04/11/2006

Russie, le retour.

 

politique,russie,europe,usa,actualite.

 

Russie, le come-back

Ce grand pays que la majorité des américains et des européens estiment revenu au rang de moyenne puissance du fait de l'éclatement de l'Union soviétique et dont la zone d'influence s'est considérablement réduite pourrait très prochainement nous surprendre par une "vitalité" subitement retrouvée.

Tel l'ours blessé, la Russie, après un mouvement de repli destiné à reconcentrer ses forces en affichant dans les années Gorbatchev et encore Ieltsine un profil plutôt conciliant, défend à nouveau des positions notamment en matière énergétique et minière digne d'un pays conscient de sa splendeur retrouvée.

 

Pour l'anecdote, à l'image du jeu d'échecs, rappelons-nous qu'en matière de stratégie, les russes n'ont à recevoir de leçons de personne.

 

Poutine vladimir, Président de la Fédération de Russie sait à merveille jouer la fermeté dans sa gestion des affaires intérieures en n'hésitant pas à écarter toute personne ou groupe susceptibles de compromettre les desseins parfois obscurs du maître du Kremlin.

A titre d'exemple, revenons sur l'arrestation arbitraire de Khodorowski et le procès qui revisitait les plus belles heures du régime totalitaire soviétique et qui permit le "placement" dans un goulag de Sibérie de celui dont les succès économiques trop voyants ont fait craindre à la présidence russe qu'il n'envisage une conquête politique du pouvoir suprême.

 

Profitant habilement de la dialectique américaine quant à la guerre contre le terrorisme, une répression sévère se poursuit en Tchéténie sans que cela ne suscite guère de reportages de la part de la presse internationale et ce n'est pas l'assassinat récent de la journaliste Politkovskaïa qui incitera les agences de presse à envoyer de nouveaux correspondants, d'autant que le sujet ne passionne guère.

Preuve que la Russie joue à présent un rôle de premier plan et qu'une bienveillante méfiance s'installe à nouveau est la remise par le Président français à Mr Poutine de la décoration de Grand Croix dans l'Ordre de la Légion d'Honneur.

 

Europe-Russie, une erreur de stratégie.

L'Europe, dépourvue de Constitution, après une rapide annexion des pays "satellites" de l'ex URSS s'incline résolument vers la Méditerranée en programmant une entrée future de la Turquie.

Après la chute du mur de Berlin, au moment où un rapprochement avec la Russie visant à une intégration eût été possible du fait de l'affaiblissement évident de ce pays, la politique européenne s'est déchirée entre la volonté de chacun de ses états de conserver un maximum d'autonomie de gestion nationale dans un monde globalisé et la manipulation habile des Etats-Unis qui,bien vite, ont compris le danger de voir émerger une entité que l'adhésion de la Russie aurait placé à la tête des super-puissances .

De ce point de vue, le coût économique exorbitant des dernières entrées dans l'Union européenne complété par l'antagonisme religieux et culturel que représentera l'entrée prochaine de la Turquie dont l'appartenance, ô hasard, à l'OTAN,organisme finançé et contrôlé par les USA achèvera l'impossibilité de gouverner efficacement ce puzzle d'états.

 

Conclusion

 

Une fois encore, l'absence d'une vision ambitieuse d'avenir a réussi à maintenir l'Europe au rang de puissance moyenne permettant au reste du monde dans lequel la Russie retrouvera, avec l'accord tacite des autres "maîtres du monde", un rang que nous aurions pu partager en sa compagnie au même titre que nous avions en commun avec ce pays un ensemble non négligeable de valeurs historiques et politiques sans oublier d'anciens liens familiaux bien plus évidents que ceux qui nous relient à la Turquie.

Il est peu probable qu'une telle opportunité ne se représente jamais.

 

 

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : politique, russie, europe, usa, actualite | |  Facebook | | | | Pin it! |

09/10/2006

Corée du Nord, pied de nez nucléaire!

 

actualite,international,guerre.

 

 

Dernières infos

La communauté internationale a rapidement condamné l'essai nucléaire de la Corée du Nord.

Les Etats Unis réclament une action immédiate.

 

Et maintenant,...

