l'aider soit à améliorer sa situation au sein de son service soit à l'épauler dans la recherche d'un emploi dans un environnement moins hostile à ses yeux?.
Pour les syndicats, qualifier ces suicides de messages d'alerte d'un malaise au sein de l'entreprise fait preuve au mieux de l'inutilité de ces organismes lorsque ceux-ci n'adoptent pas le concept de partenaires et à tout le moins d'un cynisme effroyable en culpabilisant un staff dont certaines décisions peuvent être critiquées mais qui, pourtant du moins au sein d'entreprises européennes soumises à quantité de règlements stricts vis à vis de ce que connaissent, subissent les travailleurs d'autres contrées devraient éviter la récupération médiatique politisée de ce qui pourrait, comme très souvent, n'être que l'aboutissement malheureux d'une personne en grande fragilité qui ne peut plus prendre conscience de l'égoïsme d'un geste ultime qui , en définitive, ne fera souffrir que les êtres qu'il est censé chérir plus que tout, y compris lorsque ce geste accompli sur le lieu du travail est qualifié d'accident du travail assurant ainsi un revenu à sa famille qui devra vivre avec le souvenir mensuel de ce geste de désespoir.

The new deal: LA solution.

Pour couper court à la logorrhée politicienne montante actuelle visant à opposer salariés et actionnaires, la solution audacieuse non encore évoquée et qui pourtant semble cohérente serait de transformer tout salarié en actionnaire de la société pour laquelle il travaille.
Voilà qui lui permettrait d'acquérir le sentiment, la réalité matérielle et financière de sa propre contribution à la richesse induite par le développement de ladite entreprise.
De même, le discours syndical se verrait enfin responsabiliser par le fait que toute action de grève inappropriée leur serait reprochée car susceptible de menacer la survie ou au minimum les bénéfices de la société et par conséquent les bonus à attribuer à tous ses salariés.
Mais peut-être est-ce justement cette responsabilité dont les syndicats incantatoires ne voudraient pas?!.

Finalement, cette innovation majeure dans les rapports entre individus qui au lieu de les opposer dans une confrontation stérile et digne des temps de la Révolution de 1789 devrait contribuer à une mise en commun des forces du travail et de la finance en vue de retrouver à nouveau la compétitivité et relativiserait en passant le sempiternel argument des différences de charge qui n'explique pas tout et en tout cas ne suffirait pas à redynamiser nos industries et à revitaliser un tissu économique dont l'usure est évidente...du moins si on ne continue pas à se voiler la face.

Pour conclure sous forme de métaphore, on se doit de constater que si le travail était une valeur boursière, celle-ci serait fortement décotée et peu recommandable à l'achat tant les différents pouvoirs politiques nationaux et depuis quelques temps surtout européens l'ont bridé en promulguant quantité de contraintes jusqu'aux plus absurdes mais venant de fonctionnaires ultra-protégés et surpayés, ceci explique probablement cela.
En effet, comment l'entreprise peut-elle s'organiser face à des règles qui permettent aux salariés en congés de poursuivre ceux-ci si la météo n'a pas été favorable ou encore la perversion de la discrimination positive qui affiche des emplois "religieux" ciblés de facto musulmans car dans ce domaine, il faut avouer qu'il est assez rare de devoir engager une employée catholique habillée comme une nonne!.
Et des exemples de ce type dont on constate que la seule cohérence qui s'en dégage n'est que politicienne alors même que les acteurs concernés du monde du travail sont écartés de tout débat.
Après, hypocrisie suprême, on s'émeut de la montée inexorable du chômage, surtout des jeunes, alors que ceux-ci, bien plus que la génération précédente encore partiellement élevée dans le respect de la valeur travail censée être porteuse de plus d'aisance face à l'absence de travail, ont bien compris que la différence entre "revenus" du chômage et revenus des bas salaires ne les incitaient nullement à faire l'effort de s'astreindre à un rythme de vie moins libre sans compter qu'au bout du mois, la différence net/poche n'était guère motivante voire inférieure en fonction des frais divers à engager pour se rendre au travail.
Mais cela n'étant pas non plus "politiquement correct" à dire ou écrire, gageons que le chômage n'est pas prêt de voir sa courbe s'inverser durablement surtout qu'une fois encore, on se plaira à souligner en dépit des chiffres contraires que ce sont les entreprises qui n'offrent pas du boulot suffisamment rémunéré.
Et pendant ce temps, nos économies deviennent les sous-douées de la mondialisation jusqu'au jour, assez prochain, où celles-ci seront affublés de ce vocable condescendant que pour l'instant nous attribuons à d'autres, à savoir: émergent.

 

Cet article est sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : job, travail, chomage, politique, syndicats, économie, crise | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/02/2012

Droit de cité, Cités de non-droit.

Cités,violence,difficultés,.

Tout va bien, ceci n'est qu'un feu de joie...

 

Politique, Police, Justice, Société

 

L'irresponsabilité politique est patente dans ce phénomène de recrudescence de violence dans les cités et quartiers qualifiés de difficiles et plutôt que de qualifier d'extrémistes de droite ceux qui, tant les citoyens victimes que les observateurs neutres et surtout apolitisés, les dénoncent au vu de constats factuels, il parait suspect de constater que ceci puisse se poursuivre non plus dans une forme de clandestinité mais bien au grand jour sans que rien ne vienne entraver cette "new way of live".
Nos élus qui se veulent les représentants du peuple auraient-ils seulement des moyens pour traquer les petites incivilités de citoyens "honnêtes" parfois en situation précaire plutôt que pour mettre fin à de juteux trafics divers exercés en toute impunité au point que, pour les jeunes, cet afflux d'argent et de notoriété facile devienne le but d'une vie?.

Bien évidemment, le paradoxe vient aussi des discours "musclés" de certains qui se font les représentants de marque de nettoyage alors même que sur le terrain, que l'élu soit de la même couleur politique ou pas, hormis des aménagements fleuris aux abords de la maison communale, rien n'est fait comme le montrent quelques reportages, caméras cachées, qui se regardent tout au plus comme apéritifs avant les séries policières, médicales habituelles.
Et puis électoralement, profiter du désenchantement des citoyens est porteur de succès faciles...

