18/10/2006

Interrogatoires agressifs:made in US

Nouvelle loi autorisant les interrogatoires "agressifs" signée par G.W.Bush.

 

 

Depuis le très opportun déclenchement de la guerre contre le terrorisme par les Etats-Unis, l'administration américaine, via une série de nouvelles mesures sécuritaires, a mis en place un ensemble de lois autorisant de manière assez insidieuse et intrusive des contrôles reposant sur l'accessibilité aux données informatiques dont l'interdépendance et la mise en ligne permet d'établir un véritable "pédigrée" sans même qu'il ne soit nécessaire de nous implanter une puce.

Depuis la toute récente concession faite par l'Europe, tout citoyen posant le pied sur le sol américain a l'honneur de faire partie de ce club très fermé d'individus sous haute surveillance.

 

L'Amérique, Eldorado perdu?

 

La liberté autrefois véritable phare des Etats-Unis et qui permettait à quiconque, quelle que soit son origine de pouvoir tenter l'aventure de la réussite personnelle perd rapidement de son éclat.

Aucun système n'étant infaillible, que se passera t-il le jour où Big Brother commettra une "big mistake" envers des individus dont la malchance voudra qu'ils soient erronément fichés ?

Lutter contre toute forme de criminalités doit rester une priorité de tout gouvernement démocratique et contribuer à la réactualisation des lois en fonction de l'évolution de la société ne souffre d'aucune critique car cela garantit la protection essentielle de l'individu.

Toutefois, lorsqu'à l'instar des dernières mesures adoptées par le Congrès américain, l'individu par un retournement pervers de la présomption d'innocence devient un potentiel coupable, on peut douter de la capacité de cet état à asumer ses responsabilités.

 

Dérive gouvernementale ou paranoïa collective

 

La dernière loi, présentée une fois de plus comme indispensable à la sauvegarde de la liberté américaine et déjà contestée par les différentes ligues de défense des Droits de l'homme sans que pour autant leurs protestations ne soient toutes automatiquement considérées comme justifiées tant certaines d'entre elles agissent plutôt comme un contre-pouvoir politique, ajoute une opacité désagréable sur les méthodes et moyens utilisés lors d'interrogatoires dont les modalités restent à la trop discrète appréciation des investigateurs. 

 

La statue de la liberté est-elle encore le symbole de l'Amérique?

 

Publié dans Politique: USA | Lien permanent | Tags : international, libertes, lois, actualite | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.