22/11/2006

VW se "déchaîne" en Belgique!

 

imagesCAS8KOI6

 

 

 

 

Economie européenne à deux vitesses.

La mutation de l'économie occidentale en Europe se poursuit au détriment d'un emploi, surtout ouvrier, victime de plusieurs facteurs qui du fait de la mondialisation permet la recherche de moyens de production au moindre coût pour des multinationales qui, rappelons-le au monde politique et syndical toujours prêts à se déresponsabiliser, ne sont pas des oeuvres philantropiques et que pour choquants aux yeux de certains que soient la recherche de bénéfices sans cesse plus grands, il ne fait que refléter la gestion moderne des entreprises soucieuses de garantir l'avenir de leurs produits plus que celui de leurs employés, pardon, "collaborateurs" pour qui l'engagement est erronément assimilé à une virtuelle garantie du travail de l'engagement à la retraite.

Aux Etats-Unis mais également dans nombre de pays européens du Nord, la politique de plein emploi incite les travailleurs à migrer de sociétés en sociétés en acquérant une expérience leur permettant d'élever leur niveau de vie.

La pression salariale s'excerce dans ce cas, non plus de l'entreprise vers l'employé mais bien en sens inverse.

L'outsourcing qui consiste pour de nombreuses sociétés à externationaliser les services offerts aux clients accentuera la pression sur les employés "nationaux" en maximisant l'outil informatique dont l'installation en Inde, par exemple, offre de multiples avantages.

 

Responsables mais non coupables

 

Qu'il s'agisse de la sidérurgie ou de l'industrie en général, le pouvoir politique aiguillonné par une population qui ne désire pas ou plus subir des nuisances visuelles ou olfactives de ce type d'implantation préfère soutenir des projets de zonings de bureau ou de moyennes industries que de pérenniser par des mesures fiscales environnementales et structurelles autres que ponctuelles les sites de production massive.

Dans le cas particulier de l'industrie automobile, la priorité politique de "marginaliser" la voiture au profit des transports en commun contribue à la régression des ventes dans ce secteur hautement concurrenciel.

A de rares exceptions, la dialectique syndicale victime de sa propre surenchère exclusivement salariale, en dépit du contexte économique global, contribue à dégrader un emploi souvent peu qualifié avec pour résultat un chiffre du chômage qui au mieux stagne s'il n'augmente.

 

Conclusion

 

Face à une économie en plus grande difficulté qu'il n'y parait, les industriels ont compris depuis bien longtemps ce que le pouvoir politique ne veut assimiler, à savoir une vision et une action globale que les nations européennes archaïquement centrées sur les nationalismes voire régionalismes exacerbés sont incapables de réaliser et, à cet égard, le refus de la ratification à la constitution européenne et le marasme qui en a suivi corrobore l'évidence qu'une gestion publique peu responsable produit tôt ou tard des effets catastrophiques sur l'économie privée que l'on s'empressera de stigmatiser alors qu'une politique prospective tenant compte des exigences de production aurait pu les éviter.

Tant que les prises de conscience resteront liées aux effets de la restructuration de tel ou tel secteur plutôt qu"à l'objective analyse des causes de celle-ci, on assistera encore à de nombreuses fermetures d'entreprises.

En d'autres termes, s'il est heureux que les autorités soucieuses d'éviter des soubresauts ou des dégradations! s'appliquent à trouver des moyens pour accompagner les pertes d'emploi, encore eût-il été souhaitable que le pouvoir politique s'informe mieux au travers de contacts préalables et suivis des perspectives économiques et industrielles.

Cela aurait le mérite de permettre un ajustement politico-économique constant et de clairement désigner le responsable du dysfonctionnement en cas de restructuration subite ou de délocalisation.

Publié dans Politique: Europe | Lien permanent | Tags : economie, belgique, actualite, automobile, emploi | |  Facebook | | | | Pin it! |

17/11/2006

Primaires PS: la voie Royal !

En complément du post:: Elections françaises: Elysée-moi  (voir Archives par posts: colonne gauche).

