22/09/2007

Belgique : Les pistes de l'Explorateur...

 Atomium

 

 

 

.

SOIS BELGE ET TAIS-TOI !.

 

 

Plus de 100 jours après des élections fédérales qui, perversion du système électoral belge oblige, n'ont de fédéral que le nom tant les  revendications régionalistes faussent leurs résultats et après avoir nommés formateurs, conciliateurs mais aussi avoir connu une intervention rapide d'un ancien démineur, le Roi des Belges, bien ou mal conseillé, s'est vu obligé d'innover et de nommer un explorateur! dont l'extrême discrétion peut faire craindre qu'il ne se soit perdu dans les méandres institutionnels d'un des plus petits pays d'Europe dont l'ambition est de rétrécir encore jusqu'à risquer de succomber à une anorexie territoriale doublée d'une boulimie politico-institutionnelle.

Il faut reconnaître qu'à force de procéder d'élections en élections à des réformes visant à vider le contenu fédéral pour en transférer tous les attributs à des régions et sous-régions sans que jamais, le souci de cohérence et d'efficacité ne soit au centre des préoccupations de telle ou telle personnalité plus en adéquation avec une doctrine particratique qu'un quelconque sens dévolu à ce qu'il est convenu d'appeler: un/e homme/femme d'état, la Belgique semble connaître un point de non retour.

Toutefois, la volonté séparatiste flamande a le mérite de sa constance et face à l'attitude simplement négative des partis francophones, il est évident que les mentalités du Nord du pays finiront par adhérer majoritairement aux idées autrefois attribuées avec un certain mépris au Vlaams Belang (Parti extrêmiste flamand).

Force est de constater que pour bon nombre d'observateurs étrangers, la déconstruction de la Belgique, qui jusqu'alors prêtait à sourire voire à railleries, finit par inquiéter sinon agacer.

GRIEFS ET REVENDICATIONS.

- Scission de  Bruxelles, Hal/Vilvoorde (BHV).

- Débat sur la suppression de la royauté.

- Suppression des droits accordés aux francophones dans les communes dites " à facilités".

- Régionalisation des dernières compétences fédérales.

La seule réponse francophone actuelle d'une création illusoire et temporaire d'un "front du refus" est symptomatique d'un manque de volonté ou de capacités de leur part à initier de vraies réformes dans le dysfonctionnement de la région Wallonie-Bruxelles empêtré dans une quantité de petits potentats locaux exercants un pouvoir parcellaire tant leurs décisions dépendent d'une myriade de circulaires édictées souvent en opposition l'une de l'autre du fait aussi de ce que les régions et sous-régions disposent de majorités assymétriques.

La Belgique affiche aussi en regard du nombre d'habitants un nombre de ministres et de ministres-présidents plus proche de son ex-colonie le Congo que de n'importe quel autre pays développé du XXI siècle.

PISTES NOUVELLES. (Suppressions).

Si la Belgique veut ou peut encore figurer parmi les états responsables et en accord avec le monde en évolution actuel, il conviendrait d'examiner quelques idées nouvelles et constructives.

- Suppression de la Royauté après le règne d'Albert II dans l'éventualité où aucun de ses héritiers n'obtiendrait aux élections fédérales le quorum nécessaire au maintien de celle-ci.

- Suppression de la Communauté française de Belgique qui n'est somme toute qu'une aberration linguistique belge dans la mesure où cet organisme est censé représenter les Français résidants en Belgique et non les francophones belges.

- Suppression de la Commission Wallonie-Bruxelles qui se veut le lien entre deux régions autonomes du pays alors que l'échelon fédéral se doit d'en être le seul garant.

- Suppression de la région et du gouvernement de Bruxelles-capitale pour ne garder que deux régions linguistiques associées à leurs territoires. Bruxelles faisant partie d'une nouvelle "région" étendue (voir ci-dessous).

- Suppression par la région flamande de Bruxelles comme capitale de sa région remplacée par une des villes de son choix faisant partie de son territoire tant il est évident que par définition une région indépendante et autonome ne peut être la capitale d'une autre région autonome et indépendante.

PISTES NOUVELLES. (Créations).