De vives inquiétudes en sévères mises en garde et autres ukases, la communauté vient de se ridiculiser une fois encore en mettant en évidence les limites des moyens à disposition de l'ONU.

Que ce soit en Iran ou en Corée du Nord, ce type d'injonctions n'impressionnent guère et les échecs mis en lumière par les attitudes de ces pays auxquels s'apparentent de manière toutefois plus pacifique certains pays dits non alignés contribuent à l'émergence d'un mouvement désuni mais rebelle susceptible de bousculer l'ordre mondial établi et maintenu à force de pressions économiques et politiques.

 

Les dernières "maladresses occidentales" qui, au mépris de l'évidence d'un rapide et grossier montage de preuves à l'encontre de l'Irak permettant aux Etats Unis en compagnie de quelques autres états plus ou moins intéressés au dépeçage d'un état dont le régime subitement devenu infréquentable devait être exterminé, ont mis en évidence la nécessité pour des pays à régime autoritaire et potentiellement infiniment plus dangereux pour la stabilité internationale de se doter de l'arme ultime, à savoir l'arme nucléaire seule garante d'autonomie.

 

La communauté internationale et plus particulièrement l'Occident, à l'image d'un géant aux pieds d'argile, pourra t-elle longtemps encore tenir un double langage qui se satisfait pour les uns dotés de réactions imprévisibles d'une suite de réunions internationales stériles qui ne ralentissent en rien la course à l'équipement nucléaire et pour les autres plus vulnérables en terme de rétorsions militaires ou économiques de subir les visées géopolitiques hasardeuses.

 

La mise en évidence d'une politique extérieure internationale simpliste et de l'iniquité avec laquelle des gouvernements occidentaux agissent ne pourra qu'accentuer le risque de confrontation majeure de laquelle nous pourrions sortir très meurtris.

Il reste à espérer que quelques élections futures permettront d'entrevoir une mise en place de politiques où les actes seront mieux en accord avec les paroles et que dans l'intervalle les dégâts provoqués par des décisions peu réfléchies ne s'avèreront pas irrémédiables.

 

Tous les champignons ne sont pas comestibles....!

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : actualite, international, guerre | |  Facebook | | | | Pin it! |

31/08/2006

Guerre contre le terrorisme.

 

 

irak

 

 

 .

 

 

De ce début du XXI siècle, cette action restera sans doute un exemple de lamentable erreur de stratégie géopolitique.

Hormis quelques retombées financières de courte durée, nous en subissons quotidiennement les effets pervers.

En quelques temps,nous avons réussi! à fédérer des groupuscules dont les actes de violence étaient locaux et moins nombreux en un mouvement mondial sous la bannière de guerre sainte.

Cela combiné avec l'effet dévastateur pour l'équilibre régional du Moyen-Orient qu'a été notre incapacité à soutenir les régimes laîques ou religieux modérés sunnites (Irak, Liban, Iran au temps du Chah) au profit de régimes religieux chiites dont l'Iran se révèle le plus emblèmatique. 

Si certains dirigeants avaient appliqués à l'Iran les arguments et preuves (dont aucunes ne sont avérées) qui ont servis de déclencheur à l'invasion de l'Irak, on peut se poser des questions sur la décision passée.

 

s hussein

 

 

 .

 

 

Toujours est-il que l'aveuglement occidental permet le développement d'un mouvement international musulman chiite dominant la région du Moyen-Orient et entraînant un discours iranien décriant nos valeurs de libertés qui suscite certaines "vocations" de bombes humaines sur notre continent.

Nos sociétés endormies par une indéniable qualité de vie ne sont plus enclines à des confrontations idéologiques jugées dépassées.

Notre faiblesse est de croire qu'en apportant de l'aide humanitaire et financière massive, y compris dans des régions dans lesquelles notre "impérialisme arrogant" nous a rendus impopulaires, nous permettra de rétablir des relations souvent profondément détériorées.

Rappelons-nous qu'aucun modèle de civilisation n'est éternel et gardons en mémoire que les Grecs, Romains et autres Perses l'ont compris trop tard. 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : politique, terrorisme, guerre | |  Facebook | | | | Pin it! |

30/08/2006

Merci à l'Est Républicain !.