 

La victoire annonçée de Mad Royal S est surtout celle de ses conseillers en communication qui, complices des médias, appliquent pleinement et avec succès l'approche américaine ou franco-française de type Paris-Match, à savoir le poids des mots en distillant çi et là quelques formules courtes qui feront de longs débats dans les médias par la suite sans oublier le choc des photos en arborant des tenues différentes de la sempiternelle rose à la boutonnière sans oublier les très agréables clichés en bikini publiés par Closer et qui en terme de clichés en ont abattus plus d'un!.

Cette victoire aux primaires socialistes est-elle synonyme de victoire aux présidentielles de 2007 ?.

Objectivement, le score de 60% obtenu auprès de 300.000 militants conditionnés par la notion de vote utile ne devrait étonner que les deux autres prétendants malheureux à cette candidature.

Le faible score relatif de Stauss-Kahn est en grande partie dû à son entrée bien trop tardive dans la campagne alors que depuis très longtemps déjà S.Royal avait su habilement suscité l'intérêt des médias en réussissant à présenter une candidate comme l'incarnation charmante d'un souffle neuf et original démarqué de l'appareil vieillissant socialiste français alors même qu'elle était remarquée et nommée sous la présidence de F.Mitterand et qu'en terme de parti, son compagnon en est le premier secrétaire.

En terme de renouveau et de fraîcheur, cela pose question!.

 

Projection 2007

 

 

Si le duo Sarkozy/Royal se retrouve au second tour de l'élection présidentielle française de 2007, cela impliquera que la tentative des "communicateurs" d'imposer un choix aux électeurs aura enfin réussi et que la critique de bon nombre de politiques sur la pertinence des sondages aura fait long feu.

Les appareils de parti lourds et pesants auront de fait connu leur premier échec.

Toutefois, n'oublions pas que l'électorat socialiste déçu par les défaites de Fabius et Strauss-Kahn pourrait soit ne pas adhérer aux idées changeantes de Mad Royal ou encore qu'une partie basiquement machiste n'accepte pas la perspective d'une femme dirigeant le pays .

Tout conduirait alors vers un affrontement probable Sarkozy-Le Pen en offrant la voie royale!au candidat UMP dont la communication est similaire en tous points à celle de Mad Royal .

Toutefois, si ce fameux traumatisme du 21 avril dont chacun se plaira à souligner l'angoissante!possibilité devait permettre à S.Royal de passer le premier tour, son "résevoir" de votes de gauche sera plus difficile à mobiliser que l'électorat de l'extrême droite assez proche de certaines idées défendues par N.Sarkozy.

 

D'ici là, toujours en référence à l'article publié précédemment : Elections françaises..., nous assisterons certainement à quelques révélations opportunes sur le passé des candidats les plus en vue.

L'accession au poste suprême se fera moins en fonction du programme dont chacun sait qu'il n'est que peu ou prou respecté que sur la capacité des uns et des autres de préserver jusqu'au terme la meilleure image médiatique.

Que le/la meilleur(e)gagne....

Publié dans Politique: France | Lien permanent | Tags : actualite, politique, elections | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/11/2006

Ecologie: big bang politique?

 

pollution

 

 

 

 

 

Prémices d'une nouvelle économie

 

La pollution et le réchauffement climatique sont devenus en raison des récentes catastrophes intervenues en Indonésie et en Nouvelle-Orléans des sujets dont les médias ont saisis l'impact émotionnel sur les populations.

Jusqu'il y a peu, les alertes sur les dangers de la mutation climatique de notre planète venaient de quelques scientifiques explorateurs et autres écologistes dont le discours politisé décridibilisait le message jugé farfelu.

La très commentée annonce de son éventuelle candidature à la Présidence française du journaliste-présentateur Nicolas Hulot démontre à souhait la possibilité pour les médias surtout télévisuels de peser sur l'opinion au point de reléguer les tenants historiques de l'écologie, à savoir les Verts, au rôle d'observateurs en affichant des scores faibles dans les sondages d'opinion.

 

Réalité ou alarmisme opportuniste ?