- Réunification de la Province du Brabant par absortion de l'ex Brabant Flamand et du Brabant Wallon en une seule entité désenclavant de fait Bruxelles.

- Administration de cette Province par l'Etat fédéral qui fait de Bruxelles défait de tout appétît régional sa capitale à l'instar de Washington (USA) et en gérant cette province à parité linguistique.

- Redéfinition claire pour nos contacts, traîtés et contrats internationaux des missions dévolues à l'Etat fédéral ainsi qu'aux deux entités régionales.

- Par souci de cohérence et de clarté pour les touristes européens munis ou non de GPS!, les noms des villes seront affichés exclusivement dans la langue de la région d'origine hors le bilinguisme obligatoire pour la capitale fédérale, exemples: Gent en Wallonie mais Liège en Flandre.

CONCLUSION.

A défaut d'une profonde et ambitieuse remise à plat d'un nombre considérable de réformes passées aux contours électoralistes à courte échéance et de l'élaboration concertée entre communautés respectueuses l'une de l'autre mais enfin auto-gérée dans un état fédéral débarrassé de ces blocages incessants, la Belgique connaîtra une énième "réformette" qui lui permettra certes de former un prochain gouvernement tout en sachant qu'elle vit sans doute ses derniers moments d'union.

D'autre part, il serait opportun de procéder enfin à des réformes visant la seule efficacité au service des concitoyens et dès lors stopper toute addition sans fin de niveaux de pouvoirs plus dévolus à la particratie et à ses dérives régulièrement mises au jour en revenant au plus vite à la notion de saine et responsable gestion d'un état qui, espérons-le pour les Belges, n'est petit que dans sa superficie...

Lire aussi:

-Cherche "Premier" désespérèment...:

 http://infotox.skynetblogs.be/archive/2007/08/28/belgique...

-Et si la Belgique m'était comptée...:

  http://infotox.skynetblogs.be/archive/2007/02/14/et-si-la...

-Flandre libre, scoop de la télé d'Etat:

 http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/12/15/flandre-...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique: Belgique | Lien permanent | Tags : communautaires, belgique, politique, reformes, gouvernement, actualites, regions | |  Facebook | | | | Pin it! |

19/09/2007

American Dream: World's nightmare?.

American dream

 

 

 

 .

.

SUBPRIME, RIEN NE VA PLUS...

L'octroi, début des années 2000, de prêts hypothécaires liés au taux directeur de la Banque centrale américaine (FED) à des personnes n'offrant pas ou très peu de garanties provoque quelques remous au sein du monde financier dans la mesure où nombre de ces ménages se sont retrouvées incapables de payer les primes revues à la hausse en raison de la liaison avec la progression des taux FED

Ces ménages ont été obligés de revendre et de perdre leurs logements tandis que se profilait pour les organismes prêteurs l'impossibilité de récupérer l'entièreté du prêt du fait de l'effondrement d'un marché immobilier début 2006 submergé de biens à vendre.

Cela met une fois encore en lumière la fragilité d'un système économique basé sur l'endettement publique et privé issu d'une quasi philosophie de vie consistant à dépenser plus qu'on ne gagne persuadé que le reste du monde, principalement l'Asie, continuera de financer ce déséquilibre financier d'une nation dont la prédominance semble désormais plus théorique que réelle.

La dette publique américaine avoisine les 70% du PIB et même si objectivement l'invasion de l'Irak a un coût astronomique estimé entre 500 et 900 milliards de dollars!, il semblerait, selon les chiffres publiés, que l'administration Bush ait ramené ce même déficit publique de 4,8% en 2003 à 2% actuellement.

Quant au déficit commercial, après avoir atteint un record à 726 milliards de dollars, celui-ci tend à se réduire progressivement en partie grâce à la faiblesse entretenue du dollar US.

THE AMERICAN WAY OF LIFE

Le principal et seul? soutien de l'économie américaine vient de ce que les ménages américains restent plutôt confiants et maintiennent un niveau de dépenses suffisant.

Toutefois, si l'on met en parallèle le nombre de licenciements d'une industrie manufacturière, victime d'importations massives venant d'Asie, non compensé par les entreprises de services et de technologies, provoquant dès lors une remontée du chômage assez inhabituelle aux USA.

