28/08/2007

Belgique: Cherche "Premier" désespérèment...

 belgique 

  


 

.

QUAND DES SOURDS NE S'ENTENDENT PLUS !.

Au "surlendemain" des élections de Juin 07, l'impossilité de former un gouvernement fédéral démontre à souhait l'incapacité et/ou la difficulté pour les représentants des deux communautés régionales linguistiques d'encore incarner une envergure nationale.

Une vision régionaliste par essence réduite aux seuls profits et besoins d'une des communautés confine leurs représentants dans une analyse partisane au détriment des intérêts de l'ensemble de la population d'un des déjà plus petits pays d'Europe.

L'éclatement du pouvoir politique central belge ( lire article: Et si la Belgique m'était comptée...!: http://infotox.skynetblogs.be/archive/2007/02/14/et-si-la...  ) a permis aux partis dominants du Nord et du Sud du pays d'installer un système de contrôle particratique régional en lieu et place d'une gestion de politique nationale.

L'incompréhension et le déni de dialogue menant au séparatisme qui, au départ, ne paraissait être qu'une construction hasardeuse de dirigeants qualifiés hâtivement d'extrémistes finira par s'imposer au sein de la population flamande.

Du côté wallon, les dirigeants, sous couvert d'attachement à la nation et au Roi, conscients des risques de déclin économique à terme résultants d'un éclatement du pays refusent tout dialogue communautaire tel le coq (emblême wallon) menant une politique d'autruche.

Pour les "Belges du Nord", la stagnation persistante et certes coûteuse pour eux en termes de répartition budgétaire d'une grande partie de la région wallonne est le résultat d'une gestion socialiste omnipotente dont de récents scandales mettant en lumière des pratiques anciennes de détournements de capitaux communaux et régionaux au profit de quelques édiles et de leurs aréopages les confortent dans leur volonté de se séparer de l'état PS du Sud.

Le tassement tout relatif du PS wallon aux récentes élections, le poussant "provisoirement" dans l'opposition au niveau fédéral met au jour le conflit entre pouvoirs régionaux aux alliances assymétriques et la formation d'un gouvernement fédéral dans lequel l'une des composantes majeures est absente. La clef de l'échec actuel se trouve certainement dans cette constatation et l'apparente discrétion des dirigeants socialistes pourrait se voir récompensée par la formation d'un gouvernement élargi avec pour prétexte le "sauvetage" de la Nation Belgique. Qui perd, gagne !.

BELGIUM : THE END.

Qu'on le veuille ou non, hormis un bouleversement improbable de l'échiquier politique wallon, la Belgique vieille d'à peine 175 ans a vécu.

Ce pays est issu de la révolution de 1830 et défini comme Royaume par la mise en place des Saxe-Cobourg, noblesse d'origine allemande diversément appréciée suivant l'âge ou l'appartenance linguistique sans oublier que la popularité actuelle du roi Albert II ne garantit en rien celle de ses héritiers au trône.

Cette région d'Europe différemment délimitée à l'époque et dont Jules César vantait les mérites de ses habitants (Belgae) vit sans conteste ses dernières années de bonne intelligence!.

Les dissensions exacerbées par des décisions dont la portée idéologique vide de tout sens historique installent résolument un climat de méfiance réciproque entre les représentants des deux communautés du pays et qui seront tôt ou tard obligés de constater dans les faits que leur désorganisation programmée aura conduit à un tel effilochage des organes de pouvoir avec pour conséquences une paralysie lente des institutions combinée à une gabegie financière qui, sans la richesse économique belge, placerait cet état au rang des pays en développement victimes eux aussi de la mal gouvernance favorisant l'émergence de petits potentats locaux s'accrochant à leur parcelle de pouvoir au détriment du bien général et de leurs concitoyens.

L'EUROPE DES ... + 3 !.

Ce manque crucial de vision historique proche de l'aveuglement laisse augurer d'une situation ubuesque lorsqu'il s'agira de placer les trois minuscules régions issues de la Belgique au sein du Parlement européen  siègeant à Bruxelles qui cumulera les qualificatifs de capitale régionale flamande, de capitale régionale bruxelloise pour une communauté francophone dont la capitale est Namur !! tout en étant ex capitale belge.

Notons qu'en dépit des reportages surtout francophones qui tentent de démontrer que le sentiment national belge reste grandement majoritaire, il faut rappeler que les belges dont le vote est obligatoire confirment élections après élections les mêmes personnalités aux programmes bien connus.

