10/04/2007

Ecologie: Apocalypse Tomorrow.

images

 

 

 .

RAPPORT GIEC : RECHAUFFEMENT PLANETAIRE.

 

 

Les experts, principalement scientifiques, réunis à Bruxelles (Avril 2007) sont finalement arrivés à la conclusion, largement anticipée, que les les émissions de gaz à effet de serre produites par notre mode de consommation et de production étaient responsables des changements climatiques récemment observés.

Depuis quelques années déjà, quelques scientifiques ont tentés de nous alerter sur les risques environnementaux que nous prenions à ne pas vouloir modérer l'exploitation des minerais fossiles.

La prise de conscience et la récupération de ce discours par le monde économique et politique peut poser question sur les réelles motivations sous-jacentes de ces mises en garde répétées et alarmistes.

Ne perdons pas de vue que les réserves de pétrole et de gaz ne sont ni épuisables ni majoritairement situées dans des régions politiquement stables et que la conjonction des deux paramètres conduit souvent les prix à fluctuer dans des marges importantes mettant en difficulté nos économies.

D'où, l'idée de conscientiser pour ne pas dire manipuler l'opinion publique sur la nécessité d'un changement de comportement de masse incluant des hausses de prix permettant l'exploitation de nouvelles énergies autonomes de toute tension géo-politique.

Cette conjonction d'intérêts politico-économiques ouvre des possibilités gigantesques sur la "création" d'une nouvelle économie et d'entrevoir la possibilité d'assister, avec le soutien inconditionnel d'une population craignant pour sa survie, à un véritable "boom" industriel .

 

CAUSES ou CONSEQUENCES?

 

Si l'on se rappelle que la Terre est un organisme vivant en constante évolution au sein de galaxies elles-mêmes en perpétuelles mutations sur des milliards d'années, prétendre que notre mode de consommation, fut-il étalé sur cinquante ans, est le détonateur de la hausse actuelle des températures peut paraître exagéré.

Les difficultés réelles qui nous préoccupent ne seraient-elles pas la conséquence de l'expansion effrénée de notre population humaine mondiale qui est la seule responsable de la raréfaction voire la disparition des terres, ressources aquatiques, animales et végétales.

De tous temps, la "nature" a su rééquilibrer ce type de situations en éliminant la source de ces perturbations.

Etant entendu qu'il est souvent plus facile et plus rentable de s'attaquer aux conséquences périphériques d'un phénomène d'une telle ampleur plutôt que de prôner, dans ce cas précis, une régulation natale rapidement décriée en tentative de manipulation de races et autres phantasmes de ce type.

Le réel handicap de l'humain est que devant le réel succès de quantités de réalisations, il en est arrivé à la conclusion que toute catastrophe était de sa faute et que toute amélioration lui était attribuable.

Contrairement aux autres organismes vivants qui composent avec la nature, nous avons pris l'habitude de la façonner à notre guise, jusqu'au jour où l'addition de tous ces dérèglements nous sera réclamée.

Et cela n'a rien à voir avec Dieu, Allah et tout être soi-disant suprême sorti de nos peurs et imaginations issues d'un autre temps.

Simplement le résultat d'un processus universel qui naît, se développe et meurt suivant des échelles de temps certes différentes  mais néanmoins immuables, que cela nous plaise ou non!.

Signalons enfin que la thèse défendue par les scientifiques impliqués dans le rapport du GIEC dont l'audience médiatique certes largement diffusée ne fait évidemment pas l'unanimité dans le monde scientifique.

Pour rappel:

-SEPP ( Science&Environmental Policy Project) Dr S.F.Singer.

-ESEF ( European Science&Environment Force)

-Rapport des Dr S Baliunas & W Soon.

-Globalwarming

 

Sur le même thème, lire aussi: Ecologie, Big Bang politique?.
http://infotox.skynetblogs.be/archive/2006/11/14/ecologie... 

 

 

Publié dans Société: Ecologie-Santé | Lien permanent | Tags : climat, societe, sciences, infos, actualite | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.