31/08/2006

Sans-papiers et/ou sans-gêne.

 

belgique,faits divers,societe,politique.

.

 

Résumé des faits

-----------------------

 

Après trois mois d'occupation dans une église d'Etterbeek, commune de Bruxelles, le bourgmestre intervient sur base de l'argument qui reste le seul tolérable à présenter dans ce genre de squat, à savoir le risque de santé publique.

Dans les faits, un groupe de 40 réfugiés est passé à 200.

Malgré le fait que la plupart prétend ,dans aucune de nos langues nationales,vivre depuis des années en Belgique, il semble, au vu des images, que ce mode de manifestion soit devenu le laissez-passer à une régularisation plus rapide.

 

Hors la médiatisation, point de salut

 

Plus aucun sujet de société ne trouve de solution s'il ne passe par le prisme de la presse surtout télévisée.

Quiconque réussissant à capter l'attention des médias devient un temps "intouchable" et digne des plus grands égards quitte à se tromper dans l'analyse objective des faits.

Ceci dit, l'église catholique peut se féliciter de remplir à nouveau ces lieux délaissés par les fidèles qui, faute de place, se rendront dans les mosquées et autres lieux de culte mieux entretenus!!.

La problématique qui touche à l'accueil des personnes, "résidant" en toute illégalité sur le territoire, va de la générosité sincère envers cette misère au cynisme de circuits de trafic humain en passant par la quasi certitude pour un bon nombre de ces malheureux que leur situation finira par se résoudre devant le peu de fermeté affiché dans la ferme application des lois.

Il faut reconnaître qu'électoralement ce sujet reste délicat à gérer et que les rapatriements "forçés", fussent-ils d'illégaux, servent plus les causes de quelques associations que la précieuse cote de popularité de celui qui prend la décision de l'expulsion.

 

 

Publié dans Société: Comportements | Lien permanent | Tags : belgique, faits divers, societe, politique | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.