Soit à considérer que les belges émettent un vote automatique irréfléchi, soit que plus concrètement, ils orientent leurs voix vers certains partis qui ont su mettre en place un système qui, grâce à  cette richesse économique incontestable, les réduisent au rôle d'assistés politiques ne fût-ce que pour l'attribution de divers avantages sociaux.

Dans ces conditions, la politique ne peut envisager de grands projets nationaux et préfère se contenter d'une pâle gestion régionale.

Pour rappel:

La devise belge: l'UNION FAIT LA FORCE.

Pour combien de temps encore?.

 

 

 

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : belgique, actualites, infos, politique, europe | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/06/2007

Elections belges: Le vote "juste"?.

belgique

 

 

 

 .

 

Résultats:10/6/07 (18h)

 Nord : victoire CD&V de Y Leterme ( futur Premier ministre)

            effondrement SPA et VLD.

 Sud :   progression ECOLO de JM Javaux.

            équilibre MR et PS.(avantage MR)

         

Pour rappel, ce 10/6/07, les belges se rendent dans les bureaux de votes pour les élections fédérales à la suite desquelles un nouveau gouvernement sera mis en place et un nouveau Premier ministre désigné et in fine nommé par le Roi.

 

Le déroulement des élections présidentielles françaises aura, toutes proportions gardées, influencé la campagne électorale belge qui malgré un début atone dont les seuls "curiosités" étaient de savoir quel "people" s'inscrirait sur telle ou telle liste aura fini par s'animer quelque peu.

 

DEBATS TELEVISES.

 

Toutes les chaînes privées et publiques néelandophones ou francophones belges se sont largement inspirées de la manière dont les débats et confrontations diverses entre hommes et femmes politiques ou encore entre des personnes de la société dite civile et les représentants politiques avaient été organisés en France.

Sans pour autant déclencher les passions, l'audience de ces shows n'en est pas moins restée forte.

 

- DISCOURS POLITIQUES

 

Progressivement aussi la campagne, qui au début, se contentait d'asséner les sempiternels slogans particratiques a fini par remettre de l'ordre dans certains programmes grâce à un "copier-coller" des positionnements et discours politiques des partis "frères" français.

Ainsi relève t'on du côté du parti MR proche des thèses UMP français et de son président D.Reynders, les haussements de ton et mise en lumière de scandales récurrents au sein d'une ville importante de la province du Hainaut avec pour message subliminal que cette gestion locale lamentable n'était que l'iceberg visible de tout un système de gouvernance omniprésente socialiste régionale.

Bien sûr, pour le PS et son non moins charismatique président E di Rupo cela ne sont que calomnies et d'en venir à diaboliser le président du MR jusqu'à, dès avant le choix des électeurs, exclure un partenariat avec ce parti au sein du prochain gouvernement.

Et à l'image du PS français de réclamer un vote "utile".

Paradoxe dans un pays où le vote déjà obligatoire se devrait en plus d'être orienté de telle manière qu'au bout de ce raisonnement un seul parti détiendrait tous les pouvoirs avec pour corollaire la règle du clientélisme et les risques de dérives dans des gestions sans contrôle démocratique!.

Quant au CDH, sa présidente J.Milquet tente un repositionnement du parti vers un centre élargi dont la base ni droite ni gauche mais les deux à la fois aura valu à F.Bayrou et l'ex UDF le succès d'estime qu'on lui a connu.

Reste le parti Ecolo, un peu victime en termes d'images de sa présidence bicéphale qui peut déplaire à certains électeurs dont la personnalisation imagée d'un parti est malheureusement plus compréhensible que les idées développées par celui-ci.

 

SITUATION après VOTES.

 

La construction fédérale, régionale, provinciale, communautaire et royale belge est si complexe que les évolutions comme les changements sont extrêmements lents et modérés.

Seul le Nord du pays où la lutte entre CDNV (CDH flamand) et VLD (MR flamand) risque de tourner à l'avantage du premier nommé.

Pour le Sud wallon, aucune victoire éclatante de l'un ou de l'autre n'est réellement attendue.

La trop grande majorité des belges se désintéressent d'une politique qu'ils jugent, à tort, comme réservée à une élite agissant en "cercles privés" alors qu'ils ne sont que des représentants provisoirement nommés et remplaçables pour mauvaise gestion ou incapacités notoires.

Aux électeurs de ne pas avoir la mémoire trop courte!.

 

BLOGPOLITIQUE BELGE.

 

En un mot: inexistante.

Aucun politique ne semble s'en soucier dans la mesure où un récent sondage démontre que moins de 5% des belges participent à cette nouvelle forme de débats citoyens libres.

Autant prêcher dans un désert industriel et social....