Qu'à cela, on ajoute une croissance US chutant brutalement en 2007 ce qui vient d'inciter la Réserve fédérale dirigée par B Bernanke, successeur du très charismatique et toujours loquace A Greenspan, à réduire ses taux directeurs de 5,25 à 4,75% avec pour espoir de tempérer quelque peu l'angoisse de certains organismes pourvoyeurs de prêts dits Subprime (ex: Northern Rock) tout en augmentant malgré tout le risque d'un retour de l'inflation toujours supérieure au chiffre généralement considéré comme critique de 2%.

Pour noircir encore le tableau de l'économie américaine, on notera que les dépenses d'investissement des entreprises stagnent ou, au mieux, redémarrent sans conviction et pourraient laisser entrevoir le spectre d'une récession renforcée par une lente mais continue dégradation du dollar dont les signes de faiblesse persistants face entre autres à la monnaie européenne finiront par entamer une confiance aveugle et souvent muette dans ce qui semble être aujourd'hui la fin de la suprématie tous azimuts d'une superpuissance affaiblie notamment par les récents et "trop" visibles échecs d'une géopolitique aux objectifs aussi fallacieux que ne l'étaient les analyses erronées préliminaires.

US/MONDIALISATION

Malgré tout, il faut se garder de tout triomphalisme malvenu tant il est évident que si les USA ne parviennent pas à remettre durablement la machine économique de leur pays en route au plus tard à la suite d'un nouveau programme plus rigoureux issu des prochaines élections de 2008, nous aurons tous à subir des vagues "tsunamiennes" dont les conséquences ne peuvent s'évaluer qu'au regard de crises financières passées et que même en considérant que tout n'est qu'affaire de cycles haussiers et baissiers, l'éventualité d'un hard landing toujours possible de l'économie américaine n'étant plus hypothèse farfelue, il s'agit pour les responsables économiques et politiques internationaux d'examiner au plus vite les mécanismes de contrôles et d'ajustements à leur disposition afin de juguler au plus vite ces symptômes inquiétants et précurseurs d'hémorragie financière.

Dans un monde globalisé et interdépendant, les outils d'un marché financier "libéral" ne parviennent plus à réguler seuls les fluctuations instantanées provoquées par l'annonce çi et là de dysfonctionnements monétaires dans la mesure où le pouvoir des Banques centrales principales agissent de manière individuelle en fonction de leurs propres marchés intérieurs au grand dam des USA qui tentent de "culpabiliser" que ce soit la Banque centrale chinoise rechignant à réévaluer le Yuan ou encore la mise en cause de la BCE pour le maintien d'un Euro fort.

Dans ces conditions et toute chose restant égale par ailleurs, on ne peut exclure une chute brutale d'un dollar US en perte de confiance et qui n'assume plus le rôle de valeur-refuge autrefois dévolu à l'or.
Que ceux qui, par simplisme idéologique, pourraient se réjouir des difficultés économico-financières des USA n'oublient pas trop vite que ceux-ci vivent à crédit d'un dollar qui inonde le monde et que s'il est plus que probable que la vitalité économique de l'entreprise libérale américaine réussisse, une fois encore, à s'en sortir, il n'est pas certain que le monde spectateur de ce retournement ne paye pas le prix fort et ne plonge lui-même dans une crise de laquelle il mettra bien plus de temps et de difficultés à sortir et peinera à retrouver un dynamisme suffisant à recréer prospérité et niveau de vie acceptable pour ses citoyens.

 

 

 

Publié dans Société: Economie-Finances | Lien permanent | Tags : subprime, usa, economie, finances, dettes, dollar | |  Facebook | | | | Pin it! |

09/09/2007

USA.11/9/07: Tours jumelles aveugles...

B LadenGW Bush  

 

 

 

.

.

11/9/2007 : NO RISK.

Examinons pourquoi il existe, en effet, peu de risques de voir se reproduire des attentats dévastateurs et spectaculairement aussi bien organisés que ceux qui ont plongé les USA en 2001 dans l'horreur d'un acte terroriste sans précédent perpétré sur son propre territoire.

D'abord du côté américain où le président G Bush a pu indirectement "bénéficier" de ce terrible coup du sort? pour assurer une réélection qui paraissait pour le moins compromise en provoquant un rassemblement populaire des américains trop heureux de lui signer un chèque en blanc pour toutes mesures budgétaires, militaires et sécuritaires qui sans la survenance de ces attentats simultanés sur quelques symboles de la société américaine n'auraient jamais été adoptées.

Ensuite, le "coup de pub" réussi par Ben Laden, chef proclamé du mouvement islamiste Al Quaeda, a permis d'asseoir pour longtemps le fait qu'aucun pays n'est désormais à l'abri d'actes terroristes dont les victimes restent invariablement des civils innocents.

Dès lors que la fin de mandat présidentiel américain est proche, afin de maintenir au sein de la population un certain niveau d'angoisse propice à l'obtention çi et là de quelques crédits supplémentaires, il suffit de sortir aux dates anniversaires une vidéo du leader islamiste qui, à en croire la toute dernière, malgré une traque décrite comme minutieuse et implacable, soigne tellement son image qu'il semble rajeunir !.

Il est étonnant que la propagande ne cherche à déstabiliser les partisans de B Laden comme elle fit fréquemment pour S.Hussein, du moins jusqu'à son exécution par pendaison, en affirmant qu'il ne s'agit là que de sosies.

THE SHOW MUST GO ON.

D'autre part, le conflit irakien, n'ayant eu comme seul résutat! que l'assassinat de l'ex-président/dictateur S Hussein, de sa famille et de son entourage sunnite, n'en finit pas de dépecer et de réduire un pays autrefois suffisament développé économiquement et culturellement en une région où vivre devient une gageure journalière et ce dans une indifférence internationale de plus en plus perceptible.

Rappelons que cette guerre dont les mobiles officiels de recherche d'armes de destruction massive relevaient d'un grossier montage de fausses "preuves" encore une fois destinées à convaincre un peuple américain, alors sous le choc des attentats du 11 septembre 2001, de l'urgence d'envahir l'Irak afin d'éviter un cataclysme mondial, aura coûté la vie à un nombre évalué en centaines de mille d'irakiens ainsi que les 3700 soldats américains morts dans ce combat fantôme sans oublier les deux millions de réfugiés irakiens pour la plupart sunnites soumis au nouveau pouvoir démocratique chiite et kurde.

Par ailleurs, même si les attentats terroristes ne sont pas chose nouvelle, il est indéniable que la "croisade" américano-britannique aveugle et vouée à l'échec aura dangereusement fédéré un certain nombre de factions et mouvements aux revendications terroristes et/ou idéologiques en une organisation dont le but avéré est la destruction à plus ou moins longue échéance des valeurs de la civilisation occidentale.

PAX AMERICANA.

L'organisation du monde est basiquement binaire dans ce qu'elle engendre en tous temps des oppositions en blocs hostiles sans oublier que les zones ou régions du globe voient leurs pouvoirs évoluer de manière telle que tôt ou tard ils disparaissent tels des cycles somme toute assez réguliers.

La mentalité et la philosophie des premiers colons venus d'Europe qui s'installèrent sur ce continent en massacrant puis parquant les autochtones qu'étaient les indiens coupables de détenir des richesses minières est toujours aussi vivace aujourd'hui chez les américains lorsqu'il s'agit de résoudre les problèmes par la force plutôt que par la diplomatie ou la force de persuasion liées aux valeurs dont nous, vieux européens !, partageons l'essentiel.

Gageons que Novembre 2008, le mois des prochaines élections US, sera le retour vers une politique plus intellectuellement honnête et soucieuse d'un équilibre dû au respect mesuré des convictions de chacune des nations vivant sur une planète unique et commune.

Lire aussi: Articles dans Archives (Colonne gauche)

-Irak : Au jeu du Pendu. http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/12/28/irak-au-... 

-11septembre... http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/09/01/11-septe...

-Guerre contre le terrorisme. http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/08/31/guerre-c...

 

 

 

 

Publié dans Politique: USA | Lien permanent | Tags : b laden, attentats, 11septembre, usa, g bush | |  Facebook | | | | Pin it! |