 

infos,international,medias,terrorisme.

.

 

Titre de l'Info! :  Ben Laden est mort d'une crise de typhoïde le 23 août 2006.

 

Notre première remarque a trait aux précisions quant à la date et la cause du décès qui ne sauraient être incontestables que dans la mesure où celles-çi avaient été révélées par une personne non suspecte d'appartenir à l'entourage de Ben Laden .

Ce qui, de toute évidence, n'est pas le cas.

Sachant que la rançon pour l'homme qui valait 25 millions de dollars, mort ou vif, n'a pas été réclamée, on ne peut que féliciter cet individu pour l'abnégation financière ainsi que pour l'amnésie opportune dont il fait preuve quant à l'endroit au Pakistan! où le saoudien est décédé.

 

La deuxième remarque concerne le choix qui a prévalu pour diffuser ce scoop en rappelant les "liens d'intérêt" bien compris entre d'une part le terroriste le plus recherché de la planète et les familles saoudiennes puissantes dont il fait partie et d'autre part, l'alibi que la traque de Ben Laden représente pour le gouvernement américain en justifiant l'octroi de crédits gigantesques auprès de la population américaine anesthésiée par les attentats du WTC. (lire l'article : Guerre contre le terrorisme).

 

A ce niveau, il nous paraît utile de rappeler les tirages de quelques journaux, tout en soulignant que l'Est républicain est le seul qui ne soit pas national.

 

0.210.000 exemplaires: L'Est Républicain.

0.380.000 exemplaires: Le Monde

0.750.000 exemplaires: Washington Post

1.160.000 exemplaires: New York Times

Hormis le coup de pub indéniable, au vu de ce qui précède, cela tient aussi de l'erreur de casting!.

 

D'autant que croire naïvement que les services saoudiens contrôlés par les services américains aient pu "oublier" de confier aux médias US ce type de nouvelles relève plus de la manipulation voire de la désinformation.

Pour alimenter la rumeur, ne faudrait-il pas envisager que l'entourage de Ben Laden utilise, lui aussi, les moyens de communication et en tire les avantages et les ficelles même les plus grosses.

 

En conclusion, au vu des implications financières et politiques représentées par le personnage de Ben Laden, il n'y aura de fin tragique possible et programmée de ce dernier que dans la perspective d'assurer, grâce à sa capture, une réelection des Républicains aux prochaines élections présidentielles US en justifiant ainsi la politique anti terroriste passée.

N'étant pas un surhomme, on ne peut exclure qu'il meure par accident ou en raison d'une santé notoirement fragile.

 

Aux prochaines Infos/Intox.

27/09/06

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : infos, international, medias, terrorisme | |  Facebook | | | | Pin it! |

24/08/2006

Guerre au Liban

A l'issue d'un nouveau conflit entre Israel et le Liban et plus particulièrement les milices du Hezbollah, les Nations Unies ont proposé l'envoi d'une force internationale visant à faire respecter le cessez-le-feu.
 
 
liban
 

 

.

D'une manière récurrente, on peut noter que pour tout problème dans cette zone, ce sont toujours les pays occidentaux qui assument les conséquences alors que les "voisins" arabes pourraient se voir confier ces missions et responsabilités.

Ceci dit, il nous paraît assez peu crédible de demander à ces milices d'avoir la "gentillesse" de bien vouloir désarmer.

Ils sont devenus, grâce! à l'intervention d'Israel, des combattants héroïques pour la plupart des Libanais.

 

hezbollah

 

 

.

La solution la plus pragmatique serait de les intégrer à l'armée libanaise.

De ce fait, ils ne seraient plus des "terroristes"et le Liban, dont l'armée est faible et déjà composée en majorité de chiites, serait responsable de ces hommes sur l'ensemble du territoire.

 

D'autre part, cet enrôlement mettrait fin à leur dissidence sans qu'il n'y ait la moindre humiliation tout en garantissant aux Israeliens de ne plus avoir à leur frontière des éléments armés non contrôlés par un état voisin.

Encore une fois, nous pensons que tout problème a sa solution.

Veut-on vraiment la paix?. 

 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : actualite, international, guerre | |  Facebook | | | | Pin it! |