04/02/2008

Microsoft: Tous contre Un ?.

Google vs Yahoo! Microsoft

 


 

 

.


Le géant de Redmond vacillerait-il?


Le temps où Microsoft régnait en maître absolu sur le monde du web touche t-il à sa fin, coïncidant en cela avec le retrait progressif de son très charismatique patron par ailleurs trop souvent dogmatiquement décrié: Bill Gates.

Quelques tracasseries à tout le moins...

- Le concurrent des IE 7 et Vista, à savoir Mozilla Firefox, grapille sans cesse des parts de marché.

- La Commission européenne s'est violemment emportée contre la firme de Redmond lui infligeant une amende record de 497 millions d'euros au motif (bien à propos?) d'abus de position dominante sans oublier la condamnation pour Media Player inclus dans Windows sur base d'une plainte déposée en 2000 par Sun Microsystems relayé en 2006 par IBM et Oracle.

- La commission européenne envisagerait le même type de sanctions pour Vista qui inclut d'office certains logiciels comme en son temps Explorer.

- L'antagonisme Google-Microsoft vire à l'affrontement de ces deux géants sur toutes les nouvelles acquisitions ainsi que le montre la récente mainmise sur DoubleClicq par Google au détriment de Microsoft.

- L'offre de rachat de Yahoo! proposé une nouvelle fois, après un échec en 2006, par Microsoft pour la somme de 44 milliards de dollars a non seulement fait bondir l'action de 19 à 28 dollars, mais aussi l'inévitable Google qui, ironiquement accuse Microsoft d'utiliser des méthodes d'abus de pouvoir similaires à celles utilisées par le passé (selon Google&Co), alors qu' en terme de position dominante, les revenus publicitaires générés par le moteur de recherche Google avoisinnent les 75% pour à peine 15% chez Yahoo et 3% pour Microsoft!.

Au passage, on notera qu'il serait regrettable que le portail Yahoo! ne puisse réussir à maintenir son indépendance fût-ce par une alliance avec un autre groupe type Disney ou encore AOL tant sa compatibilité avec Microsoft au niveau messagerie ainsi que ses performances et innovations ne sauraient être préservées dans une absorption par Microsoft ou  Google.

Du seul point de vue boursier, il faut s'attendre à ce que le cours de l'action déjà bien dopé par la première offre ne cesse de progresser au fil des approches et déclarations des uns et des autres.

La logique boursière veut que Yahoo! tempère voire refuse dans un premier temps cette offre afin de pousser Microsoft à un renchérissement de celle-ci.

A vos portefeuilles...

Publié dans Société: Economie-Finances | Lien permanent | Tags : economie, finances, yahoo, google, microsoft, web | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.