 

Sans nier l'évidence des relevés faisant état de la fonte des glaces provoquant une élévation de l'eau des océans ou de l'émission grandissante des gaz à effet de serre, peut-être serait-il juste de rappeler que, par le passé lointain sans pour autant remonter au Big Bang, de tels phénomènes se sont produits sans que leurs variations et fréquences n'aient pu, faute des moyens dont nous disposons actuellement être précisément relatés.

Toutefois, les traces géologiques nous en apportent les preuves.

De la même manière, la théorie de l'évolution selon laquelle l'univers en constante mutation connaît des phases d'expansion ou de rétraction de la masse a déjà prouvé maintes fois que les bouleversements provoqués conduisent à l'éradication partielle ou complète d'espèces animales ou végétales ou à de profonds changements de configuration des océans.

 

Inégalités "pollutionnelles".

 

Bien sûr considérer que ces changements sont inéluctables ne nous dispensent pas de réagir par des mesures efficaces dont les lobbies économico-politiques ont bien compris l'opportunité de mettre en oeuvre des contraintes individuelles et des nouvelles règles de consommation et de production légitimées par de nombreux rapports scientifiques.

De plus, pour les pays occidentaux, ces modifications pourraient permettre à l'économie de créer des réservoirs d'emplois dans la filière du recyclage et de la production et transformation d'énergies "propres".

Qu'en sera t-il du reste du monde pour lequel la seule préoccupation est d'extraire du sol tous types de minerais au moindre coût (dont nous bénéficions...), de transformer des matières premières ou de dépolluer des déchets encombrants dont nos sociétés se débarrassent sans prise en compte de la santé de sa population ou des sols et des cours d'eau entièrement contaminés.

Utopique de parler de réduction globale de la pollution lorsque l'on peut au mieux espérer qu'une gestion plus efficace de la production/consommation voulue par un quart de la planète suffira à enrayer les conséquences néfastes de la pollution mondialisée, d'autant que nombre de pays dits émergents sans compter les pays sous-développés aspireront tôt ou tard à une plus grande prospérité en impliquant une production plus importante ainsi qu'une raréfaction des ressources terrestres qui, bien plus que la supposée vertu euro-écologique de protection de la planète, est la seule vraie cause des modifications temporaires de comportements.

 

Opportunismes politiques et économiques

 

L'écologie qui devrait être une valeur universelle de par la conscience de la responsabilité de chacun envers l'avenir de la planète et de l'humanité est à l'origine une constatation de quelques scientifiques convertis ou rejoints par un petit nombre de citoyens qui décidèrent de créer un mouvement politique.

Malgré les nombreuses railleries dont ils furent la cible, le mouvement politique résista et "profita" de quelques événements climatiques récents et dévastateurs pour obtenir une reconnaissance générale.

Les partis politiques traditionnels ont tardés à comprendre les dangers de se voir déborder par ces partis à l'audience jusque là insignifiante et de s'approprier l'idéologie via un concept global écologique.

Les partis dits de gauche, proches idéologiquement, tentent actuellement et avec un certain succès, dû au fait qu'une angoisse cataclysmique est savamment entretenue par certains discours, de stigmatiser le mode de consommation de culture trop libéral et capitaliste pour amorcer un changement de société avec pour alibi fallacieux mais porteur la préservation de notre environnement.

Le monde économique lui aussi conscient de cette stratégie politique s'adapte et via l'ensemble des lobbies module son message en prônant la création de nouveaux moyens de production et d'outils industriels destinés à intégrer les préoccupations omniprésentes et obsédentes de diminution des rejets de toutes sortes.

 

Conclusion

 

A une échéance de plusieurs milliards d'années et suivant un mouvement déjà entamé, les planètes du système solaire après s'être rapprochées et avoir grossi considérablement en provoquant, pour le coup, une telle chaleur que plus aucune vie ne sera possible finiront par exploser avant de s'agréger à nouveau suivant un cycle lent à échelle humaine mais qui doit nous faire comprendre que notre responsabilité envers les changements climatiques est sans doute réelle mais aussi infime en regard de l'indépendante construction matérielle de l'univers.