Bel exemple d'irresponsabilité politique lorsque dans un pays laïque, chantre, du moins à l'étranger, de la défense des droits de l'homme (et de la femme?), on a vu un ministre de la Culture Frédéric Mitterrand défendre, au nom de l'art...l'oeuvre "Piss Christ" (Crucifix dans de l'urine) ou lorsque le maire de Paris Bertrand Delanoë en a fait de même pour la pièce de théâtre: "Sur le concept du visage du fils de Dieu" dans laquelle on lance des excréments ou imaginés comme tels sur le portrait du Christ soit en abrégé Shit Christ allant jusqu'à qualifier de militants fanatisés les manifestants heurtés par ce qu'ils considèrent comme un blasphème alors que dans le même temps, ces politiciens en viennent à regretter la provocation de Charia Hebdo due pour le temps d'une seule parution éphémère par Charlie Hebdo victime d'un lâche attentat "anonyme" au cocktail molotov et non pas comme pour les cas (catholiques) évoqués plus haut d'une banale procession de quelques marcheurs bien identifiés et encadrés par la police.

Relevons que très souvent, la mansuétude voire la défense de tels actes que l'ensemble des musulmans français condamnent vient très souvent du parti socialiste soucieux de récupérer cet électorat en compensation d'un milieu ouvrier et/ou défavorisé qu'il a depuis longtemps abandonné et vice versa car il faut bien comprendre qu'au départ les cités étaient destinées à ceux dont les revenus du travail étaient les plus faibles càd les ouvriers immigrés italiens, espagnols et "anciens" français qu'ils soient catholiques, juifs, protestants, athées sans que jamais ils ne posent le moindre problème avant de devoir céder la place à ceux qu'ils appelaient arabes et qui, d'ailleurs contrairement aux idées culpabilisantes que l'on nous ressasse, sont arrivés non pas à notre demande, à la différence des italiens et espagnols, afin de leur donner le travail que nous, français, belges..., ne voulions plus assumer mais bien plus du fait des décolonisations qui ont entraîné ceux qui, parfois trop proches des "occupants" ont voulu échapper aux exactions et brimades qui suivirent dans ces pays libérés.
Ces premiers arrivants doivent d'ailleurs être les premiers déçus de constater le retour opéré par les générations suivantes qui se veulent plus rétives à la langue du pays d'accueil ainsi qu'à l'affichage des usages et du mode de vie de leur pays d'origine dans lequel ils n'ont parfois jamais été les plongeant plus rapidement dans la spirale du chômage, ces "nouveaux" français desquels les primo-immigrés "européens" se sentaient assez éloignés en terme d'habitude de vie, nourriture et surtout de la pratique de la foi même si les principes, au départ, relevaient d'une foi sincère et privée voire discrète mais qui s'est actuellement mue bien plus en un prosélytisme omniprésent et public marginalisant voire excluant tout groupe qui ne la partage pas.
De même que pour les émeutes de cités, on entend la gauche en particulier tenir un discours lénifiant décrivant les pertes de repères d'une jeunesse en mal de vivre au sein d'une société de consommation de laquelle elle se sentirait exclue...sauf que celle-ci se rassemble via iPhone, Blackberry et autres iPad!.
Toute la stratégie consiste pour ceux qui ont installé un trafic multi-formes très lucratif d'exclure tous services publics (pompiers, ambulances, bus...et service au public: boutiques, bureaux de poste, succursales de banques...) qui non seulement les perturbent mais qui surtout les exposent à des contrôles d'où l'installation d'un véritable réseau de guetteurs avec, au besoin, un déclenchement de semblant d'émeutes avec leur lot de voitures incendiées, de vitrines cassées qui peut éliminer parfois un concurrent dealer et certainement faire reculer un peu plus les forces de l'ordre qui ne sont pas à l'abri non plus seulement d'objets divers lancés du haut des balcons mais aussi de tirs à balles réelles sans compter que la recherche d'une "bavure policière" pousse ces trafiquants à la provocation incessante et au flot de menaces et d'injures auxquelles la Licra et autres associations si pointilleuses du respect des différences (du moins pour certains!) semble sourde.

Europe et religions

Toute l'intelligence de l'implantation de la religion musulmane en Europe notamment part de ce que celle-ci a vite compris que, même au temps passé du quasi monopole de la religion catholique, la liberté était laissée aux croyants de penser, évoluer, vivre la foi de la manière qu'ils voulaient sans interdits ou obligations, hors période bien définie pour les plus assidus.
Cette tolérance séculaire ne conduit-elle pas aux excès d'aujourd'hui?.
En effet, si porter un masque tant pour les femmes que pour les hommes est courant lors de carnavals ou de quelques manifestations folkloriques, comment, au nom de la liberté, peut-on tolérer qu'une communauté sur base supposée d'un respect d'une religion, qui en principe reste privée et ne fait pas (encore) loi, impose au vu de tous les autres citoyens, croyants ou non, des accoutrements surtout destiné aux femmes devenues sous-hommes qui les font passer pour des parloirs ambulants!.
Imaginons qu'une "religion" impose à ces fidèles, les seins nus pour les unes et le cul nul pour les autres, ceci est volontairement excessif mais au fait, pourquoi l'interdire si le prophète de ce cul...te le demande?.
Encore une fois, sans revenir à ce qui est écrit dans un article précédent, la vocation des peuples dans des états laïques est de vivre en harmonie publique afin de ne soit choquer, soit influencer personne et si croyance il y a que celle-ci s'exerce dans des lieux de culte approprié et en nombre adéquat ou en privé dans des règles là aussi de vie en société commune.

Par parenthèse, notons que dans les pays arabes, les religions non musulmanes ne bénéficient non seulement en rien des mêmes avantages accordés en Occident mais qu'en plus elles sont victimes d'attentats, de tracasseries diverses et irrémédiablement condamnées à disparaître au nom d'une religion d'état qui se prétend, à l'extérieur, tolérante et oecuménique!.

