21/02/2012

Zone euro"mark": Imposer le régime grec.

Grece,Europe,Zone euro,dettes.

A l'image de la carte de la Grèce, il semble bien qu'il n'y ait pas que le pays qui s'effiloche...

Accord "historique" sur la dette grecque.

Consternant! serait plus approprié!.

En effet, hormis les peuples (ce mot à la mode...) grecs et européens qui subiront l'effet désastreux de ces accords politiques conclus en dépit de toute logique économique sur leur niveau de vie et ce pendant de longues années, que doit-on penser de cette auto-satisfaction affichée par ces politiciens qui après des années de non respect de normes fixées voici 10 ans dans un Traité de Maastricht dont ils n'ont tenu aucun compte tant les uns que les autres en creusant délibérément les déficits de par l'irresponsabilité démagogique d'adopter des budgets totalement dispendieux et ce surtout durant la période où la croissance économique permettait la réduction de ceux-ci de manière à anticiper un retournement de tendance toujours prévisible.

Mais pourquoi risquer une sanction électorale alors qu'en distribuant généreusement, en accordant privilèges et avantages à certains ou en créant nombre de commissions, pouvoirs locaux, régionaux en doublons pour la plupart, ils s'assuraient rentes et mandats électifs confortables.

(Ir)responsables et non coupables.

De même lorsque les premières alertes de soucis budgétaires ont surgi en Grèce, quelles furent les réactions des politiques européens?
Quelques réunions médiatiques, quelques déclarations rassurantes et surtout des photos souriantes et groupées (style photos de classe en fin d'année).

Et pendant ce temps, la situation et les finances grecques se dégradaient dangereusement et ce qui pris au début, n'aurait que peu coûté tant aux uns qu'autres a fini en tragédie grecque et en aides financières dont les montants astronomiques n'ont plus rien de réalistes.

Alors, les politiciens se sentant un peu dépourvus telle la cigale...s'en prirent à ces "vilains" marchés financiers et à leurs complices les agences de notations qu'il fallait sanctionner, poursuivre voire pendre (dixit: Livingston maire de Londres).

Car comment osaient-ils dégrader les notes de leurs pays et entraîner, qui sait, la réflexion (peu probable mais possible) des citoyens sur la question de savoir qui, en fait, les dirigeaient si mal?.

Et comme il est moins aisé de contrôler efficacement des agences indépendantes et privées que des organismes parastataux, au plus fort de la crise leur est venu l'idée brillante de créer une agence européenne qu'on imagine nettement plus accommodante avec les gouvernements dont elle dépendra!.

Au final, l'énième et certainement pas dernier accord intervenu aura cependant montré, même si personne ne le soulignera, que sans les banques et institutions privées, aucun financement d'état n'était, par le passé, possible mais qu'en plus celles-ci sont les seules à devoir enregistrer bon gré mal gré l'effacement, capital et intérêts confondus, d'à peu près 70% de la dette grecque alors même que les états qui sont les seuls à se féliciter du "sauvetage" n'en assument même pas 5%!.
La participation du FMI étant inconnue et incertaine au moment de l'accord.

Sortie de l'Euro"mark" 

L'évocation même de la sortie de l'euro font passer l'homme ou la femme...politique, l'économiste, le financier et le citoyen libre pour de dangereux populistes, nationalistes tant les dirigeants assurent, rassurent et martèlent qu'il n'y a pas de plan B.
Normal, ils n'ont jamais de plan B ce qui irrémédiablement, les (nous) conduit à la catastrophe de par leur manque d'analyse comparative et anticipation.

Alors que ceux qui refusent aux autres le droit de s'interroger sur l'adoption d'autres options possibles gardent bien en mémoire les noms de tous ces dirigeants qui, au bout de plusieurs plans drastiques d'économies faites sur le dos exclusif des citoyens car il ne saurait y avoir d'économies sérieuses faites sur le train de vie de l'Etat souverain ou de l'Europe de Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg (choisissez le siège qui vous convient!) finiront, un jour, par vous convaincre qu'il serait en définitive plus judicieux d'en revenir à une Europe de cercles concentriques voire de binomes et pour finir de nations somme toute plus faciles à gérer.