Produire et consommer mieux et en accord avec le respect de notre environnement est une preuve de notre intelligence collective sans que cela ne garantisse la pérénité de la race humaine, du moins sur cette planète dans ce système solaire!

Mais là, c'est une autre histoire....

Publié dans Société: Ecologie-Santé | Lien permanent | Tags : ecologie, politique, climat, pollution, societe, infos | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/11/2006

Consommation BIO: à votre Santé ?

 

societe,alimentation,bio,infos.

 

Les garanties du BIO.

 

La consommation des produits "bio", jusqu'il y a peu confidentielle, est aujourd'hui telle que sa production est passée au stade industriel et que la profusion de labels en tous genres et dont les spécifications mérite à minima un réexamen rigoureux débouchant sur le respect d'une stricte réglementation européenne sinon mondiale.

Tous les circuits de distribution affichent ce type de produits en couvrant un assortiment complet et quelquefois farfelu tant les normes à suivre sont pour le moins bien mal définies.

Une recherche de produits "artisanaux" en forte progression soutenue par des préoccupations d'écologie stigmatisant les méfaits d'une industrialisation à outrance a permis de créer le paradoxe ultime qu'afin de satisfaire la demande globale, l'offre pour ces produits se retrouve concentrée dans les mêmes circuits de vente et tout autant surproductive au point que ceux qui militent pour un retour à une production locale protégée et quelque peu "bobos" devraient se poser la question de savoir si les seuls bénéficiaires de ces campagnes ne sont pas ceux qu'ils disent, un peu niaisement, combattre, à savoir la grande distribution!..

 

Le BIO, un goût venu d'ailleurs!

 

Basiquement, on peut relever que tant l'air, l'eau de pluie, des rivières ou des nappes phréatiques de même que la terre qui contribuent à la production de ces aliments sont communs à tous les types d'exploitations et que l'interpollution des éléments constituant notre environnement ne permet pas d'isoler un système de production et de le maintenir en vase clos.

Pour rappel, le nuage hautement radio-actif consécutif à l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl ne s'est arrêté qu'au mensonge des autorités françaises et non aux frontières de ce pays!.

 

BIO et Commerce Equitable, à votre bon coeur...

Le besoin d'une alimentation saine à la saveur originelle a trouvé dans l'alimentation bio un formidable argument de vente destiné d'abord à une partie des consommateurs soucieux d'un "vivre autrement" en permettant aux producteurs de s'octroyer un bénéfice supplémentaire non négligeable en dépit de conséquentes quantités livrées. 

Cependant, nous constatons que cette demande semble auto-alimentée tant le recours aux campagnes publicitaires ou à la publication d'études scientifiques corroborant les effets supposés positifs manquent sans que cette "discrétion" ne pose question quant à la valeur ajoutée en matière de santé de ce principe de production.

Tout au plus, est-il à espérer que ce mode d'alimentation (suffisamment contrôlée?) soit au minimum aussi bénéfique pour l'organisme que celle dite classique et que les consommateurs ne soient une nouvelle fois déçus comme ils le furent, il y a quelques années, avec la déferlante de produits "light" dont l'efficacité finalement contestée a conduit à sa suppression quasi générale des rayons.

Bon appétit....quand même!.

 

Publié dans Société: Ecologie-Santé | Lien permanent | Tags : societe, alimentation, bio, infos | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/11/2006

USA : Défaite républicaine.

 

politique,usa,irak,elections,actualite.

 

 

Victoire démocrate, Démocratie victorieuse?.

En dépit des dégâts considérables causés par une gestion républicaine uniquement centrée sur une hypothétique guerre contre le terrorisme qui accumule les échecs tant en Irak (3000 morts américains, 300000 morts irakiens) qu'en Afghanistan (retour des Talibans), l'administration américaine s'est encore "felicitée" de la condamnation à mort par pendaison! de l'ex président irakien.

Ultime artifice que cette annonce, deux jours avant les élections US, du verdict d'un tribunal (démocratique chiite: cherchez l'erreur!) au détriment de S Hussein coupable d'avoir autorisé en 1982 le procès et l'exécution de 148 villageois en représailles à l'attaque du convoi présidentiel .

Pour rappel ce tribunal, dont Mr G.Bush a souligné l'impartialité, fût mis en place par Mr P Bremer alors administrateur américain de l'Irak et composé de chiites adversaires et avides de revanche vis à vis des sunnites minoritaires au pouvoir sous le régime de S Hussein qui depuis sa destitution est emprisonné dans une prison américaine sur le sol irakien.

Que les témoins à décharge soient anonymes et absents de la salle d'audience ou encore que les "ténors internationaux" du barreau se soient tous désistés d'un procès historique atteste de l'indépendance!de la nouvelle démocratie irakienne.

 

Vérité historique, histoire vraie.

 

Sans le moins du monde vouloir établir une échelle permettant une gradation de l'horreur en attribuant la proportionnalité des peines d'emprisonnement au nombre d'exactions ou de morts causés par les responsables ou les chefs d'états, l'Histoire retiendra que le chiffre des tués irakiens est sans commune mesure plus important en deux ans de "démocratisation" qu'en vingt ans de régime certes contestable car oppressant et dictatorial mais qui ne diffère guère des régimes tolérés iraniens ou saoudiens.

Pour mémoire, rappelons-nous du procès expéditif et de l'exécution sommaire, sur base d'un horrible charnier découvert qui se révéla plus tard n'être qu'une macabre mise en terre de cadavres provenant de différents hopitaux, du couple Ceauscescu dirigeant autocratique de la Roumanie qui après avoir désapprouvé l'invasion par les forces de l'ex Union soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968 a sombré dans le népotisme.

De tous temps, les intérêts politiques ou économiques ont abouti à des décisions impliquant la mort de civils innocents dont le seul tort fût d'appartenir au camp des vaincus.

Qu'il s'agisse des massacres en Algérie française, des bombardements nucléaires au Japon, de la guerre au Vietnam, des émeutes et des répressions envers les kurdes et les arméniens en Turquie ou les disparitions d'individus dans de nombreux pays, rien ne saurait excuser de tels comportements ni tolérer que la justice internationale ne fonctionne qu'en regard des intérêts particuliers de telle ou telle puissance dominante.

Ce n'est pas, comme le souligne le président américain la décision du tribunal irakien qui fera date dans l'Histoire, mais plutôt le retour progressif à une politique qui n'impose pas des valeurs de conception religieuse, philosophique ou politique autoritairement jugées comme universelles en recourant à la seule force militaire.

Sans qu'il ne soit question le moins du monde de terrorisme, l'intransigeante politique américaine actuelle soulève un anti-américanisme primaire et destructeur qui a permis de constituer un front latino-américain hostile opposé à la collaboration avec les USA.

En Europe,les propos restent heureusement plus soucieux de maintenir les échanges commerciaux et l'entente réciproque,conscients de l'alternance inéluctable garante des valeurs démocratiques et de libertés portées par ce pays traumatisé par les attentats du WTC.

 

Conclusion

 

La victoire des démocrates du 7/11/06 permet d'entrevoir la possibilité d'une politique différente plus subtile en évitant de catalyser les ressentis et de propager l'idée que la lutte des idées passe inévitablement par le terrorisme tant sa diffusion actuellement rapide et incontrôlable nous précipite vers un chaos dont personne ne mesure l'ampleur.

Les prochaines élections présidentielles ne se dérouleront que dans deux ans et gageons que bien des événements ou des attentats sur le sol US pourraient voir le jour ou être découvert et manipuler ou infléchir l'opinion américaine.

Aux dires de l'administration américaine actuelle, la troisième guerre mondiale est enclenchée et rien ne permet de considérer que les intérêts réciproques déjà décrits dans d'autres articles d'INFOTOX n'aient fondamentalent changés.

 

La flamme de la liberté a bien du mal à retrouver de l'éclat.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique: USA | Lien permanent | Tags : politique, usa, irak, elections, actualite | |  Facebook | | | | Pin it! |