Il sera intéressant de voir ce qu'il adviendra des libertés des uns et des autres lorsque progression démographique et regroupements familiaux oblige, la religion musulmane sera prépondérante dans "nos" contrées...
Autre particularité remarquable de cette religion est qu'on parle de pays musulmans alors qu'on a jamais connu de pays catholiques, protestants, juifs, bouddhistes...tout au plus une forte présence pour l'une ou l'autre de ces religions au sein de pays démocratiques et pluri-cultuels.

Que les bisounours et autres apôtres du politiquement correct, bien à l'abri dans des quartiers protégés et socialement favorisés, se rassurent, le réveil au doux son des minarets ne sera difficile que pour ceux et surtout celles condamnées par manque de moyens à y vivre de plus en plus sous une pratique de plus en plus suivie de la charia qui contraint les filles à ne fréquenter de "bons" musulmans avec non pas encore la lapidation mais quelquefois le vitriol voire le meurtre, islamiquement dénommé crime d'honneur!, si certaines d'entre elles se laissant aller à une occidentalisation honteuse pensaient au mariage avec un non musulman et au minimum à se voiler sauf à se voir obligées de subir diverses menaces, exactions et quolibets d'autant que se voiler la face est bien cause commune entre celles qui le portent réellement et la partie de la société qui se cache derrière un voile fictif pour ne rien voir.
A ce propos, n'omettons pas de satisfaire, tant par respect d'hypocrisie ambiante que par objectivité relative, que les quelques rares faits délictueux ne sont l'oeuvre que d'une toute petite minorité absolument non représentative de la grande majorité d'une communauté qui a le malheur de vivre dans des cités dans lesquelles elle subit, par malchance probablement, un environnement propice à diverses dégradations, déprédations, trafics en tout genre alors que celle-ci ne vise, bien entendu et tout le monde peut le constater..., que la paix dans le monde.

Déstabilisation ou évolution?

Notons le parallèle entre une régression internationale de l'influence sunnite généralement connue pour un niveau supérieur d'instruction et d'entente stratégique avec l'Occident au profit des chiites dont revendications et oppositions idéologiques aux thèses occidentales les poussent à la confrontation jusqu'à la suprématie affichée de plus en plus des lois de dieu versus les lois des hommes.
Non seulement ceci s'applique aux pays musulmans, ce qui n'est en fait que leur droit ou choix bien aidé en cela par les invasions et guerres d'ingérences intolérables conduites par l'Occident en total déclin et qui semble être le seul à ne pas s'en rendre compte mais, et ceci est plus inquiétant, cette préséance extrémiste religieuse cherche et réussit à infléchir les lois "démocratiques" laïques en leur faveur sous le prétexte sournois mais astucieux du droit à la différence souvent mis en avant par les plus intolérants des uns et soutenus par des politiciens et partis essentiellement de gauche qui y trouvent un potentiel électoral immédiat sans se poser la question de la pertinence d'adopter les exigences d'une communauté qui en définitive a intelligemment compris que l'intégration auparavant suivie par toutes les autres communautés sans exception n'était plus nécessaire face au recul de l'appareil législatif des états européens.

   
Mais alors, quel avenir pour les droits, libertés et devoirs des peuples européens?.
Tel l'empire romain, la "civilisation" (mot interdit) européenne, occidentale qui voit actuellement dans tout règlement, devoirs des citoyens envers la société une atteinte aux droits individuels perd non seulement toute autorité sur ses concitoyens enclins à se replier plutôt sur d'autres formes communautaires, religieuses, philosophiques mais voit également son rayonnement politico-économique international se réduire à peau de chagrin avec pour conséquence délitement des valeurs universelles, montée des extrémismes et régression du niveau de vie.
Sans boule de cristal mais avec une projection estimée à 50 ans sur base de la courbe passée et actuelle, il est probable que ce qui a fait les printemps arabes, avec là aussi et une fois de plus cette niaiserie occidentale qui s'égosillait devant la "génération Twitter et Facebook" aussi vite disparue qu'elle est apparue et qui aura duré le temps voulu par les islamistes soucieux d'attirer la sympathie ( et les finances occidentales), fera l'automne voire l'hiver européen pour ceux qui veulent se persuader que les arabes peuvent adopter la démocratie et que leur avenir ne se résume pas au choix binaire entre dictature et coran.

A moins d'être un martien fraîchement débarqué, une autruche la tête dans le sable ou, plus généralement un membre de groupes, associations ou partis qui voient dans ce politiquement correct de la défense communautaire un moyen rapide, efficace de séduire une part croissante d'une population encore minoritaire quitte à créer dans un avenir proche les conditions d'une impossibilité de vie en commun dans les cités dont on voit ce qu'il en est sur l'autre rive de la Méditerranée et qui se dessine déjà dans certains quartiers de villes, écoles, piscines, cliniques...européennes!.

Mise à jour (22/3/2012) Meurtres à Toulouse.
Après avoir, comme toujours dans ces cas précis, pointé l'idéologie d'extrême droite comme la responsable de ces actes, il a bien fallu que les "bisounours" se rendent, une fois de plus, à l'évidence que la propagande islamisme est bien plus efficace et requalifier un petit caïd de banlieue, lâche meurtrier en terroriste islamiste (suivi depuis 5 ans!).
Ce qui a pu, dans un premier temps, être utile au candidat Sarkozy redevenu "président protecteur" comme le fut G.W.Bush en 2001 (WTC) mais tenter d'en tirer un profit maximum en ralentissant la capture de celui qui n'est, de fait, qu'un assassin sans envergure peut en amener certains à se poser des questions quant à l'opportunisme de ce "fait divers" surtout si, au bout du compte, on le retrouve...mort!. (voir Dernière note).
De même, espérons que le ridicule ne tue pas Guéant lorsqu'il dit que tous les moyens techniques mis en oeuvre par le Raid ne permettent pas de savoir si Mohamed Merah est toujours vivant.
Dernière note: En effet, à l'issue de ce "siège", le Raid finira par le tuer!. 

Et bien sûr, ne stigmatisons pas (expression de plus en plus à la mode...) la communauté musulmane qui dans son immense majorité ne demande qu'à vivre en paix et à s'intégrer dans la différence du mieux qu'il leur est possible.
Que ceci soit dit à chaque manifestation criminelle d'un énergumène qui se réclame d'un islamisme violent malgré le fait que d'une part, il faut bien constater que ces "dérapages" sont en nette croissance et que d'autre part, on attend toujours que les "bisounours" expliquent pourquoi parmi toutes les communautés religieuses vivant en Europe, seule la communauté musulmane produit ces délinquants qui s'excusent de leurs méfaits par les habituels griefs de rejet, racisme, xénophobie tout en étant pourtant suffisamment intégrés et parmi les plus actifs pour tirer les bénéfices du "commerce" de la drogue (entre autres).

 

Article écrit par Pol et Mick.

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : société, evolution, religions, banlieues, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/12/2011

Guerre et paix...entre religions.

Religions,Guerre,Laïcisme,Société.
.

Religions: l'avenir est au passé.

Le XXIè siècle, par opposition au XVIIIè qui était celui des lumières, serait-il celui des illuminaires?. (néologisme définissant ceux qui croient (ou s'y forcent) aux dogmes, préceptes divins...).
En effet, malgré l'accumulation des connaissances ainsi qu'un niveau général de l'instruction en hausse, on peut s'étonner de ce regain de la foi, en particulier pour la religion musulmane, considérablement renforcé et mis en évidence par les retombées politiques issues des  "Printemps arabes" .
Comment dans l'absolu, et avant de rentrer dans des considérations et intérêts politiques évidents, peut-on concevoir que des peuples choisissent après des décennies de dictature militaire de basculer dans la seule autre forme de dictature qui subsiste et dont quelques exemples régionaux auraient pu suffire à ne pas les reproduire?.

Principalement, il faut reconnaître qu'en l'absence de toute structure et culture politique, la religion apparait comme seule alternative pour une forte minorité d'électeurs qui, de fait, installe un modus vivendi à l'ensemble des hommes et surtout aux femmes principales victimes de ces lois religieuses qui leur imposent des privations de libertés et d'égalité élémentaire entre sexes sans parler des innombrables coutumes ancestrales toujours en vigueur comme les crimes de (dés)honneur et tant d'autres plus dégradantes les unes que les autres.
Un exemple: les bacha posh d'Afghanistan qui sont des filles transformées en garçons jusqu'à la puberté par des parents incapables (quelle honte!) d'avoir un garçon et ce avec la complicité de tout l'entourage (7/7 Infos).

Si l'essentiel des problèmes recensés proviennent de la religion musulmane, ceci l'est uniquement parce que celle-ci représente en termes de poids et d'influence politique un tel pouvoir sur des populations, plus enclines que pour d'autres confessions, à respecter des lois religieuses édictées voici 21 siècles! plutôt que les lois dites laïques, civiles et quelquefois démocratiques dans la mesure où celles-ci évoluent au fil des années et en fonction des changements de la vie en société sinon cela porterait le vocable de dictature qu'elle soit religieuse ou laïque.

Finalement voilà peut-être au détour de ce qui se veut un article concernant l'abus de religion qui serait dangereux pour la santé..., une ébauche de définition de la démocratie qui ne serait évidemment pas cette sorte de label de qualité "made in Occident" décerné en fonction de visées géo-stratégiques mais bien une résultante de la volonté d'un peuple de ne respecter que la diversité des libertés tous azimuts (parole, culte, égalité des sexes, déplacement...) encadrées par un canevas de droits et devoirs fondamentaux.
Sous cet aspect de l'échelle des valeurs humaines type notations d'agence, quantité de pays actuellement bien notés seront assez vite déclassés.

Désordre public ou des ordres privés?.

L'existence même de(s) dieu(x) pose déjà un problème majeur pour ne pas dire existentiel car les religions bien établies d'aujourd'hui ne sont au départ que des sectes qui ont réussi.
Statistiquement, il y a autant de chances de croire que Dieu est bon ou que le Diable est mauvais à moins que ce ne soit l'inverse auquel cas il y aurait erreur sur l'être suprême dont personne n'a jamais pu prouver une quelconque matérialité tandis que les différents livres religieux se fondent sur des écrits d'humains qui auraient vu celui qui a entendu que quelqu'un a raconté tels ou tels miracles...
Quand on voit encore de nos jours la propension des gens à croire n'importe quelle rumeur balancée dans les médias, Internet et réseaux sociaux sans oublier le succès, parfois aussi ancien que certaines religions, des horoscopes, voyances et autres bracelets..., on nous permettra d'émettre quelques réserves quant à la foi auto proclamée!.
Le vrai miracle, c'est que ça puisse encore drainer autant de monde, ce qui, comble de l'absurde, fait dire à plusieurs des religieux actuels que justement si cette ferveur persiste, c'est bien la preuve de l'existence d'un dieu qui est partout, nulle part et compatible avec toutes les croyances divines.

Par contre, plus prosaïquement, quel pouvoir pour ceux qui, sous couvert de religions, ont pu de tous temps imposer un régime strict, sévère et redoutablement efficace en ce sens que si vous avez l'outrecuidance de vous y opposer, vous passez pour un imbécile hérétique qui ose défier le pouvoir terrestre représentant le pouvoir divin avec les conséquences pour votre "bien-être"  de vivant mais aussi mortel à plus brève échéance que souhaité.
Du moins, en temps et lieux durant lesquels telle ou telle religion exerçait le pouvoir sans partage.
Ce qui fut, il y a longtemps (heureusement) le cas pour la religion catholique et actuellement le cas pour la religion musulmane qui, non contente de gouverner les pays arabes, s'implante progressivement en Europe contrairement aux autres sectes et religions importées qui, jamais n'ont provoqué autant de crainte, conflits et troubles graves à l'ordre public et à la vie en commun au sein d'une société libre et pourtant extrêmement tolérante au point que c'est justement en exploitant habilement toutes ces faiblesses que seule la religion musulmane s'autorise l'érection en loi unique des principes religieux intégristes auxquels les démocraties n'osent plus répondre fut-ce par un simple mais ferme respect des droits mais aussi des devoirs.
A ce stade, on perçoit déjà les commentaires acerbes et univoques des Bisounours
qui vont nous assurer qu'au sein de la gouvernance musulmane arabe et, à fortiori, européenne, il s'agit d'un islamisme modéré respectueux des autres croyants ou non.
Faudra t'il, là aussi, croire sans voir ou en se voilant la face avec ou sans niqab?.
Etre laïc dans un pays laïque devrait, car ce n'est plus le cas, signifier une tolérance totale pour la pratique de tous cultes tant que ceux-ci s'exercent exclusivement dans des lieux appropriés et en nombre suffisant.
A quand des partis islamistes européens d'autant qu'usant (abusant) intelligemment des arguments de racisme, xénophobie et autres supposées atteintes au droit à la différence, rien ne devrait permettre leur interdiction (ne commence t'on pas à entendre: il y a bien des partis de "démocratie chrétienne" alors...).

Article sur ce sujet:
Etes-vous un Bisounours? (en 10 points).: Cliquez  ICI

D'autant que pour certains "artistes", s'en prendre aux thèmes religieux, du moins catholiques, devient tendance avec quelques exemples récents dont Piss Christ (Crucifix trempé dans de l'urine), Shit Christ plus connu sous le nom de Sur le concept du visage du fils de Dieu (lancer d'excréments sur un portrait du Christ) et à présent Golgota Picnic qui permet, sous couvert de scandale, d'afficher pour ses promoteurs un sentiment d'incompréhension devant des manifestations de réprobation orchestrées par ceux qu'ils qualifient d'intégristes alors que, par absence d'honnêteté culturelle et de pluralisme cultuel, ces "artistes" semblent ne pas ressentir le même besoin de remise en scène et questionnement de représentations et rites des religions juives, musulmanes...
A moins que leur fibre artistique ne soit conditionnée par le manque de courage et la peur de représailles violentes pour eux-mêmes comme celles subies par les quelques très rares qui ont osé s'y intéresser comme par exemple: S. Rushdie (Les versets sataniques), les journaux Jylland Postem et plus tard Charlie Hebdo (Caricatures de Mahomet) ou T Van Gogh massacré (8 balles, égorgé et 2 couteaux plantés dans la poitrine) suite à son film (Submission)!.

Femmes: des sous-hommes

Amusant d'entendre reprocher au pilote F1 L. Hamilton de porter, sous sa combinaison, une croix catholique quand d'autres affichent ostensiblement, publiquement un prosélytisme croissant! qui attire des personnes en souffrance matérielle et peu intégrée tandis que consciemment ceci permet de faire reculer le pouvoir législatif républicain par l'adoption tacite ou légal d'aménagements et coutumes contraires au droit public tel que défini dans la loi républicaine originelle qui ne confondait pas tolérance et permissivité au prix notamment de la suppression de l'égalité homme-femme quand ce n'est pas par l'exclusion d'un territoire, d'immeubles d'une partie de la population qui n'adhèrerait pas à ces valeurs religieuses.
Au titre de perles de la couardise Bisounours, on s'amusera, sauf pour la victime, de la décision de justice britannique qui a relaxé trois jeunes musulmanes, qui avaient roué de coups de poings et pieds une passante qualifiée de "salope de blanche", au motif qu'en contradiction avec leur religion, elles avaient bu de l'alcool et ne l'avaient pas supporté...!. 

Plus généralement, reconnaissons que les femmes qu'elles soient occidentales ou orientales n'intéressent que superficiellement les responsables religieux et/ou politiques quels qu'ils soient.
D'où ces discours élogieux, pleins de bons sentiments à la suite des élections dans les pays arabes libérés? du joug de dictateurs sanguinaires (néanmoins tolérés par les uns et adulés par les autres durant des décennies...jusqu'à leur éviction).
Que les premières mesures instaurées visent à (re)confiner les femmes au rang d'épouses procréatrices, soumises à leur mari qui pour sa part jouit...de son autorité à répudier, s'entourer de plusieurs épouses quand ce n'est pas un recours discret à la lapidation publique (par manque de distractions?!) ne semblent émouvoir personne.
Pourtant il y a aussi des avancées positives en matière de traitement à égalité entre victime et coupable avec par exemple le cas de cette jeune femme de 19ans violée mais emprisonnée! pour adultère qui obtient après 2ans la grâce exceptionnelle du Président Karzaï à condition d'épouser son violeur afin de laver l'honneur de la famille! (La dépêche).

Cyniquement, avouons que ceci constitue une formidable avancée machiste vis-à-vis de nos habitudes à entretenir en cachette des maîtresses et autres prostituées peu représentatives de l'égalité homme-femme à laquelle nous semblons tant tenir comme donneurs de leçons ou encore à divorcer avec pertes et fracas alors qu'en adoptant la charia votre vie d'hommes serait entourée de femmes obéissantes sur terre et de vierges après votre mort...
En Arabie saoudite, une femme de 60ans vient d'être décapitée car accusée par la police religieuse d'actes de sorcellerie.(Rue89).
Dans le même registre, on relèvera les propos d'un universitaire saoudien K. Subhi pour qui donner (enfin) le droit de vote et de conduire signerait la fin de filles vierges disponibles!, à se demander si ces hommes musulmans n'ont pas un complexe d'infériorité vis à vis des femmes qui justifierait tant d'interdits. 
Malheureusement pour les femmes, la religion musulmane est loin d'avoir le monopole des inepties quand on sait qu'un rabbin juif d'Israël veut retirer aux femmes le plaisir de chanter car les voix féminines sont, pour lui, érotiques et posent problème aux hommes...!.

Ah oui, n'oublions pas de préciser pour tous les censeurs du Politiquement correct que tout ceci relève d'une mauvaise interprétation du Coran, de la Bible et autre Torah et qu'à l'évidence, les exactions, meurtres, attentats, explosions et autres réjouissances ne sont l'oeuvre que d'une toute petite minorité que les différentes communautés réprouvent au nom d'une foi, qui comme chacun devrait le savoir, est pacifique.
Et si vous ne le croyez toujours pas, ne vous inquiétez pas, ils ont les moyens de vous le faire comprendre par la force si besoin...ceci pour votre bien sur terre voire dans l'au-delà!.

Article sur ce sujet:
Femmes, je vous aime un peu...: Cliquez  ICI

A Printemps arabe, Automne islamiste.