Avec la certitude de ceux qui n'en changent qu'en fonction des sondages ou de leurs seuls intérêts, les politiciens de la zone euro martèlent que la sortie de la Grèce de l'euro serait une catastrophe pour ce malheureux peuple grec car cela conduirait, par un retour au drachme, à une dévaluation immédiate de 50% de la valeur de leur monnaie.
Mais au fait, de plans en accords "historiques" uniquement destinés à préserver la force de l'euro"mark", la décote actuelle non pas de la monnaie euro-grecque mais du niveau de vie, des salaires, retraites...est déjà de 50%!! et ce avec aucune perspective de retour à la croissance qui serait factuelle et plus rapide grâce à une décote des biens et services grecs qui boosterait le tourisme, principale activité grecque.
Pour le secteur financier européen, celui-ci devra se contenter de papiers certes libellés en euros mais dont la valeur part progressivement en fumée...
Seuls bénéficiaires: l'Allemagne et les pays qui n'ont plus d'émergents que le nom qui tienne à un euro fort de manière à ne pas réduire la valeur de leur réserve déjà entamée par la faiblesse manipulée du dollar US.

Et puis faites leur confiance, il y a le fameux moteur franco-allemand qui, d'élections en changements de gouvernements, finira par ne plus tourner aussi rond d'ici quelques temps quitte à plonger tous les "europartenaires beni oui oui" dans une récession mais avec la satisfaction quasi machiste de posséder un euro fort, du moins pour ceux qui ne seront pas ruinés d'ici là.

EPILOGUE

Et après la Grèce, viendra le temps de l'Espagne, du Portugal...mais cela sera une autre histoire qu'ils vous raconteront aussi!. 
Quant à l'explosion de l'Euro, il suffira d'attendre que la France, toujours en pointe pour imposer des règles strictes aux autres mais qui jamais ne les respecte lorsqu'elle en est la "victime", se retrouve confrontée à l'impossibilité de maîtriser sa dette et décide soit de contourner la "règle d'or" en assouplissant, avec le subit aval de l'Europe, les termes et délais qui pourtant semblaient immuables lorsqu'il s'agit de les appliquer...aux autres!, soit de brandir la menace de sortie de l'euro qui provoquera une chute de la devise que, par ailleurs et de manière progressive et contrôlée, tous les pays européens, hormis l'Allemagne, espèrent ou à se diriger vers la fin de celle-ci sous forme de monnaie commune à la zone euro.

 

Article sélectionné sur AGORAVOX.

Pour le noter et le commenter, suivez ce  LIEN

 

Publié dans Société: Economie-Finances | Lien permanent | Tags : finances, grèce, euro, economie, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/02/2012

Droit de cité, Cités de non-droit.

Cités,violence,difficultés,.

Tout va bien, ceci n'est qu'un feu de joie...

 

Politique, Police, Justice, Société

 

L'irresponsabilité politique est patente dans ce phénomène de recrudescence de violence dans les cités et quartiers qualifiés de difficiles et plutôt que de qualifier d'extrémistes de droite ceux qui, tant les citoyens victimes que les observateurs neutres et surtout apolitisés, les dénoncent au vu de constats factuels, il parait suspect de constater que ceci puisse se poursuivre non plus dans une forme de clandestinité mais bien au grand jour sans que rien ne vienne entraver cette "new way of live".
Nos élus qui se veulent les représentants du peuple auraient-ils seulement des moyens pour traquer les petites incivilités de citoyens "honnêtes" parfois en situation précaire plutôt que pour mettre fin à de juteux trafics divers exercés en toute impunité au point que, pour les jeunes, cet afflux d'argent et de notoriété facile devienne le but d'une vie?.

Bien évidemment, le paradoxe vient aussi des discours "musclés" de certains qui se font les représentants de marque de nettoyage alors même que sur le terrain, que l'élu soit de la même couleur politique ou pas, hormis des aménagements fleuris aux abords de la maison communale, rien n'est fait comme le montrent quelques reportages, caméras cachées, qui se regardent tout au plus comme apéritifs avant les séries policières, médicales habituelles.
Et puis électoralement, profiter du désenchantement des citoyens est porteur de succès faciles...

Bel exemple d'irresponsabilité politique lorsque dans un pays laïque, chantre, du moins à l'étranger, de la défense des droits de l'homme (et de la femme?), on a vu un ministre de la Culture Frédéric Mitterrand défendre, au nom de l'art...l'oeuvre "Piss Christ" (Crucifix dans de l'urine) ou lorsque le maire de Paris Bertrand Delanoë en a fait de même pour la pièce de théâtre: "Sur le concept du visage du fils de Dieu" dans laquelle on lance des excréments ou imaginés comme tels sur le portrait du Christ soit en abrégé Shit Christ allant jusqu'à qualifier de militants fanatisés les manifestants heurtés par ce qu'ils considèrent comme un blasphème alors que dans le même temps, ces politiciens en viennent à regretter la provocation de Charia Hebdo due pour le temps d'une seule parution éphémère par Charlie Hebdo victime d'un lâche attentat "anonyme" au cocktail molotov et non pas comme pour les cas (catholiques) évoqués plus haut d'une banale procession de quelques marcheurs bien identifiés et encadrés par la police.

Relevons que très souvent, la mansuétude voire la défense de tels actes que l'ensemble des musulmans français condamnent vient très souvent du parti socialiste soucieux de récupérer cet électorat en compensation d'un milieu ouvrier et/ou défavorisé qu'il a depuis longtemps abandonné et vice versa car il faut bien comprendre qu'au départ les cités étaient destinées à ceux dont les revenus du travail étaient les plus faibles càd les ouvriers immigrés italiens, espagnols et "anciens" français qu'ils soient catholiques, juifs, protestants, athées sans que jamais ils ne posent le moindre problème avant de devoir céder la place à ceux qu'ils appelaient arabes et qui, d'ailleurs contrairement aux idées culpabilisantes que l'on nous ressasse, sont arrivés non pas à notre demande, à la différence des italiens et espagnols, afin de leur donner le travail que nous, français, belges..., ne voulions plus assumer mais bien plus du fait des décolonisations qui ont entraîné ceux qui, parfois trop proches des "occupants" ont voulu échapper aux exactions et brimades qui suivirent dans ces pays libérés.
Ces premiers arrivants doivent d'ailleurs être les premiers déçus de constater le retour opéré par les générations suivantes qui se veulent plus rétives à la langue du pays d'accueil ainsi qu'à l'affichage des usages et du mode de vie de leur pays d'origine dans lequel ils n'ont parfois jamais été les plongeant plus rapidement dans la spirale du chômage, ces "nouveaux" français desquels les primo-immigrés "européens" se sentaient assez éloignés en terme d'habitude de vie, nourriture et surtout de la pratique de la foi même si les principes, au départ, relevaient d'une foi sincère et privée voire discrète mais qui s'est actuellement mue bien plus en un prosélytisme omniprésent et public marginalisant voire excluant tout groupe qui ne la partage pas.
De même que pour les émeutes de cités, on entend la gauche en particulier tenir un discours lénifiant décrivant les pertes de repères d'une jeunesse en mal de vivre au sein d'une société de consommation de laquelle elle se sentirait exclue...sauf que celle-ci se rassemble via iPhone, Blackberry et autres iPad!.
Toute la stratégie consiste pour ceux qui ont installé un trafic multi-formes très lucratif d'exclure tous services publics (pompiers, ambulances, bus...et service au public: boutiques, bureaux de poste, succursales de banques...) qui non seulement les perturbent mais qui surtout les exposent à des contrôles d'où l'installation d'un véritable réseau de guetteurs avec, au besoin, un déclenchement de semblant d'émeutes avec leur lot de voitures incendiées, de vitrines cassées qui peut éliminer parfois un concurrent dealer et certainement faire reculer un peu plus les forces de l'ordre qui ne sont pas à l'abri non plus seulement d'objets divers lancés du haut des balcons mais aussi de tirs à balles réelles sans compter que la recherche d'une "bavure policière" pousse ces trafiquants à la provocation incessante et au flot de menaces et d'injures auxquelles la Licra et autres associations si pointilleuses du respect des différences (du moins pour certains!) semble sourde.

Europe et religions

Toute l'intelligence de l'implantation de la religion musulmane en Europe notamment part de ce que celle-ci a vite compris que, même au temps passé du quasi monopole de la religion catholique, la liberté était laissée aux croyants de penser, évoluer, vivre la foi de la manière qu'ils voulaient sans interdits ou obligations, hors période bien définie pour les plus assidus.
Cette tolérance séculaire ne conduit-elle pas aux excès d'aujourd'hui?.
En effet, si porter un masque tant pour les femmes que pour les hommes est courant lors de carnavals ou de quelques manifestations folkloriques, comment, au nom de la liberté, peut-on tolérer qu'une communauté sur base supposée d'un respect d'une religion, qui en principe reste privée et ne fait pas (encore) loi, impose au vu de tous les autres citoyens, croyants ou non, des accoutrements surtout destiné aux femmes devenues sous-hommes qui les font passer pour des parloirs ambulants!.
Imaginons qu'une "religion" impose à ces fidèles, les seins nus pour les unes et le cul nul pour les autres, ceci est volontairement excessif mais au fait, pourquoi l'interdire si le prophète de ce cul...te le demande?.
Encore une fois, sans revenir à ce qui est écrit dans un article précédent, la vocation des peuples dans des états laïques est de vivre en harmonie publique afin de ne soit choquer, soit influencer personne et si croyance il y a que celle-ci s'exerce dans des lieux de culte approprié et en nombre adéquat ou en privé dans des règles là aussi de vie en société commune.

Par parenthèse, notons que dans les pays arabes, les religions non musulmanes ne bénéficient non seulement en rien des mêmes avantages accordés en Occident mais qu'en plus elles sont victimes d'attentats, de tracasseries diverses et irrémédiablement condamnées à disparaître au nom d'une religion d'état qui se prétend, à l'extérieur, tolérante et oecuménique!.

Il sera intéressant de voir ce qu'il adviendra des libertés des uns et des autres lorsque progression démographique et regroupements familiaux oblige, la religion musulmane sera prépondérante dans "nos" contrées...
Autre particularité remarquable de cette religion est qu'on parle de pays musulmans alors qu'on a jamais connu de pays catholiques, protestants, juifs, bouddhistes...tout au plus une forte présence pour l'une ou l'autre de ces religions au sein de pays démocratiques et pluri-cultuels.

Que les bisounours et autres apôtres du politiquement correct, bien à l'abri dans des quartiers protégés et socialement favorisés, se rassurent, le réveil au doux son des minarets ne sera difficile que pour ceux et surtout celles condamnées par manque de moyens à y vivre de plus en plus sous une pratique de plus en plus suivie de la charia qui contraint les filles à ne fréquenter de "bons" musulmans avec non pas encore la lapidation mais quelquefois le vitriol voire le meurtre, islamiquement dénommé crime d'honneur!, si certaines d'entre elles se laissant aller à une occidentalisation honteuse pensaient au mariage avec un non musulman et au minimum à se voiler sauf à se voir obligées de subir diverses menaces, exactions et quolibets d'autant que se voiler la face est bien cause commune entre celles qui le portent réellement et la partie de la société qui se cache derrière un voile fictif pour ne rien voir.
A ce propos, n'omettons pas de satisfaire, tant par respect d'hypocrisie ambiante que par objectivité relative, que les quelques rares faits délictueux ne sont l'oeuvre que d'une toute petite minorité absolument non représentative de la grande majorité d'une communauté qui a le malheur de vivre dans des cités dans lesquelles elle subit, par malchance probablement, un environnement propice à diverses dégradations, déprédations, trafics en tout genre alors que celle-ci ne vise, bien entendu et tout le monde peut le constater..., que la paix dans le monde.

Déstabilisation ou évolution?

Notons le parallèle entre une régression internationale de l'influence sunnite généralement connue pour un niveau supérieur d'instruction et d'entente stratégique avec l'Occident au profit des chiites dont revendications et oppositions idéologiques aux thèses occidentales les poussent à la confrontation jusqu'à la suprématie affichée de plus en plus des lois de dieu versus les lois des hommes.
Non seulement ceci s'applique aux pays musulmans, ce qui n'est en fait que leur droit ou choix bien aidé en cela par les invasions et guerres d'ingérences intolérables conduites par l'Occident en total déclin et qui semble être le seul à ne pas s'en rendre compte mais, et ceci est plus inquiétant, cette préséance extrémiste religieuse cherche et réussit à infléchir les lois "démocratiques" laïques en leur faveur sous le prétexte sournois mais astucieux du droit à la différence souvent mis en avant par les plus intolérants des uns et soutenus par des politiciens et partis essentiellement de gauche qui y trouvent un potentiel électoral immédiat sans se poser la question de la pertinence d'adopter les exigences d'une communauté qui en définitive a intelligemment compris que l'intégration auparavant suivie par toutes les autres communautés sans exception n'était plus nécessaire face au recul de l'appareil législatif des états européens.

   
Mais alors, quel avenir pour les droits, libertés et devoirs des peuples européens?.
Tel l'empire romain, la "civilisation" (mot interdit) européenne, occidentale qui voit actuellement dans tout règlement, devoirs des citoyens envers la société une atteinte aux droits individuels perd non seulement toute autorité sur ses concitoyens enclins à se replier plutôt sur d'autres formes communautaires, religieuses, philosophiques mais voit également son rayonnement politico-économique international se réduire à peau de chagrin avec pour conséquence délitement des valeurs universelles, montée des extrémismes et régression du niveau de vie.
Sans boule de cristal mais avec une projection estimée à 50 ans sur base de la courbe passée et actuelle, il est probable que ce qui a fait les printemps arabes, avec là aussi et une fois de plus cette niaiserie occidentale qui s'égosillait devant la "génération Twitter et Facebook" aussi vite disparue qu'elle est apparue et qui aura duré le temps voulu par les islamistes soucieux d'attirer la sympathie ( et les finances occidentales), fera l'automne voire l'hiver européen pour ceux qui veulent se persuader que les arabes peuvent adopter la démocratie et que leur avenir ne se résume pas au choix binaire entre dictature et coran.

A moins d'être un martien fraîchement débarqué, une autruche la tête dans le sable ou, plus généralement un membre de groupes, associations ou partis qui voient dans ce politiquement correct de la défense communautaire un moyen rapide, efficace de séduire une part croissante d'une population encore minoritaire quitte à créer dans un avenir proche les conditions d'une impossibilité de vie en commun dans les cités dont on voit ce qu'il en est sur l'autre rive de la Méditerranée et qui se dessine déjà dans certains quartiers de villes, écoles, piscines, cliniques...européennes!.

Mise à jour (22/3/2012) Meurtres à Toulouse.
Après avoir, comme toujours dans ces cas précis, pointé l'idéologie d'extrême droite comme la responsable de ces actes, il a bien fallu que les "bisounours" se rendent, une fois de plus, à l'évidence que la propagande islamisme est bien plus efficace et requalifier un petit caïd de banlieue, lâche meurtrier en terroriste islamiste (suivi depuis 5 ans!).
Ce qui a pu, dans un premier temps, être utile au candidat Sarkozy redevenu "président protecteur" comme le fut G.W.Bush en 2001 (WTC) mais tenter d'en tirer un profit maximum en ralentissant la capture de celui qui n'est, de fait, qu'un assassin sans envergure peut en amener certains à se poser des questions quant à l'opportunisme de ce "fait divers" surtout si, au bout du compte, on le retrouve...mort!. (voir Dernière note).
De même, espérons que le ridicule ne tue pas Guéant lorsqu'il dit que tous les moyens techniques mis en oeuvre par le Raid ne permettent pas de savoir si Mohamed Merah est toujours vivant.
Dernière note: En effet, à l'issue de ce "siège", le Raid finira par le tuer!. 

Et bien sûr, ne stigmatisons pas (expression de plus en plus à la mode...) la communauté musulmane qui dans son immense majorité ne demande qu'à vivre en paix et à s'intégrer dans la différence du mieux qu'il leur est possible.
Que ceci soit dit à chaque manifestation criminelle d'un énergumène qui se réclame d'un islamisme violent malgré le fait que d'une part, il faut bien constater que ces "dérapages" sont en nette croissance et que d'autre part, on attend toujours que les "bisounours" expliquent pourquoi parmi toutes les communautés religieuses vivant en Europe, seule la communauté musulmane produit ces délinquants qui s'excusent de leurs méfaits par les habituels griefs de rejet, racisme, xénophobie tout en étant pourtant suffisamment intégrés et parmi les plus actifs pour tirer les bénéfices du "commerce" de la drogue (entre autres).

 

Article écrit par Pol et Mick.

 

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | Tags : société, evolution, religions, banlieues, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |