31/08/2006

Guerre contre le terrorisme.

 

 

irak

 

 

 .

 

 

De ce début du XXI siècle, cette action restera sans doute un exemple de lamentable erreur de stratégie géopolitique.

Hormis quelques retombées financières de courte durée, nous en subissons quotidiennement les effets pervers.

En quelques temps,nous avons réussi! à fédérer des groupuscules dont les actes de violence étaient locaux et moins nombreux en un mouvement mondial sous la bannière de guerre sainte.

Cela combiné avec l'effet dévastateur pour l'équilibre régional du Moyen-Orient qu'a été notre incapacité à soutenir les régimes laîques ou religieux modérés sunnites (Irak, Liban, Iran au temps du Chah) au profit de régimes religieux chiites dont l'Iran se révèle le plus emblèmatique. 

Si certains dirigeants avaient appliqués à l'Iran les arguments et preuves (dont aucunes ne sont avérées) qui ont servis de déclencheur à l'invasion de l'Irak, on peut se poser des questions sur la décision passée.

 

s hussein

 

 

 .

 

 

Toujours est-il que l'aveuglement occidental permet le développement d'un mouvement international musulman chiite dominant la région du Moyen-Orient et entraînant un discours iranien décriant nos valeurs de libertés qui suscite certaines "vocations" de bombes humaines sur notre continent.

Nos sociétés endormies par une indéniable qualité de vie ne sont plus enclines à des confrontations idéologiques jugées dépassées.

Notre faiblesse est de croire qu'en apportant de l'aide humanitaire et financière massive, y compris dans des régions dans lesquelles notre "impérialisme arrogant" nous a rendus impopulaires, nous permettra de rétablir des relations souvent profondément détériorées.

Rappelons-nous qu'aucun modèle de civilisation n'est éternel et gardons en mémoire que les Grecs, Romains et autres Perses l'ont compris trop tard. 

Publié dans Politique: International | Lien permanent | Tags : politique, terrorisme, guerre | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.