03/06/2010

C'est la crise, Profitons-en!.

Justice

.

.

.

.

 

Politique et justice sociale?.

Deux phénomènes, au demeurant non liés, à savoir l'intégration à marche forcée de pays pauvres de l'ex-bloc soviétique et des revendications cultuelles, culturelles et identitaires nouvelles provenant pourtant de la dernière génération de nationaux musulmans qui, à priori, aurait dû être parfaitement assimilée ou intégrée car non confrontée à un exil difficile ou à une immigration voulue quelquefois forcée comme l'avaient connue leurs parents voire grands-parents, semblent déstabiliser une société occidentale européenne vieillissante qui, visiblement de concessions en aménagements laxistes empreints d'inégalités, ne parvient plus à maintenir un semblant de cohésion sociale équilibrée.

Justice politique et société!.

En termes de messages contradictoires et démagogiques, rien ne surpasse, hormis les slogans racoleurs politiques, les récentes décisions de justice qui ne manqueront pas d'alimenter les griefs de la nouvelle violence dite gratuite..

Parmi celles-ci, on appréciera la décision d'un juge qui autorise et implicitement favorise la mendicité d'une "mère accompagnée de ses enfants" en l'occurrence d'ethnie rom (sous-entendu que cela se pratique couramment chez eux) ouvrant ainsi la voie à une exploitation encore plus forte des enfants d'autant qu'hormis une analyse ADN, rien n'est moins sûr qu'il s'agisse réellement de ses enfants.

Précisons que dans ce cas précis, devant ce qui pouvait laisser supposer un tollé médiatique, on accordât à cette personne une allocation sociale au demeurant non critiquable sans perdre de vue que cela constitue un nouvel argument que les trafiquants d'êtres humains s'empresseront d'exploiter...au mieux de leurs intérêts!.

En regard de ceci, les mères (ne devrait-on pas aussi parler de pères?) qui n'assurent pas un suivi scolaire de leurs rejetons mais qui ne se livrent pas à la même mendicité se verront, elles, privées d'allocations familiales!.

POLITIQUE de la COMMUNICATION

La crise financière trouvant son origine non pas seulement dans une spéculation coupable et cupide mais bien aussi dans le constat que le personnel politique, à force de mauvaise gestion des deniers publics au bénéfice d'une complaisance électoraliste lui permettant d'assurer ses propres mandats, a creusé des déficits abyssaux allant même jusqu'à truquer les chiffres pour les grecs quoiqu'il ne soit pas exclu que d'autres n'aient simplement pas encore été découverts.

Et là où on aurait pu s'attendre à une prise de conscience proche d'un mea culpa salutaire, on reprend les vieilles rengaines consistant à désigner d'autres coupables à la vindicte populaire s'amendant ainsi de toute sanction électorale synonyme de perte de mandats et de revenus.

Une fois de plus, la justice décidément fort utile vient en renfort avec pour exemple une des dernières décisions qui rejette la plainte pour vol avec effraction déposée par un couple de personnes qui, au terme d'une vie de labeur, avait le malheur d'afficher un très relatif confort dans une ville belge "réputée" pour sa pauvreté moyenne!.

Par contre, il semble moins évident de condamner ce genre de comportement ostentatoire lorsqu'il est l'oeuvre de "caïds" dont le seul travail est d'assurer un trafic en principe répréhensible...quoique.

Cette propension politico-judiciaire de certains à stigmatiser la condition sociale des "riches" sans discernement sur l'origine des fonds a et aura deux conséquences majeures:

1. Il est plus facile, pour équilibrer des budgets mal gérés, de mettre à contribution ceux dont le travail a produit un capital visible et connu plutôt que de s'attaquer aux montants gigantesques produits par les trafics divers et blanchiments liés à cette "économie" souterraine et violente sans parler des dégâts collatéraux pour ceux qui les subissent et dont bien peu se préoccupe.

2. Combien de temps faudra t'il attendre pour qu'un vol avec violences ne soit excusé par la justice en raison d'un sentiment de pauvreté face à une société dite de consommation sachant que pour la plupart il est tout simplement inconcevable de fournir un quelconque effort alors qu'il suffit de se servir en arguant nombre de circonstances atténuantes bien connues des malfrats et de leurs avocats qui seraient bien mal inspirés de ne pas en user et abuser tant la démagogie fait loi.

ESTOMPEMENT DE LA NORME

La chute des valeurs n'est pas que boursière lorsque l'on observe une dévaluation des valeurs fondatrices de notre système politique et social ainsi que la piètre qualité des figures exemplatives véhiculées par les médias et communautés.

Entre scandales politico-financiers, vulgarités oratoires et émissions télévisées "people" dégradantes pour la gent féminine et d'un niveau intellectuel qui ne dépasse jamais la ceinture sans parler des "prêches" pro terrorisme avec non plus Che Guevarra mais Bel Laden et Al Quaïda en effigie. Mais ne nous inquiétons pas car Dieu est grand et saura au sein de ce mélange explosif reconnaître le bon grain de l'ivraie impure...!

CONCLUSION

Que n'entendra t-on toutes les belles âmes prôner la mansuétude extrême pour tout comportement délictueux de ces pauvres êtres en décrochage multiple et bien évidemment en recherches de repères et de reconversion tant que ceux-ci ne leur portent pas préjudice dans la mesure où ces bons samaritains habitent rarement les quartiers de ces délinquants qui eux, ont bien compris l'impact sociologique qui consiste à se plaindre des contrôles ciblés sur le supposé facies et le risque objectif de dégradations en rétorsion à des actions policières.

Article écrit par Pol et Mick.

 

INFO-Commentaires:

Vous avez lu cet article et vous voulez y contribuer par un commentaire et/ou un vote: Rendez-vous sur le site AGORAVOX qui a publié cet article en cliquant  ICI

Publié dans Société: Evolution | Lien permanent | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.