Les enseignements à tirer des révolutions issues du "Printemps arabe" sont essentiellement que du côté occidental, les gouvernants continuent à croire que l'ingérence est salvatrice en ce qu'elle libèrerait les populations que par ailleurs, ils ont ignoré durant des décennies, et que par magie "nos" valeurs démocratiques seront appliquées en copier-coller car, bien sûr, selon les dirigeants occidentaux ces peuples ne sauraient espérer meilleur régime alors que, second enseignement, en dépit du courage extraordinaire dont ont fait preuve des milliers d'arabes en défiant dictateurs et armées au prix de leurs vies, seul le résultat compte et celui-ci n'est probablement pas totalement conforme à ce qu'espéraient ces martyrs et leurs familles en ce que passer de dictature financièrement corrompue à dictature idéologiquement imposée notamment par les salafistes ne constitue pas vraiment une victoire des libertés tant réclamées.

Alors que certains dictateurs arabes généralement exécutés avec tout ou partie de leurs familles par l'OTAN au nom de la soi-disante nécessaire aide aux révolutions avaient rêvés de pan-arabisme, la réalité actuelle laisse apparaître plutôt un pan-islamisme nettement plus inquiétant pour ces défenseurs de la démocratie car celui-ci est en opposition voire en confrontation avec tout autre régime "païen" qui ne l'aurait pas (encore) adopté.

La guerre des religions a déjà commencé.

D'autant que la naïveté américaine qui pense toujours qu'elle contrôle le monde aura permis à l'islamisme de s'installer d'abord et de dominer ensuite les pays que les USA et leurs alliés (suiveurs) estimaient devoir libérer.
Et pourtant dès la chute largement accompagnée...par l'Occident du Shah d'Iran, il n'a pas fallu longtemps pour savoir ce que signifiait, en termes de démocratie interne et de relations externes, une république islamiste.
Mais cela n'a pas empêché l'Occident d'accumuler les mêmes erreurs en Afghanistan, Irak, Libye...au point que, sauf à croire que les dirigeants américains et leurs conseillers sont totalement hermétiques aux conséquences néfastes de ce type d'actions militaires tant pour les populations qui passent d'une forme de dictature à une autre que pour les relations internationales en ce qu'elles renforcent la haine envers l'Occident qui, au fil de ces conflits, aura clairement montré son incapacité à gagner la moindre guerre malgré les milliers de milliards de dollars dépensés, les milliers de morts civiles et militaires soit dit en passant bien plus nombreux que ceux attribués aux dictateurs combattus.
Alors le but des USA serait de maintenir, avec la complicité d'une oligarchie religieuse à qui tout serait permis, tous ces pays à un niveau de vie faible pour des populations soumises non plus aux excentricités de dictateurs"fous" mais à des règles religieuses strictes dépassées depuis de nombreux siècles quitte à ce que régionalement celles-ci puissent rayonner cultuellement au-delà de la méditerranée comme l'Europe commence à s'en apercevoir plutôt que de courir le risque de voir ces régions devenir des nouvelles puissances démocratiques, financièrement libres et commercialement concurrentes.
Et pour conclure, il serait temps de s'indigner...aussi de la montée en puissance aux USA d'un courant évangéliste qui est à la religion catholique ce que l'islamisme est à la religion musulmane et qui semble augurer de la confrontation finale entre extrémistes se proclamants dépositaires exclusifs d'une foi..."über alles"!.
Autre article sur ce sujet (2008):
XXIè siécle: Religions, sectes et terrorismes: cliquez  ICI

Article écrit par Pol et Mick.

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : religions, societe, politique, islamisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

12/10/2010

Autos: Silence, ça roule!.

Tesla.jpg

Tesla

 

Automobiles: Soyons branchés!.

Même si, rappelons-le, les voitures électriques ne datent pas vraiment d'hier (1881: le français G. Trouvé (nom prédestiné!) présente une des premières voitures électriques et 1899: le belge L. Jenitzy dont la voiture dépasse les 100 Km/h), la crise et la probable raréfaction de la source pétrolière tombant fort à propos avec les omniprésentes préoccupations de préservation de la planète auront incités les constructeurs automobiles à se tourner vers la conception de véhicules hybrides d'abord, full-électriques ensuite comme le Salon de l'Auto de Paris 2010 les a abondamment mis en vedette.

Quoique...car il faut bien noter que tant du point de vue de l'autonomie, que de l'encombrement des batteries dont on peut douter, vu leurs composants à produire mais aussi à recycler, d'un impact nul sur notre précieux environnement, leur durée de vie ainsi que la perte d'énergie en fonction des conditions climatiques, ces voitures ne sont toujours qu'une ébauche plus ou moins aboutie des véhicules de demain qui ne seront plus seulement utilisables que comme second véhicule urbain.

Quoique...car lorsqu'on parle de véhicule électrique, il ne faut pas perdre de vue que l'énergie est produite au départ de centrales thermiques et nucléaires qui progressivement devront soit se multiplier, soit produire plus pour servir cette nouvelle et forte demande de consommation avec pour corollaire une augmentation potentielle d'émissions de CO2 et/ou de déchets nucléaires néfastes à l'environnement sachant que les énergies dites propres (éoliennes, solaires...) ne sauraient satisfaire ces besoins énergétiques.

Quoique....car ces voitures adoptent le changement de vitesses automatique ce qui, en soi, est pour beaucoup une avancée technologique dont disposent de série nos voitures non électriques actuelles les plus luxueuses et souvent proposées en option pour les autres modèles de gamme n'en déplaise à un (trop) grand nombre qui considèrent visiblement toujours ce mode de transmission comme "réservé" aux femmes et personnes agées...

Stations, ne soyons pas bornés!.

Qui dit véhicules électriques dit bornes électriques.

Et ceux-ci ne circulent pas encore sur nos routes que déjà deux problèmes apparaissent.

1. Soit vous rechargez chez vous sans trop de problèmes pourvu qu'une prise soit accessible autrement que par une rallonge lancée du 10è étage, soit vous utiliserez très facilement une borne placée sur le réseau routier.

Quoique...car malgré le fait que, pour l'heure, peu de marques automobiles sortent des véhicules full électriques, il existe déjà deux systèmes de prise différents et bien sûr incompatibles entre eux à l'instar de ce que nous connaissons en matière de câbles GSM, par exemple.

2. Les pouvoirs publics assurent que des bornes seront rapidement placées à différents endroits assurant ainsi la fourniture d'énergie suffisante pour tous.

Quoique...car là aussi quelques questions se posent ne fût-ce que du fait de la durée relativement longue des recharges qui risque de provoquer embouteillage et perte de temps aux bornes dans la mesure où, semble t'il, chaque collectivité, ville, région semble vouloir en implanter où bon lui semble.

D'autre part, seront-ce les collectivités, régions qui en remplacement des sociétés privées (stations-services) deviendront les nouvelles "stations" de demain ce qui d'une part pose la question d'une dispersion abusive et non concertée à l'image désolante des éoliennes que l'on voit s'ériger partout en fonction d'intérêts financiers voire électoralistes des communes bien plus qu'en termes de planification nationale et environnementale ce qui, logiquement et osons le mot intelligemment, les auraient concentrées tout le long d'autoroutes, d'axes importants ou encore au sein de zonings industriels préservant de fait les paysages et/ou lotissements aujourd'hui abîmés par ces nouveaux mais peu esthétiques moulins à vent.

Au lieu de bornes placées de çi de là que seuls les gps pourront localiser, si l'on veut éviter une profusion de panneaux "publicitaires" indiquant aux utilisateurs la présence de celles-ci, comment se fait-il que les pouvoirs publics, sauf à considérer ce qui est écrit plus haut en termes de revenus et taxes, ne semblent vouloir se ranger à l'évidence d'un maintien exclusif des stations services actuelles qui disposent de l'infrastructure requise (localisation facile et connue, espace-parking, boutique, hypermarchés et services divers) auxquelles seraient tout naturellement ajoutées ces bornes.

Klaxonne quand tu roules!.

Tout le monde s'extasie devant le silence absolu de ces véhicules qui rend à nos oreilles le son délicieux des oiseaux et des cris d'enfants ou d'adultes.

Quoique...car en ces temps de mépris des pouvoirs publics pour ce reliquat de l'individualisme ostentatoire à quatre roues qui les a poussés à permettre par exemple la circulation des vélos en sens inverse dans des rues à sens unique, les piétons circulant déjà depuis longtemps où bon leur semble, combien de temps faudra t'il attendre pour constater la mort d'usagers dits faibles victimes de ce silence des voitures.

Sauf à autoriser inconsidérement les klaxons au croisement de tout autre personne, ne serait-il pas judicieux d'alerter les constructeurs sur ce point en les incitant à fournir des automobiles diffusant un bruit "virtuel" avertissant de l'arrivée d'un danger à quatre roues!.

Espérons qu'il ne faille pas attendre un nombre de blessés ou de morts important avant d'apporter cette modification technique élémentaire mais garante d'une sécurité minimum.

CONCLUSION

La conjonction de facteurs économiques, écologiques et ressourciels forcent les recherches vers des véhicules "propres" propulsés par d'autres énergies que celles issues du pétrole.

Une dispersion des recherches conduit déjà à une diversité de ces nouveaux carburants et il n'est pas sûr que tous cohabitent utilement malgré une dépense considérable en nouvelles infrastructures destinées à fournir un service au client acheteur de ces véhicules jusqu'au moment où, probablement victimes d'une mise au point d'un carburant de type énergie chimique reproduisant les qualités du pétrole sans en avoir les défauts, tous les autres types d'énergie s'avèreraient subitement obsolètes, ne fût-ce que par le fait essentiel que les moyens de distributions actuels seraient instantanément compatibles avec cette nouvelle "essence".

Relevons, pour finir, que la pollution n'est pas que limitée au C02 et que certains de ceux qui se disent plus écologiques sont au moins aussi nocifs en terme d'émissions de métaux lourds sans réitérer les propos précédents quant à la production, stockage et recyclage de ces "nouvelles énergies". 

Au moment de la rédaction de cet article, une société pétrolière annonce la mise en place de bornes rapides dans plusieurs de ses points de distribution ce qui, espérons-le, incitera très rapidement ses concurrents privés à amplifier cette initiative pour, in fine, décourager les pouvoirs publics à polluer le paysage essentiellement citadin avec un circuit parallèle d'implantations de bornes qui, bien sûr, leur rapporterait un revenu complémentaire intéressant à la panoplie de taxes, redevances et autres amendes déjà imposées aux voitures automobiles.

Et enfin, plutôt que de voir "fleurir" des quantités de bornes disposées, à l'instar des parcs éoliens, aux seuls bons soins certainement désintéressés? par nos édiles communales qui se voient déjà comme les nouveaux rois du non-fuel, ne faudrait-il pas se demander, à l'heure du clonage humain, pourquoi aucune recherche massive n'est conduite dans la mise au point d'un fuel synthétique abondant et renouvelable qui maintiendrait toutes les infrastructures de distributions actuelles en évitant toutes les nuisances pointées ci-dessus par le basculement dans l'urgence à des technologies nettement moins neutres écologiquement qu'il n'y parait. 

Faisons (malheureusement) confiance aux pouvoirs publics pour encourager, inciter la production de véhicules électriques...avant de se rendre compte de la pollution atmosphérique et visuelle que cela aura entre-temps engendré!.
Il ne fait que peu de doutes qu'à l'instar de toutes les incitations politiques passées en terme d'encouragement à l'utilisation d'autres formes d'énergie, diesel, chauffages électriques..., la promotion du véhicule électrique dit propre en omettant de se préoccuper du recyclage polluant de ses batteries ou encore de l'installation de milliers de bornes placées en dépit de tout bon sens car uniquement motivées par des considérations ou accords politiques n'aura, une fois encore, fait qu'augmenter la pollution atmosphérique et visuelle.

Ne reste à espérer que l'industrie privée puisse mettre en place assez rapidement d'autres énergies alternatives (piles à combustible, hydrogène...) tout en réussissant à convaincre voire intéresser aux profits! les autorités publiques toujours si soucieuses du bien de ses concitoyens.

Sur ce, bonne route...

 

Cet article est sélectionné sur AGORAVOX.
Pour le noter ou le commenter, suivez ce  LIEN

 

 

Publié dans Société: Ecologie-Santé, Société: Evolution | Lien permanent | Tags : automobile, énergie, électrique, pétrole | |  Facebook | | | | Pin it! |

03/06/2010

C'est la crise, Profitons-en!.

Justice

.

.

.

.

 

Politique et justice sociale?.

Deux phénomènes, au demeurant non liés, à savoir l'intégration à marche forcée de pays pauvres de l'ex-bloc soviétique et des revendications cultuelles, culturelles et identitaires nouvelles provenant pourtant de la dernière génération de nationaux musulmans qui, à priori, aurait dû être parfaitement assimilée ou intégrée car non confrontée à un exil difficile ou à une immigration voulue quelquefois forcée comme l'avaient connue leurs parents voire grands-parents, semblent déstabiliser une société occidentale européenne vieillissante qui, visiblement de concessions en aménagements laxistes empreints d'inégalités, ne parvient plus à maintenir un semblant de cohésion sociale équilibrée.

Justice politique et société!.

En termes de messages contradictoires et démagogiques, rien ne surpasse, hormis les slogans racoleurs politiques, les récentes décisions de justice qui ne manqueront pas d'alimenter les griefs de la nouvelle violence dite gratuite..

Parmi celles-ci, on appréciera la décision d'un juge qui autorise et implicitement favorise la mendicité d'une "mère accompagnée de ses enfants" en l'occurrence d'ethnie rom (sous-entendu que cela se pratique couramment chez eux) ouvrant ainsi la voie à une exploitation encore plus forte des enfants d'autant qu'hormis une analyse ADN, rien n'est moins sûr qu'il s'agisse réellement de ses enfants.

Précisons que dans ce cas précis, devant ce qui pouvait laisser supposer un tollé médiatique, on accordât à cette personne une allocation sociale au demeurant non critiquable sans perdre de vue que cela constitue un nouvel argument que les trafiquants d'êtres humains s'empresseront d'exploiter...au mieux de leurs intérêts!.

En regard de ceci, les mères (ne devrait-on pas aussi parler de pères?) qui n'assurent pas un suivi scolaire de leurs rejetons mais qui ne se livrent pas à la même mendicité se verront, elles, privées d'allocations familiales!.

POLITIQUE de la COMMUNICATION

La crise financière trouvant son origine non pas seulement dans une spéculation coupable et cupide mais bien aussi dans le constat que le personnel politique, à force de mauvaise gestion des deniers publics au bénéfice d'une complaisance électoraliste lui permettant d'assurer ses propres mandats, a creusé des déficits abyssaux allant même jusqu'à truquer les chiffres pour les grecs quoiqu'il ne soit pas exclu que d'autres n'aient simplement pas encore été découverts.

Et là où on aurait pu s'attendre à une prise de conscience proche d'un mea culpa salutaire, on reprend les vieilles rengaines consistant à désigner d'autres coupables à la vindicte populaire s'amendant ainsi de toute sanction électorale synonyme de perte de mandats et de revenus.

Une fois de plus, la justice décidément fort utile vient en renfort avec pour exemple une des dernières décisions qui rejette la plainte pour vol avec effraction déposée par un couple de personnes qui, au terme d'une vie de labeur, avait le malheur d'afficher un très relatif confort dans une ville belge "réputée" pour sa pauvreté moyenne!.

Par contre, il semble moins évident de condamner ce genre de comportement ostentatoire lorsqu'il est l'oeuvre de "caïds" dont le seul travail est d'assurer un trafic en principe répréhensible...quoique.

Cette propension politico-judiciaire de certains à stigmatiser la condition sociale des "riches" sans discernement sur l'origine des fonds a et aura deux conséquences majeures:

1. Il est plus facile, pour équilibrer des budgets mal gérés, de mettre à contribution ceux dont le travail a produit un capital visible et connu plutôt que de s'attaquer aux montants gigantesques produits par les trafics divers et blanchiments liés à cette "économie" souterraine et violente sans parler des dégâts collatéraux pour ceux qui les subissent et dont bien peu se préoccupe.

2. Combien de temps faudra t'il attendre pour qu'un vol avec violences ne soit excusé par la justice en raison d'un sentiment de pauvreté face à une société dite de consommation sachant que pour la plupart il est tout simplement inconcevable de fournir un quelconque effort alors qu'il suffit de se servir en arguant nombre de circonstances atténuantes bien connues des malfrats et de leurs avocats qui seraient bien mal inspirés de ne pas en user et abuser tant la démagogie fait loi.

ESTOMPEMENT DE LA NORME

La chute des valeurs n'est pas que boursière lorsque l'on observe une dévaluation des valeurs fondatrices de notre système politique et social ainsi que la piètre qualité des figures exemplatives véhiculées par les médias et communautés.

Entre scandales politico-financiers, vulgarités oratoires et émissions télévisées "people" dégradantes pour la gent féminine et d'un niveau intellectuel qui ne dépasse jamais la ceinture sans parler des "prêches" pro terrorisme avec non plus Che Guevarra mais Bel Laden et Al Quaïda en effigie. Mais ne nous inquiétons pas car Dieu est grand et saura au sein de ce mélange explosif reconnaître le bon grain de l'ivraie impure...!

CONCLUSION

Que n'entendra t-on toutes les belles âmes prôner la mansuétude extrême pour tout comportement délictueux de ces pauvres êtres en décrochage multiple et bien évidemment en recherches de repères et de reconversion tant que ceux-ci ne leur portent pas préjudice dans la mesure où ces bons samaritains habitent rarement les quartiers de ces délinquants qui eux, ont bien compris l'impact sociologique qui consiste à se plaindre des contrôles ciblés sur le supposé facies et le risque objectif de dégradations en rétorsion à des actions policières.

Article écrit par Pol et Mick.

 

INFO-Commentaires:

Vous avez lu cet article et vous voulez y contribuer par un commentaire et/ou un vote: Rendez-vous sur le site AGORAVOX qui a publié cet article en cliquant  ICI

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | |  Facebook | | | | Pin it! |