 

 

Alors le 10/6/07: Juste une voix ??.

 

 

 

 

 

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : belgique, elections, actualites, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/05/2007

Elections Belgique : People Fiction !

Belgique

 

 

 

.

ELECTIONS BELGES : La MEDIAVISION.

 

Comment susciter un minimum d'intérêt pour la politique dans ce pays, seul en Europe, où le vote est obligatoire et dont la population est aussi peu passionnée par les discours de "ses" représentants?

Renouveler les discours, avancer et défendre des projets audacieux mais qui demandent quelques efforts de clarification voire de renonciation à certains dogmes passéistes et par là même mettre en danger le nombre de sièges acquis précédemment?.

De ce brain-storming pré-electoral auquel se sont livrés tous les "stratèges" des partis belges est sorti LA solution universelle, à savoir, recruter des présentatrices, journalistes charmantes et les renforcer par quelques candidats d'ouverture! qualifiés de représentants de la société civile et pour lesquels la vie a tragiquement basculé du jour au lendemain, les faisant passer d'un anonymat bienveillant à une célébrité douloureuse et poignante.

En raison de leur lien avec des victimes, elles dramatiquement disparues, ces personnes ont subitement bénéficiés d'une reconnaissance et d'une authentique compassion les affichant comme nouveaux leaders d'opinions d'une certaine conscience populaire.

A défaut de repenser le fond en mettant en cause les doctrines particratiques dont les slogans et les discours demeurent identiques jusqu'à l'exhibition d' attributs vestimentaires frisant la caricature, les responsables politiques ont préféré soigner la ou les formes par une communication d'images.

 

COMMUNAUTAIRE: ECRAN D'INCAPACITES?.

 

Il faut bien constater que dans un pays où la gestion des problèmes dits communautaires requiert l'essentiel de l'énergie de ses représentants politiques, en dépit des préoccupations, problèmes et aspirations d'une population confrontée ni plus ni moins aux mêmes problèmes que les habitants des autres pays européens, s'étonner d'un manque d'intérêt des électeurs pour la chose politique relève, de la part de ces perpétuels refondateurs institutionnels, d'un mépris pour ceux qu'ils sont censés représenter.

De ce point de vue, dirons-nous du tout petit côté de la lorgnette, on est admiratif devant l'extraordinaire vitalité économique des entrepreneurs mais aussi des travailleurs, d'autant qu'avec un système de protection sociale de loin le plus généreux d'Europe, ces performances restent d'un niveau acceptable.

Cette propension à compliquer toujours plus les réglements et à multiplier les niveaux de pouvoirs jusqu'à l'absurde ralentit et paralyse progressivement un des très petits pays d'Europe jusqu'à rendre les contacts entre les minuscules régions qui le compose plus ténus et étrangers que ne le sont les échanges avec les pays voisins.

 

ELECTIONS: CONTROLE et SONDAGES.

 

Le détachement affiché et malheureusement assumé par une grande partie de la population ne permet plus d'assurer l'élémentaire contrôle démocratique sur la gestion politique.

A telle enseigne, qu'une succession de scandales et de mises en causes avérées et répétées par des "édiles" régionaux d'un même parti, quelqu'il soit, ne provoque aucun mouvement signicatif sur les résultats électoraux induisant, pour une minorité supposée de "gestionnaires"  une conduite délictueuse qui, éventuellement condamnée par la justice, n'obère aucunement un retour gagnant sur la scène politique.

Le système politique semble ici plus qu'ailleurs construit sur un fonctionnement particratique bien rodé et dans lequel la désorganisation de l'Etat permet de garantir quelquefois une opportune opacité des décisions tant les responsabilités sont morcellées et cloisonnées rendant ainsi toute "traçabilité" impossible. 

A ce niveau de stagnation, le recours aux sondages est presque devenu inutile tant les mouvements concernant les intentions de votes restent marginaux 

Une inquiétude supplémentaire vient corroborer cette analyse lorsque l'on apprend que la culture internet belge vis à vis de la politique atteint à peine les 5% .

Imaginez que la seule nouvelle qui intéresse la population reste la date arrêtée pour ces élections: Dimanche 10/06/07.

 

Autres articles sur le sujet: BELGIQUE.

-Et si la Belgique m'était comptée! (et non contée)

http://infotox.skynetblogs.be/archive/2007/02/14/et-si-la... 

-Particularités Belgo-belges.

http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/08/24/particul...

 

 

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : elections, belgique, politique, infos | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/02/2007

Et si la Belgique m'était comptée..!

belgique

 

 

 

 .

 

COMPTEE et non CONTEE.

                                 

 

Voilà bien longtemps que la fable Belgique n'est plus qu'un conte pour les différents pouvoirs politiques de ce pays destiné à assurer leur maintien auprès d'un électorat par trop complaisant.

BELGIQUE , UN PETIT COIN DE PARADIS

 

Assurément oui.

Aucun autre pays sur Terre ne connait une telle "désorganisation" politique de son Etat.

Soit, les hommes et femmes politiques belges sont des génies, soit...

 

ORGANISATION DE L'ETAT : ROYAUME FEDERAL DE BELGIQUE.

___________________________________________________

1.ETAT FEDERAL.

---------------------

Juxtaposition unique d'une monarchie constitutionnelle et d'un Etat fédéral.

Les compétences de l'Etat Fédéral sont:

Les matières nationales, la défense, les matières internationales, la sécurité sociale, la fiscalité nationale, l'économie, les télécommunications, la recherche scientifique.

 

2. COMMUNAUTE FLAMANDE/REGION FLAMANDE.

-------------------------------------------------------

Communes: 308.

Cinq provinces + Région Bruxelles-Capitale.

Capitale régionale: Buxelles/Brussel.

 

3.COMMUNAUTE FRANCAISE

--------------------------------

Cinq provinces + Région Bruxelles-Capitale.

Contrairement à ce que sous-entend ce nom, il ne s'agit pas des Français vivant en Belgique mais bien des Francophones de Belgique. Un belgicisme de plus!.

 

4.COMMUNAUTE GERMANOPHONE

--------------------------------------

Cantons de l'Est.( héritage de la seconde guerre mondiale).

 

Les compétences des Communautés sont:

La culture, l'éducation, les transports, l'aménagement du territoire régional, les relations internationales pour ce qui concerne les Régions.

 

5.REGION WALLONNE

-------------------------

Communes: 262

Cinq provinces wallonnes

Capitale régionale: Namur.

 

6.REGION BRUXELLES-CAPITALE

-------------------------------------

Communes: 19

Capitale régionale: Bruxelles.

-

Remarques générales:

-Chacune de ces subdivisions dispose de son propre gouvernement et fonctionne souvent de manière autonome quand ce n'est pas en opposition comme indiqué plus haut lorsque l'application des compétences régionales et fédérales se recoupent .

-Au niveau des capitales régionales, on constate que la capitale de l'Etat national fédéral Bruxelles/Brussel est aussi celle des néerlandophones ce qui, à la différence des francophones wallons pour qui le choix s'est porté sur Namur, ne manquera de compter au terme de la régionalisation de ce pays.

Anecdotiquement, la dénomination "francaise" pour la communauté ne vise pas les Français résidants en Belgique mais bien les Belges de langue française.

Par conséquent: Communauté francophone serait plus approprié.

--------------------------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------------------------

ORGANISATION DES GOUVERNEMENTS ET POUVOIRS

___________________________________________

1. Gouvernement Fédéral.

-----------------------------

Chambre des représentants.

Sénat.

Gouvernement composé de ministres dirigé par un Premier ministre.

 

2. Communauté Flamande.

------------------------------

Parlement flamand

Gouvernement composé de ministres dirigé par un Ministre-Président.

 

3. Communauté Française.

------------------------------

Parlement communauté française

Gouvernement composé de ministres dirigé par un Ministre-Président.

 

4.Communauté Germanophone.

------------------------------------

Parlement communauté germanophone.

Gouvernement composé de ministres dirigé par un Ministre-Président.

 

5.Région Bruxelles-Capitale

-------------------------------

Parlement Bruxellois.

Gouvernement composé de ministres dirigé par un Ministre-Président.

 

6. Collège Comissions Communautaires.

---------------------------------------------

7.Fonction Royale.

---------------------

Fonctions réduites d'une monarchie constitutionnelle.

Listes civiles: composés de conseillers divers pour le Roi, ses enfants et l'épouse du roi défunt Baudoin Ier.

 

8.Pouvoir local.

----------------

Au niveau communal, le fonctionnement est assuré par un bourgmestre assisté d'un Collège composé par un nombre d'échevins et de "conseillers" plus ou moins important.

 

-

Remarques générales.

-Un néophite ou un extra-terrestre qui débarquerait pourrait supposer qu'il s'agit là d'une organsition politique destinée à gouverner un pays aux dimensions gigantesques ou à tout le moins dont le nombre élevé d'habitants justifie une telle débauche de petits pouvoirs et dont le coût ne peut être assuré que par un pays extrêmement riche et prospère.

En fait, il s'agit d'un des plus petits pays d'Europe et peuplé par 6,2 millions de flamands et 4,2 millions de francophones!.

-

WALLONS-FLAMANDS, DIFFERENCES CULTURELLES.

 

Politiquement, culturellement et économiquement, les différences entre les deux principales composantes de ce pays se font de plus en plus remarquer plus particulièrement au sein de la population plus jeune.

Pour la population et le gouvernement flamand, l'essentiel des préoccupations est tourné vers le développement économique.

Les notions de royauté ou d'existence de l'Etat belge ne les intéressent plus.

La prospérité qu'ils connaissent (une des régions les plus riches d'Europe) les confortent dans un sentiment non péjoratif d'auto-suffisance.

A l'inverse, la situation économique difficile des francophones wallons et défendue par un gouvernement principalement socialiste depuis plus de trente ans sans discontinuité et ce, malgré  la générosité des fonds européens accordés aux régions pauvres! et des plans de relance encore plus nombreux que les niveaux de pouvoirs .

Force est de constater que les provinces du Hainaut et de Liège, dont on se plait à reconnaitre le passé industriel devenu chancres du paysage actuel et dont on arrive pas à s'extraire trente ans plus tard, sont défavorisées par rapport aux provinces de couleur politique différente comme le Brabant wallon, Namur ou le Luxembourg belge.

En quoi, les aides européennes qui ont transformé, par exemple, l'Irlande en pays à la croissance forte ont-elles modifié la région wallonne?.

 

CONCLUSION

 

L'avenir de ce pays passe par une reprise en mains des institutions et par une maximisation des convergences en réussissant à fédérer les potentialités plutôt qu'à chercher la singularisation à tout prix, fût-ce au démentèlement de ce si grand pays en deux, voire, trois entités minuscules. 

Les acteurs économiques ne pourront indéfiniment tenter de pallier les griefs particratiques de certains pour lesquels la devise semble être que pour se maintenir au pouvoir, il faut diviser pour régner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : elections, actualite, infos, belgique, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/12/2006

Flandre Libre:Scoop de télé..d'Etat!

13/12/06

-----------

1412-soir-belgique

 

 

 

 

 

 

 

                             La RTBF coupable d'un COUP de télévision D'ETAT.

 

En référence à une émission radio présentée en 1938 par Orson Welles,qui provoqua la panique générale aux Etats-Unis en annonçant une invasion des extra-terrestres, la RTBF (chaîne publique belge) aura étonnament réussi presque 70 ans plus tard à susciter un certain émoi auprès d'une population de tous âges qui aura montré son incapacité "intellectuelle" à profiter de l'accès à l'information via Internet ou plus simplement d'user de la possibilité de zapper sur une autre chaîne afin de vérifier l'information.

Par un clin d'oeil à Magritte, les téléspectateurs pouvaient cependant et assez rapidement dans le déroulement de ce programme lire un bandeau mentionnant : Ceci n'est peut-être pas une fiction.

 

Les réactions politiques, tous partis démocratiques confondus, ont vivement critiqué la mise en scène fictionnelle mais présentée comme acquise de la scission de la Belgique par le fait de la proclamation unilatérale de l'indépendance de la Flandre.

Que ne regrette t-on la même vigueur dans la condamnation de faits délictueux et malheureusement bien réels dans la gestion d'organismes et d'administrations publiques.

Apparemment et plus fondamentalement, la principale faute de la chaîne publique est de s'être approprié le thème qui depuis trente ans est considéré par la classe politique belge comme un domaine réservé leur permettant , au gré des tensions communautaires savamment entretenues par les uns et les autres de fragmenter à l'extrême un des plus petits Etats de l'Europe.

A entendre les réactions de bon nombre de télespectateurs crédules et consternants par un tel manque de discernement, on perçoit mieux la facilité avec laquelle les différents gouvernements belges ont réussi à redéfinir la devise de ce royaume qui était : l'union fait la force, en un Etat "fédéral" ayant pour référence : diviser pour régner!.

 

La réalité de la réalité démocratique belge se mesurera donc au nombre de mise à l'écart de certains des protagonistes de ce docu-fiction et les allusions de certains responsables quant au fait que le financement de cette chaîne de télévision est publique laisse entrevoir une propension plutôt malsaine d'agir via les dotations sur l'indépendance journalistique et éditoriale d' un média d'informations dont il serait  apparemment souhaitable qu'elle redevienne le simple porte-voix des autorités.

 

Restons vigilants et faisons en sorte qu'en Belgique aussi : Ceci ne soit qu'une fiction...

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : belgique, rtbf, flandre, actualite, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |